Géographes, apprenons à réaliser des cartographies hybrides à l’aide des « blobs »

Dans le monde des (human-)animal studies, s’il est un concept particulièrement utilisé, c’est bien celui d’hybridité, mobilisé à pratiquement toutes les sauces à partir de références plus ou moins solides (et plus ou moins  justifiées) à B. Latour, D. Harraway, D. Lestel et consorts. Or, le blob étudié par A.  Dussotour dans son livre de 2017 (Physarum polycephalum pour son petit nom scientifique) semble plus hybride et post-moderne que n’importe quel autre être sur terre. Premièrement, il a longtemps mis à mal nos taxinomies occidentales, n’étant ni végétal, ni animal, ni champignon, il a longtemps été rangé parmi les protistes, une catégorie un peu fourre-tout destinée à recevoir les êtres vivants inclassables, avant d’être finalement catégorisé comme myxomycète, un être unicellulaire à noyau. Son génome est également resté un mystère pendant longtemps notamment car il présentait des variations importantes quant aux nombres de chromosomes pour des « individus » appartenant à la même espèce. Jugé « brouillon » par certains spécialistes en génétique, il n’a été déchiffré totalement qu’en 2015. Il malmène aussi le concept d’individualité : un blob peut être divisé en une multitude de petits blobs aux caractéristiques identiques et il est capable de fusionner avec plusieurs de ses congénères (même ceux provenant d’une espèce différente) et absorber leurs caractéristiques. Enfin, bien que dépourvu de cerveau, il sait résoudre des problèmes complexes (se déplacer dans un labyrinthe) en adoptant des stratégies différentes selon les spécimens étudiés, A. Dussotour leur attribue d’ailleurs, avec toute les précautions d’usage, une certaine « personnalité », et il semble enclin à « apprendre » et à transmettre cet apprentissage à ses congénères par simple contact. En résumé, il bouscule toutes nos certitudes de bons modernes !

Source: http://editionsdesequateurs.fr/web/bundles/equateurs/images/livres/moyen/Couve%20Dussutour.jpg

Une partie du livre peut intéresser particulièrement les géographes. On y apprend que le blob, pour se déplacer et se nourrir, est capable de reconfigurer son corps et, notamment, les vaisseaux par lesquels circulent les sucs nécessaires à son existence mais aussi des informations. En fonction de la ressource alimentaire disponible et de l’énergie à dépenser pour l’atteindre, il optimise la distribution de ces vaisseaux.  En raison de ces caractéristiques, T. Nagaki, spécialiste japonais des blobs eut ainsi l’idée de le placer sur une carte de la région de Tokyo avec de la nourriture posée sur les principales villes. Afin de pouvoir accéder à celle-ci, le blob devait étendre son corps et créer des « veines » pour la faire circuler dans son organisme. À l’issue de l’expérience, T Nagaki constata que le réseau des « veines » formés par le blob s’avérait plus efficace et que le réseau ferroviaire en place dans la région de Tokyo.  Certains auteurs se sont inspirés de cette expérience pour développer des « algorithmes blob » d’optimisation des réseaux. Les géographes ont depuis longtemps investi dans la cartographie réalisée selon le point de vue des populations locales (cartes mentales, cartes participatives) afin de mieux comprendre les usages et représentations de l’espace pourquoi ne pas aller plus loin et demander à d’autres êtres de nous assister dans la compréhension et l’optimisation de l’organisation des territoires? Réaliser une cartographie hybride en somme en se fondant sur les mouvements et stratégies spatiales des animaux, des plantes et autres êtres unicellulaires … De plus, un blob, coûtant quelques dizaines d’euros et adorant se délecter de flocons d’avoine, revient bien moins cher qu’un ordinateur et un logiciel SIG payant, par contre, il a une fâcheuse tendance à être vite envahissant…

 

Dussautour, A, 2017. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le blob sans avoir jamais oser le demander. Éditions des Équateurs, 179 p.

Nuisibles et mauvaises herbes, le collectif GATO contribue au débat!

Faisant suite au colloque ayant eu lieu en 2017 à La Défense, ce numéro spécial du Courrier de la Nature, orchestré par notre collègue historien Rémi Luglia, reprend quelques-unes des interventions dans un format adapté au plus grand public. Des membres du collectif GATO comptent parmi les contributeurs: E. Surmont et F. Benhammou pour aborder le cas des requins à la Réunion puis G. Marchand sur le rapport des ruraux français à la biodiversité ordinaire, souvent qualifiée de nuisible car incompatible avec les représentations individuelles et collectives quant à une belle nature, autrement dit propre, ordonnée et entièrement contrôlée par les humains! Ce numéro a le mérite de poser la question de la coexistence avec cette biodiversité sauvage problématique et de fournir quelques éléments de réponse.

COUV_cln_306

Source: http://www.snpn.com/produit/le-courrier-de-la-nature-n306-special-nuisibles/