Pistes bibliographiques sur la géographie animale (et ce qui tourne autour)

Nous présentons ici de manière non exhaustive des références pour se familiariser avec la géographie animale. Dans le cas de recueils d’articles ou d’ouvrages collectifs, nous ferons référence à l’ensemble, sauf lorsqu’un texte est d’une importance capitale.

Textes de géographes anglo-saxons sur l’épistémologie, la méthodologie ou l’évolution de la géographie animale (donc principalement anglo-saxonne)

Les textes et ouvrages cités ici présentent chacun une bibliographie abondante compilant la quasi-totalité des productions en langue anglaise, nous ne les détaillerons donc pas ici.

  • Buller H. “Animal geographies I”. Progress in Human Geography, vol. 38, no 2, p. 308-318, 2014.
  • Buller H. “Animal geographies II: methods”. Progress in Human Geography, vol. 39, no 3, p. 374-384, 2015.
  • Buller H. “Animal geographies III: ethics”. Progress in Human Geography, vol. 40, no 3, p. 422-430, 2016.
  • Emel J. , Urbanik J. “Animal geographies: Exploring the spaces and places of human-animal encounters”. In: DeMello M.(ed.) Teaching the Animal: Human Animal Studies Across Disciplines. New York: Lantern Press, 2010, 202–217.
  • Gillespie K, et Collard R-C (ed.). Critical animal geographies: Politics, intersections and hierarchies in a multispecies world. Routledge, 2015.
  • Hovorka A. J. “Animal geographies I Globalizing and decolonizing”. Progress in Human Geography, 2016. < http://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/0309132516646291>.
  • Johnston C. “Beyond the clearing: Towards a dwelt animal geography”. Progress in Human Geography, 32(5), p. 633–649, 2008.
  • Lorimer J., Srinivasan, K. “Animal geographies”. In: Johnson N.C, Schein R. H., Winders J. (eds). The Wiley-Blackwell Companion to Cultural Geograph. Oxford: John Whiley and sons, 2013, p. 332-342.
  • Philo C., Wilbert, C. Animal spaces, beastly places: New geographies of human-animal relations. London: Routledge, 311 p., 2000.
  • Urbanik J. Placing animals: An introduction to the geography of human-animal relations. Lanham, Rowman & Littlefield, 206 p., 2012.
  • Whatmore S. Hybrid geographies: Natures cultures spaces. Sage, 225 p., 2002.
  • Wolch J., Emel J. Animal geographies: Place, politics, and identity in the nature-culture borderlands. London, Verso, 310 p., 1998.

Textes français sur l’épistémologie, la méthodologie ou l’évolution de la géographie animale (en France ou ailleurs)

  • Benhammou F.  «Une histoire contemporaine de la géographie française de l’animal ».  In : Denis Chartier D., Rodary, E. Manifeste pour une géographie environnementale. Paris : Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.) « Académique », 2016, p. 141-164.
  • Benhammou F., Sierra P., “Epistémologie de la géographie des animaux en France : de la biogéographie à la géopolitique”. In : Historiens et Géographes numéro spécial FIG : Territoires humains, mondes animaux (coordonné par F. Benhammou et P. Sierra), n°439, 2017, pp. 44-49.
  • Benhammou, F. « Synthèse d’un renouveau prometteur et hétéroclite : vers une géographie humaine et politique de l’animal », Géoconfluences, 2019, URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/changement-global/geographie-des-animaux/la-geographie-et-les-animaux
  • Bortolamiol S., Raymond R., et Simon L., “Territoires des humains et territoires des animaux: éléments de réflexions pour une géographie animale”. In : Annales de géographie. Armand Colin, 2017. p. 387-407.
  • Blanc N., Cohen M. «  L’animal, une figure de la géographie contemporaine ». Espaces et Sociétés, n°110-111,  p. 25-40, 2002.
