Nouvel article de F. Benhammou dans mediapart

Notre collègue F. Benhammou vient de publier un texte revenant sur deux questions fondamentales concernant la coexistence avec le loup et l’ours en France: 1. le traitement médiatique parfois partial et erroné des attaques sur les animaux d’élevage; 2. la complaisance des pouvoirs publics face à certaines formes de violence envers ceux qui sont impliqués à divers degrés dans la gestion ou la protection de ces espèces. L’article peut être lu à cette adresse:

https://blogs.mediapart.fr/farid-benhammou/blog/270820/loup-et-ours-en-france-detresse-ou-decredibilisation-des-eleveurs

Happy ours? Une mise au point utile

Un membre de l’équipe GATO a écrit une petite mise au point très utile sur notre rapport à l’ours. Un bon rappel à méditer!

Nous reproduisons ce texte ici mais l’original peut être consulté à l’adresse: https://apresdemainensemble.wixsite.com/accueil/post/happy-ours

Si vous avez lu mon texte sur le loup, vous savez que la situation des grands prédateurs est complexe et conflictuelle en France. Qu’en est-il pour l’ours ?

Les ours ne s’attaquent pas à l’homme lorsqu’ils ont faim (ils ne dévorent jamais leurs victimes – notre viande n’est pas du tout à leur goût, comme c’est d’ailleurs le cas pour les autres grands prédateurs) mais pour des questions de territoire et de dérangement. Une vidéo tournée il y a quelques semaines en Italie montre d’ailleurs un adolescent reculer tranquillement, un ours le surveillant et se mettant brièvement sur ses pattes arrière (car l’ours a une très mauvaise vue, pas parce qu’il est agressif).

Ces derniers mois, de plus ou moins bonnes nouvelles des ours français ont été diffusées : la mort de Cachou (unique fils de Balou, un ours slovène lâché dans les Pyrénées en 2006), dans des circonstances troubles ; la naissance d’oursons ; la consultation publique (poudre aux yeux de démocratie participative) pour ou contre l’effarouchement des ours, qui se soldera sans aucun doute par un oui à l’effarouchement alors qu’entre 80 et 95 % des participants aura dit non.

En 2020, l’association Pays de l’ours – ADET a publié sa carte annuelle de répartition des ours dans les Pyrénées (https://www.paysdelours.com/fr/ours/ours-pyrenees/point-population-ours-pyrenees.html– elle ne prend pas en compte la mort de Cachou, intervenue quelques temps après sa publication). En 2019, les ours étaient donc une cinquantaine dans les Pyrénées. Même si les chiffres sont encourageants, les ours restent dans une situation délicate.

Jusqu’à une époque récente, le dossier de l’ours recouvrait deux volets territoriaux distincts.

– Le volet béarnais correspondant à un reliquat de population autochtone, qui regroupait moins d’une dizaine d’individus au début des années 1990 et seulement 2 mâles en 2017. Sans intervention, la population était condamnée à l’extinction. Les tentatives des années 1980 pour mettre en place une gestion concertée de cette population béarnaise d’ours (« Plan Ours » de 1984, « Directive Ours » de 1988) se sont heurtées à une résistance obstinée soutenue par le ministère de l’Agriculture, par ses services déconcentrés et les établissements publics. Des conflits intenses ont défrayé la chronique dans les années 1980 et 1990, culminant avec la « guerre de l’ours » autour, entre autres, de la mise en réserve d’un espace minimum vital pour la préservation des derniers ours pyrénéens : les « réserves Lalonde ». À la suite de cet épisode, certains acteurs locaux (élus, chasseurs, socio-professionnels agricoles) aidés par des services du ministère de l’Agriculture, remportent l’épreuve de force et obtiennent, en 1993, que leur soit confiée la gestion de l’ours et des aménagements associés à sa conservation. À cette fin, un Syndicat mixte, l’Institution patrimoniale du Haut Béarn (IPHB), est créé en 1994. Les acteurs locaux et nationaux favorables à l’ours sont alors largement dépossédés du dossier de l’ours en Béarn et voient s’éloigner la perspective d’un renforcement de la population.

