Appel à articles pour le colloque living forests

Nous mettons en lien la page contenant l’appel à communication pour le colloque international « Habitats forestiers et forêts habitées » où les interactions entre populations humaines et faune sauvage seront à l’honneur. La date de soumission des propositions a été étendue.

https://living-forests.sciencesconf.org/resource/page/id/6

Compte-rendu de l’ouvrage « Atlas de la vie sauvage »

Cheshire, J. Uberti, O., 2017. Atlas de la vie sauvage. Paris, Les Arènes, 176 p.

http://www.arenes.fr/livre/atlas-de-vie-sauvage/

Lors de la préparation du numéro spécial « animaux » pour Historiens et Géographes, mon collègue Farid Benhammou m’avait parlé de cet ouvrage avec enthousiasme, par manque de temps, je n’avais pu m’y plonger, erreur que j’ai corrigée lors de cette période estivale.

À mon sens, tout géographe qui se respecte devrait avoir lu cet Atlas, d’une part pour sa qualité graphique exceptionnelle (bien que certaines traces animales soient un peu difficiles à suivre parfois) mais aussi parce qu’il nous fait plonger dans l’existence des animaux cartographiés. Farid Benhammou a eu raison d’insister sur cet aspect dans ses différentes présentations de l’ouvrage car celui-ci nous permet de pénétrer dans l’intimité des protagonistes en replaçant les déplacements observés dans leur contexte biographique, en livrant un certain nombre d’anecdotes sur ces derniers mais aussi en essayant de restituer certaines de leurs stratégies ou de leurs émotions. Tous ces éléments permettent d’adopter le fameux « point de vue de l’animal » tant recherché par les spécialistes de la question issus des humanités et des sciences humaines. En ce sens, ce livre s’éloigne des descriptions volontairement distanciées des écologues ou des biologistes et fait écho aux vœux de Sarah Whatmore dans son fameux traité de « géographie hybride », celle-ci souhaitait notamment « réanimer » cette discipline en s’intéressant à la dimension sensible et à la vie des êtres qui avaient été mis en carte. La partie sur les animaux aquatiques m’a particulièrement intéressée car elle est venue m’apporter une réponse à un problème que j’avais rencontré lorsque je donnais mon séminaire sur les Human-Animal Studies à l’Université Fédérale de l’Amazonas. Lorsque nous avions abordé les questions d’agentivité, certains d’entre eux ayant lu  What is it like to be a bat?  de Thomas Nagel, ou du moins ses commentateurs, soulignaient l’impossibilité d’accéder à l’expérience de certains animaux vus que certains de leurs sens nous étaient inconnus. L’exemple utilisé était souvent l’écholocalisation. En effet, comment la représenter ? Comment la vivre à la première personne ? Pour leur répondre, je m’étais inspiré d’un film de série Z (l’infâme Dardevil incarné par Ben Affleck pour ne pas le nommer), afin de leur expliquer que parfois l’imagination humaine permettait de s’en approcher, dommage qu’à cette époque, je n’avais pas connaissance des fameux échogrammes (p.84), j’aurais eu une démonstration plus parlante et moins entachée de pop-culture.

