Nouvel article de F. Benhammou dans mediapart

Notre collègue F. Benhammou vient de publier un texte revenant sur deux questions fondamentales concernant la coexistence avec le loup et l’ours en France: 1. le traitement médiatique parfois partial et erroné des attaques sur les animaux d’élevage; 2. la complaisance des pouvoirs publics face à certaines formes de violence envers ceux qui sont impliqués à divers degrés dans la gestion ou la protection de ces espèces. L’article peut être lu à cette adresse:

https://blogs.mediapart.fr/farid-benhammou/blog/270820/loup-et-ours-en-france-detresse-ou-decredibilisation-des-eleveurs

Nouvelle tribune de Farid Benhammou sur la complaisance des pouvoirs publics vis-à-vis des opposants les plus radicaux à Ysengrin

Nous relayons la nouvelle tribune de Farid Benhammou autour des conflits humains-loups, celle-ci mettant au jour les violences contre ceux qui étudient, observent ou défendent les loups:

https://www.liberation.fr/debats/2020/01/13/le-loup-la-culture-et-les-menaces-de-mort_1772746Le loup, la culture et les menaces de mort

Annonce de parution: L’Apartheid et l’animal d’Estienne Rodary

Nous relayons ici l’annonce de la publication de l’ouvrage L’Apartheid et l’animal de notre estimé collègue Estienne Rodary aux éditions Wildproject, en espérant vous proposer bientôt un compte-rendu détaillé de celui-ci.

http://www.wildproject.org/apartheid-animal.php

Nouvelle tribune de Farid Benhammou sur les problèmes de coexistence faune sauvage-monde agricole (Libération)

Nous proposons ici un lien vers cette tribune ô combien instructive sur la gestion des conflits humains-faune sauvage par l’État Français.

https://www.liberation.fr/debats/2019/09/11/loup-entre-mensonges-violences-agricoles-et-bienveillance-de-l-etat_1750230

Annonce de séminaire autour de la géographie animale (avril 2019)

Le jeudi 11 avril 2019 sur le campus de l’université de Poitiers se tiendra le séminaire « ANIMAUX : objets géographiques pour l’étude des espaces ruraux » organisé par le laboratoire RURALITÉS en association avec le collectif de recherche GATO.

Trois interventions sont prévues:

Géopolitique de la faune sauvage en France : une gestion publique par la violence ?

Farid Benhammou, Chercheur associé au Laboratoire Ruralités, professeur de géographie en CPGE, lycée C. Guérin (Poitiers)

La figure de l’animal invasif-exotique et nature sauvage : l’apport de la géographie

Philippe Sierra, Agrégé et Docteur en géographie, professeur de de géographie en CPGE à Toulouse

Coexister avec un indésirable : le cas du dauphin rose amazonien

Guillaume Marchand , Docteur en géographie, chercheur associé au Centre des Sciences de l’Environnement, Université Fédérale de l’Amazonas (Manaus, Brésil)

Pour les inscriptions, contacter Farid Benhammou fbenhammou2002@yahoo.fr

 

Compte-rendu de l’ouvrage : “The Lynx and Us”

HETHERINGTON D. and GESLIN L. (2018), The Lynx and Us, Scotland : The Big Picture, 170p.

   Le Lynx boréal (Lynx lynx) fait partie des grands carnivores d’Europe. Pourtant, il reste méconnu, ce qui peut nuire aux projets de renforcement ou de réintroduction de l’espèce. David Hetherington, écologiste écossais travaillant au parc national des Cairngorms, et auteur d’une thèse en 2005 sur la faisabilité de la réintroduction du Lynx en Écosse, souhaite y remédier dans son ouvrage The Lynx and Us, dans lequel il dresse à grands traits un portrait du félin. Son texte est accompagné des photographies de Laurent Geslin, prises dans l’ensemble de l’Europe – et principalemnt dans le Jura suisse – au cours d’affûts ou au moyen de pièges photographiques.

David Hetherington

Laurent Geslin

   

 

 



      Au fil des quatre premiers chapitres, l’ouvrage puise dans des exemples de toute l’Europe pour revenir sur les difficultés, voire les conflits, que peut susciter la présence du Lynx, mais aussi sur les potentialités que celle-ci représente et les motifs pouvant présider à la conservation ou à la réintroduction de l’espèce. Dans le cinquième et dernier chapitre, le cas du Royaume-Uni est abordé en vue de promouvoir la réintroduction de l’espèce sur l’île.

      Le premier chapitre, intitulé The Enigmatic Lynx, se concentre sur la biologie et l’écologie communes aux quatre espèces de lynx : Lynx roux (Lynx rufus) et Lynx du Canada (Lynx canadensis) que l’on trouve en Amérique du nord, puis Lynx pardelle (Lynx pardinus) et Lynx boréal, présents sur le vieux continent. Cependant, seule la dernière espèce est abordée dans le reste de l’ouvrage. David Hetherington rappelle que ce mammifère est un chasseur solitaire, dont la proie favorite est le chevreuil (Capreolus capreolus). Son territoire, plus ou moins boisé, est d’une taille variable selon la localisation en Europe, le sexe de l’animal et bien sûr selon la disponibilité en proies : de 600 à 1400 km² pour les mâles et de 300 à 800 km² pour les femelles en Scandinavie, contre 100 km² en moyenne pour une femelle et 160 en moyenne pour un mâle plus au sud de l’Europe. Son espérance de vie dépasse rarement quatre ou cinq ans selon l’auteur, du fait de causes naturelles mais aussi anthropiques, telles que la chasse ou les collisions avec les véhicules.