  • Estebanez J., Gouabault E., Michalon J., « Où sont les animaux ? Vers une géographie humanimale », Carnets de géographes [en ligne], 5, 2013 http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_debats/debat_05_01_Estebanez_Gouabault-Michalon.php.
  • Marchand, G; Sierra, Ph., Benhammou, F.. « La géographie animale française et sa trajectoire dans l’appréhension des territoires plus-qu’humains » in Choné, A., Iribarren, I., Pelé M., Repussard, C., Sueur, C. (dir.) Les études animales sont-elles bonnes à penser? Repenser les sciences, reconfigurer les disciplines. Paris, L’harmattan, 2020 pp. 169-192.
  • Sierra Ph, Marchand, G et Benhammou F., « Repenser la nature sauvage avec la géographie animale », Bulletin de l’association de géographes français, 96-2 | 2019, 202-216.
  • Staszak J.-F.(dir.). « La place de l’animal ». Espaces et Sociétés, 110-111, p. 19-23, 2002.

Productions de géographie animale par des géographes français (pour celles émanant des membres de GATO se référer à la bibliographie du collectif)

  • Blanc N. Les Animaux et la ville, Paris, Odile Jacob, 232 p., 2000.
  • Blanc N. “The Greenway: A Study of Shared Animal/Human Mobility”. In: Mackenzie L., Posthumus S. (Eds). Through the cultural prism : thinking about animals from a french and francophone perspective. East Lansing: MSU Press, 2013, p. 148-162.
  • Boussin L. Société et animal : contrôler la grande faune sauvage. L’exemple du chevreuil dans le département de la Haute-Vienne. Limoges, 2006. Thèse de doctorat en géographie. Université de Limoges.
  • Bortolamiol, S. Interactions hommes-chimpanzés-forêt. Approche spatiale et territoriale de la répartition des chimpanzés, des perceptions locales et de la gestion de la biodiversité (Sebitoli, parc national de Kibale, Ouganda). Paris, Thèse de doctorat de Géographie, Université Paris Diderot, 353p.
  • Buard E., « Dynamiques des interactions espèces–espace. Mise en relation des pratiques de déplacement des populations d’herbivores et de l’évolution de l’occupation du sol dans le parc de Hwange (Zimbabwe), Thèse en géographieUniversité Paris 1, 2013.
  • Drozdz, M., Redon M. Concours des posters scientifiques FIG 2017 – publication des lauréat-e-s, Mappemonde, http://mappemonde.mgm.fr/tag/fig-2017/ avec notamment le poster de Baudat E., Chanteloup L., « Des marmottes et des hommes ».
  • Chanteloup, L. À la rencontre de l’animal sauvage : dynamiques, usages et enjeux du récréotourisme faunique. : Une mise en perspective franco-canadienne de trois territoires : Bauges, Gaspésie, Nunavut. Histoire. Université de Grenoble; Université du Québec à Montréal, 2013. ⟨tel-00924241v2⟩
  • Chanteloup L., “Wildlife as a touristic resource in Nunavut”, Polar record, vol 49 (3), 2013, pp. 240-248.
  • Chanteloup L. « Du tourisme de chasse au tourisme de vision, l’expérience touristique de la faune sauvage : l’exemple de la réserve faunique de Matane (Québec) ». Téoros, vol. 32, n°1, 2013, p. 17‑26.
  • Chanteloup L., « Entre patrimonialisation et mise en valeur touristique de la faune sauvage : l’exemple d’une ressource patrimoniale en sursis, le caribou de la Gaspésie », Collection Edytem n°14, 2013 p. 131 – 142, DOI : https://doi.org/10.3406/edyte.2013.1230
  • Chanteloup L., 2014. « Le rapport ambigu aux grands prédateurs : quelle patrimonialisation pour ces animaux fascinants qui dérangent ? » In: S. Guichard -Anguis, A-M Frérot et A. Da Lage (dir), Natures, miroir des hommes ?, l’Harmattan, 107-122.