– Un deuxième volet est alors ouvert dans les Pyrénées centrales. Un groupe d’élus locaux de la Haute-Garonne montagnarde, encouragé par ARTUS, une importante association de défense de l’ours, décide de créer en 1991 l’Association pour le développement économique et touristique de la haute vallée de la Garonne (ADET, devenue par la suite Pays de l’ours – ADET). Son objectif est de réintroduire des ours afin de valoriser écologiquement et économiquement cette zone rurale fragile. Cependant, le ministère de l’Environnement est réticent. À partir de 1993, le blocage de la situation dans le Haut-Béarn conduit le ministère à changer de stratégie. Il soutient alors le dossier de l’ADET, qui prend forme assez rapidement. Une réintroduction de trois ours originaires de Slovénie (pour des raisons génétiques, géopolitiques et de stocks), deux femelles et un mâle, a donc lieu en 1996 et 1997. Les lâchers sont faits dans la forêt de Melles en Haute-Garonne (Melles est encore aujourd’hui une commune où élus et population protègent les ours et militent activement pour leur conservation). Ces ours, notamment les jeunes (les femelles lâchées étaient pleines), sont beaucoup plus mobiles que certains ne l’avaient prévu et se trouvent répartis sur toute la chaîne des Pyrénées.

L’Espagne a lâché un nouveau mâle en 2016. Les défenseurs de l’ours en France demandent alors au ministère de l’écologie de faire de même, et donc en même temps de respecter ses engagements de protection de l’espèce (seulement deux ours mâles dans le Béarn, énormes problèmes de consanguinité : la population d’ours était condamnée), mais sans résultat, jusqu’à mars 2018, où Nicolas Hulot, ministre de l’environnement, annonce le lâcher de deux ourses dans les Pyrénées. Il démissionne peu après, écœuré de devoir conjuguer écologie et lobbies. Ce lâcher a été confirmé par son éphémère successeur François de Rugy, et effectué par hélicoptère à cause du blocage des routes par les éleveurs le 4 octobre 2018 (pour la première ourse, le second lâcher ayant été fait le lendemain). À peine les hélicoptères passés, les éleveurs ont levé les barrages pour aller en estive faire des battues d’effarouchement.

Mais que reproche-t-on à l’ours ?

En 2017, le nombre d’attaques est de 162 sur animaux et 11 ruchers pour un total de 464 animaux morts et de 34 ruches détruites. Les chiffres sont stables depuis une douzaine d’années alors que le nombre d’ours a augmenté (protection des troupeaux par les patous, clôtures électrifiées). Les dégâts liés à l’ours ne représentent qu’à peine 1% environ des pertesconstatées sur les estives (orages, chutes de pierre, chute des animaux, …). Selon les estimations des éleveurs eux-mêmes, les pertes lors de la transhumance représentent 3 à 5 % du cheptel, soit entre 18 000 et 30 000 bêtes chaque été dans les Pyrénées.

Malgré ces prédations au final très faibles, les voix dénonçant la présence des ours dans les Pyrénées sont puissantes, et audibles, bien que l’ours soit une espèce protégée. Comme pour le loup, c’est le droit international qui protège les ours français. En effet, sans entrer dans les détails, il faut savoir que la protection des grands prédateurs par la loi française n’est pas assurée clairement. Par exemple, au niveau national, l’ours se voit juridiquement attribuer les titres de : « mammifère non domestique », « espèce protégée menacée d’extinction en France », « gibier » et « bête fauve ». L’ensemble de ces qualifications met en évidence l’incohérence du législateur à prendre les mesures adéquates pour protéger l’ours juridiquement. L’Europe a d’ailleurs régulièrement reproché à la France le manque de protection de l’espèce et son état de conservation déplorable. Et la France a joué la montre pendant des années pour ne pas respecter ses engagements, l’État ayant régulièrement reculé face aux protestations d’éleveurs et de chasseurs (qui votent, au contraire des ours !).

Pourquoi cette haine de l’ours ? (Et non, le mot « haine » n’est pas trop fort).

Farid Benhammou, auteur de la thèse « Crier au loup pour avoir la peau de l’ours. Une géopolitique locale de l’environnement à travers la gestion et la conservation des grands prédateurs en France », soutenue en 2007, nous aide à y voir plus clair. Il cite par exemple les mots d’une éleveuse des Hautes-Pyrénées, responsable d’une association anti-ours : « On sent bien que ce sont nos territoires qui sont convoités pour servir à autre chose. On a trop laissé la parole à d’autres qui n’avaient pas nos références historiques, culturelles, à d’autres qui n’étaient pas issus du milieu agricole, rural pyrénéen, il fallait qu’on reprenne l’initiative. C’est Nous les Pyrénées, c’est pas Eux qui vont nous imposer ça ».