         Après ces quelques éléments de contexte, l’auteur retrace brièvement l’histoire du Lynx boréal en Europe, dans une seconde partie (The Fall and Rise). Il y mobilise diverses sources : sources archéologiques d’abord, sources manuscrites ensuite. Dans une grande partie de l’Europe, la présence du Lynx remonterait au Néolithique et à l’Age de bronze. Le mammifère est alors chassé pour sa viande ainsi que pour sa fourrure. On recherche ensuite à bénéficier des vertus thérapeutiques et protectrices qui lui sont attribuées (griffes suspendues aux berceaux des nouveaux-nés par exemple, chez les Nanaï d’Extrême-Orient). Dans le même temps, les élites le considèrent toujours comme un concurrent dans leurs activités cynégétiques. Ainsi est-il chassé à travers les siècles. Parallèlement, l’exploitation croissante du milieu par les humains conduit à une diminution et une fragmentation des milieux boisés, donc de son habitat, et une diminution de la disponibilité en proies. Par conséquent, le Lynx boréal disparaît progressivement à partir du XVIIe puis du XVIIIe siècles, pour ne compter plus que quelques individus au XXe siècle.  Son retour progressif sur le territoire européen se fait désormais sous l’influence de divers facteurs : exode rural ; événements politiques et militaire majeurs (la seconde guerre mondiale ou la chute de l’URSS, à l’occasion desquelles la chasse diminuent, des relations commerciales, notamment autour du commerce de la fourrure, sont rompues). Cependant, dans l’Europe centrale et de l’ouest, où l’occupation humaine est particulièrement importante et fragmente considérablement les habitats du mammifère, son retour naturel est très difficile. Par conséquent, des réintroductions ont été entreprises dès le début des années 1970. Si le premier projet bavarois échoue, les expériences suisses qui lui font suite dans les Alpes et le Jura sont un succès. Les réintroductions se succèdent ensuite régulièrement – deux sont en cours en Autriche et en Allemagne – mais cinq seulement auraient réussi selon l’auteur.

              Ce retour du félin donne lieu à des situations diverses, développées dans le troisième chapitre (Conflict and coexistence). Dans une majeure partie de l’Europe de l’est par exemple, le travail des bergers et les dispositifs mis en place pour limiter la prédation par les ours et les loups permettent dans le même temps d’éloigner les lynx. A l’inverse, la Norvège est le lieu d’un conflit important : entre 7 000 et 10 000 pertes de moutons sont  attribuées au Lynx chaque année. Cependant, ces chiffres sont controversés, puisque les dégâts avancés sont rarement vérifiés, ce qui remet en cause la véritable responsabilité du Lynx dans ces pertes. Les conflits, lorsqu’ils existent, varient à travers l’Europe. Le cas suisse est intéressant, puisqu’il met en jeu différents acteurs. Bergers, fermiers mais aussi chasseurs sont hostiles à la présence du Lynx, qui menacerait le bétail ou le gibier. La situation est d’autant plus problématique que ces acteurs n’ont pas été consultés lors de la réintroduction du félin, entreprise par des écologistes et des environnementalistes dans les années 1970. Cependant, la Suisse procède également à des expérimentations originales qui laisse entrevoir la possibilité d’une cohabitation. Pour remédier aux attaques sur les troupeaux, les chiens de bergers sont par exemple épaulés par des ânes et des lamas !

            Le chapitre suivant (Icon of the Wild) insiste donc au contraire sur les opportunités que représente le Lynx pour l’environnement – place élevée dans les chaînes trophiques ; carcasses laissées par le lynx utiles à d’autres animaux – et l’économie locale, grâce au potentialités touristiques notamment.

          Le cas britannique, abordé dans le cinquième et dernier chapitre (The UK – A Case Study), vient à la fois illustrer et prolonger ce qui a été dit précédemment. Une réintroduction serait le seul moyen pour le « petit lion de la Grande-Bretagne » (p.122) de recoloniser l’île, alors qu’il en a disparu au plus tard au début de la période moderne. Son retour représente donc aussi un défi, puisque son absence de plusieurs siècles est allée de pair avec une évolution des paysages et la quasi disparition du mammifère de la mémoire collective. Son retour n’en demeure pas moins possible. D’une part, l’Ecosse est très riche en cervidés (entre 200 000 et 350 000 chevreuils, et entre 360 000 et 400 000 cerfs, soit la population la plus importante d’Europe), autant de proies potentielles pour le prédateur. D’autre part, ce pays a connu un reboisement important depuis le XXe siècle, ce qui devrait lui permettre de soutenir une population de lynx viable (estimée à 200 individus). Deux espaces de réintroduction potentiels sont ainsi identifiés : le plus petit serait au sud de l’Écosse, à la frontière avec l’Angleterre, autour de la forêt de Kielder ; le plus important couvrirait quant à lui 15 000 km² dans les Highlands écossais, au nord du pays, d’est en ouest. De manière générale, l’Écosse semble donc pour l’auteur un territoire privilégié au sein du Royaume-Uni pour réintroduire le félin. Le risque de conflits y est faible selon David Hetherington. A titre d’exemple, il rappelle que le prédateur se tournerait plutôt vers les populations de cervidés des espaces boisés, tandis que la chasse, pratiquée par une petite élite seulement, s’intéresse davantage aux populations de plaines découvertes. Parallèlement, la présence du Lynx pourrait renforcer l’attractivité touristique du pays qui mise aujourd’hui sur le tourisme de nature.

               C’est donc sur une touche optimiste que conclut David Hetherington. S’il n’omet pas de souligner les difficultés que peut représenter la présence du mammifère pour les humains et leurs activités, il insiste également tout au long de l’ouvrage sur les opportunités écologiques, économiques et l’obligation morale qui doivent encourager la cohabitation avec le Lynx,. L’ouvrage, synthétique, met encore l’accent sur les aspects écologiques. Les aspects socio-culturels restent donc encore à être approfondis. Les photos qui accompagnent le texte sont quant à elles un réel appui pour ce dernier. Les premières, presque surréalistes, sont captivantes et ne peuvent que susciter l’intérêt du lecteur pour l’espèce dont il est question. Beaucoup parlent aussi d’elles-mêmes et attire l’attention sur un certain nombre de points abordés par ailleurs : la fragmentation des habitats par les activités et infrastructures humaines ; les risques ainsi encourus, notamment les collisions avec les véhicules. The Lynx and Us constitue ainsi une riche introduction aux enjeux posés par la présence et l’éventuelle réintroduction du Lynx boréal en Europe.

