Petite promenade (horrifique) chez les réducteurs de la souffrance dans la nature

À quoi ressemblerait le monde si le véganisme était devenu un mode de vie hégémonique ? Voilà une question qui fait l’objet de nombreux fantasmes. Lors de la publication du numéro spécial FIG de Libération en 2017, Brice Gruet, géographe, s’était ainsi lancé dans un exercice de futurologie aux accents apocalyptiques. Pour lui, la libération animale donnerait lieu à des hangars de ferme rouillés peuplés d’oiseaux criards, à des bordures d’autoroute sans âme qui vive et à des centres-villes peuplés d’animaux sauvages où il ne ferait pas bon de sortir le soir de peur d’être attaqué par des bêtes féroces… On se croirait dans la mauvaise série télévisée ZOO. D’autres, comme Paul Ariès, Frédéric Denhez ou Jocelyne Porcher ont, en 2018, repris ces éléments apocalyptiques mais en allant encore plus loin dans la caricature, un monde végan serait non seulement aux mains des grandes multinationales agro-industrielles pour les besoins en intrants, plastiques et protéines animales synthétiques mais les animaux « en chair et en os » serait définitivement remplacés par des animaux robotisés (leurs fameux « robots brouteurs » travaillant en complément des clochards, des prisonniers et des chômeurs nouveaux forçats de l’agriculture végane!) ou virtuels (notamment pour leur exposition dans des parcs zoologiques version 2.0). Paul Ariès, en solo cette fois, en a remis une couche en ce début d’année 2019 pour annoncer la sortie de son nouvel ouvrage. Le problème est que ces exercices de futurologie et les critiques au véganisme qui les accompagnent sont remplis d’approximation et de raccourcis, visant à utiliser certaines théories extrêmes dans le monde de l’animalisme et faire croire qu’elles constituent une norme. En effet, ce que décrivent ces auteurs ne sort pas de leurs chapeaux, il existe bel et bien des théories dites « anti-naturalistes » au sein des penseurs animalistes qui cherchent à remodeler la vie animale sauvage, voire à la supprimer ! Toutefois, restreindre les mouvements véganes ou de libération animale à l’anti-naturalisme ou à la pensée RWAS (Reducing Wild-Animal Suffering) est quelque peu hasardeux, les logiques défendues étant parfois contradictoires.

Source : http://www.cahiers-antispecistes.org

Pour ceux qui veulent comprendre un peu mieux ce mouvement RWAS, je recommande la lecture du numéro 41 des Cahiers Antispécistes coordonné par Estiva Reus. Cette dernière, bien que sympathisante aux théories anti-naturalistes, essaye de présenter de façon objective quelques éléments de la pensée RWAS afin que le lecteur puisse se faire une opinion par lui-même (elle donne toutefois son opinion à plusieurs reprises, notamment en introduction, et avoue que cette mouvance lui file « les chocottes »). Si l’on doit résumer la pensée RWAS en quelques lignes, elle part d’une insatisfaction face aux théories antispécistes classiques qui ne se préoccupent que de la souffrance infligée par les humains aux animaux et ne se préoccupent pas de celle que s’inflige les animaux entre eux ou celle résultant d’évènements naturels (sécheresse, inondations, maladies, cyclones). Partant du principe que la vie animale sauvage est la plupart du temps misérable et emplie de dangers, les théoriciens du RWAS considèrent qu’il est de notre devoir de « porter assistance » aux animaux. Les solutions prônées varient d’un auteur à un autre, elles oscillent toutefois autour de trois axes principaux : l’assistance « simple » au quotidien (porter secours à un animal en danger, nourrir des oiseaux affamés, adopter un chien abandonné…),l’intervention afin de modifier l’ « ordre naturel des choses » (développer des techniques génétiques afin de rendre les carnivores végétariens ou décupler l’intelligence des herbivores pour qu’ils améliorent leurs stratégies de défense) et, enfin, l’éradication pure et simple de certaines formes de vie sauvage (les prédateurs devant être éliminés en priorité en raison des nombreuses souffrances dont ils sont responsables). Dans les deux derniers domaines, il faut reconnaître aux auteurs du mouvement RWAS une certaine imagination mais la palme revient aux « solutions finales » (j’emploie cette expression à dessein tant ces théories me rappelle le nazisme) envisagées pour réduire le nombre d’animaux sauvages sur terre : certains prônent la destruction des milieux naturels ou leur artificialisation, d’autres évoquent la nécessité d’augmenter la consommation de viande (celle-ci étant vecteur de déforestation) ou encore accélérer le réchauffement climatique ! À La lecture de ce numéro spécial, je me suis demandé s’il ne s’agissait pas d’un canular, je me suis dit que ces théories plus que fumeuses, et on ne peut plus funestes, étaient peut-être le fait d’anti-animalistes cherchant à décrédibiliser le mouvement, mais il semblerait que non, il existe bien des théoriciens du RWAS qui les défendent avec sérieux ! Cela laisse toutefois planer quelques doutes sur leur santé mentale, si j’étais un de leurs proches, l’idée qu’il me propose un jour leur « aide » me glacerait les sangs… Comme dit précédemment, la conclusion de ce dossier spécial, laisse le soin au lecteur de trouver lui-même sa position vis-à-vis du mouvement RWAS, pour ma part, je n’y vois pour les théoriciens des deux derniers axes qu’une bouffée délirante anthropocentrique et techniciste au possible mais aussi extrêmement pauvre sur le plan théorique car tout y est traité sans nuances : les animaux sauvages sont tous malheureux, les prédateurs des monstres assoiffés de sang, les herbivores des victimes (quid de la compétition pour les ressources entre mangeurs d’herbes ?) et, les hommes (probablement des occidentaux, urbains et ayant un certain niveau d’étude supérieure), les seuls aptes à prendre les bonnes décisions pour le bonheur de tous les êtres sentients. Heureusement que ces théories demeurent encore anecdotique au sein de la sphère animaliste, et à titre personnel, j’espère qu’elles le resteront encore très longtemps…  Même si le mouvement RWAS partage avec les théories animalistes « classiques » un certain nombre de bases (lutte contre le spécisme, la souffrance comme principal critère de valeur morale, les calculs de ratio souffrance/bonheur à la manière des utilitaristes), certaines de ses théories extrémistes versent largement dans l’eugénisme et l’écocide, choses que la plupart des autres courants rejettent en bloc !