  • Chanteloup L., « Tourisme et loup en France: Réflexions introductives à partir d’une enquête dans les Bauges et le parc Alpha » In: J-M Moriceau (dir), Vivre avec le loup ? Trois mille ans de conflit, Tallandier, 2014, p. 406 – 416.
  • Chanteloup L., Perrin- Malterre C., Duparc A., Loison A. « Construire l’interdisciplinarité dans les recherches sur l’environnement : la mise en oeuvre du programme de recherche “sports de nature et faune sauvage”», Sciences de la Société, n°96, 2016, p. 85-101.
  • Chanteloup L., Perrin – Malterre C., Duparc A., Loison A., « Quels points de vue sur les espaces partagés entre humains et animaux sauvages ? » , Espaces et Sociétés, n°164 – 165, 2016, p. 33-48.
  • Chanteloup L., 2017. « Le tourisme d’observation des ursidés » , In: Karen Hoffmann Schikel, P. Leroux, E. Navet (dir), Sous la peau de l’ours : l’humanité et les ursidés : exemples américains et européens, Connaissances et Savoirs, p. 543-566.
  • Chanteloup L. et Mounet C., 2020. Animalité (notice de dictionnaire), In Cynorhodon (eds), Dictionnaire Critique de l’Anthropocène, CNRS editions.
  • Collectif. « Territoires humains, mondes animaux ». La géographie, n°1566.
  • Estebanez J. « Le zoo comme dispositif spatial : mise en scène du monde et de la juste distance entre l’humain et l’animal ». L’Espace géographique, 39, p. 172-179, 2010.
  • Estebanez J., « Ceux qui sont proches : les soigneurs au zoo », Sociétés, 2010/2 (n° 108), 2010, p. 47-57. DOI : 10.3917/soc.108.0047.
  • Estebanez J., Staszak J.-F., « Animaux humains et non-humain au zoo. L’expérience de la frontière animale », In Dubied, A. (éd.), Aux frontières de l’animal. Mises en scène et réflexivité. Genève, Librairie Droz, 2012, p. 149-174. URL : https://www.cairn.info/aux-frontieres-de-l-animal–9782600015271-page-149.htm
  • Estebanez J., « Pour une ville vivante ? Les animaux dans la fabrique de la ville, histoire d’une requalification partagée », Histoire urbaine, 2015/3 (n° 44), p. 5-20. URL : https://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2015-3-page-5.htm
  • Estebanez J., « Les animaux et la ville. Une histoire sociale, politique et affective à poursuivre », Histoire urbaine, 2016/3 (n° 47), p. 125-129. URL : https://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2016-3-page-125.htm
  • Estebanez J. « Des animaux-objets ? », Géographie et cultures, 91-92, 2014. < http://gc.revues.org/3364>
  • Estebanez, J. « La vie sans la mort. Qu’est-ce qu’un élevage au zoo? » Frontières, volume 30, numéro 2, 2019. https://doi.org/10.7202/1062447ar
  • Estebanez, J.  “Qu’est-ce que la géographie humanimale ?” In :  Historiens et Géographes numéro spécial FIG : Territoires humains, mondes animaux (coordonné par F. Benhammou et P. Sierra), n°439, 2017, pp. 49-51.
  • Estebanez J., Porcher J., Douine J., « Travailler à faire semblant : les animaux au cinéma », Écologie & politique, 2017/1 (N° 54), p. 103-121. DOI : 10.3917/ecopo1.054.0103. URL : https://www.cairn.info/revue-ecologie-et-politique-2017-1-page-103.htm
  • Franck A., Gardin J., Givre O., “Blood and the City. Animal Representations and Urban (Dis)orders during the ‘Feast of the Sacrifice’ in Istanbul and Khartoum”, Anthropology of the Middle East, Berghahn Journals, 2016, 11 (1), p. 85-111. ⟨DOI: 10.3167/ame.2016.110108⟩.
