Moralité, les grands carnivores sont des gros pervers…

The cougar’s tale texte écrit par Andrea Gullo, Unna Lassiter et Jennifer Wolch est un texte presque canonique en géographie animale notamment car ses auteures s’essayent à opérer un décentrement afin d’adopter le point de vue du puma et chercher à comprendre comment celui-ci peut nous percevoir. Presqu’une vingtaine d’année avant Baptiste Morizot, ces auteures réfléchissaient aux conditions d’une « négociation diplomatique » avec les pumas via cette opération de décentrement. Ce texte que j’avais un peu oublié m’est revenu en mémoire en parcourant les interminables couloirs  du métro parisien et en découvrant avec stupeur la campagne d’affiches contre le harcèlement sexuel. Afin de représenter le risque pour les femmes d’être victimes dans la rue de paroles et actes déplacés, des « créa » visiblement en manque d’inspiration ont choisi de représenter les goujats et harceleurs en puissance sous la forme d’animaux et pas n’importe lesquels, des ours, des requins et des loups aux postures agressives et prêts à ne faire qu’une bouchée de leurs victimes humaines. Dans le texte mentionné auparavant, les auteures abordaient également cette question, les pumas étant assimilés dans certains journaux à des prédateurs sexuels rôdant près des écoles et menaçant les enfants californiens, l’objectif étant de souligner le caractère contre-nature de ces animaux, leur comportement déviant et justifier leur régulation. Cette malheureuse campagne illustre ô combien l’image des prédateurs est encore associée à la déviance, à la perversité et à l’injustice, celle-ci étant largement partagée des éleveurs anti-prédateurs à certaines mouvances animalistes. Le dégoût de la prédation pourrait surprendre pour le deuxième groupe, portant il est très présent chez certains théoriciens et militants anti-spécistes qui souhaiteraient intervenir en faveur des pauvres et innocents herbivores afin de les soustraire des crocs des carnivores, la nature étant vue comme profondément inégalitaire. En bref, la réhabilitation des prédateurs dans nos sociétés  et la reconnaissance de leur utilité écosystémique ne sont pas pour tout de suite… Pour conclure rapidement sur les affiches de la RATP et de la SNCF, elles auraient pu s’inspirer de ce qui se fait ailleurs, je pense notamment au Brésil, où les pervers, frotteurs et autres harceleurs sont représentés fidèlement sous leurs traits humains !

 

 

 

 

 

http://www.europe1.fr/societe/ile-de-france-une-campagne-pour-lutter-contre-le-harcelement-dans-les-transports-3590591

Références :

Gullo, A. , Lassiter, U. and Wolch, J. 1998: The cougar’s tale. In Wolch, J. and Emel, J.  (ed.), Animal geographies: place, politics and identity in the nature-culture borderlands, London: Verso , 139-141.

Morizot, B. 2014 « Les diplomates. Cohabiter avec un prédateur sauvage à l’anthropocène ». Revue Semestrielle du Droit Animalier, 2014-1, p. 295-333.

Pour un exemple des débats animalistes sur la prédation :  http://www.cahiers-antispecistes.org/sur-la-predation-reponse-a-philippe-laporte/