Pour plusieurs éleveurs des Pyrénées (pas tous heureusement ! une éleveuse produit des fromages où une empreinte d’ours est visible sur la croute, pour montrer que pour elle, l’ours fait partie intégrante des pâtures pyrénéennes), les prédateurs et la réintroduction de l’ours ne sont que des moyens utilisés pour se débarrasser d’eux. Le problème est le même que pour le loup : les éleveurs veulent (et c’est normal !) pouvoir vivre de leur travail plutôt que de recevoir des subventions, et le grand prédateur est alors un ennemi concret. Des élus les encouragent dans ce discours … Il y a quelques années, Jean Lassalle était prêt à aller chercher des ours en Slovénie à mains nues pour éviter que la population d’ours pyrénéens ne disparaisse, il est aujourd’hui l’un des plus ardents opposants à sa présence.

L’ours bénéficie cependant (et à la différence du loup) d’une image très positive en France, surtout depuis la mort de Cannelle en 2004 (tuée par un chasseur). Des acteurs locaux œuvrent sur le terrain pour favoriser l’acceptation de l’ours (opération estivale Paroles d’ours par exemple : https://www.ferus.fr/benevolat/parole-d-ours) et les récents sondages montrent que les Pyrénéens sont majoritairement favorables au sauvetage de l’espèce.Mais, comme je le disais plus haut, les voix des opposants sont fortes, et très relayées dans les médias. Ainsi, quand des éleveurs se cagoulent et se prennent en photo fusils à la main façon nationalistes corses (2017), la photo fait le tour des médias (https://www.ladepeche.fr/article/2017/09/14/2645335-ariege-armes-encagoules-hommes-annoncent-reouverture-chasse-ours.html) : mais quel média pondèrera la force de cette image en rappelant les chiffres des prédations, la crise de l’élevage, le prix très bas de la viande, la mortalité des bêtes non liée à l’ours mais aux aléas climatiques, gravitaires ou aux maladies ? En rappelant aussi tout simplement que chasser une espèce protégée est un délit ?

Le problème c’est que les opposants aux ours sont toujours aussi déterminés, et que sur Facebook par exemple, des sites permettent d’exhiber fièrement un piège à ours, une bouteille cassée contenant miel, mélangé à du poison ou encore des bris de verre … avec de nombreux commentaires appelant à la destruction de cet animal protégé. On peut aussi se rappeler de ces moments où pour éviter la réintroduction des deux dernières ourses venues de Slovénie des éleveurs ont bloqué les routes et fouillé les camions sous l’œil des gendarmes.

L’ours est un autre exemple de l’urgence qu’il y a à apprendre la cohabitation avec les grands prédateurs (et avec notre environnement « sauvage » en général, environnement dont nous faisons partie). C’est dans le dialogue que cet apprentissage peut se faire, dans le refus de céder aux différents lobbys (chasse, élevage) … mais aussi dans le respect des lois et des textes dont la France est signataire.

Compte-rendu de lecture: « Pourquoi la réintroduction de l’ours est-elle si difficile ? Réalités et contre-vérités sur l’ours brun »

Gérard Caussimont. Pourquoi la réintroduction de l’ours est-elle si difficile ? Réalités et contre-vérités sur l’ours brun, Mont Helios, 2019

Compte-rendu écrit par Farid Benhammou

Gérard Caussimont, un nom historique de la protection de l’ours brun en France, livre ici un ouvrage pédagogique et documenté. Il n’est pas à son premier ouvrage sur la question, mais celui-ci est peut-être le plus synthétique et le plus au prise avec une actualité mise en perspectives. On sent la volonté de la petite maison d’édition de Pau de porter ce propos d’une personne qui est une référence de la protection de l’ours brun, même si ce dernier a longtemps eu un tropisme pour la question de l’ours exclusivement en Béarn, dernier bastion de l’ours autochtone que l’on a laissé disparaître alors que la présence ursine était plus tôt sauvée en Pyrénées centrales dès 1996. Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas Gérard Caussimont, il est président du Fonds d’intervention éco-pastorale qui milite depuis 1975 pour une cohabitation la plus sereine et constructive possible entre l’ours pyrénéen et les bergers. Gérard Caussimont préside cette association depuis les années 1980 quand il a pris la suite du naturaliste et universitaire palois Claude Dendaletche.