En dehors de cette manière particulière et très enrichissante de s’approcher au plus près de l’existence animale, ce livre est, à mes yeux, également indispensable pour ces quatre principaux enseignements. Le premier, et non des moindres, est que nous en savons encore très peu sur le comportement spatial des animaux. Les différents chapitres démontrent qu’ils s’évertuent encore à faire des choses que l’on n’attend pas d’eux et à faire mentir les principaux spécialistes de la question. Parmi les exemples les plus cocasses, citons celui des éléphants africains qui s’amusent à traverser des routes quelques jours après la parution d’un superbe article scientifique prouvant qu’ils ne le font jamais ! Le livre montre que la cartographie animale est également un bon outil afin d’illustrer l’impact des activités anthropiques sur le comportement spatial des autres espèces. Deux chapitres abordent notamment les migrations d’oiseaux en Europe (goélands et cigognes), pointant le fait qu’elles sont plus rares et moins longues qu’avant car ces volatiles trouvent dans les décharges des réserves inépuisables de nourriture. Le deuxième est relatif à la conservation, l’un des deux auteurs (James Cheshire) insiste en conclusion sur la complémentarité entre conservation, d’un côté, et avancée scientifique et technologique, de l’autre. Le développement de la cartographie animale est, en effet, indispensable à l’élaboration de stratégies de conservation efficaces, les méthodes de suivis couplées à des modélisations plus ou moins sophistiquées permettent aujourd’hui de délimiter de façon optimale les tracés des réserves ou des corridors écologiques. Elles permettent également de tordre le cou à certaines fausses bonnes idées comme la translocation des prédateurs plus ou moins problématiques car les individus appartenant à des espèces éminemment territoriales reviennent pratiquement toujours dans leur territoire d’origine, le livre le démontre bien avec le cas des crocodiles australiens. En retour, sans conservation, des informations importantes sur le comportement des espèces ou sur le fonctionnement des écosystèmes risquent de se perdre à jamais. Le troisième, a trait à l’ingéniosité humaine pour suivre les animaux. On découvre en effet dans ce livre que ceux qui entreprennent un jour de suivre les animaux sont d’inépuisables « géo trouvetout » qui savent faire feu de tout bois en adaptant des technologies existantes à leurs besoin (utilisation des drones pour le suivi des nids d’orang-outan, de mini code-barres pour celle d’une fourmilière) ou en développant de nouvelles (logiciels, capteurs divers, algorithmes de modélisations…). En plus de l’ingéniosité pour le développement des protocoles de recherche et la technologie à utiliser, la cartographie animale demande aussi une bonne dose d’activité physique, bon nombre de chercheurs n’hésitant pas à pister « à l’ancienne » leurs sujets d’étude afin de peaufiner leurs données. Enfin, le quatrième point soulevé par le livre est l’importance du suivi animal pour les sociétés humaines. L’étude du comportement spatial des autres espèces vivantes permet de résoudre certains problèmes humains, j’ai déjà évoqué sur ce même blog les « algorithmes blob » qui permettent d’optimiser les réseaux de transport ou de circulation des données, le livre offre d’autres exemples dans son épilogue mettant en parallèle les méthodes de suivi animal et le « géoprofilage » des humains. Pour illustrer leur propos les auteurs publient une carte visant à restituer le « domaine vital » des londoniens ayant pour épicentre les principales galeries commerciales… Pour ma part, j’y ai vu une certaine ironie du sort, alors que les cartes pour les autres espèces illustrent leurs difficultés à survivre, celle-ci renforce notre principal travers (et l’une des causes du désastre environnemental en marche) : le fait que notre existence soit principalement tournée vers la consommation !

Espérons que cet Atlas de la vie sauvage puisse créer des vocations en France où la zoogéographie est quasi-inexistante en dehors des travaux de Xavier de Planhol compilés dans son Paysage animal… (2004) ou ceux de Sarah Bortolamiol développés autour de sa thèse (2014).

N.B: Il est possible de trouver une autre recension de cet ouvrage rédigée par Farid Benhammou dans le Libé des géographes du 28 septembre 2017 à l’adresse: https://next.liberation.fr/livres/2017/09/27/des-gps-pour-suivre-les-animaux-a-l-atlas_1599342

Références citées :

Bortolamiol, S, 2014. Interactions hommes-chimpanzés-forêt. Approche spatiale et territoriale de la répartition des chimpanzés, des perceptions locales et de la gestion de la biodiversité (Sebitoli, parc national de Kibale, Ouganda). Paris, Thèse de doctorat de Géographie, Université Paris Diderot, 353p.
Planhol X., 2004. Le Paysage animal. L’homme et la grande faune : une zoogéographie historique, Paris, Fayard, 1127 p., 2004.
Thomas, N., 1974 « What is it like to be a bat?. » The philosophical review 83.4 (1974): 435-450
Whatmore S., 2002. Hybrid geographies: Natures cultures spaces. Sage, 225 p.


Compte-rendu de l’ouvrage : « The Lynx and Us »

HETHERINGTON D. and GESLIN L. (2018), The Lynx and Us, Scotland : The Big Picture, 170p.

   Le Lynx boréal (Lynx lynx) fait partie des grands carnivores d’Europe. Pourtant, il reste méconnu, ce qui peut nuire aux projets de renforcement ou de réintroduction de l’espèce. David Hetherington, écologiste écossais travaillant au parc national des Cairngorms, et auteur d’une thèse en 2005 sur la faisabilité de la réintroduction du Lynx en Écosse, souhaite y remédier dans son ouvrage The Lynx and Us, dans lequel il dresse à grands traits un portrait du félin. Son texte est accompagné des photographies de Laurent Geslin, prises dans l’ensemble de l’Europe – et principalemnt dans le Jura suisse – au cours d’affûts ou au moyen de pièges photographiques.