  • Franck A., Gardin J., « Le développement des boucheries et snacks halal agréés AVS, entre logiques commerciales et religieuses », Anthropology of Food, 2019, ⟨DOI: 10.4000/aof.9473
  • Gagnol L., Mounet C., Arpin I. « De la piste animale aux lignes de désir urbaines. Une approche géoichnologique de la trace » . L’Information géographique, Armand Colin, 2018, 82 (2), pp.11-38/
  • Gardin J., (2013), “Sheep farming 2.0: The computerisation of extensive livestock breeding profession. An overview”, Géographie et cultures, L’Harmattan, 2013, 87 (87), pp.19-36. DOI: 10.4000/gc.2939
  • Gardin  J., Estebanez J.   et Moreau S., «Comme la biche tétanisée dans les phares de la bagnole», Justice Spatiale, n° 12,octobre 2018, www.jssj.org
  • Givre O., Franck A., Gardin J., « La mort animale rituelle en ville. Une approche comparée de la “Fête du sacrifice“ à Istanbul, Khartoum et Paris », Histoire urbaine, Animaux dans la ville 1, pp.139-168. ⟨DOI:10.3917/rhu.044.0139
  • Givre O., Franck A. & Gardin J. « Voir et montrer la mort animale. » Frontières, volume 30, numéro 2, 2019. https://doi.org/10.7202/1062440ar
  • Glon E.,  « Faut-il prendre les canards sauvages pour des enfants du Bon Dieu ? », Géographie et cultures, 69 | 2009, 43-58.
  • Godet L., « Les oiseaux anthropophiles : Définition, typologie et conservation » , Annales de Géographie, vol. 716, n°4, 2017, p. 492‑517.
  • Guillerme S.,  Maire E., Moppert B. et  Hinnewinkel C., « Cohabiter avec la grande faune dans le sud de l’Inde : opportunité ou menace ? », Géographie et cultures, 69, 2009, pp. 59-79
  • Hancock C., Staszak J.-F. « L’animal au zoo, enjeu de géographie politique. Le zoo de Mexico, de Moctezuma à l’écologie », Espaces et Sociétés, 110-111, p. 88-110, 2002.
  • Jolivet, L. Modélisation des déplacements d’animaux dans un espace géographique – Analyse et simulation, Thèse de doctorat, spécialité Géographie, Université Paris 1, mai 2014.
  • Jolivet, L., Cohen, M. & Ruas, A., Évaluation des conséquences d’aménagements d’infrastructures sur les déplacements d’animaux. Définition et expérimentation d’un modèle de simulation agent, Cybergeo : European Journal of Geography, 2015, document 712, URL: http://journals.openedition.org/cybergeo/26767
  • Mathevet R., Godet L., (sous la dir.), Pour une géographie de la conservation. Biodiversités, Natures & Sociétés. L’Harmattan, Paris, 2015 400p.
  • Mathevet R., Guillemain M., Que ferons-nous des canards sauvages ? Chasse, nature et gestion adaptative. Versailles, Quae, 2016, 96p.
  • Mathevet R., Olivier A., Béchet A. « Nuisibles d’hier et d’aujourd’hui: le lapin, le sanglier et le flamant dans la réserve de biosphère de Camargue » in Luglia R. (sous la dir.). Sales bêtes ! Mauvaises herbes ! « Nuisible » une notion en débat. Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, Archives Nationales, AHPNE. Presses Universitaires de Rennes, pp. 173-187.
  • Mathevet R., Béchet A. Politiques du flamant rose : Vers une écologie du sauvage. Paris, WildProject, 2020, 200p.
  • Mauz I.,  « Les conceptions de la juste place des animaux dans les Alpes françaises », Espaces et sociétés, n° 110-111, 2002, pp 129 -145.
  • Milhaud O. « Y a-t-il une géographie du territoire animal ? ». Compte-rendu du débat du 26 novembre 2009: Les animaux sont-ils encore à leur place ?,  2009. http://cafe-geo.net/wp-content/uploads/geographie-territoire-animal.pdf.
