Compte-rendu : “L’Europe réensauvagée. Vers un nouveau monde”, G. Cochet et B. Kremer-Cochet

Après avoir co-écrit avec Stéphane Durand en 2018 Ré-ensauvageons la France, également publié dans la collection « Mondes sauvages » chez Actes Sud, Gilbert Cochet, cette fois accompagné de Béatrice Kremer-Cochet, nous offre un panorama à plus petite échelle du réensauvagement. Leur ouvrage L’Europe réensauvagée. Vers un nouveau monde est à la fois un état des lieux et un plaidoyer pour cette approche de plus en plus présente dans les projets et les débats touchant à la protection de la faune et de l’environnement.

Après un premier chapitre consacré aux caractéristiques géologiques et paysagères du continent européen, les auteurs s’attardent au fil des pages sur différents milieux qui le composent et les espèces faunistiques qui les peuplent. Le tableau est riche, qui couvre tout le continent européen, depuis la façade océanique, jusqu’à la steppe d’Europe de l’est (steppe pontique), en passant par les montagnes, fleuves, rivières ou encore zones humides de ce vaste espace. Chaque page est l’occasion de mentionner une espèce et son retour acté ou attendu sur le territoire européen. Les deux auteurs mentionnent bien sûr les plus connues et les plus médiatiques – loups, ours, gypaètes barbus, castors d’Europe, pour n’en citer que quelques-unes – mais nous donnent aussi l’occasion de faire connaissance avec des espèces parfois moins connues et pourtant tout aussi fascinantes – phoques à capuchon, lamproies, gloutons. La liste est longue.

Chiffres détaillés à l’appui, les auteurs insistent sur la diminution des effectifs et des habitats pour de nombreuses espèces au cours des dernières décennies ou derniers siècles, à l’instar du Glouton (Gulo gulo), qui n’occuperait plus qu’un tiers de son territoire d’origine en Europe.

Pour autant, leur optimisme n’est pas atteint, grâce à plusieurs exemples de projets réussis. Les auteurs mentionnent notamment des créations d’aires protégées, des mesures de protection de certaines espèces cibles, ou encore des retours spontanés. Ils font aussi l’éloge des réintroductions, qui permettent de renforcer des populations existantes ou de faire revenir sur un territoire où elle a autrefois été présente une espèce désormais disparue. Enfin, quelques cas d’introductions de nouvelles espèces sur un territoire sont également mentionnés, comme celle du Buffle d’eau (Bubalus arnae) dans le delta du Danube.

Ce plaidoyer du réensauvagement (ou rewilding) s’inscrit donc dans la droite ligne de Michael Soulé et Reed Noss qui, en 1998, théorisent  cette notion[1]. Ces derniers insistent en particulier sur l’importance des espaces protégés, de la connectivité entre les habitats et des espèces dites clé de voûte, pour restaurer la fonctionnalité des écosystèmes. Parmi les exemples choisis ici par les deux auteurs pour illustrer l’importance de ces dernières, on peut relever celui du Pic noir (Dryocopus martius). Celui-ci, grâce aux cavités qu’il creuse dans les arbres, joue ainsi le rôle de « grand hébergeur » (p. 140) pour de nombreuses espèces (52 au minimum) d’oiseaux mais aussi de mammifères.

On regrette cependant que certains détails ou éléments de contextualisation attendus soient peu présents dans l’ouvrage. Les auteurs prennent bien le temps de dresser le portrait des espèces mentionnées – avec, parfois, de beaux dessins de Béatrice Kremer-Cochet à l’appui – de revenir sur les effectifs des populations et leurs aires de répartition passés. Mais quels éléments ont présidé au choix de tel espace-temps de référence plutôt que tel autre ? Il est par ailleurs rarement question du contexte dans lequel se font les réintroductions, des acteurs qui en sont à l’origine ou qui, au contraire, contestent ces projets. Seuls quelques noms d’associations (Rewilding Europe, ou encore Forêts sauvages[2]) et de quelques personnalités sont égrenés au fil des pages. Or, par définition, et même si certains projets visent, à terme, une forme de laisser-faire et de non-intervention, les réintroductions sont portées et entreprises dans un premier temps par des individus ou des groupes humains. Par ailleurs, elles se font rarement dans un territoire vide de toute présence ou de toute activité humaine, et les contestations ne sont dont pas rares, aussi bien au sein de la société locale que parmi la communauté scientifique.

