Compte-rendu : « Le Parrain au cœur d’un clan d’éléphants », C. O’Connell

Caitlin O’Connell (2019), Le Parrain au cœur d’un clan d’éléphants, Actes Sud, 320 p.

La collection « Mondes sauvages » chez Actes Sud vaut la peine que l’on s’y attarde pour suivre régulièrement ses parutions. J’ai donc été intriguée par l’une de ses nouveaux titres, « Le parrain », annonciateur d’une lecture aussi haletante que le visionnage du film de Coppola. Il n’est point question de mafia ici cependant, mais d’éléphants. Aucun doute cependant : le titre a tenu ses promesses.

Caitlin O’Connell

Tout au long de ces pages, Caitlin O’Connell, spécialiste mondialement reconnue des éléphants, nous invite à la suivre au cours de quelques missions qu’elle effectue chaque année à Mushara, dans le parc national d’Etosha, en Namibie, pour y étudier un clan d’éléphants, et en particulier l’ascension et les revers de fortune de Greg, le « parrain » du clan. Au fil des vingt-cinq dernières années, la chercheuse s’est en effet attachée à étudier le fonctionnement de ces sociétés de « fissions/fusions », dans lesquelles des relations se font et se défont, pour mieux comprendre en particulier comment se structurent les relations entre mâles après qu’ils ont quitté le clan maternel.

Elle montre d’abord l’importance des conditions environnementales. En 2008 par exemple, après une période de fortes pluies et d’inondations, au cours de laquelle se sont donc multipliés les points d’eau, la hiérarchie établie jusque-là au sein du clan s’est effondrée. Au contraire, après une importante sécheresse en 2005, les conflits liés à un accès restreint à l’eau avaient été tempérés par une hiérarchie clairement établie.

Cependant, ce sur quoi insiste en particulier l’auteure, et ce qui la fascine plus que tout, c’est bien la « société des éléphants mâles » (p. 43), et la façon dont les relations entre les individus sont influencées par les dynamiques du groupe, mais aussi les personnalités des individus. Pour la chercheuse, le comportement des éléphants et les relations au sein du clan s’expliquent essentiellement par le musth et la compétition pour accéder aux femelles. Mais elle insiste également sur l’importance des amitiés ou inimitiés entre éléphants. Elle nous rappelle également le rôle majeur que jouent les personnalités des différents individus. On ne s’étonnera donc pas de lire des descriptions très détaillées et attachantes de Greg, Mike, Trompe déchirée, ou encore de Jack Nicholson, « le beau parleur », ou ou de Luke Skywalker, « le roi de la dispute » (p. 83). Si une forme d’anthropomorphisme ponctue régulièrement les observations de la chercheuse, et pose parfois question, il sert ici avant tout la clarté du propos et participe de la proximité qui s’installe entre le lecteur et ces éléphants que l’auteure nous fait connaître.

C’est donc par le biais d’un récit dynamique, sachant allier une bonne dose d’humour à la clarté et la précision d’un propos scientifique de qualité, que Caitlin O’Connell nous fait partager son enthousiasme et son admiration pour les éléphants, et plus largement pour cette « Mecque de la vie sauvage » (p. 27) qu’elle fait naître sous nos yeux.

Elle n’en gomme pas pour autant les aspects plus difficiles de son travail, contant quelques surprises inattendues, comme l’intrusion d’un mamba noir dans le camp, ou la destruction de la tour d’observation par des éléphants curieux, ou rappelant le problème récurrent du manque de financement ou de l’épuisement sur le terrain.

On l’aura donc compris, il ne s’agit pas ici d’un ouvrage de géographie, mais sa lecture en est si instructive et passionnante, qu’on ne peut que la recommander à tous les passionnés des animaux.

Rappel sur l’épistémologie de la géographie animale sur Géoconfluences

Farid Benhammou a publié il y a quelques temps déjà un petit texte sur l’épistémologie de la géographie animale sur le site Géoconfluences. Outre sa présentation des différents auteurs français travaillant sur cette question, ce texte a notamment le mérite de replacer la géographie dans le champ plus large des études animales avec, en prime, des indications bibliographiques indispensables pour qui souhaiterait se lancer dans une recherche sur les relations anthropozoologiques.

Voici le lien menant à son texte: http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/changement-global/geographie-des-animaux/la-geographie-et-les-animaux

Ce texte ouvre un dossier où l’on retrouve d’autres contributions abordant les animaux (ours kermode et cétacés): http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/changement-global

Nouveau texte de Maie Gérardot sur la géographie équine

Maie Gérardot vient de mettre en ligne un texte intitulé « Les chevaux et la Normandie, géographie d’une filière d’élevage »dans le dossier « Les espaces ruraux et périurbains en France : populations, activités, mobilités » sur le site Géoconfluences.

Nous reproduisons ici le lien vers son texte très riche et particulièrement bien illustré: http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/france-espaces-ruraux-periurbains/elevage-cheval-normandie