  • Mounet C. Les Territoires de l’imprévisible. Conflits, controverses et « vivre ensemble » autour de la gestion de la faune sauvage. Le cas du loup et du sanglier dans les Alpes françaises. Grenoble , 2007. Thèse de doctorat en géographie, Université Joseph-Fourier, 2007.
  • Mounet C. « Vivre avec des animaux “à problème”. Le cas du loup et du sanglier dans les Alpes françaises » Revue de Géographie Alpine / Journal of Alpine Research, Association pour la diffusion de la recherche alpine, 2008, 96 (3), pp.55-64.
  • Mounet C. « Quel vivre ensemble possible avec le loup et le sanglier ? » In: Stéphane Frioux et Émilie-Anne Pépy (dir). L’animal sauvage entre nuisance et patrimoine : approches socio-historiques des relations homme-nature, ENS editions, 2009, pp.71 -82.
  • Mounet C., « Les postures microsociales, enjeu et moteur actuels d’une bonne gouvernance ? Conflits autour du loup et du sanglier dans les Alpes françaises » In: Philippe Hamman et Jean-Yves Causer. Ville, environnement et transactions démocratiques. Hommage au Professeur Maurice Blanc, PIE Peter Lang., 2011, pp.197-208.
  • Mounet C., « Conflits et reconfigurations socio-spatiales autour du sanglier : des postures générales aux arrangements locaux en territoire rural » Economie Rurale, 2012, pp.79-95.
  • Mounet, C. « Le social et le spatial : les humains et les non humains les dynamitent, les dispersent, les ventilent aux quatre coins des territoires » In. Claire Tollis, Laurence Créton-Cazanave; Benoit Aublet, L’Effet Latour , Glyphe, pp.105-136, 2013
  • Mounet, C. « Les animaux qui dérangent : entre regard a priori et pratiques au quotidien » In: S. Guichar-Anguis; A.-M. Frérot; A. Da Lage. Natures, miroirs des hommes ?, Paris, L’Harmattan, 2014, pp.291-302.
  • Mounet C., Chanteloup L, 2019. « Les pratiques de chasse face à la sensibilité animale. de l’invisibilité à l’éthique de chasse? » Frontières, 30(2), DOI : 10.7202/1062442ar
  • Pelletier, Ph. Anarchisme et cause animale vol 1 et 2. Editions du monde libertaire, 2015.
  • Pickel-Chevalier S., Evans R. (Ed./dir.), « Cheval, Tourisme et Sociétés/ Horse, Tourism and Societies », Mondes du Tourisme, Hors-Série, 2015, Paris, 270 p.
  • Pickel-Chevalier S., « Can equestrian tourism be a solution for sustainable tourism development in France? », Loisir et Société / Society and Leisure, Volume 38, Issue 1, Routledge, Taylor&Francis, 2015 http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/07053436.2015.1007580?journalCode=rles20#preview.
  • Pickel-Chevalier S., « L’équitation française et sa patrimonialisation dans la société des loisirs», EspacesTemps.net, Travaux, 2016,http://www.espacestemps.net/articles/lequitation-francaise-et-sa-patrimonialisation-dans-la-societe-des-loisirs/
  • Pickel-Chevalier S., « Popular Horse Stories and the Invention of the Contemporary Human-Horse Relationship through an ‘Alter Ego’ paradigm », Journal of Sports Science, Volume 5, Number 2, 2017 (19), pp. 119-137, DOI:10.17265/2332-7839/2017.02.007
  • Pickel-Chevalier S., « Globalization and Equestrian Cultures: The case of Equitation in the French Tradition » in Adelman M. & Thompson K (dir), Equestrian Cultures in Global and Local Contexts, Springer, NY, 2017, pp.81-104.
  • Pickel-Chevalier S. & Grefe G., 2017, « Représentations et symbolismes du cheval. La révolution contemporaine interprétée à travers les arts populaires et enfantins », in Leroy du Cardonnoy E. & Vial C. (dir.), Les chevaux : de l’imaginaire universel aux enjeux prospectifs pour les territoires, Presses Universitaires de Caen, Caen, 2017, pp.109-128.