 

Tribune de Farid Benhammou sur le nouveau Plan Loup (Libération)

Voici une sérieuse critique formulée par Farid Benhammou à la gestion zootechnique des populations lupines. Alors que le ministre Hulot annonce en grande pompe un plan de sauvetage de la biodiversité, les autorisations de tir sur les loups sont toujours vues comme le meilleur moyen de résoudre les conflits avec les éleveurs, cherchez l’erreur!

Le lien vers la tribune: http://www.liberation.fr/debats/2018/06/28/nouveau-plan-loup-deception-et-inefficacite_1662652

Séminaire « Services écosystémiques culturels des animaux sauvages » à Tours le 25 mai 2018

Nous reproduisons ici l’annonce pour un séminaire abordant les relations aux animaux sauvages. Deux membres du collectif GATO y interviendront: Farid Benhammou parlera des grands carnivores en France et Guillaume Marchand proposera une réflexion sur la façon dont les populations riveraines de l’Amazone définissent la juste place des animaux sauvages.

“Ce séminaire est fait dans le cadre d’un projet de recherche porté par Irstea et financé par la région Centre Val de Loire. COSTAUD (Contribution des OnguléS au foncTionnement de l’écosystème et AUx services rendus à ChamborD), puisqu’il s’agit de lui, ambitionne d’améliorer la compréhension des paysages du Domaine National de Chambord par une approche pluridisciplinaire et intégrée du rôle des ongulés sauvages, cerf et sanglier, comme acteurs dynamiques des socio-écosystèmes contemporains. Il propose trois angles d’attaque complémentaires. Le premier vise à définir comment la diversité des usages, dont la chasse, et la place dédiée au cerf et au sanglier ont façonné les paysages et les habitats actuels du DNC. Le second se focalise sur des composantes de la biodiversité et plus spécifiquement sur l’implication du cerf et du sanglier dans les processus de transport des graines et dans les processus physiques et chimiques qui affectent les propriétés du sol, la germination des graines, la répartition spatiale des plantes, la composition des communautés végétales et en cascade d’autres groupes taxonomiques comme l’avifaune forestière. Le troisième aborde la dimension socio-économique et propose d’évaluer en quoi la présence du cerf influe sur la fréquentation touristique et les services culturels rendus par le DNC.

C’est dans ce troisième axe que se positionne notre séminaire. Son objectif est simple : questionner, discuter, faire un état des lieux des liens entre les animaux sauvages et les sociétés humaines ; identifier les enjeux liés à la présence de ces animaux sur les territoires ruraux. Si le rôle de ces animaux est important pour le fonctionnement des écosystèmes (et donc utile aux hommes), ce séminaire mettra plutôt l’emphase sur les retombées non matérielles, aussi bien positives que négatives (aménités, loisirs, conflits, organisation des territoires, jeu d’acteurs, etc.).”

Le programme est téléchargeable à cette adresse: http://citeres.univ-tours.fr/IMG/pdf/-95.pdf

Le Japon, futur hotspot des conflits humains-faune sauvage ?

En 2016, le fameux journal Nature publiait un article évoquant les risques d’augmentation à l’échelle globale des conflits humains-faune sauvage en pointant notamment l’Afrique subsaharienne, l’Inde et l’Amérique Latine comme des futurs hotspots, ceci en raison de l’avancée des activités humaines (fronts agricoles, extractivistes, périurbains) sur les derniers milieux que l’on pourrait qualifier, faute de mieux, de « naturels ». Ce modèle prédictif ne donnait pas grande importance au Japon, classé parmi les pays où le risque de croissance des conflits était faible. Or, à en croire un article récent de la revue Courrier International, ce pays semble connaître actuellement une recrudescence d’attaques d’ours sur les personnes, ainsi que celles de cerfs et de singes sur les cultures. La raison ? Une déprise démographique qui s’amorce sur une grande partie du territoire japonais et qui profite à la grande faune, celle-ci tirant également partie des équipements humains (routes, barrages en béton), notamment pour s’approvisionner en sels minéraux, ce qui dope sa santé et sa vigueur sexuelle ! Avec une perte annoncée de 30% de sa population d’ici 2065 et une forte tendance à la concentration territoriale, la situation risque fort de s’envenimer dans les prochaines années, ce qui pourra peut-être faire figurer le Japon dans la liste des hotspots des conflits mentionnée précédemment.

Références :

Courrier International, dossier spécial Japon: https://www.courrierinternational.com/article/societe-dans-les-campagnes-japonaises-la-nature-reprend-ses-droits

Di Minin, E., Slotow, R., Hunter, L. T., Pouzols, F. M., Toivonen, T., Verburg, P. H., … & Moilanen, A. (2016). Global priorities for national carnivore conservation under land use change. Nature Scientific Reports, 6, https://www.nature.com/articles/srep23814

Les conflits humains-faune sauvage à l’honneur sur le site especes-menacees.fr

Le site espèces-menacées.fr propose ce mois-ci un dossier spécial sur les conflits humains-faune sauvage dans le monde. Son auteure a choisi une approche régionale (Afrique, Amérique du Sud, Asie, Europe) en évoquant leurs causes et d’éventuelles solutions à mettre en œuvre. Un dossier largement bienvenu pour faire comprendre à un large public les enjeux sociaux et environnementaux liés aux conflits humains-faune sauvage et la difficulté à trouver des modes de cohabitation plus pacifiques.

