L’éthique est dans le steak (ou pas…)

La géographie de la mort animale et celle du végétarisme sont encore balbutiantes en France, même si on aurait pu croire le contraire lors de la sortie du Libération des géographes autour du 28ème FIG, où la question de la consommation ou non de viande occupait le devant de la scène. Ce choix éditorial fut à mon sens bien malheureux car il donnait trop d’importance à une question relativement marginale au sein de ladite édition du FIG et passait sous silence la diversité des travaux menés en géographie animale dans l’Hexagone. Le sous-titre du dossier « végans contre viandards » était également trop racoleur à mon goût mais passons… surtout que Libération s’est un peu rattrapé ensuite en invitant un certain nombre de géographes à son numéro spécial sur les animaux.  Bref, ceux qui s’intéressent aux questions éthiques et à la consommation de viande seront certainement comblés par le numéro 117 (mars 2018) de la revue Philosophie Magazine. Ce numéro revient sur la diversité des positionnements éthiques entre ceux qui ne mangent pas de viande (abolitionnistes ou welfaristes, autrement dit s’intéressant davantage au bien-être) et ceux qui en mangent, car  le point de vue défendu par ce magazine est qu’il peut y avoir une réflexion morale dans la consommation de viande. Entre témoignages d’éleveurs, d’employés d’abattoirs, de consommateurs d’insectes s’esquisse une grande diversité de rapports à l’animal et à sa mort, rarement considérée comme anodine, ceci semble, selon les interviewés, plutôt le fait du consommateur de produits carnés et des agro-industriels, dommage que les concepteurs de ce dossier ne leur aient pas donné la parole. Ce dossier spécial réalise aussi le tour de force de mettre à une même table une figure de proue de la philosophie végane française (Florence Burgat), un chimiste adepte de la cuisine « note à note » (Hervé This) et une ardente défenseuse du monde paysan français (Jocelyne Porcher) et la discussion ne manque pas de saveur.

 

 

 

 

 

 

http://www.philomag.com/archives/117-mars-2018

Références :

LE LIBÉ DES GEOGRAPHES / Catalogne : la déchirure. 28 septembre 2017

LE LIBÉ DES ANIMAUX Numéro spécial. / 13 novembre 2015 Aide aux victimes.

Moralité, les grands carnivores sont des gros pervers…

The cougar’s tale texte écrit par Andrea Gullo, Unna Lassiter et Jennifer Wolch est un texte presque canonique en géographie animale notamment car ses auteures s’essayent à opérer un décentrement afin d’adopter le point de vue du puma et chercher à comprendre comment celui-ci peut nous percevoir. Presqu’une vingtaine d’année avant Baptiste Morizot, ces auteures réfléchissaient aux conditions d’une « négociation diplomatique » avec les pumas via cette opération de décentrement. Ce texte que j’avais un peu oublié m’est revenu en mémoire en parcourant les interminables couloirs  du métro parisien et en découvrant avec stupeur la campagne d’affiches contre le harcèlement sexuel. Afin de représenter le risque pour les femmes d’être victimes dans la rue de paroles et actes déplacés, des « créa » visiblement en manque d’inspiration ont choisi de représenter les goujats et harceleurs en puissance sous la forme d’animaux et pas n’importe lesquels, des ours, des requins et des loups aux postures agressives et prêts à ne faire qu’une bouchée de leurs victimes humaines. Dans le texte mentionné auparavant, les auteures abordaient également cette question, les pumas étant assimilés dans certains journaux à des prédateurs sexuels rôdant près des écoles et menaçant les enfants californiens, l’objectif étant de souligner le caractère contre-nature de ces animaux, leur comportement déviant et justifier leur régulation. Cette malheureuse campagne illustre ô combien l’image des prédateurs est encore associée à la déviance, à la perversité et à l’injustice, celle-ci étant largement partagée des éleveurs anti-prédateurs à certaines mouvances animalistes. Le dégoût de la prédation pourrait surprendre pour le deuxième groupe, portant il est très présent chez certains théoriciens et militants anti-spécistes qui souhaiteraient intervenir en faveur des pauvres et innocents herbivores afin de les soustraire des crocs des carnivores, la nature étant vue comme profondément inégalitaire. En bref, la réhabilitation des prédateurs dans nos sociétés  et la reconnaissance de leur utilité écosystémique ne sont pas pour tout de suite… Pour conclure rapidement sur les affiches de la RATP et de la SNCF, elles auraient pu s’inspirer de ce qui se fait ailleurs, je pense notamment au Brésil, où les pervers, frotteurs et autres harceleurs sont représentés fidèlement sous leurs traits humains !