  • Pickel-Chevalier S., « Tourism and Equine Heritage in France: the case study of the Cadre noir de Saumur and the Vendée Stud”, Current Issues in Tourism, Routledge/Taylor&Francis, 2019 https://doi.org/10.1080/13683500.2019.1706459
  • Pickel-Chevalier, S., 2020, “European Traditional Riding Schools: conservation through the reinvention of equestrian heritage.”, Mondes du tourisme -à paraître.
  • Planhol X. « Le chien de berger : développement et signification géographique d’une technique pastorale ». Bulletin de l’Association des géographes français, 46 (370), p. 355-368, 1969.
  • Planhol X., Le Paysage animal. L’homme et la grande faune : une zoogéographie historique, Paris, Fayard, 1127 p., 2004.
  • Poinsot Y., “Les enjeux géographiques d’une gestion durable de la faune sauvage en France”, Annales de Géographie, No.663, 2008, pp. 26-47. DOI : 10.3917/ag.663.0026
  • Poinsot Y., “Quels facteurs géographiques prendre en compte pour mieux gérer la grande faune ?”, Natures Sciences Sociétés, Vol. 20, 2012, No.2, 157-166, URL : www.cairn.info/revue-natures-sciences-societes-2012-2-page-157.html. DOI : 10.1051/nss/2012016
  • Rodary E. L’apartheid et l’animal : vers une politique de la connectivité. Wildproject, 2019, 283 p.
  • Simon D., « Quand un concept écologique fait date. L’invention du « complexe pathogène » en géographie », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 28 | 2016, DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.1807
  • Veron O. “(Extra)ordinary activism: veganism and the shaping of hemeratopias“, International Journal of Sociology and Social Policy, vol. 36, no 11/12, 2016, p. 756-773.

Textes provenant de chercheurs français dans d’autres disciplines mais avec une dimension spatiale

  • Baticle Ch., « La corporéité cynégétique », Carnets de géographes [En ligne], 5 | 2013, DOI : https://doi.org/10.4000/cdg.1055
  • Baticle Ch., « Relire le conflit environnemental à travers une grille de lecture spatiale », Socio-logos [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 17 juin 2017. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/3124
  • Baticle Ch., « Jouer avec l’animal : penser à partir des dispositifs spatio-temporels des chasses aux migrateurs » In : Dalla Berdina, S. (dir). De la bête au non-humain : perspectives et controverses autour de la condition animale. [en ligne]. Paris : Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020. Disponible sur Internet : http://books.openedition.org/cths/9783.
  • Bobbé S., “Du projet de zonage aux mesures T. Conceptions divergentes de gestion territoriale des loups dans l’arc alpin”, Revue de géographie alpine, Vol. 94, No.4, 2006, pp. 111-118. DOI : 10.3406/rga.2006.5596
  • Bondaz J., « L’Empire des bêtes: circulation d’animaux et zoos coloniaux » In: Dalla Berdina, S. (dir). De la bête au non-humain : perspectives et controverses autour de la condition animale. [en ligne]. , Paris : Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020, URL: http://books.openedition.org/cths/9756
  • Marchina, Ch., Nomad’s land. Éleveurs, animaux et paysage chez les peuples mongols, Bruxelles, Zones Sensibles, 2019, 220 p
  • Mauz I., Gens, cornes et crocs, Thèse de doctorat en sciences de l’environnement, CEMAGREF, Grenoble, 2002. Cette thèse a ensuite été publiée aux éditions Quae en 2005 (254 p).
  • Morizot, B. Sur la piste animale. Actes Sud, 2018, 200 p.

Ouvrages ou textes abordant la géographie animale en langue espagnole ou portugaise

  • Coltro F. L. Z. “Uma reflexão sobre a relação humano-animal na sociedade contemporânea e a ligação com a geografia”. Terr@ Plural, vol. 7, no 2, p. 207-222, 2014.
