Compte-rendu de lecture: « Pourquoi la réintroduction de l’ours est-elle si difficile ? Réalités et contre-vérités sur l’ours brun »

Gérard Caussimont. Pourquoi la réintroduction de l’ours est-elle si difficile ? Réalités et contre-vérités sur l’ours brun, Mont Helios, 2019

Compte-rendu écrit par Farid Benhammou

Gérard Caussimont, un nom historique de la protection de l’ours brun en France, livre ici un ouvrage pédagogique et documenté. Il n’est pas à son premier ouvrage sur la question, mais celui-ci est peut-être le plus synthétique et le plus au prise avec une actualité mise en perspectives. On sent la volonté de la petite maison d’édition de Pau de porter ce propos d’une personne qui est une référence de la protection de l’ours brun, même si ce dernier a longtemps eu un tropisme pour la question de l’ours exclusivement en Béarn, dernier bastion de l’ours autochtone que l’on a laissé disparaître alors que la présence ursine était plus tôt sauvée en Pyrénées centrales dès 1996. Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas Gérard Caussimont, il est président du Fonds d’intervention éco-pastorale qui milite depuis 1975 pour une cohabitation la plus sereine et constructive possible entre l’ours pyrénéen et les bergers. Gérard Caussimont préside cette association depuis les années 1980 quand il a pris la suite du naturaliste et universitaire palois Claude Dendaletche.

Le sous-titre du livre «  Réalités et contre-vérités sur l’ours brun » colle davantage au contenu de l’ouvrage que son titre « Pourquoi la réintroduction de l’ours est-elle si difficile ? » qui n’est qu’un aspect de l’ouvrage. Dans un premier temps, une synthèse historique permet de replacer l’ours dans ses interactions anciennes avec les sociétés pyrénéennes franco-espagnoles, passage fort intéressant où Gérard Caussimont va puiser dans la thèse peu connue qu’il a réalisée jadis sur la question. La présentation des mutations économiques et sociales micro-locales des sociétés ouest-pyrénéénnes sont particulièrement riches. Le reproche a longtemps été fait aux naturalistes béarnais, dont Gérard Caussimont de se focaliser exclusivement sur le théâtre béarnais où la dernière ours autochtones a été tuée par un chasseur en 2004 et de négliger les Pyrénées centrales où des opérations de réintroductions d’ours slovènes ont eu lieu en 1996, 1997 et 2006. Mais, on ne peut moins faire ce reproche à cet ouvrage et l’auteur prend bien en compte la problématique à l’échelle de toutes les Pyrénées. Ensuite, l’ouvrage s’organise en trois parties (« Connaître VRAIMENT(sic) l’Ours » ; « Conserver l’Ours, pourquoi ? » ; « L’Ours et l’Homme : pourquoi est-ce si difficile ? ») et se termine par une conclusion qui est un plaidoyer pour la cohabitation et pour la vie. Le texte est facile à lire, soit d’une traite, soit en le compulsant car des assertions ou idées-reçues, vraies, fausses ou les deux, sont traitées en une à trois pages comme par exemple « Les ours « slovènes » sont plus prédateurs car ils sont nourris avec de la viande ! » (faux évidemment!) ou encore « Les Pyrénéens sont majoritairement favorables à la conservation de l’ours » (vrai). Gérard Caussimont fait non seulement appel à son savoir, pédagogique pour le novice mais classique pour les habitués des ours, mais surtout à des données chiffrées et actualisées, doublées d’une excellente connaissance de terrain. Les passages sur la cohabitation avec l’élevage sont particulièrement précieux, solides et bien argumentés. Dans l’idée-reçue «  L’ours commet parfois des dégâts sur les troupeaux domestiques » (vrai), il démontre rigoureusement les chiffres relativement bas de la prédation des ours sur le cheptel domestique jusqu’en 2016 tant en Béarn que dans les Pyrénées centrales. Il pointe la forte hausse des dégâts à partir de 2017 liés à des dérochements de troupeaux et surtout au fait que les pouvoirs publics indemnisent dès lors au bénéfice du doute faisant de fait exploser les chiffres de la prédation. Notons que cette pratique des autorités pour obtenir la paix sociale est totalement contre-productive car cela conforte les discours les plus alarmistes des opposants à l’ours et partisan d’une gestion plus violente des plantigrades par de l’effarouchement. Avec une grande rigueur et chiffres à l’appui, il démontre aussi que les dégâts sont particulièrement bien indemnisés dans le contexte d’un élevage de montagne qui est déjà bien aidé par les dispositifs de compensation des handicaps naturels. Il ne s’agit pas pour lui de nier la difficulté de l’élevage de montagne et de la cohabitation, mais plutôt de mettre les idées au clair dans une période où les médias sont friands de raccourcis.

