Le Japon, futur hotspot des conflits humains-faune sauvage ?

En 2016, le fameux journal Nature publiait un article évoquant les risques d’augmentation à l’échelle globale des conflits humains-faune sauvage en pointant notamment l’Afrique subsaharienne, l’Inde et l’Amérique Latine comme des futurs hotspots, ceci en raison de l’avancée des activités humaines (fronts agricoles, extractivistes, périurbains) sur les derniers milieux que l’on pourrait qualifier, faute de mieux, de « naturels ». Ce modèle prédictif ne donnait pas grande importance au Japon, classé parmi les pays où le risque de croissance des conflits était faible. Or, à en croire un article récent de la revue Courrier International, ce pays semble connaître actuellement une recrudescence d’attaques d’ours sur les personnes, ainsi que celles de cerfs et de singes sur les cultures. La raison ? Une déprise démographique qui s’amorce sur une grande partie du territoire japonais et qui profite à la grande faune, celle-ci tirant également partie des équipements humains (routes, barrages en béton), notamment pour s’approvisionner en sels minéraux, ce qui dope sa santé et sa vigueur sexuelle ! Avec une perte annoncée de 30% de sa population d’ici 2065 et une forte tendance à la concentration territoriale, la situation risque fort de s’envenimer dans les prochaines années, ce qui pourra peut-être faire figurer le Japon dans la liste des hotspots des conflits mentionnée précédemment.

Références :

Courrier International, dossier spécial Japon: https://www.courrierinternational.com/article/societe-dans-les-campagnes-japonaises-la-nature-reprend-ses-droits

Di Minin, E., Slotow, R., Hunter, L. T., Pouzols, F. M., Toivonen, T., Verburg, P. H., … & Moilanen, A. (2016). Global priorities for national carnivore conservation under land use change. Nature Scientific Reports, 6, https://www.nature.com/articles/srep23814