Cet ouvrage accessible constitue donc une bonne entrée en matière sur la question du réensauvagement et peut donner à penser, mais il doit être complété par d’autres lectures pour qui s’intéresse à ces questions et souhaite en comprendre les différents enjeux.

On recommande en revanche sans réserve la préface de Baptiste Morizot, très limpide et riche d’enseignements, en quelques pages seulement, notamment pour sa promotion d’un  « rewilding humaniste » (p. 15) dépassant les dualismes qui caractérisent si souvent nos relations aux non-humains.


[1]Soulé, M., & Noss, R. (1998). Rewilding and Biodiversity : Complementary Goals for Continental Conservation. Wild Earth, 8, 19–28.

[2]L’association Forêts sauvages a été fondée par Gilbert Cochet et Béatrice Kremer-Cochet dont ils sont respectivement président et vice-présidente.

Compte-rendu de l’ouvrage “Rewilding the World : Dispatches from the Conservation Revolution de Caroline Fraser”

FRASER C. (2009) Rewilding the World : Dispatches from the Conservation Revolution, New York, Metropolitan Books, 373 p.


     Auteur, professeur de littérature anglaise et américaine à l’université de Harvard et critique littéraire, Caroline Fraser se consacre en 2009 à un tour du monde des projets de rewilding – terme souvent traduit par réensauvagement en français – dans son ouvrage Rewilding the World :  Dispatches from the Conservation Revolution.

 

     L’introduction de l’ouvrage est consacrée au cadrage historique et épistémologique du rewilding, qui prend forme dans un contexte de crise. Plusieurs biologistes sonnent en effet l’alerte sur les menaces qui pèsent sur la biodiversité, qui connaîtrait sa sixième extinction, et sur les processus d’évolution eux-mêmes. Michael Soulé en fait partie. Se plaçant directement dans le sillage du biologiste américain, Caroline Fraser revient donc sur les concepts et méthodes proposés par ce dernier et par Red Noss (1998) pour réensauvager le monde, en rétablissant des zones cœurs de biodiversité, des corridors écologiques et des carnivores (« cores, corridors and carnivores », les 3 « C » du rewilding). Ces préconisations découlent directement des théories de la biologie de la conservation et de l’écologie du paysage, comme le rappelle Fraser : les grands carnivores doivent être présents pour assurer le bon fonctionnement des chaînes trophiques ; le renouvellement des espèces et la diversité génétique, quant à eux, dépendent beaucoup des connexions entre les espaces de conservation, qui doivent donc être assurées, comme le rappelle entre autres la théorie biogéographique des îles (MacArthur et Wilson, 1967).  Plus largement, cette volonté de protéger la biodiversité et de favoriser le retour de grands carnivores est portée par une conscience de l’interdépendance des êtres vivants. La nature est désormais conçue comme une « chaîne de dominos » (p. 12) dont l’homme fait partie et dépend. C’est dans cette perspective biocentrique et dans le souhait de réparer les torts dont les sociétés seraient à l’origine que sont lancés des projets de réensauvagement.

     Caroline Fraser propose alors dans la suite de son ouvrage des exemples d’une grande diversité spatiale et méthodologique pour donner à voir en quoi peut consister le rewilding.

     La première partie (Cores, Corridors and Carnivores) est ainsi consacrée aux projets qui visent à connecter davantage les espaces déjà existants de conservation, et prend essentiellement appui sur des exemples américains (en premier lieu Yellowstone to Yukon, Paseo Panthera) et européens (comme la ceinture verte qui reprend le tracé de l’ancien rideau de fer). Ces projets tentent, à l’aune d’une meilleure compréhension des écosystèmes et de la biodiversité, de réparer des erreurs de conception et de gestion du passé, mais ils sont aussi l’occasion d’une forme de revanche sur l’histoire. Caroline Fraser rappelle ainsi, non sans ironie, que de nombreux espaces anciennement militarisés sont devenus des havres de paix pour la faune et la flore sauvages (la zone démilitarisée coréenne par exemple).

     La seconde partie (An Africa without Fences) est, quant à elle, consacrée aux parcs africains et donne lieu à une longue énumération des problèmes que peuvent rencontrer les peace parks (parcs de la paix) notamment, transfrontaliers, souvent mis à mal par les tensions politiques et sociales, et dont l’objectif est d’ailleurs moins la conservation que le rétablissement d’une paix sociale. Surtout, cette partie revient abondamment sur les écueils de projets mal menés et/ou instrumentalisés (expropriations et déplacements de population, conflits d’usage, absence de retombées économiques locales et appauvrissement des populations) dont le parc Kruger en Afrique du Sud est un triste exemple, conduisant l’auteur à parler de « Krugerisation » (p. 130) des parcs africains.