David Hetherington

Laurent Geslin

   

 

 



      Au fil des quatre premiers chapitres, l’ouvrage puise dans des exemples de toute l’Europe pour revenir sur les difficultés, voire les conflits, que peut susciter la présence du Lynx, mais aussi sur les potentialités que celle-ci représente et les motifs pouvant présider à la conservation ou à la réintroduction de l’espèce. Dans le cinquième et dernier chapitre, le cas du Royaume-Uni est abordé en vue de promouvoir la réintroduction de l’espèce sur l’île.

      Le premier chapitre, intitulé The Enigmatic Lynx, se concentre sur la biologie et l’écologie communes aux quatre espèces de lynx : Lynx roux (Lynx rufus) et Lynx du Canada (Lynx canadensis) que l’on trouve en Amérique du nord, puis Lynx pardelle (Lynx pardinus) et Lynx boréal, présents sur le vieux continent. Cependant, seule la dernière espèce est abordée dans le reste de l’ouvrage. David Hetherington rappelle que ce mammifère est un chasseur solitaire, dont la proie favorite est le chevreuil (Capreolus capreolus). Son territoire, plus ou moins boisé, est d’une taille variable selon la localisation en Europe, le sexe de l’animal et bien sûr selon la disponibilité en proies : de 600 à 1400 km² pour les mâles et de 300 à 800 km² pour les femelles en Scandinavie, contre 100 km² en moyenne pour une femelle et 160 en moyenne pour un mâle plus au sud de l’Europe. Son espérance de vie dépasse rarement quatre ou cinq ans selon l’auteur, du fait de causes naturelles mais aussi anthropiques, telles que la chasse ou les collisions avec les véhicules.

         Après ces quelques éléments de contexte, l’auteur retrace brièvement l’histoire du Lynx boréal en Europe, dans une seconde partie (The Fall and Rise). Il y mobilise diverses sources : sources archéologiques d’abord, sources manuscrites ensuite. Dans une grande partie de l’Europe, la présence du Lynx remonterait au Néolithique et à l’Age de bronze. Le mammifère est alors chassé pour sa viande ainsi que pour sa fourrure. On recherche ensuite à bénéficier des vertus thérapeutiques et protectrices qui lui sont attribuées (griffes suspendues aux berceaux des nouveaux-nés par exemple, chez les Nanaï d’Extrême-Orient). Dans le même temps, les élites le considèrent toujours comme un concurrent dans leurs activités cynégétiques. Ainsi est-il chassé à travers les siècles. Parallèlement, l’exploitation croissante du milieu par les humains conduit à une diminution et une fragmentation des milieux boisés, donc de son habitat, et une diminution de la disponibilité en proies. Par conséquent, le Lynx boréal disparaît progressivement à partir du XVIIe puis du XVIIIe siècles, pour ne compter plus que quelques individus au XXe siècle.  Son retour progressif sur le territoire européen se fait désormais sous l’influence de divers facteurs : exode rural ; événements politiques et militaire majeurs (la seconde guerre mondiale ou la chute de l’URSS, à l’occasion desquelles la chasse diminuent, des relations commerciales, notamment autour du commerce de la fourrure, sont rompues). Cependant, dans l’Europe centrale et de l’ouest, où l’occupation humaine est particulièrement importante et fragmente considérablement les habitats du mammifère, son retour naturel est très difficile. Par conséquent, des réintroductions ont été entreprises dès le début des années 1970. Si le premier projet bavarois échoue, les expériences suisses qui lui font suite dans les Alpes et le Jura sont un succès. Les réintroductions se succèdent ensuite régulièrement – deux sont en cours en Autriche et en Allemagne – mais cinq seulement auraient réussi selon l’auteur.