Quelques points peuvent surprendre le lecteur averti. Lors de l’historique de la réintroduction des ours dans les Pyrénées, il omet le lâcher du mâle Goïat en 2016 dans les Pyrénées catalanes par les autorités locales et n’évoque cet ours, qui pourtant vit maintenant plus côté français, que bien au-delà de la moitié de l’ouvrage. La mise en perspective européenne et notamment espagnole avec la situation encourageante des ours dans les Monts Cantabriques est globalement intéressante. Lorsqu’il aborde les raisons pour lesquelles les Espagnoles ont refusé de fournir des ours bruns pour les programmes de lâchers français, il évoque une raison contestable par deux fois. Selon lui, les autorités espagnoles auraient refusé de livrer des ours pour se garder une forme de monopole touristique, notamment dans les Monts cantabriques où en effet, l’image de l’ours entre dans le cadre d’une valorisation économique et une filière de tourisme naturaliste en plein essor. Selon nous, la véritable explication du refus espagnole est plus terre à terre. Au tournant des années 2000, avec moins d’une centaine de spécimens, la situation des ours espagnoles des Monts Cantabriques est encore très critique avec une scission en deux noyaux, dont un a failli disparaître. Les autorités ont donc jugé que l’état de conservation de l’espèce ne permettait pas de participer à des programmes de réintroduction dans un contexte ou plusieurs femelles s’étaient faites tuer par des chasseurs dans les montagnes françaises (Mellba, 1996 et Cannelle, 2004). Autre point qui peut étonner : à l’assertion « Il faudra d’autres lâchers d’ours dans les Pyrénées, si nécessaire ! » l’auteur répond vrai et faux. Le Plan Ours 2018-2028 avait enfin débouché sur les lâchers de deux ours en Béarn après que les blocages historiques ont toujours amené à des lâchers en Pyrénées centrales. Gérard Caussimont semblent s’en contenter, y compris à l’échelle des Pyrénées, ce qui ne correspond ni aux conclusions du rapport du Museum de 2013 (qui recommande le lâcher de 6 ours), ni aux demandes des autres associations de protection de la nature pyrénéennes. Le rapport du MNHN de 2013 évoque le lâcher nécessaire de 13 ours en Pyrénées occidentales (10 femelles + 3 mâles), dont 4 femelles urgentes pour commencer à y relancer une dynamique, même la préconisation minimale du rapport (6 ours) est supérieure à ce qu’évoque Gérard Caussimont. Il conseille un temps d’observation puis de faire un bilan. On reconnaît ici le côté très « raisonnable » du FIEP qui veut ménager des partenaires de terrain du milieu pastoral dont les positions ne sont pas toujours stables en matière d’ours. Mais c’est aussi à cause de cette manière de penser que le FIEP, rempli de bonne volonté, à crédibiliser l’Institution Patrimoniale du Haut Béarn en acceptant d’y siéger et en lui donnant une caution environnementale1. Gérard Caussimont reconnaît que la présence du FIEP a pu amoindrir les effets de certains aménagements de montagne portés par l’IPHB préjudiciables aux milieux montagnards mais aux prix d’un temps incommensurable au profit d’une usine à gaz qui servait surtout les intérêts politiques de Jean Lassalle et de ses affidés. Une fois la duplicité de Jean Lassalle au grand jour, le FIEP et Gérard Caussimont ont fini par claquer la porte de l’institution. Quand après avoir réclamé le lâcher d’une ourse en Béarn, le minimum du minimum nécessaire pour y sauver l’ours après la mort de Cannelle en 2004, l’homme politique s’est érigé en farouche opposant à toute réintroduction en Béarn quand le ministre de l’Ecologie Serge Lepeltier initie un plan concret de lâcher en 2005. Le blocage politique en Béarn à tout lâcher s’est alors renforcé. Il serait d’ailleurs intéressant que Gérard Caussimont développe plus (dans un autre ouvrage?) cette expérience de pseudo-concertation qui a contribué à lui ouvrir les yeux sur les aspects très géopolitiques de la conservation de l’ours2.

Cet ouvrage est donc un livre usuel, très pratique qui pourra plaire à un large public et qui montre une pensée construite et argumentée au service de la protection de l’ours dans les Pyrénées, et à l’échelle de tout le massif.

1Pour des précisions sur cette institution censée mettre les conditions d’une cohabitation durable avec l’ours et qui a fait le contraire, se reporter à L. Mermet, 2001. « L’institution patrimoniale du haut Béarn : Gestion intégrée de l’environnement, ou réaction anti-environnementale ? », in Responsabilités et Environnement, Annales des Mines, 21, janvier 2001 : 9-21.