Lien pour le dossier : http://www.especes-menacees.fr/dossiers/conflits-homme-faune-dans-le-monde/

Communication de Guillaume Marchand au 28ème FIG (Texte intégral)

De la cohabitation entre les pêcheurs artisanaux et les prédateurs fluviaux dans une aire protégée d’Amazonie brésilienne occidentale

Je travaille sur les relations entre êtres humains et animaux non humains depuis environ 5 ans et je me suis spécialisé dans l’analyse des problèmes de cohabitation avec différentes espèces animales sauvages, ce que la biologie de la conservation nomme les conflits humains-faune sauvage (Human wildlife conflicts). Cette expression possède différentes acceptions dans la littérature scientifique mais elle fait référence globalement à deux choses. Premièrement,  à ce que je nomme personnellement les interactions négatives entre êtres humains et animaux sauvages, ce qui regroupe par exemple les destructions de cultures par des herbivores ou d’animaux d’élevage par des prédateurs mais aussi des formes de compétition pour l’accès à certaines ressources. Deuxièmement, cela fait référence à un climat d’hostilité plus ou moins violent à l’égard des animaux jugés problématiques, ce qui peut conduire à leur abattage plus ou moins sommaire ou encore à la contestation de mesures de conservation prises à leur égard (cf. affiche contre la présence du loup en Haute-Loire).

Dans plusieurs publications récentes, j’ai cherché à démontrer que les conflits humains-faune sauvage pouvaient intéresser la géographie, et à mes yeux cet intérêt est triple. Premièrement, car les conflits renvoient à une question de partage de l’espace, et plus spécifiquement à la question : quelle portion d’espace laisser aux espèces sauvages  dans un monde largement anthropisé et humanisé? Deuxièmement, car certaines de leurs causes sont spatiales, par exemple, d’importantes modifications paysagères ou la réduction de leurs habitats naturels peuvent pousser certaines espèces animales à s’aventurer dans des espaces anthropisés et, ce faisant, provoquer différents problèmes. Enfin, troisièmement, car les conflits naissent d’une « transgression spatiale » selon l’expression de T. Johanson, autrement dit, lorsque les animaux sauvages sortent de la place symbolique ou concrète qu’un groupe humain leur a assigné. Dans biens des cas, la définition de cette juste place des animaux sauvages est avant tout une construction sociale et ne tient pas compte de leurs nécessités biologiques ou écologiques, comme l’ont d’ailleurs très bien démontré les anthropologues I. Mauz ou N. Lescureux. Cette juste place dépend d’une trajectoire socio-historique spécifique et d’un certain nombre d’idées sur les espaces occupés ou mis en valeur par les humains mais aussi un certain nombre d’idées sur  les espèces animales. Si l’on s’intéresse aux espèces sauvages dont il sera question ici, elles se doivent de maintenir leurs distances avec les établissements humains ou ne peuvent pénétrer dans les espaces soumis à leur contrôle, dans le cas contraire, cela peut-être ressenti comme une perte de souveraineté sur un espace donné ou un recul de la civilisation face à la « sauvagerie » et au « chaos ».

Aujourd’hui, je vais vous parler de conflits que j’ai pu observer dans diverses aires protégées d’Amazonie brésilienne entre des pêcheurs de subsistance et différents prédateurs fluviaux, notamment des dauphins roses, des loutres géantes et des caïmans. Je m’appuierais plus spécifiquement sur le cas de la réserve de développement durable de la Rivière Uatumã, où j’ai mené des recherches plus détaillées sur cette question entre 2012 et 2013. Cette réserve est somme toute  assez représentative de ce qui se passe en d’autres lieux et peut servir en quelque sorte de cas d’école pour comprendre les difficultés à mener des politiques de conservation efficaces. Il faut savoir que depuis le début des années 1990, notamment après la tenue du premier Sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992, les créations d’aires protégées se sont multipliées en Amazonie Brésilienne et aujourd’hui ce sont environ 44 % du territoire qui sont protégés si l’on additionne les unités de conservation, dénomination locale pour les aires protégées à vocation environnementale, et les territoires indigènes. Si l’on se restreint aux unités de conservation, ce qui représente environ 23% de l’Amazonie légale, plus de la moitié ont la double mission de protéger la biodiversité mais aussi des populations aux modes de vies dits traditionnels, c’est à dire des groupes humains dont la survie est tributaire des ressources naturelles sans pour autant avoir un fort impact sur ces dernières. Parmi ces populations, figurent les ribeirinhos (riverains en portugais), peuples qui occupent les bords de rivière, les plaines et les forêts inondées et dont la subsistance dépend majoritairement des nombreuses espèces de poissons amazoniennes. Alors qu’une partie majoritaire des pouvoirs politiques, de l’opinion publique et des ONG attribuent aux ribeirinhos une relation harmonieuse et pacifique avec la nature, en réalité, on observe au cours des dernières années, dans les réserves qui les accueillent, une croissance des formes de conflits avec certains représentants du règne animal. Ce qui laisse planer un certain nombre de doutes sur le bien-fondé d’une telle stratégie de conservation puisque cette cohabitation problématique fait peser d’un côté des contraintes sur la vie quotidienne des populations humaines et d’un autre côté peut nuire à la protection d’espèces menacées à divers degrés d’extinction. Dans le cadre de cette communication, je décrirai dans un premier temps les conflits entre pêcheurs et prédateurs fluviaux ayant cours dans la RDS Uatumã, puis dans un deuxième temps, je reviendrai sur leurs différentes causes. À la lumière de cette analyse je livrerai, en conclusion, quelques réflexions sur la façon dont pourrait être mise en œuvre une cohabitation plus pacifique.