  • Coltro F. L. Z.  “Animal geographies”: reflexões sobre o não-humano no pensamento geográfico contemporâneo. Londrina, 2016. Tese de doutorado em geografia, Universidade Estadual de Londrina.
  • Leal P. Campos. “Antrópole: Esboço para uma Crítica da Produção Especista do Espaço”. In: Anais do XIII Simpurb, UERJ, Rio de Janeiro, 2013.
  • Leal P. Campos. “Sobre Bestas e Mapas Notas Introdutórias Sobre a Virada Animal na Geografia Humana Contemporânea”. GEOgraphia, vol. 16, no 31, p. 51-75, 2014.
  • Serrano-Montes, J. L., Arias Garcia, J., Gomez-Zotano, J. “La nueva Geografía animal oportunidades y desafíos para los geógrafos españoles”. Congresso de Geógrafos españoles, Naturalez, territorio y ciudad en un mundo global, 2017, págs. 383-392 URL: http://www.age-geografia.es/downloads/Naturaleza_Territorio_y_Ciudad_AGE2017.pdf
  • Serrano-Montes, J. L., CALVO, A. “La geografía de los animales: oportunidades y desafíos de un nuevo enfoque para el estudio geográfico de las relaciones entre el ser humano y los animales”. Invest. Geog [online]. 2019, n.99, http://dx.doi.org/10.14350/rig.59781

Textes de référence sur les études animales (ou l’étude des animaux en général)

  • Baratay E. Le point de vue de l’animal. Une autre version de l’histoire. Paris: éditions du Seuil, 2012, 389 p.
  • Baratay E. Aux sources de l’histoire animale. Paris, Editions de la Sorbonne, 281 p.
  • Bevilaqua C., Vander Velden F. (orgs.). Parentes, vítimas, sujeitos: perspectivas antropológicas sobre relações entre humanos e animais. São Carlos/Curitiba: Edufscar/Editora da UFPR, 446p., 2016.
  • Burgat F. La cause des animaux. Pour un destin commun, Paris, Buchet/Chastel, 2015, 112 p.
  • Carrié F., Traïni Ch. S’engager pour les animaux. Paris, PUF/vie des Idées, 2019, 120 p.
  • Charbonnier, P. « Prendre les animaux au sérieux : de l’animal politique à la politique des animaux », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #15 | 2015, URL : http://journals.openedition.org/traces/6273
  • Chapouthier G. « À la vie, à la mort : les liens entre l’homme et l’animal », Études sur la mort, vol. 145, no. 1, 2014, pp. 39-45.
  • Choné A. et al. Les études animales sont-elles bonnes à penser? Repenser les sciences, reconfigurer les disciplines. Paris, L’harmattan, 2020, 198 p.
  • Choné A. et al. Repenser la relation homme-animal. Généalogie et perspectives. Paris, L’harmattan, 2020, 166 p.
  • Dalla Bernardina, S (dir.). De la bête au non-humain : perspectives et controverses autour de la condition animale. Nouvelle édition [en ligne]. Paris : Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020 . DOI : 10.4000/books.cths.9741.
  • Delon  N. « Études animales : un aperçu transatlantique ». Tracés. Revue de Sciences humaines, n°15, 2015. < http://traces.revues.org/6274> , consultado 21 jun. 2016.
  • Delort, R. Les animaux ont une histoire. Paris: Seuil, 1984, 397 p.
  • DeMello M. (dir.). Teaching the Animal: Human–Animal Studies across the disciplines. New York: Lantern Books, 464 p., 2010.
  • DeMello M. Animal and Society: an introduction to human/animal studies. New York: Columbia University Press, 488 p., 2012.
  • Despret V., Que diraient les animaux, si…on leur posait les bonnes questions ?, Paris, La Découverte, 2014.
  • Despret, V., Larrère R., Les animaux : deux ou trois choses que nous savons d’eux, Paris, Éditions Hermann, 2014, 312 p.
