Composition du collectif

Le collectif GATO (Géographie, Animaux non humains et TerritOires) est composé par des personnes de différents horizons voici une brève présentation de leurs parcours et de leurs travaux (par ordre alphabétique):

FARID BENHAMMOU

Je me suis spécialisé sur les relations et la cohabitation entre l’homme et les grands prédateurs d’Europe (ours, loup, lynx) depuis 1998.  Agrégé de géographie en 2000, je deviens Docteur en géographie de l’environnement en 2007 avec une thèse à Agro Paris Tech : Crier au loup pour avoir la peau de l’ours : une géopolitique locale de l’environnement à travers la gestion et la conservation des grands prédateurs en France (Thèse dirigée par Laurent Mermet et Pierre Grenand). Elle est nominée pour le prix de thèse du Comité national français de géographie (CNFG). Je cherche à appliquer une approche géographique et surtout géopolitique à des questions environnementales, notamment celles impliquant la grande faune.
Je participe également aux travaux du Laboratoire de géographie Ruralités à l’université de Poitiers et publie régulièrement sur les questions conflictuelles impliquant l’environnement. En 2004, avec des collègues de mon équipe RGTE (Recherches en gestion sur les territoires et l’environnement), nous sommes Lauréat de la biodiversité aux concours de jeunes chercheurs organisés par l’Institut Français de la Biodiversité (IFB). Dans le cadre de collaborations, je poursuis des approches géopolitiques avec d’autres espèces animales (ours polaire, requin, ibis sacré). La collaboration avec l’expert de l’Arctique Rémy Marion donne naissance à l’ouvrage Géopolitique de l’ours polaire (Editions Hesse, 2015).
Depuis 2013, j’enseigne la géographie et la géopolitique en classes préparatoires littéraires et agro-véto au lycée Camille Guérin de Poitiers. J’ai aussi régulièrement enseigné à la Faculté de géographie d’Orléans, de Tours, à l’École Normale Supérieure de Paris et à Paris Sorbonne (géopolitique, conflits d’environnement, développement durable, aménagement et environnement). Je mène également des réflexions et analyses sur la géographie et géopolitique de l’Afrique du nord et du Moyen-Orient. Contact : fbenhammou2002@yahoo.fr

site : Farid BENHAMMOU – RURALITES

ALIZE BERTHIER

Docteure en géographie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (sous la co-direction de Laurent Simon et Richard Raymond), je travaille sur la cohabitation entre humains et animaux sauvages en milieu urbain. Pour interroger cette cohabitation, j’étudie les conditions d’acceptation par les habitants d’animaux fréquemment croisés en ville, les oiseaux urbains, ainsi que les politiques de gestion de la biodiversité mises en place à leur sujet dans la métropole parisienne. Mes premiers travaux de thèse ont porté en particulier sur les perceptions et acceptations de la Corneille noire (Corvus corone) et de la Perruche à collier (Psittacula krameri). Ceci m’a amenée à questionner les notions de « nuisible » et d’« espèce invasive », en lien avec les dynamiques de population de ces deux espèces et leurs territoires de vie. Dans le cadre du collectif de recherche dans lequel je m’inscris à l’UMR Ladyss, je m’intéresse notamment à la question des territoires d’interaction entre habitants et oiseaux urbains, comme une des clés de compréhension de la cohabitation, en parallèle des caractéristiques des animaux humains et non humains impliqués dans la relation. Contact : alize.berthier@lilo.org

SARAH BORTOLAMIOL

Docteure de l’Université Paris Diderot (Paris 7) et du Muséum national d’Histoire naturelle (2014), post-doctorante à l’Université de McGill (2017 – en cours). Mes travaux en géographie animale portent principalement sur la répartition des humains et des non-humains (chimpanzés, colobes, éléphants, renards, abeilles, etc.) et leurs interactions dans l’espace et dans le temps. Mon travail consiste à explorer conjointement la distribution des animaux, celle des humains et les cadres socio-spatiaux dans lesquelles les interactions humains/non-humains prennent place. Les concepts de territoire, de frontière, d’interaction et de cohabitation sont des thèmes qui ont montré leur fécondité dans le cadre de ma recherche doctorale et que je continue d’explorer dans mes travaux actuels. Contact: bortolamiol.sarah@gmail.com. Site internet : http://sarahcontequoi.fr/ 

MARY CAPON

Actuellement doctorante en géographie à l’Université Paris-1 Panthéon Sorbonne sous la direction de Benjamin Lysaniuk et Laurent Simon, mes travaux portent sur les enjeux liés à la présence de mammifères sauvages en milieux urbains. Ce programme de recherche prend place dans un ensemble d’études menées au sein des laboratoires auxquels je suis associée (Unités mixtes de recherche Ladyss et Prodig), qui portent sur les rapports société – biodiversité d’une part et sur les questions de risques d’autre part. Pour appréhender cette thématique, je m’intéresse à trois espèces en particulier : la fouine, le renard roux et le hérisson d’Europe. Ma thèse vise à identifier les types d’environnement, au sein du tissu urbain, dans lesquels ces espèces sont le plus observées puis d’explorer les relations qu’entretiennent les citadins à ces espèces et à ces espaces. Contact: capon.mary@gmail.com