  1. Description des conflits humains-prédateurs fluviaux dans la RDS Uatumã

1.1 Le théâtre des conflits et ses protagonistes

La RDS Uatumã est une Unité de Conservation d’Usage Durable qui fut créée entre 1997 et 2004 par le gouvernement de l’État fédéré de l’Amazonas. Elle couvre actuellement une surface de 424 430 ha. Son but principal était d’endiguer les dégradations environnementales liées au barrage hydroélectrique de Balbina, situé en amont et dont la construction entre 1981 et 1989 avait eu de sérieuses conséquences sur la faune et la flore aquatique du bas Uatumã. La démarcation poursuivait aussi un objectif social puisqu’elle devait assurer une certaine sécurité foncière aux populations ribeirinhas qui vivaient sur place et devait faciliter l’accès à certains programmes gouvernementaux, notamment les crédits ruraux de la réforme agraire, des aides à l’installation d’écoles et l’octroi d’allocations familiales. Elles furent, à ce titre, consultées à plusieurs reprises pendant le processus de démarcation qui a nécessité leur accord préalable. La RDS est soumise à différentes règles d’usage de la faune et de la flore qui ont été consignées dans un plan de gestion dont le respect est soumis au contrôle des deux gestionnaires de la réserve : le Centre des unités de conservation de l’État de l’Amazonas (CEUC), organe gouvernemental, et l’Institut de conservation et de développement durable de l’Amazonas (IDESAM), une ONG à vocation socio-environnementale. Toutefois, concernant l’usage de la faune, les règles sont peu ou prou les mêmes que dans n’importe quel espace appartenant au territoire brésilien : la chasse d’animaux est globalement interdite mais est tolérée si elle est pratiquée à des fins de subsistance et en cas de problème provoqué par un animal, celui-ci ne peut être abattu théoriquement qu’avec l’accord préalable d’un agent assermenté, sinon cela constitue un crime aux yeux de la loi Brésilienne.

 

La RDS abrite environ 1300 habitants répartis sur une vingtaine de communautés. Les ribeirinhos de la RDS Uatumã vivent essentiellement de l’agriculture (presque exclusivement la culture du manioc) et de la pêche artisanale. La pêche est essentiellement tournée vers la subsistance, les excédents pouvant être vendus localement ou dans les centres urbains proches, mais cette pratique est seulement tolérée en l’absence d’un réel plan de gestion des ressources ichtyologiques. Des campagnes de pêche commerciales sont autorisées entre mars et juin de chaque année, toutefois, les embarcations et le matériel de pêche appartiennent souvent à des personnes externes à la RDS et ses habitants sont le plus souvent employés comme simples auxiliaires, les relations avec les « patrons de pêche » travaillant dans la RDS ou dans les alentours sont assez tendues. Les foyers situés dans la RDS sont relativement pauvres, le revenu mensuel per capita moyen se situe autour de 150 R$ (environ 59 € au moment de l’enquête) alors que le seuil d’extrême pauvreté est fixé par le gouvernement brésilien à 70 R$ per capita, soit environ 27 €.

Comme cela a été mentionné en introduction les conflits avec les pêcheurs concernent essentiellement quatre espèces de prédateurs fluviaux : le dauphin rose d’Amazonie appelé aussi boto ou Inie de Geoffroy, le caïman à lunettes,  la loutre géante et dans une moindre mesure le caïman noir.

Le dauphin rose est le plus grand des dauphins d’eau douce du monde, certains mâles peuvent atteindre les 2,5m. La teinte rosée qui a donné son nom à l’espèce est caractéristique de la phase adulte, les mâles étant généralement plus clairs que les femelles qui peuvent garder la teinte  grisée des juvéniles. Le corps profilé et flexible du boto s’adapte parfaitement à différents types d’environnement aquatique, il peut aussi bien fréquenter les cours d’eau principaux que les forêts inondées où l’eau est beaucoup plus rase (ce que l’on nomme localement les igapós). Les botos sont des animaux très curieux qui peuvent facilement chercher le contact avec des humains ou leurs embarcations. De nombreuses légendes courent à leur sujet, celles-ci ayant la plupart du temps une connotation sexuelle. Certains individus seraient ainsi enchantés (encantados), c’est à dire des êtres surnaturels capables de se transformer en un homme vêtu de blanc afin de coucher avec les jeunes ribeirinhas, voire de les séquestrer dans le monde subaquatique. Même sans être enchantés, les botos sont supposés être attirés par les femmes et les jeunes filles en période de menstruation, si celles-ci naviguent dans cet état le boto il est dit que le boto peut les harceler et provoquer leur chavirement. Pour ces raisons, ils sont perçus assez négativement par les ribeirinhos, voyant en eux des animaux malfaisants ou « pervers » (boto perverso).

Bien que les données de population dans les différents pays amazoniens soient éparses, l’espèce est considérée comme menacée d’extinction par l’Institut Brésilien de l’Environnement et certains spécialistes pensent qu’elle est entrée dans une phase de déclin rapide en raison de la dégradation et de la fragmentation des cours d’eau ainsi que l’utilisation de sa chair dans le processus de capture de la piracatinga, un poisson nécrophage apprécié dans les pays andins. Selon les chiffres de l’AMPA, qui compte d’éminents spécialistes de l’espèce, le taux d’extinction des populations brésiliennes de boto serait de l’ordre de 7% par an.

Sur les quatre espèces amazoniennes de caïman, les caïmans noirs et à lunettes sont les plus corpulents, les premiers peuvent atteindre entre 3 et 6 mètres, les seconds peuvent mesurer jusqu’à 2,5m. Ces deux caïmans se nourrissent principalement de poissons durant leur phase adulte, mais en tant que prédateurs opportunistes ils peuvent s’attaquer aussi à des oiseaux et des mammifères, y compris les animaux domestiques qui s’aventurent près des berges. Le caïman noir a longtemps été pourchassé pour l’exploitation de sa peau, mais depuis la loi brésilienne de la faune de 1967 et son inscription à l’annexe 1 de la CITES, où il y figurait jusqu’en 2007, il est actuellement en reprise démographique. Il peut être aujourd’hui rencontré en grande densité. Des études menées dans 5 états amazoniens au début des années 2000 ont révélé ainsi des densités de caïmans noirs pouvant atteindre les 400 individus par km. Les  caïmans à lunettes, dont la peau est moins aisée à travailler, ont moins été pourchassés pour la maroquinerie que leurs cousins. Toutefois, ils ont tout de même été victimes d’une chasse intensives pour leur chair vendue illégalement sur les marchés populaires amazoniens, parfois sous l’appellation frauduleuse de chair de pirarucu/arapaima (Arapaima gigans), un poisson particulièrement apprécié au Brésil et qui victime de son succès a frôlé l’extinction. Les densités des caïmans à lunettes ont elles aussi augmenté dans les années 1990 et 2000. Les deux espèces de caïmans ne sont pas classées comme menacées d’extinction par l’UICN et l’Institut Brésilien de l’Environnement mais l’avenir des populations situées en dehors des aires protégées est jugé incertain par les spécialistes. Ces deux espèces sont extrêmement craintes et détestées par les ribeirinhos en raison des menaces qu’elles font peser sur la vie humaine, la plupart des communautés amazoniennes ayant des histoires d’attaques de caïmans à raconter, même si les cas reconnus officiellement ou traités dans la littérature scientifique sont rares.

