Deux nouvelles parutions sur les études animales

Viennent d’être publiés aux éditions de l’Harmattan deux livres portant sur les relations entre animaux humains et animaux non-humains. Dans celui abordant plus spécifiquement l’épistémologie des études animales se trouve un texte faisant état des réflexions des géographes français autour des animaux non-humains coécrit par G. Marchand, Ph. Sierra et F. Benhammou. Après un premier rappel sur la chronologie de cette branche émergente de la géographie, ce texte revient sur la façon dont les animaux poussent les géographes à repenser certains de leurs concepts (territoire, nature, culture), à renouer avec certains savoir-faire oubliés (cartographie du vivant) et à participer aux débats autour de l’éthique animale.

Ces deux ouvrages peuvent être commandés sur le site des éditions de l’Harmattan:

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=65425&razSqlClone=1

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=65424&razSqlClone=1

Rappel sur l’épistémologie de la géographie animale sur Géoconfluences

Farid Benhammou a publié il y a quelques temps déjà un petit texte sur l’épistémologie de la géographie animale sur le site Géoconfluences. Outre sa présentation des différents auteurs français travaillant sur cette question, ce texte a notamment le mérite de replacer la géographie dans le champ plus large des études animales avec, en prime, des indications bibliographiques indispensables pour qui souhaiterait se lancer dans une recherche sur les relations anthropozoologiques.

Voici le lien menant à son texte: http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/changement-global/geographie-des-animaux/la-geographie-et-les-animaux

Ce texte ouvre un dossier où l’on retrouve d’autres contributions abordant les animaux (ours kermode et cétacés): http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/changement-global

Parution autour des géographes et la nature

Le numéro spécial du Bulletin de l’association des géographes français intitulé « Les géographes et la Nature: regards nouveaux » est désormais disponible en version papier mais aussi en ligne. Philippe Sierra, Farid Benhammou et moi-même y signons un article abordant la géographie animale française et sa façon de traiter l’objet « Nature ». Je reproduis ici le résumé de l’article:

« Au cours des vingt dernières années, on a assisté dans la géographie anglo-saxonne et secondairement chez les géographes français à l’essor d’une géographie animale, ou, plus justement, d’une géographie des animaux non humains. Se saisir pleinement de l’étude géographique des animaux, délaissée tant par les tenants de la géographie physique, souvent désarmés intellectuellement pour les étudier, que par ceux de la géographie humaine, souvent nombreux à rejeter les considérations environnementales pour des raisons épistémologiques (ce serait déterministe) ou idéologiques (écolo-scepticisme, « humanisme »), a ouvert la voie en fait à de nouvelles approches d’une géographie réconciliée. Ce faisant, l’approche des animaux permet de revisiter les notions de territoire, d’Habiter, de repenser les méthodes de la cartographie animale utilisées par les biologistes/éthologues et aussi de poser des questions éthiques et politiques sur notre rapport à l’environnement mais surtout aux autres. En décentrant le regard des finalités strictement humaines vers les relations humains-non humains, voire en permettant d’appréhender le point de vue animal, cette branche en constitution permet aussi de repenser l’objet « nature », à la fois en dépassant la dichotomie nature/culture déjà dénoncée mais aussi en posant de manière explicite la question de nos définitions de ces termes, et en particulier de la notion de « nature sauvage », que l’on entendra ici comme celle qui n’est pas domestiquée.
Dans un premier temps, il s’agira donc de faire le point sur les apports épistémologiques de la géographie animale à l’approche des environnements « naturels » (quels auteurs ? quel environnement considéré ? quelle « nature » déduite ?). Nous montrerons comment ces nouvelles approches doivent conduire à réviser notre regard de géographe sur la « nature ». Pour cela nous nous appuierons sur la question de la gestion d’espèces sauvages en nous appuyant sur le cas de l’Ibis sacré dans l’Ouest français ».

Lien vers le texte: https://journals.openedition.org/bagf/4886

Les géographies animales françaises, anglo-saxonnes et brésiliennes dans la revue Confins