2Lire F. Benhammou, 2005. « Vendre la peau de l’ours avant de l’avoir sauvé, « Vendre la peau de l’ours avant de l’avoir sauvé ? Une géopolitique locale de la conservation d’une espèce animale emblématique », in L’ours des Pyrénées, les 4 vérités, Editions Privat, Toulouse : 77-120.

Compte-rendu de l’ouvrage : « The Lynx and Us »

HETHERINGTON D. and GESLIN L. (2018), The Lynx and Us, Scotland : The Big Picture, 170p.

   Le Lynx boréal (Lynx lynx) fait partie des grands carnivores d’Europe. Pourtant, il reste méconnu, ce qui peut nuire aux projets de renforcement ou de réintroduction de l’espèce. David Hetherington, écologiste écossais travaillant au parc national des Cairngorms, et auteur d’une thèse en 2005 sur la faisabilité de la réintroduction du Lynx en Écosse, souhaite y remédier dans son ouvrage The Lynx and Us, dans lequel il dresse à grands traits un portrait du félin. Son texte est accompagné des photographies de Laurent Geslin, prises dans l’ensemble de l’Europe – et principalemnt dans le Jura suisse – au cours d’affûts ou au moyen de pièges photographiques.

David Hetherington

Laurent Geslin

   

 

 



      Au fil des quatre premiers chapitres, l’ouvrage puise dans des exemples de toute l’Europe pour revenir sur les difficultés, voire les conflits, que peut susciter la présence du Lynx, mais aussi sur les potentialités que celle-ci représente et les motifs pouvant présider à la conservation ou à la réintroduction de l’espèce. Dans le cinquième et dernier chapitre, le cas du Royaume-Uni est abordé en vue de promouvoir la réintroduction de l’espèce sur l’île.

      Le premier chapitre, intitulé The Enigmatic Lynx, se concentre sur la biologie et l’écologie communes aux quatre espèces de lynx : Lynx roux (Lynx rufus) et Lynx du Canada (Lynx canadensis) que l’on trouve en Amérique du nord, puis Lynx pardelle (Lynx pardinus) et Lynx boréal, présents sur le vieux continent. Cependant, seule la dernière espèce est abordée dans le reste de l’ouvrage. David Hetherington rappelle que ce mammifère est un chasseur solitaire, dont la proie favorite est le chevreuil (Capreolus capreolus). Son territoire, plus ou moins boisé, est d’une taille variable selon la localisation en Europe, le sexe de l’animal et bien sûr selon la disponibilité en proies : de 600 à 1400 km² pour les mâles et de 300 à 800 km² pour les femelles en Scandinavie, contre 100 km² en moyenne pour une femelle et 160 en moyenne pour un mâle plus au sud de l’Europe. Son espérance de vie dépasse rarement quatre ou cinq ans selon l’auteur, du fait de causes naturelles mais aussi anthropiques, telles que la chasse ou les collisions avec les véhicules.

         Après ces quelques éléments de contexte, l’auteur retrace brièvement l’histoire du Lynx boréal en Europe, dans une seconde partie (The Fall and Rise). Il y mobilise diverses sources : sources archéologiques d’abord, sources manuscrites ensuite. Dans une grande partie de l’Europe, la présence du Lynx remonterait au Néolithique et à l’Age de bronze. Le mammifère est alors chassé pour sa viande ainsi que pour sa fourrure. On recherche ensuite à bénéficier des vertus thérapeutiques et protectrices qui lui sont attribuées (griffes suspendues aux berceaux des nouveaux-nés par exemple, chez les Nanaï d’Extrême-Orient). Dans le même temps, les élites le considèrent toujours comme un concurrent dans leurs activités cynégétiques. Ainsi est-il chassé à travers les siècles. Parallèlement, l’exploitation croissante du milieu par les humains conduit à une diminution et une fragmentation des milieux boisés, donc de son habitat, et une diminution de la disponibilité en proies. Par conséquent, le Lynx boréal disparaît progressivement à partir du XVIIe puis du XVIIIe siècles, pour ne compter plus que quelques individus au XXe siècle.  Son retour progressif sur le territoire européen se fait désormais sous l’influence de divers facteurs : exode rural ; événements politiques et militaire majeurs (la seconde guerre mondiale ou la chute de l’URSS, à l’occasion desquelles la chasse diminuent, des relations commerciales, notamment autour du commerce de la fourrure, sont rompues). Cependant, dans l’Europe centrale et de l’ouest, où l’occupation humaine est particulièrement importante et fragmente considérablement les habitats du mammifère, son retour naturel est très difficile. Par conséquent, des réintroductions ont été entreprises dès le début des années 1970. Si le premier projet bavarois échoue, les expériences suisses qui lui font suite dans les Alpes et le Jura sont un succès. Les réintroductions se succèdent ensuite régulièrement – deux sont en cours en Autriche et en Allemagne – mais cinq seulement auraient réussi selon l’auteur.