Les loutres géantes, comme leur nom l’indique, sont les plus grandes représentantes de la sous- famille lutrinae, elles peuvent atteindre jusqu’à 180 cm et peser dans les 30 Kg. Elles vivent en groupe familiaux composés de jeunes de différentes générations et sont extrêmement territoriales. Ainsi, l’approche d’un intrus provoquera une mobilisation du groupe avec des charges dissuasives accompagnées de nombreuses vocalisations stridentes et expositions de leurs canines saillantes. Elles sont perçues également par les ribeirinhos comme des animaux agressifs et sont de ce fait globalement peu appréciées. Ce ressentiment à leur encontre s’explique aussi par une réputation de voracité et leur présumée préférence pour des espèces de poisson consommées par les humains ou ayant une haute valeur commerciale. S’il est vrai qu’un individu adulte peut consommer quotidiennement jusqu’à 10% de son poids en poisson, en réalité, seulement 1/3 des espèces de poisson consommées par les loutres géantes sont pêchées et consommées par les ribeirinhos. Jusqu’à leur inscription à l’annexe 1 de la CITES, les loutres géantes ont été intensément chassées, elles aussi pour leurs peaux, conduisant à une importante réduction de leur aire de distribution sur le continent sud-américain. Les quelques populations rémanentes d’Amazonie et du Pantanal sont en train de décroître selon les dernières estimations, l’espèce est classée comme vulnérable par l’UICN et l’IBAMA.

Les données de population pour ces quatre espèces ne sont pas disponibles à l’échelle de la RDS. Toutefois, ses habitants pensent qu’elles sont en train de croître. Des études scientifiques récentes menées en divers endroits de la rivière Uatumã montrent qu’il s’agit en fait d’une phase de recolonisation, la faune aquatique a fortement décliné lors de la construction du barrage et sa mise en service mais est aujourd’hui en reprise démographique.

1.2 Les conflits humains/prédateurs fluviaux en quelques chiffres

Entre 2012 et 2013, j’ai mené une enquête sur les problèmes provoqués par la faune sauvage terrestre et aquatique dans la partie sud de la réserve, interrogeant 58 foyers, soit 80% du total, dans les 5 principaux villages communautaires. Parmi les problèmes provoqués par la faune, la destruction partielle ou totale des filets par les prédateurs fluviaux lors des sorties de pêche demeure le plus évoqué avec 32,90% des citations sur la période couverte par l’enquête. Elles sont principalement le fait de dauphins roses (59,9%) puis des caïmans à lunettes (22,8%) et des loutres géantes (15,1%). Les prédateurs fluviaux sont également cités dans des proportions bien moindres pour d’autres problèmes : les captures accidentelles dans les filets (7,4% des citations) en raison des dégradations qu’elles peuvent engendrer sur leur matériel de pêche, les attaques sur les animaux de basse-cour (4,01% des problèmes cités), œuvre des deux espèces de caïman, mais aussi des formes d’agression sur les humains ou les chiens domestique (1,55% des citations), œuvre des loutres cette fois-ci. Les habitants de la RDS font davantage de reproches aux prédateurs fluviaux pour les dégradations des filets que pour les autres problèmes provoqués en raison de leur fréquence (parfois plusieurs fois par mois en saison des pluies lorsque l’utilisation des filets est plus intensive) mais aussi en raison du coût que cela représente : la réparation d’un filet oscille, en moyenne, entre 50 et 150 R$, ce qui peut nuire fortement au budget des foyers.

Durant ces interactions négatives avec les habitants de la RDS Uatumã, 51 caïmans à lunettes ont été abattus, au moins 2 caïmans noirs, 2 loutres et 1 dauphin rose. À ces abattages il faut ajouter la mort accidentelle d’une loutre retrouvée noyée dans les filets et celle de 4 dauphins roses victimes eux aussi de captures accidentelles ou retrouvés échoués avec des blessures suspectes (coup de machettes ou de harpons). Le fait de tuer ces espèces étant illégal, il se peut que le nombre d’abattage déclaré par mes interlocuteurs soit sous-évalué. Le nombre plus réduit d’abattage de dauphins et de loutres en comparaison aux caïmans à lunettes s’explique par une différence de traitement de ces espèces. Pour les dauphins et les loutres, les habitants de la RDS privilégient la plupart du temps des solutions non létales pour prévenir ou éviter les conflits avec eux. Par exemple, les pêcheurs cherchent d’abord à augmenter la surveillance des filets de pêche ou mettent en place une stratégie d’évitement en observant le comportement des animaux et de leurs mouvements pour déterminer ou poser les filets.  En revanche,  ils sont impitoyables avec le caïman à lunettes en raison du danger qu’il peut représenter mais aussi parce que sa chair est appréciée localement. Toutefois, j’ai pu déceler des signes de mécontentement à l’encontre des dauphins et des loutres. Un premier signe de mécontentement réside dans le vocabulaire utilisé pour décrire ces espèces, les qualificatifs de malvado (malfaisant), maú carater (de mauvaise disposition) ou desgraçado (salaud) étant souvent utilisés. Un second signe réside dans le fait de vouloir les réguler: 20% des personnes en conflit avec des loutres ou des dauphins considèrent que la solution idéale pour faciliter la coexistence serait de les réguler par l’abattage. Il n’est pas donc exclu que dans un avenir plus ou moins proche les solutions violentes à l’égard des deux mammifères puissent gagner de l’ampleur.