 

 

 

 

 

http://www.europe1.fr/societe/ile-de-france-une-campagne-pour-lutter-contre-le-harcelement-dans-les-transports-3590591

Références :

Gullo, A. , Lassiter, U. and Wolch, J. 1998: The cougar’s tale. In Wolch, J. and Emel, J.  (ed.), Animal geographies: place, politics and identity in the nature-culture borderlands, London: Verso , 139-141.

Morizot, B. 2014 « Les diplomates. Cohabiter avec un prédateur sauvage à l’anthropocène ». Revue Semestrielle du Droit Animalier, 2014-1, p. 295-333.

Pour un exemple des débats animalistes sur la prédation :  http://www.cahiers-antispecistes.org/sur-la-predation-reponse-a-philippe-laporte/

Compte-rendu de l’ouvrage « Rewilding the World : Dispatches from the Conservation Revolution de Caroline Fraser »

FRASER C. (2009) Rewilding the World : Dispatches from the Conservation Revolution, New York, Metropolitan Books, 373 p.


     Auteur, professeur de littérature anglaise et américaine à l’université de Harvard et critique littéraire, Caroline Fraser se consacre en 2009 à un tour du monde des projets de rewilding – terme souvent traduit par réensauvagement en français – dans son ouvrage Rewilding the World :  Dispatches from the Conservation Revolution.

 

     L’introduction de l’ouvrage est consacrée au cadrage historique et épistémologique du rewilding, qui prend forme dans un contexte de crise. Plusieurs biologistes sonnent en effet l’alerte sur les menaces qui pèsent sur la biodiversité, qui connaîtrait sa sixième extinction, et sur les processus d’évolution eux-mêmes. Michael Soulé en fait partie. Se plaçant directement dans le sillage du biologiste américain, Caroline Fraser revient donc sur les concepts et méthodes proposés par ce dernier et par Red Noss (1998) pour réensauvager le monde, en rétablissant des zones cœurs de biodiversité, des corridors écologiques et des carnivores (« cores, corridors and carnivores », les 3 « C » du rewilding). Ces préconisations découlent directement des théories de la biologie de la conservation et de l’écologie du paysage, comme le rappelle Fraser : les grands carnivores doivent être présents pour assurer le bon fonctionnement des chaînes trophiques ; le renouvellement des espèces et la diversité génétique, quant à eux, dépendent beaucoup des connexions entre les espaces de conservation, qui doivent donc être assurées, comme le rappelle entre autres la théorie biogéographique des îles (MacArthur et Wilson, 1967).  Plus largement, cette volonté de protéger la biodiversité et de favoriser le retour de grands carnivores est portée par une conscience de l’interdépendance des êtres vivants. La nature est désormais conçue comme une « chaîne de dominos » (p. 12) dont l’homme fait partie et dépend. C’est dans cette perspective biocentrique et dans le souhait de réparer les torts dont les sociétés seraient à l’origine que sont lancés des projets de réensauvagement.

     Caroline Fraser propose alors dans la suite de son ouvrage des exemples d’une grande diversité spatiale et méthodologique pour donner à voir en quoi peut consister le rewilding.

     La première partie (Cores, Corridors and Carnivores) est ainsi consacrée aux projets qui visent à connecter davantage les espaces déjà existants de conservation, et prend essentiellement appui sur des exemples américains (en premier lieu Yellowstone to Yukon, Paseo Panthera) et européens (comme la ceinture verte qui reprend le tracé de l’ancien rideau de fer). Ces projets tentent, à l’aune d’une meilleure compréhension des écosystèmes et de la biodiversité, de réparer des erreurs de conception et de gestion du passé, mais ils sont aussi l’occasion d’une forme de revanche sur l’histoire. Caroline Fraser rappelle ainsi, non sans ironie, que de nombreux espaces anciennement militarisés sont devenus des havres de paix pour la faune et la flore sauvages (la zone démilitarisée coréenne par exemple).

     La seconde partie (An Africa without Fences) est, quant à elle, consacrée aux parcs africains et donne lieu à une longue énumération des problèmes que peuvent rencontrer les peace parks (parcs de la paix) notamment, transfrontaliers, souvent mis à mal par les tensions politiques et sociales, et dont l’objectif est d’ailleurs moins la conservation que le rétablissement d’une paix sociale. Surtout, cette partie revient abondamment sur les écueils de projets mal menés et/ou instrumentalisés (expropriations et déplacements de population, conflits d’usage, absence de retombées économiques locales et appauvrissement des populations) dont le parc Kruger en Afrique du Sud est un triste exemple, conduisant l’auteur à parler de « Krugerisation » (p. 130) des parcs africains.