              Ce retour du félin donne lieu à des situations diverses, développées dans le troisième chapitre (Conflict and coexistence). Dans une majeure partie de l’Europe de l’est par exemple, le travail des bergers et les dispositifs mis en place pour limiter la prédation par les ours et les loups permettent dans le même temps d’éloigner les lynx. A l’inverse, la Norvège est le lieu d’un conflit important : entre 7 000 et 10 000 pertes de moutons sont  attribuées au Lynx chaque année. Cependant, ces chiffres sont controversés, puisque les dégâts avancés sont rarement vérifiés, ce qui remet en cause la véritable responsabilité du Lynx dans ces pertes. Les conflits, lorsqu’ils existent, varient à travers l’Europe. Le cas suisse est intéressant, puisqu’il met en jeu différents acteurs. Bergers, fermiers mais aussi chasseurs sont hostiles à la présence du Lynx, qui menacerait le bétail ou le gibier. La situation est d’autant plus problématique que ces acteurs n’ont pas été consultés lors de la réintroduction du félin, entreprise par des écologistes et des environnementalistes dans les années 1970. Cependant, la Suisse procède également à des expérimentations originales qui laisse entrevoir la possibilité d’une cohabitation. Pour remédier aux attaques sur les troupeaux, les chiens de bergers sont par exemple épaulés par des ânes et des lamas !

            Le chapitre suivant (Icon of the Wild) insiste donc au contraire sur les opportunités que représente le Lynx pour l’environnement – place élevée dans les chaînes trophiques ; carcasses laissées par le lynx utiles à d’autres animaux – et l’économie locale, grâce au potentialités touristiques notamment.

          Le cas britannique, abordé dans le cinquième et dernier chapitre (The UK – A Case Study), vient à la fois illustrer et prolonger ce qui a été dit précédemment. Une réintroduction serait le seul moyen pour le « petit lion de la Grande-Bretagne » (p.122) de recoloniser l’île, alors qu’il en a disparu au plus tard au début de la période moderne. Son retour représente donc aussi un défi, puisque son absence de plusieurs siècles est allée de pair avec une évolution des paysages et la quasi disparition du mammifère de la mémoire collective. Son retour n’en demeure pas moins possible. D’une part, l’Ecosse est très riche en cervidés (entre 200 000 et 350 000 chevreuils, et entre 360 000 et 400 000 cerfs, soit la population la plus importante d’Europe), autant de proies potentielles pour le prédateur. D’autre part, ce pays a connu un reboisement important depuis le XXe siècle, ce qui devrait lui permettre de soutenir une population de lynx viable (estimée à 200 individus). Deux espaces de réintroduction potentiels sont ainsi identifiés : le plus petit serait au sud de l’Écosse, à la frontière avec l’Angleterre, autour de la forêt de Kielder ; le plus important couvrirait quant à lui 15 000 km² dans les Highlands écossais, au nord du pays, d’est en ouest. De manière générale, l’Écosse semble donc pour l’auteur un territoire privilégié au sein du Royaume-Uni pour réintroduire le félin. Le risque de conflits y est faible selon David Hetherington. A titre d’exemple, il rappelle que le prédateur se tournerait plutôt vers les populations de cervidés des espaces boisés, tandis que la chasse, pratiquée par une petite élite seulement, s’intéresse davantage aux populations de plaines découvertes. Parallèlement, la présence du Lynx pourrait renforcer l’attractivité touristique du pays qui mise aujourd’hui sur le tourisme de nature.

               C’est donc sur une touche optimiste que conclut David Hetherington. S’il n’omet pas de souligner les difficultés que peut représenter la présence du mammifère pour les humains et leurs activités, il insiste également tout au long de l’ouvrage sur les opportunités écologiques, économiques et l’obligation morale qui doivent encourager la cohabitation avec le Lynx,. L’ouvrage, synthétique, met encore l’accent sur les aspects écologiques. Les aspects socio-culturels restent donc encore à être approfondis. Les photos qui accompagnent le texte sont quant à elles un réel appui pour ce dernier. Les premières, presque surréalistes, sont captivantes et ne peuvent que susciter l’intérêt du lecteur pour l’espèce dont il est question. Beaucoup parlent aussi d’elles-mêmes et attire l’attention sur un certain nombre de points abordés par ailleurs : la fragmentation des habitats par les activités et infrastructures humaines ; les risques ainsi encourus, notamment les collisions avec les véhicules. The Lynx and Us constitue ainsi une riche introduction aux enjeux posés par la présence et l’éventuelle réintroduction du Lynx boréal en Europe.