2. À l’origine des conflits : un partage de l’espace de plus en plus problématique

2.1 De la variabilité de la juste place accordée aux prédateurs fluviaux

Dans leurs discours, les populations ribeirinhas ont plutôt tendance à déclarer que les corps d’eau « appartiennent » aux espèces fluviales (« a água  é a área deles »). Ainsi, les prédateurs mentionnés auparavant devraient être à leur « juste place » (concept proposé par I. Mauz), ce qui devrait normalement se traduire par une forte tolérance à leur égard. Or dans la pratique, les enclaves humaines sont nombreuses au sein de ce territoire animal. Les berges près des habitations, là où les ribeirinhos viennent laver le linge, leur vaisselle ou se baigner sont du domaine exclusif des humains, l’approche de quelconque prédateur aquatique est vécue comme un affront ! Le fait de faire mouiller un filet dans un endroit donné délimite également une zone où les prédateurs n’ont pas le droit de circuler. Surtout que dans la vision du monde ribeirinha, les loutres géantes et les dauphins sont mieux équipés que les humains pour capturer des poissons et sont vus comme des animaux aux capacités cognitives supérieures, en attaquant les filets ils se comportent juste comme des concurrents déloyaux, un peu paresseux et qui n’ont pas le sens du partage ! L’un de mes interlocuteurs déclaraient à ce sujet : « le boto est un animal irresponsable car il y a beaucoup de poissons dans la rivière, il peut nous faire crever de faim ! Il est l’IBAMA de la rivière, il empêche les caboclos de pêcher ». L’IBAMA étant, je le rappelle, l’organe fédéral chargé de la surveillance environnementale. Si en dehors de ces enclaves plus ou moins permanentes, les botos et les loutres géantes sont à leur place, le cas des caïmans est un peu plus délicat. Largement craints et souvent détestés, la tolérance à leur égard est très faible dans les zones fréquemment parcourues par les habitants de la RDS. D’ailleurs les individus pris accidentellement dans les filets ont rarement la vie sauve. Les individus de plus de deux mètres sont souvent abattus de manière préventive pour éviter quelconque accident, des expéditions de chasse collective impliquant plusieurs communautés peuvent même être menées contre des spécimens particulièrement corpulents.

2.2 Des changements de comportement venus envenimer la coexistence

Selon les populations interrogées, ce partage de l’espace et les enclaves humaines étaient autrefois respectés par les prédateurs fluviaux mais les choses ont évolué. Bon nombre de mes interlocuteurs ont blâmé les animaux car ils auraient changé de comportement au fil du temps. Ils ont notamment déclaré que les loutres et les dauphins maintenaient autrefois leur distance car ils « craignaient » les filets, toutefois, grâce à leur intelligence, ils auraient progressivement appris à en tirer profit. Certains pêcheurs considèrent même que les botos n’ont pas perdu seuls leur peur des filets, ils auraient été habitués à s’en approcher par les pêcheurs commerciaux qui fréquentaient autrefois les alentours de la RDS. Ici, le conflit avec les dauphins renvoie à un autre conflit socio-environnemental avec d’autres concurrents « déloyaux », les pêcheurs commerciaux contre lesquels les ribeirinhos ont lutté, et continuent encore de le faire, pour l’exploration des ressources ichtyologiques le long de la rivière Uatumã. Les animaux ne semblent pas être les seuls à avoir changé de comportement et à moins respecter ce partage de l’espace. L’évolution récente des techniques de pêche est un facteur important dans la montée en puissance des conflits. Autrefois, les filets étaient assez rares et chers, or, avec l’arrivée du nylon à la fin des années 1990, les coûts ont commencé à baisser et les filets se sont multipliés dans la RDS. Par commodité et pour réduire l’effort de pêche, les habitants ont peu à peu privilégié leur pose longue, s’appropriant des portions toujours plus grandes et nombreuses de l’espace parcouru par les prédateurs fluviaux. Au début de cette démocratisation des filets, cela ne posait pas trop de problème car les dauphins, les loutres et les caïmans étaient peu nombreux dans la région, leurs populations ayant été réduites par la chasse et ensuite par les dégradations environnementales liées au barrage de Balbina, toutefois, avec leur retour progressif, le nombre d’attaques a sensiblement augmenté. La tolérance envers ces animaux semble aussi avoir baissé au cours du temps. À la lecture des travaux de F. Benhammou et J. Galhano Alves au sujet du loup en Europe, on peut émettre l’hypothèse que la raréfaction des prédateurs dans les années 1980-1990 ait en quelque sorte rompu une « tradition de coexistence » avec eux. Les prédateurs fluviaux n’étant plus ou peu là, les pêcheurs auraient en quelque sorte perdu l’habitude de composer au quotidien avec eux. Certains de mes collègues brésiliens comme V. da Silva, spécialiste du dauphin d’eau douce, avancent eux l’hypothèse d’un « désenchantement » de la culture ribeirinha pour expliquer cette réduction de la tolérance. Autrefois, les ribeirinhos croyaient fortement à l’existence d’être surnaturels protecteurs de la faune terrestre et aquatique tels que le Curupira ou la pseudo sirène Iara qui pouvaient sanctionner lourdement les pêcheurs ou les chasseurs trop gourmands. Ils croyaient aussi au fait que blesser ou tuer un boto était risqué car il pouvait éventuellement être encantado et pourrait chercher à se venger de différentes manières, soit en faisant en sorte que le pêcheur l’ayant molesté ne puisse plus attraper de poisson (être panema en langage local), soit en s’en prenant aux jeunes filles de sa famille. Or, avec l’adoption généralisée du mode de vie urbain et l’avancée de l’évangélisme, ces croyances sont fortement tombées en désuétude.