DEBORAH COZ

J’étudie en master 1 de gestion de l’environnement à l’ENS de Lyon, après une CPGE littéraire, spécialité histoire-géographie. Je m’intéresse plus particulièrement aux relations entre humains et animaux, ce pour quoi j’ai réalisé en 2017 un stage d’initiation à la recherche, au laboratoire Ruralités de Poitiers, consacré aux conflits autour du Blaireau d’Europe dans la Vienne et dans l’Indre. Dernièrement, mon attention s’est portée sur les projets controversés de rewilding, ce qui m’a conduite à orienter mon actuel travail de master sur les conflits liés à la réintroduction du Castor d’Europe en Ecosse. Contact: deborah.coz@ens-lyon.fr 

MAIE GERARDOT

Agrégée et docteur en géographie, j’enseigne en CPGE littéraires et agro-véto au Lycée Georges de la Tour de Metz, après avoir enseigné pendant dix ans dans différentes universités (Cergy-Pontoise, Caen, Paris I, Paris X, …). Auteur et / ou directrice de nombreux ouvrages à destination des candidats aux concours (Capes / Agrégation) ou des étudiants de CPGE, je travaille actuellement, et de façon récente, sur la géographie du cheval en France. Je développe également des études de cas pédagogiques sur la question des grands prédateurs, pour sensibiliser, année après année, mes étudiants à cette question environnementale, sociale, économique et politique, et au final géopolitique.
Contact:maie.gerardot@wanadoo.fr

GUILLAUME MARCHAND

Docteur en géographie de l’Université Paris-3 Sorbonne nouvelle (2010), ancien professeur visitant au Centre des Sciences de l’Environnement de l’Université Fédérale de l’Amazonas au Brésil (2011-2017). Mes travaux en géographie animale portent principalement sur les conflits humains-faune sauvage dans les aires protégées mais j’ai été amené à étudier d’autres questions telles que le rapport des visiteurs des parcs zoologiques aux spécimens exposés, la participation des populations locales à la gestion de la biodiversité ainsi que l’utilisation de la faune sauvage dans l’alimentation (chasse, pêche), comme animaux de compagnie ou bien encore comme support de thérapie (botothérapie). Contact: gaelmarch56@gmail.com

PHILIPPE SIERRA

Agrégé et docteur en géographie, enseignant en CPGE. J’enseigne la géographie en classes prépa aux grandes écoles aux lycées Fermat et St Sernin de Toulouse, après avoir été prof d’histoire-géo en région parisienne. Je suis très attaché à encourager une géographie « réconciliée » qui admette que l’on puisse faire une géographie physique qui parfois sorte des temporalités humaines ou une géographie humaine qui puisse ignorer les dynamiques environnementales. Cependant, je suis persuadé qu’au cœur de notre discipline reste ce rapport humains/environnement, un environnement co-construit par les sociétés humaines, le monde vivant auquel elles appartiennent et les dynamiques géologiques et climatiques qu’elles orientent à leur échelle. Ma formation y est pour beaucoup : d’abord spécialisé dans l’étude des réseaux hydrographiques et de leurs rapports à la tectonique, je me suis retrouvé à étudier la géopolitique du développement. C’est ce qui m’a conduit à m’intéresser à l’épistémologie et à l’histoire des sciences géographiques, et en particulier à la notion de « territoire ». Or, les territoires des groupes et individus humains recoupent ceux des animaux non-humains. La faible prise en compte par les géographes de ces interactions, des rivalités qui s’en suivent, bref des questions de géopolitique animale me conduit à réfléchir à ces problématiques en particulier par rapport à la « gestion de la faune » dans les Pyrénées et le Quercy, mes actuels terrains d’interrogation.

EMMANUELLE SURMONT

Je suis actuellement doctorante à l’Université Bordeaux Montaigne. Ma thèse porte sur les politiques de protection de l’océan et tout particulièrement sur les aires marines protégées (AMP) en France (métropole et outre-mer) et en Afrique du Sud. Tout au long de ma scolarité à l’ENS de Lyon, je me suis intéressée aux questions de géographie environnementale et de political ecology dans les espaces littoraux et marins. J’ai travaillé sur la « crise requin » à La Réunion puis sur l’accès à la ressource halieutique pour les pêcheurs de subsistance dans les réserves marines en Afrique du Sud. Je me suis donc intéressée aux interactions hommes-animaux tout d’abord du point de vue du risque puis par l’entrée « ressource », mais toujours avec un grand intérêt pour l’aspect politique – notamment en termes de gestion et de discours. Ma thèse étudie l’espace marin, qui a encore été peu étudié en géographie, et notamment en géographie sociale, et les AMP, ces espaces de protection des écosystèmes et des animaux marins qui y vivent. Contact: emmanuelle.surmont@ens-lyon.fr