Compte-rendu de l’ouvrage “Atlas de la vie sauvage”

Cheshire, J. Uberti, O., 2017. Atlas de la vie sauvage. Paris, Les Arènes, 176 p.

http://www.arenes.fr/livre/atlas-de-vie-sauvage/

Lors de la préparation du numéro spécial « animaux » pour Historiens et Géographes, mon collègue Farid Benhammou m’avait parlé de cet ouvrage avec enthousiasme, par manque de temps, je n’avais pu m’y plonger, erreur que j’ai corrigée lors de cette période estivale.

À mon sens, tout géographe qui se respecte devrait avoir lu cet Atlas, d’une part pour sa qualité graphique exceptionnelle (bien que certaines traces animales soient un peu difficiles à suivre parfois) mais aussi parce qu’il nous fait plonger dans l’existence des animaux cartographiés. Farid Benhammou a eu raison d’insister sur cet aspect dans ses différentes présentations de l’ouvrage car celui-ci nous permet de pénétrer dans l’intimité des protagonistes en replaçant les déplacements observés dans leur contexte biographique, en livrant un certain nombre d’anecdotes sur ces derniers mais aussi en essayant de restituer certaines de leurs stratégies ou de leurs émotions. Tous ces éléments permettent d’adopter le fameux « point de vue de l’animal » tant recherché par les spécialistes de la question issus des humanités et des sciences humaines. En ce sens, ce livre s’éloigne des descriptions volontairement distanciées des écologues ou des biologistes et fait écho aux vœux de Sarah Whatmore dans son fameux traité de « géographie hybride », celle-ci souhaitait notamment « réanimer » cette discipline en s’intéressant à la dimension sensible et à la vie des êtres qui avaient été mis en carte. La partie sur les animaux aquatiques m’a particulièrement intéressée car elle est venue m’apporter une réponse à un problème que j’avais rencontré lorsque je donnais mon séminaire sur les Human-Animal Studies à l’Université Fédérale de l’Amazonas. Lorsque nous avions abordé les questions d’agentivité, certains d’entre eux ayant lu  What is it like to be a bat?  de Thomas Nagel, ou du moins ses commentateurs, soulignaient l’impossibilité d’accéder à l’expérience de certains animaux vus que certains de leurs sens nous étaient inconnus. L’exemple utilisé était souvent l’écholocalisation. En effet, comment la représenter ? Comment la vivre à la première personne ? Pour leur répondre, je m’étais inspiré d’un film de série Z (l’infâme Dardevil incarné par Ben Affleck pour ne pas le nommer), afin de leur expliquer que parfois l’imagination humaine permettait de s’en approcher, dommage qu’à cette époque, je n’avais pas connaissance des fameux échogrammes (p.84), j’aurais eu une démonstration plus parlante et moins entachée de pop-culture.