              Ce retour du félin donne lieu à des situations diverses, développées dans le troisième chapitre (Conflict and coexistence). Dans une majeure partie de l’Europe de l’est par exemple, le travail des bergers et les dispositifs mis en place pour limiter la prédation par les ours et les loups permettent dans le même temps d’éloigner les lynx. A l’inverse, la Norvège est le lieu d’un conflit important : entre 7 000 et 10 000 pertes de moutons sont  attribuées au Lynx chaque année. Cependant, ces chiffres sont controversés, puisque les dégâts avancés sont rarement vérifiés, ce qui remet en cause la véritable responsabilité du Lynx dans ces pertes. Les conflits, lorsqu’ils existent, varient à travers l’Europe. Le cas suisse est intéressant, puisqu’il met en jeu différents acteurs. Bergers, fermiers mais aussi chasseurs sont hostiles à la présence du Lynx, qui menacerait le bétail ou le gibier. La situation est d’autant plus problématique que ces acteurs n’ont pas été consultés lors de la réintroduction du félin, entreprise par des écologistes et des environnementalistes dans les années 1970. Cependant, la Suisse procède également à des expérimentations originales qui laisse entrevoir la possibilité d’une cohabitation. Pour remédier aux attaques sur les troupeaux, les chiens de bergers sont par exemple épaulés par des ânes et des lamas !

            Le chapitre suivant (Icon of the Wild) insiste donc au contraire sur les opportunités que représente le Lynx pour l’environnement – place élevée dans les chaînes trophiques ; carcasses laissées par le lynx utiles à d’autres animaux – et l’économie locale, grâce au potentialités touristiques notamment.

          Le cas britannique, abordé dans le cinquième et dernier chapitre (The UK – A Case Study), vient à la fois illustrer et prolonger ce qui a été dit précédemment. Une réintroduction serait le seul moyen pour le « petit lion de la Grande-Bretagne » (p.122) de recoloniser l’île, alors qu’il en a disparu au plus tard au début de la période moderne. Son retour représente donc aussi un défi, puisque son absence de plusieurs siècles est allée de pair avec une évolution des paysages et la quasi disparition du mammifère de la mémoire collective. Son retour n’en demeure pas moins possible. D’une part, l’Ecosse est très riche en cervidés (entre 200 000 et 350 000 chevreuils, et entre 360 000 et 400 000 cerfs, soit la population la plus importante d’Europe), autant de proies potentielles pour le prédateur. D’autre part, ce pays a connu un reboisement important depuis le XXe siècle, ce qui devrait lui permettre de soutenir une population de lynx viable (estimée à 200 individus). Deux espaces de réintroduction potentiels sont ainsi identifiés : le plus petit serait au sud de l’Écosse, à la frontière avec l’Angleterre, autour de la forêt de Kielder ; le plus important couvrirait quant à lui 15 000 km² dans les Highlands écossais, au nord du pays, d’est en ouest. De manière générale, l’Écosse semble donc pour l’auteur un territoire privilégié au sein du Royaume-Uni pour réintroduire le félin. Le risque de conflits y est faible selon David Hetherington. A titre d’exemple, il rappelle que le prédateur se tournerait plutôt vers les populations de cervidés des espaces boisés, tandis que la chasse, pratiquée par une petite élite seulement, s’intéresse davantage aux populations de plaines découvertes. Parallèlement, la présence du Lynx pourrait renforcer l’attractivité touristique du pays qui mise aujourd’hui sur le tourisme de nature.

               C’est donc sur une touche optimiste que conclut David Hetherington. S’il n’omet pas de souligner les difficultés que peut représenter la présence du mammifère pour les humains et leurs activités, il insiste également tout au long de l’ouvrage sur les opportunités écologiques, économiques et l’obligation morale qui doivent encourager la cohabitation avec le Lynx,. L’ouvrage, synthétique, met encore l’accent sur les aspects écologiques. Les aspects socio-culturels restent donc encore à être approfondis. Les photos qui accompagnent le texte sont quant à elles un réel appui pour ce dernier. Les premières, presque surréalistes, sont captivantes et ne peuvent que susciter l’intérêt du lecteur pour l’espèce dont il est question. Beaucoup parlent aussi d’elles-mêmes et attire l’attention sur un certain nombre de points abordés par ailleurs : la fragmentation des habitats par les activités et infrastructures humaines ; les risques ainsi encourus, notamment les collisions avec les véhicules. The Lynx and Us constitue ainsi une riche introduction aux enjeux posés par la présence et l’éventuelle réintroduction du Lynx boréal en Europe.