Financer la conservation par le paiement de droits à l’image des animaux?

Une étude publiée par Franck Courchamp et ses collègues dans la prestigieuse revue Plos biology et reprise dans Le Journal du CNRS arrive à la conclusion suivante : le fait d’utiliser à outrance des espèces emblématiques dans les films d’animations, les publicités ou les logos nuit d’une certaine manière à leur conservation car cette abondance dans les médias fausse les représentations. En effet, le public en les voyant tous les jours en vient à croire qu’elles se portent bien alors que leurs populations sont en déclin et que l’horizon de leur extinction se rapproche dangereusement, deux ou trois décennies pour certaines.  Ces chercheurs proposent alors un mécanisme original pour essayer d’endiguer cette tendance, faire en sorte que les entreprises utilisant les traits de ces espèces paient un droit à l’image, les fonds ainsi récoltés pourront servir à développer des études à leur sujet et financer leur conservation. L’idée est loin d’être saugrenue, des droits à l’image sont déjà reversés pour l’utilisation de monuments ou de paysages spécifiques, pourquoi ne pas mettre en place un mécanisme semblable pour les animaux ? Les auteurs de l’étude ne détaillent pas les modalités de mise en œuvre de ce processus de droits à l’image, ils soulèvent toutefois quelques problèmes potentiels de réalisation, notamment dans le choix de l’administrateur de ces fonds. Qui préférer ? Une instance internationale comme la CDB ou l’IUCN ou des ONGs ?  Un autre problème à mon avis, non posé dans l’étude, est de savoir comment ce mécanisme bénéficiera à l’ensemble de la biodiversité, les compagnies ainsi taxées accepteront-elles que les fonds versés pour l’utilisation de l’image de certaines espèces emblématiques soient mobilisés pour celles qui le sont moins ? Après tout, quand on paye pour le droit à l’image d’une personne, l’argent est supposé être versé à cette dernière et seulement celle-ci (n’étant pas spécialiste en droit, du moins, je le présume).  Les théoriciens de l’économie environnementale accepteront-ils un versement de ces droits à l’image à d’autres bénéficiaires car au delà de ces espèces emblématiques, surreprésentées dans les médias, bon nombre d’autres animaux moins connus ou moins attractifs sur le plan esthétique sont  éminemment menacés, il serait donc juste qu’ils puissent aussi bénéficier de ce nouveau mécanisme. L’idée est en tout cas intéressante dans un contexte global de réduction des fonds étatiques alloués à la conservation des espèces.

Références:

Courchamp et al., “The paradoxical extinction of the most charismatic animals, PLOS Biology, publié en ligne le 12 avril 2018. https://doi.org/10.1371/journal.pbio.2003997 (link is external)

Interview de F. Courchamps dans Le Journal du CNRS : https://lejournal.cnrs.fr/articles/ces-animaux-stars-menaces-dextinction

Séminaire « Services écosystémiques culturels des animaux sauvages » à Tours le 25 mai 2018

Nous reproduisons ici l’annonce pour un séminaire abordant les relations aux animaux sauvages. Deux membres du collectif GATO y interviendront: Farid Benhammou parlera des grands carnivores en France et Guillaume Marchand proposera une réflexion sur la façon dont les populations riveraines de l’Amazone définissent la juste place des animaux sauvages.

“Ce séminaire est fait dans le cadre d’un projet de recherche porté par Irstea et financé par la région Centre Val de Loire. COSTAUD (Contribution des OnguléS au foncTionnement de l’écosystème et AUx services rendus à ChamborD), puisqu’il s’agit de lui, ambitionne d’améliorer la compréhension des paysages du Domaine National de Chambord par une approche pluridisciplinaire et intégrée du rôle des ongulés sauvages, cerf et sanglier, comme acteurs dynamiques des socio-écosystèmes contemporains. Il propose trois angles d’attaque complémentaires. Le premier vise à définir comment la diversité des usages, dont la chasse, et la place dédiée au cerf et au sanglier ont façonné les paysages et les habitats actuels du DNC. Le second se focalise sur des composantes de la biodiversité et plus spécifiquement sur l’implication du cerf et du sanglier dans les processus de transport des graines et dans les processus physiques et chimiques qui affectent les propriétés du sol, la germination des graines, la répartition spatiale des plantes, la composition des communautés végétales et en cascade d’autres groupes taxonomiques comme l’avifaune forestière. Le troisième aborde la dimension socio-économique et propose d’évaluer en quoi la présence du cerf influe sur la fréquentation touristique et les services culturels rendus par le DNC.