2.3 La requalification du territoire: un autre facteur d’intolérance

La récente requalification du territoire des ribeirinhos de la rivière Uatumã en aire protégée est également un facteur qui est venu perturber le partage de l’espace avec les prédateurs fluviaux. Bien que la délimitation de la RDS se soit faite avec leur accord, ses habitants estiment avoir été trompés sur sa finalité. Alors qu’eux espéraient de la RDS qu’elle contribue au développement local, ils pensent qu’elle privilégie, au contraire, la protection environnementale. Les conditions d’existence y sont particulièrement difficiles et les services publics fondamentaux, tels que l’accès à l’éducation, aux soins et à l’électricité sont difficilement assurés, ce qui accentue le sentiment de Télistokome décrit par L. Laslaz, autrement dit, le sentiment de vivre dans un bout du monde et d’être oublié des pouvoirs publics. Les règles de la RDS et la sensation d’un contrôle permanent sur les activités des habitants poussent certains d’entre eux à considérer que le gouvernement préfère sauver les dauphins ou les caïmans  au lieu de se préoccuper du sort des « bons chrétiens » selon les termes utilisés par mes interlocuteurs. En réalité, comme dit antérieurement, les règles concernant la faune dans la RDS ne sont pas très différentes de celles du reste du territoire brésilien et les gestionnaires ainsi que la police environnementale sont en général assez conciliants vis-à-vis des infractions commises par les communautaires. À ma connaissance, aucun habitant de la RDS n’a été sanctionné pour avoir abattu un animal qui lui posait problème sans avoir demandé une autorisation préalable. Ce qui est en jeu ici est la sensation de « dépossession territoriale ». D’un côté, la RDS est accusée de faire proliférer les prédateurs fluviaux mais, d’un autre, elle est aussi accusée d’empêcher ses habitants de pouvoir les réguler comme cela se faisait avant sa création. Le droit d’abattage est particulièrement important pour faciliter la cohabitation avec les prédateurs comme cela a été démontré par N. Lescureux car cela instaure un principe de réciprocité : si tu m’enlèves quelque chose je peux t’ôter la vie et obtiendrai une certaine forme de réparation pour le préjudice subi. Avec la création de l’aire protégée, les ribeirinhos ont l’impression que ce droit d’abattage n’est plus entièrement entre leurs mains mais entre celles des gestionnaires de la réserve et de la police environnementale.

Conclusion

Comme dit en introduction, la situation de la RDS Uatumã est loin d’être exceptionnelle. J’ai travaillé dans cinq autres aires protégées habitées de l’Amazonas et du Pará et chaque fois j’y ai retrouvé peu ou prou les mêmes conditions socio-économiques, les mêmes tensions avec les acteurs impliquées dans la protection environnementale et souvent les mêmes problèmes de cohabitation avec la faune sauvage. Ainsi le modèle actuel des réserves dites d’usage durable doit être revu pour faciliter la cohabitation avec certaines espèces animales. Comment mettre en place une cohabitation plus pacifique ?  Avant toute chose, et cela est tant évident que cela peut sembler un truisme, il est nécessaire d’améliorer les conditions d’existence des populations. Faire en sorte que les aires protégées habitées assurent réellement leur fonction de développement durable. Certains chercheurs brésiliens comme V. da Silva ou E. Ramalho postulent que le développement d’activités économiques autour d’espèces problématiques peut faciliter le changement d’opinion à leur sujet. Or cela dépend des activités. Par exemple, le tourisme d’interaction avec les dauphins roses dans la région métropolitaine de Manaus, développé avec l’appui de l’Association des Amis du Lamantin et de l’Institut National de Recherche de l’Amazonie (INPA), semble plutôt envenimer la situation qu’autre chose : les pêcheurs se plaignent de ne pas assez bénéficier des retombées touristiques et de faire face à des animaux encore plus téméraires car davantage habitués au contact humain !

Un autre point crucial à mon avis est de travailler sur l’éducation environnementale des populations habitant dans ces réserves car bien souvent les enjeux de leur création leur échappent totalement. Les habitants de la RDS Uatumã ne comprennent pas pourquoi eux devraient continuer à faire l’effort de protéger des dauphins et des loutres car ils ont la sensation d’en voir de plus en plus. Ils ont du mal à concevoir que la situation puisse être différente en d’autres lieux d’Amazonie. Dans le même domaine, les habitants de la RDS ont une opinion assez négative des prédateurs fluviaux et connaissent assez mal leur fonction écosystémique. Moins de 15% des personnes interrogées sont capables de trouver une fonction environnementale à nos quatre prédateurs, pire 44% d’entre elles considèrent que les loutres n’ont aucune utilité ! Pourquoi protéger donc ce qui n’est en rien utile ? L’Association des Amis du Lamantin a entrepris un travail dans la RDS Uatumã et d’autres aires protégées de l’Amazonas pour essayer de combler cette lacune en distribuant des bandes-dessinées ou des prospectus afin d’expliquer les bénéfices directs et indirects qu’apportent les mammifères fluviaux aux pêcheurs, j’ai mis ici en exemple une affiche expliquant comment les déjections des lamantins nourrissent les poissons. Mais les informations divulguées semblent peu assimilées ou sont parfois contestées, les pêcheurs estimant en savoir plus sur ces animaux que les scientifiques.

Enfin, il semble primordial d’investir dans des formes de prévention des conflits. Pour l’instant, les techniques utilisées par les populations locales visent la simplicité (telles que l’évitement, les tentatives d’effarouchement par le jet d’objet ou de harpons) et ne sont pas toujours efficaces. De nouvelles formes de prévention restent à trouver et une coopération entre les ribeirinhos et les acteurs de la conservation et les scientifiques serait largement profitable pour plusieurs raisons. Premièrement, car cela permettrait d’inclure les populations locales dans le processus et faciliterait le dialogue avec les différents acteurs impliqués dans la protection de ces espèces, ce qui pourrait en retour augmenter le climat de confiance et faciliterait éventuellement le passage d’informations au sujet des espèces problématiques afin de redorer leur blason. Deuxièmement, car les populations locales sont souvent de fines observatrices du comportement des espèces et peuvent aider à développer des solutions efficaces, comme cela a pu être observé avec l’éléphant d’Afrique. L’idée de protéger les cultures par des ruches, des plants ou des bombes de piment vient des savoirs locaux et ces techniques se sont montrées pour l’instant beaucoup plus efficaces et moins coûteuses que les clôtures et autres barbelés proposés par les chercheurs occidentaux!