Compte-rendu : “Zoocities. Des animaux dans la ville”, Joëlle Zask

« Que se passerait-il si les animaux s’installaient massivement dans les villes » ? Voilà l’ « expérience de pensée » (p. 12) que propose la philosophe Joëlle Zask dans son ouvrage Zoocities. Des animaux sauvages dans la ville, paru en juin 2020. Sa réflexion part du constat d’un nombre croissant d’animaux sauvages dans les villes et de l’étonnement que suscite leur présence. Elle rappelle pour cela un certain nombre d’exemples connus, comme ceux des renards londoniens ou des faucons pèlerins new-yorkais, et revient également sur quelques cas médiatisés lors des épisodes de confinement liés à la crise sanitaire actuelle. Se pose alors pour l’auteure le problème suivant : ces animaux sauvages surprennent voire dérangent et ne seraient pas à leur place dans les espaces urbains. Pourtant, ils y sont de plus en plus présents, trouvant « refuge » (p. 23) dans des villes où se développent des actions de protection de l’environnement, face notamment au dérèglement climatique, et fuyant ainsi la dégradation voire la destruction de leur habitat. Il faut donc imaginer des moyens de coexistence avec ces animaux et, pour cela, réinventer la ville ainsi que notre rapport aux autres êtres vivants.

Pour amorcer sa réflexion, Joëlle Zask revient dans un premier temps sur la définition de la ville. Celle-ci est, dans le monde occidental, cet espace emmuré et distinct de la forêt, la silva, dont est dérivé le terme « sauvage ». La ville, minérale, géométrique, s’oppose alors à une « nature » végétale et non-contrôlée. Elle marque spatialement la frontière entre l’humanité, la civilisation d’une part, et le sauvage, l’animalité ou la bestialité d’autre part. De là l’idée que les animaux sauvages n’y ont pas leur place. Ils sont d’ailleurs et bien souvent des impensés de la réglementation des villes, contrairement aux animaux domestiques dont les déplacements sont par exemple contrôlés. Tout au plus existe-t-il certains dispositifs d’urbanisme visant à lutter contre des animaux jugés nuisibles ou dangereux. Enfin, lorsqu’ils sont présents, ces animaux sauvages subissent une « dégradation ontologique » : « les qualités d’indépendance, de liberté, de puissance, d’exotisme qui forçaient notre considération s’évanouissent » (p. 50).

L’enjeu ici est donc également de « repenser les catégories » (p. 92), nous dit Joëlle Zask, notamment la dichotomie entre « sauvage » et « domestique ». Il faudrait plutôt « identifier ce qui, dans la vie animale, rejoint la nôtre sans nous sentir rabaissés, et ce qui dans la nôtre rejoint celle des animaux sans leur dénier toute initiative. Bref, il faudrait qu’émerge une culture du sauvage s’affranchissant de l’idée d’une authenticité sans âge, de la férocité et du danger sanitaire. Réciproquement, il faudrait que la culture du domestique soit libérée des connotations négatives liées à la dépendance et à l’asservissement » (p. 92-93). L’auteure revient également sur d’autres concepts, comme ceux d’espèces « opportunistes », « liminaires » ou encore « férales », qui cherchent à dépasser cette dichotomie, tout en rappelant qu’elles ne sont pas parfaites, notamment parce qu’elles restent teintées d’anthropocentrisme, avant de proposer sa propre définition du sauvage, comme « ce qui n’était pas prévu » (p. 102). Le sauvage se trouve alors partout et n’est pas l’apanage des animaux sauvages. Il suppose simplement une curiosité, une disposition à être surpris. Le sauvage est « partout, dans tout ce qui est susceptible d’avoir été rencontré » (p. 104).

Dans cet ouvrage, Joëlle Zask livre donc une critique des théories et des pratiques qui empêchent la bonne coexistence entre humains et non-humains en ville. Dépassant le simple constat, elle livre de nombreux exemples, pris dans le monde entier, pour appuyer son propos et ses suggestions. Elle insiste, par exemple, sur l’importance des assemblages de niches et de corridors, à différentes échelles. Elle invite surtout à repenser l’aménagement des villes en privilégiant « l’observation et l’enquête » (p. 121), pour être à l’écoute des éléments de réponse que proposent les animaux eux-mêmes. Il s’agit par exemple de privilégier des aménagements qui succèdent à l’installation des animaux, plutôt que de vouloir d’emblée assigner une place à ces derniers. Elle rappelle que les animaux « réinventent la ville » (p. 124) : ils détournent certains objets de l’utilisation pour laquelle nous les avions conçus, tandis que certaines contraintes que nous éprouvons n’en sont pas pour eux. Il est donc primordial de leur reconnaître une agentivité, des « capabilités » pour reprendre la terminologie d’Amartya Sen. Et l’auteure de rappeler à juste titre que « nous avons une fâcheuse tendance à prêter aux animaux des besoins que nous dictent une empathie trop souvent erronée […] en vertu d’un mélange de paternalisme et d’expertise » (p. 114). Revenant sur la crise sanitaire actuelle, elle insiste sur l’importance de maintenir une « bonne distance » (p. 136) avec les animaux sauvages. Au cœur de son modèle de ville multispéciste, elle met donc la notion de « voisinage » : « il semble que le voisinage soit la notion qui convient le mieux pour imaginer une ville inclusive qui rende possible et même souhaitable la surprise de croiser des animaux sur notre route sans risquer de leur nuire et sans danger, de les observer de loin, de repérer les traces de leur présence » (p. 160).

C’est cette notion qui permet à l’auteure de penser le passage de la ville à la cité. Elle rappelle que, dans l’Antiquité, la cité se distingue de la ville et désigne une communauté de vie indépendante, auto-gouvernée. Il s’agit donc, dans l’expérience de pensée qui l’occupe toujours, d’envisager une « cité multispéciste », adaptée à une pluralité d’espèces y ayant chacune leur place, dans le respect de leur autonomie.

L’ouvrage de Joëlle Zask est très bien écrit et pensé, de telle sorte que l’on suit aisément les propos de l’auteure. Ceux-ci sont clairs, enrichis par des lectures référencées dans de nombreuses disciplines, dont le champ émergent des urban wildlife studies. Elle revient comme on peut s’y attendre sur des catégories de plus en plus remises en question, alors qu’elle semblait y adhérer tout à fait dans les premières pages, et propose également une (re)lecture de l’histoire de l’urbanisme et de la pensée environnementale. Certaines notions ou distinctions mériteraient d’être davantage explicitées, comme celle entre cité « multi-spéciste » et « trans-spéciste » (p.188). D’autres auraient pu être tout simplement évitées : on ne voit pas bien, par exemple, l’intérêt de reprendre la notion de « grand remplacement » (p. 22), habituellement mobilisée dans les discours d’extrême-droite, pour qualifier ici la présence de plus en plus importante d’animaux sauvages en ville. Dans l’ensemble cependant, ce texte reste une lecture très riche et stimulante, qui enrichit les réflexions autour des relations entre humains et non-humains.

Zask, J. (2020). Zoocities. Des animaux dans la ville. Premier Parallèle. 249 p.