     C’est pourquoi la troisième partie (Community Conservation : « Very Tricky »), illustrée par des exemples africains et asiatiques, revient sur la community conservation et rappelle l’importance de l’implication, parfois difficile mais indispensable, des populations locales.

     Enfin, la quatrième partie de l’ouvrage (« Sustainable Conservation ») revient sur le réensauvagement compris comme moyen au service de la restauration écologique. C’est sans doute cette dernière partie qui aborde les projets les plus innovants mais aussi les plus débattus (le Pleistocene rewilding, les notions d’espèces invasives et autochtones, la conception démiurgique de la conservation), sans toutefois trop s’y attarder.

 

     Caroline Fraser propose ici un panorama très vivant et divers des projets de réensauvagement. La parole est donnée à de nombreux acteurs, qui rappellent l’existence de projets locaux et participatifs souvent plus réussis que les entreprises très top-down mais mettent aussi l’accent sur les difficultés qu’ils rencontrent. Certains témoignages sont particulièrement éloquents et donnent à réfléchir. Ainsi, un membre du projet de conservation de la rivière Tana, au Kenya, rappelle que la conservation à plus à voir avec la gestion des hommes qu’avec celle de la faune sauvage (« Conservation is about managing people, […] it’s not about managing wildlife », p. 213). C’est aussi l’occasion de récits émouvants de réconciliation avec la faune sauvage, comme l’exemple de ce Népalais de 43 ans, qui, malgré la rencontre douloureuse avec un tigre qui lui a fait perdre un œil et a couvert son visage de cicatrices, témoigne aujourd’hui en faveur de la coexistence avec ces fauves. L’attention portée à des animaux singuliers est aussi importante et invite à se pencher davantage sur leur agentivité, leur acceptation ou, au contraire, leur contournement des frontières imposées par les hommes. L’étonnement de cette non-spécialiste rappelle enfin au lecteur l’existence de liens moins attendus entre la faune sauvage et l’environnement (entre l’absence des chiens de prairie et la sécheresse dans l’Arizona par exemple) et l’importance de prêter attention à chaque espèce.

     Mais cet étonnement invite aussi à une prise de distance critique lorsqu’il se transforme par moment en fascination. Ainsi l’auteur semble-t-elle parfois accorder à la science, et à la biologie en particulier, une autorité excessive (p. 45 ; p. 125), au mépris des savoirs locaux et du reste de la société, qui seraient décidément bien en retard sur leur temps. Enfin, bien qu’elle rappelle en introduction que les arguments mobilisés pour entreprendre le réensauvegement de certains espaces ne sont plus seulement d’ordre utilitaire, elle ne semble cependant pas pouvoir se détacher d’une perspective anthropocentrée. L’introduction, au contraire, est une longue accumulation d’arguments économiques, insistant sur les biens et les services produits pour la faune et la flore : « the tremendous variety of species held in wilderness areas […] is our bank and lifeline, our agricultural and medical insurance policy », p. 13 ; ou encore « the environment is the economy », p. 15).  Dans cette perspective, elle envisage le rewilding comme une nécessité économique et va jusqu’à le comparer à un plan Marshall pour la planète (p. 21). Si les exemples développés dans la suite de l’ouvrage n’étaient pas si variés, on serait tenté d’y voir un long éloge des projets états-uniens.

     Pour finir, on peut s’interroger sur ce que dit véritablement cet ouvrage du rewilding. Les exemples sont trop nombreux et variés pour véritablement saisir la nouveauté et la spécificité du réensauvagement. Soulé et Noss n’auraient-ils rien inventé et tout projet de conservation de la faune sauvage relèverait-il finalement du rewilding ? Faut-il au contraire considérer que ce terme un temps novateur est désormais trop utilisé et trop souvent redéfini pour conserver sa valeur et son efficacité ? Sans trop les approfondir, cet ouvrage donne un bon aperçu des enjeux actuels du réensauvagement et invite à la réflexion.

Références

MACARTHUR R.H. et WILSON E.O. (1967) The Theory of Island Biogeography, Princeton, Princeton University Press, 203 p.

SOULÉ M. et NOSS R. (1998) Rewilding and Biodiversity : Complementary Goals for Continental Conservation, Wild Earth, 8, 19‑28.