En dehors de cette manière particulière et très enrichissante de s’approcher au plus près de l’existence animale, ce livre est, à mes yeux, également indispensable pour ces quatre principaux enseignements. Le premier, et non des moindres, est que nous en savons encore très peu sur le comportement spatial des animaux. Les différents chapitres démontrent qu’ils s’évertuent encore à faire des choses que l’on n’attend pas d’eux et à faire mentir les principaux spécialistes de la question. Parmi les exemples les plus cocasses, citons celui des éléphants africains qui s’amusent à traverser des routes quelques jours après la parution d’un superbe article scientifique prouvant qu’ils ne le font jamais ! Le livre montre que la cartographie animale est également un bon outil afin d’illustrer l’impact des activités anthropiques sur le comportement spatial des autres espèces. Deux chapitres abordent notamment les migrations d’oiseaux en Europe (goélands et cigognes), pointant le fait qu’elles sont plus rares et moins longues qu’avant car ces volatiles trouvent dans les décharges des réserves inépuisables de nourriture. Le deuxième est relatif à la conservation, l’un des deux auteurs (James Cheshire) insiste en conclusion sur la complémentarité entre conservation, d’un côté, et avancée scientifique et technologique, de l’autre. Le développement de la cartographie animale est, en effet, indispensable à l’élaboration de stratégies de conservation efficaces, les méthodes de suivis couplées à des modélisations plus ou moins sophistiquées permettent aujourd’hui de délimiter de façon optimale les tracés des réserves ou des corridors écologiques. Elles permettent également de tordre le cou à certaines fausses bonnes idées comme la translocation des prédateurs plus ou moins problématiques car les individus appartenant à des espèces éminemment territoriales reviennent pratiquement toujours dans leur territoire d’origine, le livre le démontre bien avec le cas des crocodiles australiens. En retour, sans conservation, des informations importantes sur le comportement des espèces ou sur le fonctionnement des écosystèmes risquent de se perdre à jamais. Le troisième, a trait à l’ingéniosité humaine pour suivre les animaux. On découvre en effet dans ce livre que ceux qui entreprennent un jour de suivre les animaux sont d’inépuisables « géo trouvetout » qui savent faire feu de tout bois en adaptant des technologies existantes à leurs besoin (utilisation des drones pour le suivi des nids d’orang-outan, de mini code-barres pour celle d’une fourmilière) ou en développant de nouvelles (logiciels, capteurs divers, algorithmes de modélisations…). En plus de l’ingéniosité pour le développement des protocoles de recherche et la technologie à utiliser, la cartographie animale demande aussi une bonne dose d’activité physique, bon nombre de chercheurs n’hésitant pas à pister « à l’ancienne » leurs sujets d’étude afin de peaufiner leurs données. Enfin, le quatrième point soulevé par le livre est l’importance du suivi animal pour les sociétés humaines. L’étude du comportement spatial des autres espèces vivantes permet de résoudre certains problèmes humains, j’ai déjà évoqué sur ce même blog les « algorithmes blob » qui permettent d’optimiser les réseaux de transport ou de circulation des données, le livre offre d’autres exemples dans son épilogue mettant en parallèle les méthodes de suivi animal et le « géoprofilage » des humains. Pour illustrer leur propos les auteurs publient une carte visant à restituer le « domaine vital » des londoniens ayant pour épicentre les principales galeries commerciales… Pour ma part, j’y ai vu une certaine ironie du sort, alors que les cartes pour les autres espèces illustrent leurs difficultés à survivre, celle-ci renforce notre principal travers (et l’une des causes du désastre environnemental en marche) : le fait que notre existence soit principalement tournée vers la consommation !

Espérons que cet Atlas de la vie sauvage puisse créer des vocations en France où la zoogéographie est quasi-inexistante en dehors des travaux de Xavier de Planhol compilés dans son Paysage animal… (2004) ou ceux de Sarah Bortolamiol développés autour de sa thèse (2014).

N.B: Il est possible de trouver une autre recension de cet ouvrage rédigée par Farid Benhammou dans le Libé des géographes du 28 septembre 2017 à l’adresse: https://next.liberation.fr/livres/2017/09/27/des-gps-pour-suivre-les-animaux-a-l-atlas_1599342

Références citées :

Bortolamiol, S, 2014. Interactions hommes-chimpanzés-forêt. Approche spatiale et territoriale de la répartition des chimpanzés, des perceptions locales et de la gestion de la biodiversité (Sebitoli, parc national de Kibale, Ouganda). Paris, Thèse de doctorat de Géographie, Université Paris Diderot, 353p.
Planhol X., 2004. Le Paysage animal. L’homme et la grande faune : une zoogéographie historique, Paris, Fayard, 1127 p., 2004.
Thomas, N., 1974 “What is it like to be a bat?.” The philosophical review 83.4 (1974): 435-450
Whatmore S., 2002. Hybrid geographies: Natures cultures spaces. Sage, 225 p.


