Historiens et Géographes et la géographie des animaux

Historiens et Géographes, la revue de l’association des professeurs de géographie, propose un dossier exceptionnel de 80 pages dirigé par Farid Benhammou et Philippe Sierra consacré au thème du FIG 2017 “Mondes animaux, territoires humains”.

https://www.aphg.fr/DOSSIER-Territoires-humains-mondes-animaux

Voici le sommaire :

Introduction, par Farid BENHAMMOU, Philippe SIERRA p. 39 (3)

Les géographes en proie à l’animal, par Clarisse DIDELON-LOISEAU, Lionel LASLAZ p. 41 (5)

Epistémologie de la géographie des animaux en France : de la biogéographie à la géopolitique, par Farid BENHAMMOU, Philippe SIERRA p. 44 (8)

Qu’est-ce que la géographie humanimale ? par Jean ESTEBANEZ p. 49 (13)

Elisée Reclus et l’animal, par Philippe PELLETIER p. 52 (16)

Les animaux dans nos assiettes : ce qu’ils nous disent, par Gilles FUMEY p. 56 (20)

L’élevage de chevaux en France, par Maie GERARDOT p. 60 (24)

De la juste place des prédateurs fluviaux dans les aires protégées d’Amazonie brésilienne, par Guillaume MARCHAND p. 63 (27)

Le milieu montagnard, entre espace de pratiques sportives et territoires animal : le regard des pratiquants, par Laine CHANTELOUP, Clémence PERRIN-MALTERRE p. 67 (31)

L’océan mondial n’est pas un aquarium ! Interactions animaux – activités humaines en mer, par Louis MARROU p. 71 (25)

La « crise requin » à La Réunion (2011-2017), généalogie d’une construction sociale, par Emmanuelle SURMONT p. 75 (39)

Du mythe à la convoitise, rapports ambivalents des humains aux baleines, par Antoine DELMAS p. 78 (42)

A poils, à plumes ? Le gibier, le chasseur et la Sologne : chronique d’une appropriation territoriale, par Bertrand SAJALOLI p. 82 (46)

Le Blaireau d’Europe, un « nuisible » invisible ? Etude exploratoire dans la Vienne et dans l’Indre, par Déborah COZ p. 91 (55)

Un Africain indésirable, l’Ibis sacré. Analyse géopolitique d’un massacre, par Farid BENHAMMOU, Philippe SIERRA p. 96 (60)

Le loup, animal géographique, animal géopolitique, par Farid BENHAMMOU p. 100 (64)

Pour une histoire animale des animaux, par Éric BARATAY p. 105 (69)

Bibliographie synthétique de travaux, articles et ouvrages positionnés en géographie p. 105 (69)

Deux ouvrages fondateurs en géographie de l’environnement p. 119 (83)

GATO au FIG 2017

GATO au FIG 2017

http://www.fig.saint-die-des-vosges.fr/le-festival/fig-2017

 

Le FIG 2017 consacré aux « Territoire humains, mondes animaux » a été l’occasion pour les membres de GATO de faire connaître certains de leurs travaux, en étant présent  à trois tables rondes et en réalisant neuf conférences !

Farid Benhammou

Table ronde : « Du loup dans les Vosges à la gestion des prédateurs en France » organisée par F. Benhammou, avec JM Landry, C. Michel, J.-J. Claude, O. Cassagnau, B. Maetz, animée par L. Ben Ythak.

Conférences :

Avec R.Marion :

  • « Géopolitique de l’ours polaire »

Avec P.Sierra :

  • « les géographes et les animaux, une lecture historique »
  • «  l’ours au pays de l’ours dans les Pyrénées centrales, 20 ans de discours sur le territoire »
  • « De l’ibis sacré à l’ibis chassé en France : géopolitique d’une espèce « étrangère » »

 

Sarah Bortolamiol

Animations sur les Grands Singes, leurs habitats et leur conservation avec des scolaires

Table ronde : « Vous avez dit animal nuisible » organisée par A.Frank, avec A.Micoud, S.Dalla Bernardina, S.Bortolamiol, animée par S.Allemand.