C’est dans ce troisième axe que se positionne notre séminaire. Son objectif est simple : questionner, discuter, faire un état des lieux des liens entre les animaux sauvages et les sociétés humaines ; identifier les enjeux liés à la présence de ces animaux sur les territoires ruraux. Si le rôle de ces animaux est important pour le fonctionnement des écosystèmes (et donc utile aux hommes), ce séminaire mettra plutôt l’emphase sur les retombées non matérielles, aussi bien positives que négatives (aménités, loisirs, conflits, organisation des territoires, jeu d’acteurs, etc.).”

Le programme est téléchargeable à cette adresse: http://citeres.univ-tours.fr/IMG/pdf/-95.pdf

Dossier spécial “espèces mal aimées” dans la revue Espaces Naturels

Décidément, les espèces indésirables ont le vent en poupe ! Après le numéro spécial du Courrier de la Nature, c’est au tour de la revue Espaces naturels d’en proposer un. On y retrouve notamment un texte écrit par mes soins sur les représentations du dauphin rose (Inia geoffrensis) au sein des populations riveraines d’Amazonie brésilienne. Plutôt destinés à des professionnels, ce dossier fait la part belle à des exemples concrets d’actions de médiation et de sensibilisation ayant pour but la réhabilitation des anciens nuisibles et autres animaux mal aimés, domaine dans lequel la recherche fondamentale possède parfois des lacunes. Il est en cela très instructif. Les textes composant le dossier seront en accès libre dans 6 mois, en attendant, il est possible de le commander sur le site de la revue.

 

 

 

 

 

 

 

Le lien vers l’annonce du dossier : http://www.espaces-naturels.info/espaces-naturels-61

 

Moralité, les grands carnivores sont des gros pervers…

The cougar’s tale texte écrit par Andrea Gullo, Unna Lassiter et Jennifer Wolch est un texte presque canonique en géographie animale notamment car ses auteures s’essayent à opérer un décentrement afin d’adopter le point de vue du puma et chercher à comprendre comment celui-ci peut nous percevoir. Presqu’une vingtaine d’année avant Baptiste Morizot, ces auteures réfléchissaient aux conditions d’une « négociation diplomatique » avec les pumas via cette opération de décentrement. Ce texte que j’avais un peu oublié m’est revenu en mémoire en parcourant les interminables couloirs  du métro parisien et en découvrant avec stupeur la campagne d’affiches contre le harcèlement sexuel. Afin de représenter le risque pour les femmes d’être victimes dans la rue de paroles et actes déplacés, des « créa » visiblement en manque d’inspiration ont choisi de représenter les goujats et harceleurs en puissance sous la forme d’animaux et pas n’importe lesquels, des ours, des requins et des loups aux postures agressives et prêts à ne faire qu’une bouchée de leurs victimes humaines. Dans le texte mentionné auparavant, les auteures abordaient également cette question, les pumas étant assimilés dans certains journaux à des prédateurs sexuels rôdant près des écoles et menaçant les enfants californiens, l’objectif étant de souligner le caractère contre-nature de ces animaux, leur comportement déviant et justifier leur régulation. Cette malheureuse campagne illustre ô combien l’image des prédateurs est encore associée à la déviance, à la perversité et à l’injustice, celle-ci étant largement partagée des éleveurs anti-prédateurs à certaines mouvances animalistes. Le dégoût de la prédation pourrait surprendre pour le deuxième groupe, portant il est très présent chez certains théoriciens et militants anti-spécistes qui souhaiteraient intervenir en faveur des pauvres et innocents herbivores afin de les soustraire des crocs des carnivores, la nature étant vue comme profondément inégalitaire. En bref, la réhabilitation des prédateurs dans nos sociétés  et la reconnaissance de leur utilité écosystémique ne sont pas pour tout de suite… Pour conclure rapidement sur les affiches de la RATP et de la SNCF, elles auraient pu s’inspirer de ce qui se fait ailleurs, je pense notamment au Brésil, où les pervers, frotteurs et autres harceleurs sont représentés fidèlement sous leurs traits humains !

 

 

 

 

 

http://www.europe1.fr/societe/ile-de-france-une-campagne-pour-lutter-contre-le-harcelement-dans-les-transports-3590591

Références :

Gullo, A. , Lassiter, U. and Wolch, J. 1998: The cougar’s tale. In Wolch, J. and Emel, J.  (ed.), Animal geographies: place, politics and identity in the nature-culture borderlands, London: Verso , 139-141.

Morizot, B. 2014 « Les diplomates. Cohabiter avec un prédateur sauvage à l’anthropocène ». Revue Semestrielle du Droit Animalier, 2014-1, p. 295-333.

Pour un exemple des débats animalistes sur la prédation :  http://www.cahiers-antispecistes.org/sur-la-predation-reponse-a-philippe-laporte/