Le sous-titre du livre «  Réalités et contre-vérités sur l’ours brun » colle davantage au contenu de l’ouvrage que son titre « Pourquoi la réintroduction de l’ours est-elle si difficile ? » qui n’est qu’un aspect de l’ouvrage. Dans un premier temps, une synthèse historique permet de replacer l’ours dans ses interactions anciennes avec les sociétés pyrénéennes franco-espagnoles, passage fort intéressant où Gérard Caussimont va puiser dans la thèse peu connue qu’il a réalisée jadis sur la question. La présentation des mutations économiques et sociales micro-locales des sociétés ouest-pyrénéénnes sont particulièrement riches. Le reproche a longtemps été fait aux naturalistes béarnais, dont Gérard Caussimont de se focaliser exclusivement sur le théâtre béarnais où la dernière ours autochtones a été tuée par un chasseur en 2004 et de négliger les Pyrénées centrales où des opérations de réintroductions d’ours slovènes ont eu lieu en 1996, 1997 et 2006. Mais, on ne peut moins faire ce reproche à cet ouvrage et l’auteur prend bien en compte la problématique à l’échelle de toutes les Pyrénées. Ensuite, l’ouvrage s’organise en trois parties (« Connaître VRAIMENT(sic) l’Ours » ; « Conserver l’Ours, pourquoi ? » ; « L’Ours et l’Homme : pourquoi est-ce si difficile ? ») et se termine par une conclusion qui est un plaidoyer pour la cohabitation et pour la vie. Le texte est facile à lire, soit d’une traite, soit en le compulsant car des assertions ou idées-reçues, vraies, fausses ou les deux, sont traitées en une à trois pages comme par exemple « Les ours « slovènes » sont plus prédateurs car ils sont nourris avec de la viande ! » (faux évidemment!) ou encore « Les Pyrénéens sont majoritairement favorables à la conservation de l’ours » (vrai). Gérard Caussimont fait non seulement appel à son savoir, pédagogique pour le novice mais classique pour les habitués des ours, mais surtout à des données chiffrées et actualisées, doublées d’une excellente connaissance de terrain. Les passages sur la cohabitation avec l’élevage sont particulièrement précieux, solides et bien argumentés. Dans l’idée-reçue «  L’ours commet parfois des dégâts sur les troupeaux domestiques » (vrai), il démontre rigoureusement les chiffres relativement bas de la prédation des ours sur le cheptel domestique jusqu’en 2016 tant en Béarn que dans les Pyrénées centrales. Il pointe la forte hausse des dégâts à partir de 2017 liés à des dérochements de troupeaux et surtout au fait que les pouvoirs publics indemnisent dès lors au bénéfice du doute faisant de fait exploser les chiffres de la prédation. Notons que cette pratique des autorités pour obtenir la paix sociale est totalement contre-productive car cela conforte les discours les plus alarmistes des opposants à l’ours et partisan d’une gestion plus violente des plantigrades par de l’effarouchement. Avec une grande rigueur et chiffres à l’appui, il démontre aussi que les dégâts sont particulièrement bien indemnisés dans le contexte d’un élevage de montagne qui est déjà bien aidé par les dispositifs de compensation des handicaps naturels. Il ne s’agit pas pour lui de nier la difficulté de l’élevage de montagne et de la cohabitation, mais plutôt de mettre les idées au clair dans une période où les médias sont friands de raccourcis.