  • Digard J.-P., Les français et leurs animaux. Paris, Fayard, 1999, 281 p.
  • Digard J-P, « Le tournant obscurantiste en anthropologie », L’Homme [En ligne], 203-204 | 2012, URL : http://journals.openedition.org/lhomme/23292
  • Digard J.-P., L’animalisme est une anti-humanisme. Paris, CNRS éditions, 2018, 128 p.
  • Fontenay E. Le silence des bêtes. La philosophie à l’épreuve de l’animalité. Paris, Fayard, 1998, 784 p.
  • Fontenay E. Sans offenser le genre humain. Réflexions sur la cause animale, Paris, Albin Michel, 2008, 215 p
  • Frioux S. & Pépy E.-A. 2009. L’animal sauvage entre nuisance et patrimoine. Lyon: ENS Editions, 208 p.
  • Gouabault, E.; Michalon, J. (dir.) Relations anthropozoologiques. Sociétés, n°108, 138 p., 2010.
  • Guillo D. « Quelle place faut-il faire aux animaux en sciences sociales ? Les limites des réhabilitations récentes de l’agentivité animale », Revue française de sociologie, vol. 56, no. 1, 2015, pp. 135-163.
  • Ingold, T. (eds), 1994. What is an animal? London: Routledge, 191 p.
  • Jangène Vilmer, J-B, L’éthique animale, Paris, PUF, 2008, 304 p.
  • Kohler, F. (dir.). Sociabilités animales ». Études rurales, n°189, 219 p., 2012.
  • Kymlicka W. et Donaldson, S. Zoopolis. Une théorie politique des droits des animaux (2011), Paris, Alma éditeur, 2016, 404 p.
  • Lestel, D. L’animal est l’avenir de l’homme. Paris, Fayard, 2010, 188 p.
  • Lizet, B. et Milliet, J. Animal certifié conforme. Déchiffrer nos relations avec le vivant. Paris, Dunod, 2012, 265 p.
  • Machado, C. S. “Aqui e acolá, nós, os humanos, nunca fomos cem por cento humanos”. In: Machado, C. S. (org.), Animais na sociedade brasileira: práticas, relações e interdependências. Rio de Janeiro: E-Papers, 2013, p. 13-47.
  • Maciel, M. E. (eds). Pensar e escrever o animal. Ensaio de zoopoética e de biopolitica. Florianópolis: Editora da UFSC, 2011, 422 p.
  • Mackenzie L., Posthumus, S. (Eds.). French Thinking about Animals. East Lansing: MSU Press., 232 p., 2015.
  • Matignon, K. L. (dir) Révolutions. Comment les animaux sont devenus intelligents? Paris, Arte éditions, Les liens qui libèrent, 576 p.
  • Michalon, J. « Les Animal Studies peuvent-elles nous aider à penser l’émergence des épistémès réparatrices ? », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 11, 3, 2017, pp. 321-349.
  • Michalon J., Dore A.,  Mondeme Ch. « Une sociologie avec les animaux : faut-il changer de sociologie pour étudier les relations humains/animaux ? » SociologieS, Dossier : Sociétés en mouvement, sociologie en changement, 2016. < http://sociologies.revues.org/5329>.
  • Pelluchon, C. « Zoopolitique et justice envers les animaux », Études sur la mort, vol. 145, no. 1, 2014, pp. 15-28.
  • Porcher J. Vivre avec les animaux. Une utopie pour le XXIème siècle. Paris, La Découverte, 2011, 159 p.
  • Shapiro, K.; DeMello, M. The state of human-animal studies. Society and Animals, n°18(3), pp. 307-318, 2010.
  • Shapiro, K. Editor’s introduction: The state of human-animal studies: Solid, at the margin! Society and Animals, n°10(4), pp. 331-338, 2002.
  • Waldau, P. Animal studies: an introduction. New York: Oxford University Press, 2013, 362 p.