Les sciences humaines et les humanités brésiliennes ont amorcé dans les années 2010 leur « tournant animal ». Il y eut certes des précédents notables dans l’anthropologie indigéniste nationale qui abordait déjà de façon détaillée les relations complexes des amérindiens aux animaux sauvages, les écrits d’E. Viveiros de Castro constituent dans ce domaine une référence, toutefois, les années 2010 se caractérisent par un double mouvement de diversification, d’une part, une diversification des disciplines tentant d’intégrer l’animal dans leur champ d’analyse et, d’autre part, une diversification des contextes et situations étudiés. Au sein de ce « tournant animal », la géographie brésilienne est encore en retrait, ce qui a stimulé l’écriture du texte qui vient de paraître dans la revue franco-brésilienne Confins afin de mieux faire connaître au public brésilien les géographies animales pratiquées en France, dans le monde anglo-saxon et au Brésil. Pour parvenir à cet objectif, il était indispensable d’écrire le texte en portugais, les ressources sur la géographie animale dans cette langue ou celle des pays voisins étant rares. Le fait d’écarter le français ou l’anglais est ici volontaire et fait partie de cette stratégie de « décolonisation » de la géographie animale que nous abordons brièvement dans le texte. Le choix des auteurs et des exemples donnés concourt également à cette stratégie, l’idée étant de montrer qu’il est possible d’aborder conjointement des problématiques sociales (inégalités, discriminations) et animales (conservation, utilisation économique, éthique et justice animale), les étudiants en géographie des universités brésiliennes et leurs professeurs étant très portés sur les premières et voyant dans les secondes qu’une « lubie » des pays développés et industrialisés. Nous joignons ici le résumé en français du texte et le lien de la publication.

Le lien : https://journals.openedition.org/confins/16008

Le résumé :

Au cours des 25 dernières années, la géographie humaine est passée par un processus de diversification afin d’intégrer de nouveaux objets d’étude dans son champ de réflexion, parmi lesquels figurent les animaux. Le présent article vise à présenter les principes de la géographie animale à un public universitaire qui le méconnait. Dans cette optique, nous proposerons une rétrospective de l’évolution des géographies animales anglo-saxonnes et françaises, révélant leurs points de convergence et de divergence. Nous avons décidé de nous restreindre à ces deux pôles de production universitaire partant du principe qu’ils offrent généralement les principales sources de référence bibliographique aux géographes brésiliens pour les sujets de recherche émergents. Enfin, nous proposerons quelques éléments de réflexion sur les conditions de croissance de la géographie animale au Brésil et sa contribution potentielle à la décolonisation de la géographie animale.

Présence des membres de GATO à la journée AGF 2018 sur la nature

Philippe Sierra présentera à la journée de l’Association des Géographes Français intitulée « Les géographes et la nature. Nouveaux regards » une communication ayant pour titre: « Repenser la nature sauvage avec la géographie animale« . Communication préparée collectivement avec Farid Benhammou et moi-même.

Le programme complet peut être téléchargé à cette adresse: https://geotamtam-forum.net/index.php?t=tree&goto=803&

Le collectif GATO présent au colloque « Les études animales sont-elles bonnes à penser? »

 

Trois membres du collectif GATO (Guillaume Marchand, Philippe Sierra et Farid Benhammou) présenteront une communication au colloque international intitulé « Les études animales sont-elles bonnes à penser? » organisé par l’Université de Strasbourg (8-10 novembre), dont voici le résumé:

La géographie animale française et sa trajectoire dans l’appréhension des territoires plus-qu’humains

En 2004, dans Le Paysage animal, Xavier de Planhol proposait une zoogéographie du rapport à la grande faune qui rappelait cette évidence : des territoires, au sens d’espaces appropriés, autres qu’humains préexistaient aux sociétés actuelles qui ont imposé leurs territorialités. Ce faisant, cette publication mettait au jour un double oubli d’une géographie alors très divisée entre, d’une part, une géographie sociale qui avait exclu les dynamiques naturelles de son propos et, d’autre part, une géographie physique qui s’était depuis longtemps intéressée aux transformations phytogéographiques, hydrologiques et géomorphologiques des milieux, mais avait à peine considéré les animaux. Depuis une quinzaine d’années, les études de géographes français sur les animaux se sont multipliées, permettant de dépasser ce double déni et de repenser le territoire, notamment en s’intéressant aux interrelations entre les dynamiques sociales, politiques, animales et parfois végétales dans la construction des territoires, leur requalification ou leur insertion dans différents réseaux. Le présent texte se proposera de dresser un bilan de ces productions, en faisant état des avancées obtenues sur les plans épistémologiques, conceptuels et méthodologiques mais aussi des lacunes qui restent à combler. Nous profiterons de cette rétrospective pour évoquer les difficultés que rencontrent certains géographes animaliers français pour faire reconnaître leurs travaux, mais aussi leurs idées sur les relations hommes/animaux et le statut de ces derniers, face à une tradition disciplinaire fortement marquée par l’anthropocentrisme et relativement critique vis-à-vis de ce qui pourrait le menacer (théories environnementalistes ou animalistes dites « radicales »). Situation qui est en passe d’évoluer, comme en témoigne le choix thématique du nouveau Festival International de Géographie, où les questions éthiques et l’animalisme seront discutés.

Le programme complet du collooque est disponible à l’adresse: https://sites.google.com/site/droitetethiquedelanimal/ue-debats-ethique-animale/colloque-interdisciplinaire-et-international-les-etudes-animales-sont-elles-bonnes-a-penser