Quelques points peuvent surprendre le lecteur averti. Lors de l’historique de la réintroduction des ours dans les Pyrénées, il omet le lâcher du mâle Goïat en 2016 dans les Pyrénées catalanes par les autorités locales et n’évoque cet ours, qui pourtant vit maintenant plus côté français, que bien au-delà de la moitié de l’ouvrage. La mise en perspective européenne et notamment espagnole avec la situation encourageante des ours dans les Monts Cantabriques est globalement intéressante. Lorsqu’il aborde les raisons pour lesquelles les Espagnoles ont refusé de fournir des ours bruns pour les programmes de lâchers français, il évoque une raison contestable par deux fois. Selon lui, les autorités espagnoles auraient refusé de livrer des ours pour se garder une forme de monopole touristique, notamment dans les Monts cantabriques où en effet, l’image de l’ours entre dans le cadre d’une valorisation économique et une filière de tourisme naturaliste en plein essor. Selon nous, la véritable explication du refus espagnole est plus terre à terre. Au tournant des années 2000, avec moins d’une centaine de spécimens, la situation des ours espagnoles des Monts Cantabriques est encore très critique avec une scission en deux noyaux, dont un a failli disparaître. Les autorités ont donc jugé que l’état de conservation de l’espèce ne permettait pas de participer à des programmes de réintroduction dans un contexte ou plusieurs femelles s’étaient faites tuer par des chasseurs dans les montagnes françaises (Mellba, 1996 et Cannelle, 2004). Autre point qui peut étonner : à l’assertion « Il faudra d’autres lâchers d’ours dans les Pyrénées, si nécessaire ! » l’auteur répond vrai et faux. Le Plan Ours 2018-2028 avait enfin débouché sur les lâchers de deux ours en Béarn après que les blocages historiques ont toujours amené à des lâchers en Pyrénées centrales. Gérard Caussimont semblent s’en contenter, y compris à l’échelle des Pyrénées, ce qui ne correspond ni aux conclusions du rapport du Museum de 2013 (qui recommande le lâcher de 6 ours), ni aux demandes des autres associations de protection de la nature pyrénéennes. Le rapport du MNHN de 2013 évoque le lâcher nécessaire de 13 ours en Pyrénées occidentales (10 femelles + 3 mâles), dont 4 femelles urgentes pour commencer à y relancer une dynamique, même la préconisation minimale du rapport (6 ours) est supérieure à ce qu’évoque Gérard Caussimont. Il conseille un temps d’observation puis de faire un bilan. On reconnaît ici le côté très « raisonnable » du FIEP qui veut ménager des partenaires de terrain du milieu pastoral dont les positions ne sont pas toujours stables en matière d’ours. Mais c’est aussi à cause de cette manière de penser que le FIEP, rempli de bonne volonté, à crédibiliser l’Institution Patrimoniale du Haut Béarn en acceptant d’y siéger et en lui donnant une caution environnementale1. Gérard Caussimont reconnaît que la présence du FIEP a pu amoindrir les effets de certains aménagements de montagne portés par l’IPHB préjudiciables aux milieux montagnards mais aux prix d’un temps incommensurable au profit d’une usine à gaz qui servait surtout les intérêts politiques de Jean Lassalle et de ses affidés. Une fois la duplicité de Jean Lassalle au grand jour, le FIEP et Gérard Caussimont ont fini par claquer la porte de l’institution. Quand après avoir réclamé le lâcher d’une ourse en Béarn, le minimum du minimum nécessaire pour y sauver l’ours après la mort de Cannelle en 2004, l’homme politique s’est érigé en farouche opposant à toute réintroduction en Béarn quand le ministre de l’Ecologie Serge Lepeltier initie un plan concret de lâcher en 2005. Le blocage politique en Béarn à tout lâcher s’est alors renforcé. Il serait d’ailleurs intéressant que Gérard Caussimont développe plus (dans un autre ouvrage?) cette expérience de pseudo-concertation qui a contribué à lui ouvrir les yeux sur les aspects très géopolitiques de la conservation de l’ours2.

Cet ouvrage est donc un livre usuel, très pratique qui pourra plaire à un large public et qui montre une pensée construite et argumentée au service de la protection de l’ours dans les Pyrénées, et à l’échelle de tout le massif.

1Pour des précisions sur cette institution censée mettre les conditions d’une cohabitation durable avec l’ours et qui a fait le contraire, se reporter à L. Mermet, 2001. « L’institution patrimoniale du haut Béarn : Gestion intégrée de l’environnement, ou réaction anti-environnementale ? », in Responsabilités et Environnement, Annales des Mines, 21, janvier 2001 : 9-21.

2Lire F. Benhammou, 2005. « Vendre la peau de l’ours avant de l’avoir sauvé, « Vendre la peau de l’ours avant de l’avoir sauvé ? Une géopolitique locale de la conservation d’une espèce animale emblématique », in L’ours des Pyrénées, les 4 vérités, Editions Privat, Toulouse : 77-120.

Numéro spécial ours pour le Courrier de la Nature

Farid Benhammou a coordonné un numéro spécial du Courrier de la Nature sur les ours où la réflexion géographique est prégnante.

http://www.snpn.com/produit/le-courrier-de-la-nature-special-ours/

Voici le lien annonçant la publication du numéro et donnant un aperçu du sommaire:


Une protection de l’ours encore sous tension (France Info)

Une parfaite illustration des enjeux géopolitiques autour de la protection des ours pyrénéens: https://www.francetvinfo.fr/decouverte/ours/recit-on-n-a-pas-tue-d-homme-juste-un-ours-quatorze-ans-apres-la-mort-de-cannelle-hante-toujours-la-vallee-daspe_2715232.html