     C’est pourquoi la troisième partie (Community Conservation : « Very Tricky »), illustrée par des exemples africains et asiatiques, revient sur la community conservation et rappelle l’importance de l’implication, parfois difficile mais indispensable, des populations locales.

     Enfin, la quatrième partie de l’ouvrage (« Sustainable Conservation ») revient sur le réensauvagement compris comme moyen au service de la restauration écologique. C’est sans doute cette dernière partie qui aborde les projets les plus innovants mais aussi les plus débattus (le Pleistocene rewilding, les notions d’espèces invasives et autochtones, la conception démiurgique de la conservation), sans toutefois trop s’y attarder.

 

     Caroline Fraser propose ici un panorama très vivant et divers des projets de réensauvagement. La parole est donnée à de nombreux acteurs, qui rappellent l’existence de projets locaux et participatifs souvent plus réussis que les entreprises très top-down mais mettent aussi l’accent sur les difficultés qu’ils rencontrent. Certains témoignages sont particulièrement éloquents et donnent à réfléchir. Ainsi, un membre du projet de conservation de la rivière Tana, au Kenya, rappelle que la conservation à plus à voir avec la gestion des hommes qu’avec celle de la faune sauvage (« Conservation is about managing people, […] it’s not about managing wildlife », p. 213). C’est aussi l’occasion de récits émouvants de réconciliation avec la faune sauvage, comme l’exemple de ce Népalais de 43 ans, qui, malgré la rencontre douloureuse avec un tigre qui lui a fait perdre un œil et a couvert son visage de cicatrices, témoigne aujourd’hui en faveur de la coexistence avec ces fauves. L’attention portée à des animaux singuliers est aussi importante et invite à se pencher davantage sur leur agentivité, leur acceptation ou, au contraire, leur contournement des frontières imposées par les hommes. L’étonnement de cette non-spécialiste rappelle enfin au lecteur l’existence de liens moins attendus entre la faune sauvage et l’environnement (entre l’absence des chiens de prairie et la sécheresse dans l’Arizona par exemple) et l’importance de prêter attention à chaque espèce.

     Mais cet étonnement invite aussi à une prise de distance critique lorsqu’il se transforme par moment en fascination. Ainsi l’auteur semble-t-elle parfois accorder à la science, et à la biologie en particulier, une autorité excessive (p. 45 ; p. 125), au mépris des savoirs locaux et du reste de la société, qui seraient décidément bien en retard sur leur temps. Enfin, bien qu’elle rappelle en introduction que les arguments mobilisés pour entreprendre le réensauvegement de certains espaces ne sont plus seulement d’ordre utilitaire, elle ne semble cependant pas pouvoir se détacher d’une perspective anthropocentrée. L’introduction, au contraire, est une longue accumulation d’arguments économiques, insistant sur les biens et les services produits pour la faune et la flore : « the tremendous variety of species held in wilderness areas […] is our bank and lifeline, our agricultural and medical insurance policy », p. 13 ; ou encore « the environment is the economy », p. 15).  Dans cette perspective, elle envisage le rewilding comme une nécessité économique et va jusqu’à le comparer à un plan Marshall pour la planète (p. 21). Si les exemples développés dans la suite de l’ouvrage n’étaient pas si variés, on serait tenté d’y voir un long éloge des projets états-uniens.

     Pour finir, on peut s’interroger sur ce que dit véritablement cet ouvrage du rewilding. Les exemples sont trop nombreux et variés pour véritablement saisir la nouveauté et la spécificité du réensauvagement. Soulé et Noss n’auraient-ils rien inventé et tout projet de conservation de la faune sauvage relèverait-il finalement du rewilding ? Faut-il au contraire considérer que ce terme un temps novateur est désormais trop utilisé et trop souvent redéfini pour conserver sa valeur et son efficacité ? Sans trop les approfondir, cet ouvrage donne un bon aperçu des enjeux actuels du réensauvagement et invite à la réflexion.

Références

MACARTHUR R.H. et WILSON E.O. (1967) The Theory of Island Biogeography, Princeton, Princeton University Press, 203 p.

SOULÉ M. et NOSS R. (1998) Rewilding and Biodiversity : Complementary Goals for Continental Conservation, Wild Earth, 8, 19‑28.