Géographes, apprenons à réaliser des cartographies hybrides à l’aide des “blobs”

Dans le monde des (human-)animal studies, s’il est un concept particulièrement utilisé, c’est bien celui d’hybridité, mobilisé à pratiquement toutes les sauces à partir de références plus ou moins solides (et plus ou moins  justifiées) à B. Latour, D. Harraway, D. Lestel et consorts. Or, le blob étudié par A.  Dussotour dans son livre de 2017 (Physarum polycephalum pour son petit nom scientifique) semble plus hybride et post-moderne que n’importe quel autre être sur terre. Premièrement, il a longtemps mis à mal nos taxinomies occidentales, n’étant ni végétal, ni animal, ni champignon, il a longtemps été rangé parmi les protistes, une catégorie un peu fourre-tout destinée à recevoir les êtres vivants inclassables, avant d’être finalement catégorisé comme myxomycète, un être unicellulaire à noyau. Son génome est également resté un mystère pendant longtemps notamment car il présentait des variations importantes quant aux nombres de chromosomes pour des « individus » appartenant à la même espèce. Jugé « brouillon » par certains spécialistes en génétique, il n’a été déchiffré totalement qu’en 2015. Il malmène aussi le concept d’individualité : un blob peut être divisé en une multitude de petits blobs aux caractéristiques identiques et il est capable de fusionner avec plusieurs de ses congénères (même ceux provenant d’une espèce différente) et absorber leurs caractéristiques. Enfin, bien que dépourvu de cerveau, il sait résoudre des problèmes complexes (se déplacer dans un labyrinthe) en adoptant des stratégies différentes selon les spécimens étudiés, A. Dussotour leur attribue d’ailleurs, avec toute les précautions d’usage, une certaine « personnalité », et il semble enclin à « apprendre » et à transmettre cet apprentissage à ses congénères par simple contact. En résumé, il bouscule toutes nos certitudes de bons modernes !

Source: http://editionsdesequateurs.fr/web/bundles/equateurs/images/livres/moyen/Couve%20Dussutour.jpg

Une partie du livre peut intéresser particulièrement les géographes. On y apprend que le blob, pour se déplacer et se nourrir, est capable de reconfigurer son corps et, notamment, les vaisseaux par lesquels circulent les sucs nécessaires à son existence mais aussi des informations. En fonction de la ressource alimentaire disponible et de l’énergie à dépenser pour l’atteindre, il optimise la distribution de ces vaisseaux.  En raison de ces caractéristiques, T. Nagaki, spécialiste japonais des blobs eut ainsi l’idée de le placer sur une carte de la région de Tokyo avec de la nourriture posée sur les principales villes. Afin de pouvoir accéder à celle-ci, le blob devait étendre son corps et créer des « veines » pour la faire circuler dans son organisme. À l’issue de l’expérience, T Nagaki constata que le réseau des « veines » formés par le blob s’avérait plus efficace et que le réseau ferroviaire en place dans la région de Tokyo.  Certains auteurs se sont inspirés de cette expérience pour développer des « algorithmes blob » d’optimisation des réseaux. Les géographes ont depuis longtemps investi dans la cartographie réalisée selon le point de vue des populations locales (cartes mentales, cartes participatives) afin de mieux comprendre les usages et représentations de l’espace pourquoi ne pas aller plus loin et demander à d’autres êtres de nous assister dans la compréhension et l’optimisation de l’organisation des territoires? Réaliser une cartographie hybride en somme en se fondant sur les mouvements et stratégies spatiales des animaux, des plantes et autres êtres unicellulaires … De plus, un blob, coûtant quelques dizaines d’euros et adorant se délecter de flocons d’avoine, revient bien moins cher qu’un ordinateur et un logiciel SIG payant, par contre, il a une fâcheuse tendance à être vite envahissant…

 

Dussautour, A, 2017. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le blob sans avoir jamais oser le demander. Éditions des Équateurs, 179 p.