Articles de presse et sites internet cités (dans l’ordre de citation):

https://www.liberation.fr/france/2017/09/27/les-animaux-liberes-les-paysages-bouleverses_1599379

https://www.liberation.fr/debats/2018/03/18/pourquoi-les-vegans-ont-tout-faux_1637109

https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/01/07/paul-aries-j-accuse-les-vegans-de-mentir-sciemment_5405784_3232.html

http://www.cahiers-antispecistes.org/numero/cahiers-antispecistes-n41-eliminer-les-animaux-pour-leur-bien/

Les géographies animales françaises, anglo-saxonnes et brésiliennes dans la revue Confins

Les sciences humaines et les humanités brésiliennes ont amorcé dans les années 2010 leur « tournant animal ». Il y eut certes des précédents notables dans l’anthropologie indigéniste nationale qui abordait déjà de façon détaillée les relations complexes des amérindiens aux animaux sauvages, les écrits d’E. Viveiros de Castro constituent dans ce domaine une référence, toutefois, les années 2010 se caractérisent par un double mouvement de diversification, d’une part, une diversification des disciplines tentant d’intégrer l’animal dans leur champ d’analyse et, d’autre part, une diversification des contextes et situations étudiés. Au sein de ce « tournant animal », la géographie brésilienne est encore en retrait, ce qui a stimulé l’écriture du texte qui vient de paraître dans la revue franco-brésilienne Confins afin de mieux faire connaître au public brésilien les géographies animales pratiquées en France, dans le monde anglo-saxon et au Brésil. Pour parvenir à cet objectif, il était indispensable d’écrire le texte en portugais, les ressources sur la géographie animale dans cette langue ou celle des pays voisins étant rares. Le fait d’écarter le français ou l’anglais est ici volontaire et fait partie de cette stratégie de « décolonisation » de la géographie animale que nous abordons brièvement dans le texte. Le choix des auteurs et des exemples donnés concourt également à cette stratégie, l’idée étant de montrer qu’il est possible d’aborder conjointement des problématiques sociales (inégalités, discriminations) et animales (conservation, utilisation économique, éthique et justice animale), les étudiants en géographie des universités brésiliennes et leurs professeurs étant très portés sur les premières et voyant dans les secondes qu’une « lubie » des pays développés et industrialisés. Nous joignons ici le résumé en français du texte et le lien de la publication.

Le lien : https://journals.openedition.org/confins/16008

Le résumé :

Au cours des 25 dernières années, la géographie humaine est passée par un processus de diversification afin d’intégrer de nouveaux objets d’étude dans son champ de réflexion, parmi lesquels figurent les animaux. Le présent article vise à présenter les principes de la géographie animale à un public universitaire qui le méconnait. Dans cette optique, nous proposerons une rétrospective de l’évolution des géographies animales anglo-saxonnes et françaises, révélant leurs points de convergence et de divergence. Nous avons décidé de nous restreindre à ces deux pôles de production universitaire partant du principe qu’ils offrent généralement les principales sources de référence bibliographique aux géographes brésiliens pour les sujets de recherche émergents. Enfin, nous proposerons quelques éléments de réflexion sur les conditions de croissance de la géographie animale au Brésil et sa contribution potentielle à la décolonisation de la géographie animale.