Conférence :

  • « L’homme et les animaux sauvages dans le parc national de Kibale, Uganda ».

Laine Chanteloup

 Conférence

Avec C. Perrin-Malterre :

  • « Au coeur des paysages de montagne : regard sur les animaux sauvages »

Avec C. Mounet :

  • «Entrer dans le monde animal : de la chasse écologique à la chasse passion»

 

Maie Gérardot

 Conférence :

  • « Pourquoi faire une géographie du cheval en France »

Guillaume Marchand

Conférence :

  • « le fleuve appartient à la loutre géante et au dauphin rose mais il faut bien que l’on puisse manger : conflits dans les aires protégées d’Amazonie brésilienne occidentale ».

Philippe Sierra

Table ronde : « comment la géographie s’intéresse aux animaux » organisée par  J.Estebanez avec C.Grataloup,  N.Mathieu et P.Sierra animée par L. Ben Ytzhak.

Conférences :

avec F.Benhammou :

  • « les géographes et les animaux, une lecture historique ».
  • «  l’ours au pays de l’ours dans les Pyrénées centrales, 20 ans de discours sur le territoire ».
  • « De l’ibis sacré à l’ibis chassé en France : géopolitique d’une espèce « étrangère » ».

Emmanuelle Surmont

Café géo :

«Comment faire cohabiter hommes et requins à l’île de La Réunion ?» par F. Taglioni et E. Surmont.

 

 

Le collectif GATO présent au colloque “Les études animales sont-elles bonnes à penser?”

 

Trois membres du collectif GATO (Guillaume Marchand, Philippe Sierra et Farid Benhammou) présenteront une communication au colloque international intitulé “Les études animales sont-elles bonnes à penser?” organisé par l’Université de Strasbourg (8-10 novembre), dont voici le résumé:

La géographie animale française et sa trajectoire dans l’appréhension des territoires plus-qu’humains

En 2004, dans Le Paysage animal, Xavier de Planhol proposait une zoogéographie du rapport à la grande faune qui rappelait cette évidence : des territoires, au sens d’espaces appropriés, autres qu’humains préexistaient aux sociétés actuelles qui ont imposé leurs territorialités. Ce faisant, cette publication mettait au jour un double oubli d’une géographie alors très divisée entre, d’une part, une géographie sociale qui avait exclu les dynamiques naturelles de son propos et, d’autre part, une géographie physique qui s’était depuis longtemps intéressée aux transformations phytogéographiques, hydrologiques et géomorphologiques des milieux, mais avait à peine considéré les animaux. Depuis une quinzaine d’années, les études de géographes français sur les animaux se sont multipliées, permettant de dépasser ce double déni et de repenser le territoire, notamment en s’intéressant aux interrelations entre les dynamiques sociales, politiques, animales et parfois végétales dans la construction des territoires, leur requalification ou leur insertion dans différents réseaux. Le présent texte se proposera de dresser un bilan de ces productions, en faisant état des avancées obtenues sur les plans épistémologiques, conceptuels et méthodologiques mais aussi des lacunes qui restent à combler. Nous profiterons de cette rétrospective pour évoquer les difficultés que rencontrent certains géographes animaliers français pour faire reconnaître leurs travaux, mais aussi leurs idées sur les relations hommes/animaux et le statut de ces derniers, face à une tradition disciplinaire fortement marquée par l’anthropocentrisme et relativement critique vis-à-vis de ce qui pourrait le menacer (théories environnementalistes ou animalistes dites « radicales »). Situation qui est en passe d’évoluer, comme en témoigne le choix thématique du nouveau Festival International de Géographie, où les questions éthiques et l’animalisme seront discutés.

Le programme complet du collooque est disponible à l’adresse: https://sites.google.com/site/droitetethiquedelanimal/ue-debats-ethique-animale/colloque-interdisciplinaire-et-international-les-etudes-animales-sont-elles-bonnes-a-penser