Compte-rendu : « Zoocities. Des animaux dans la ville », Joëlle Zask

« Que se passerait-il si les animaux s’installaient massivement dans les villes » ? Voilà l’ « expérience de pensée » (p. 12) que propose la philosophe Joëlle Zask dans son ouvrage Zoocities. Des animaux sauvages dans la ville, paru en juin 2020. Sa réflexion part du constat d’un nombre croissant d’animaux sauvages dans les villes et de l’étonnement que suscite leur présence. Elle rappelle pour cela un certain nombre d’exemples connus, comme ceux des renards londoniens ou des faucons pèlerins new-yorkais, et revient également sur quelques cas médiatisés lors des épisodes de confinement liés à la crise sanitaire actuelle. Se pose alors pour l’auteure le problème suivant : ces animaux sauvages surprennent voire dérangent et ne seraient pas à leur place dans les espaces urbains. Pourtant, ils y sont de plus en plus présents, trouvant « refuge » (p. 23) dans des villes où se développent des actions de protection de l’environnement, face notamment au dérèglement climatique, et fuyant ainsi la dégradation voire la destruction de leur habitat. Il faut donc imaginer des moyens de coexistence avec ces animaux et, pour cela, réinventer la ville ainsi que notre rapport aux autres êtres vivants.

Pour amorcer sa réflexion, Joëlle Zask revient dans un premier temps sur la définition de la ville. Celle-ci est, dans le monde occidental, cet espace emmuré et distinct de la forêt, la silva, dont est dérivé le terme « sauvage ». La ville, minérale, géométrique, s’oppose alors à une « nature » végétale et non-contrôlée. Elle marque spatialement la frontière entre l’humanité, la civilisation d’une part, et le sauvage, l’animalité ou la bestialité d’autre part. De là l’idée que les animaux sauvages n’y ont pas leur place. Ils sont d’ailleurs et bien souvent des impensés de la réglementation des villes, contrairement aux animaux domestiques dont les déplacements sont par exemple contrôlés. Tout au plus existe-t-il certains dispositifs d’urbanisme visant à lutter contre des animaux jugés nuisibles ou dangereux. Enfin, lorsqu’ils sont présents, ces animaux sauvages subissent une « dégradation ontologique » : « les qualités d’indépendance, de liberté, de puissance, d’exotisme qui forçaient notre considération s’évanouissent » (p. 50).

L’enjeu ici est donc également de « repenser les catégories » (p. 92), nous dit Joëlle Zask, notamment la dichotomie entre « sauvage » et « domestique ». Il faudrait plutôt « identifier ce qui, dans la vie animale, rejoint la nôtre sans nous sentir rabaissés, et ce qui dans la nôtre rejoint celle des animaux sans leur dénier toute initiative. Bref, il faudrait qu’émerge une culture du sauvage s’affranchissant de l’idée d’une authenticité sans âge, de la férocité et du danger sanitaire. Réciproquement, il faudrait que la culture du domestique soit libérée des connotations négatives liées à la dépendance et à l’asservissement » (p. 92-93). L’auteure revient également sur d’autres concepts, comme ceux d’espèces « opportunistes », « liminaires » ou encore « férales », qui cherchent à dépasser cette dichotomie, tout en rappelant qu’elles ne sont pas parfaites, notamment parce qu’elles restent teintées d’anthropocentrisme, avant de proposer sa propre définition du sauvage, comme « ce qui n’était pas prévu » (p. 102). Le sauvage se trouve alors partout et n’est pas l’apanage des animaux sauvages. Il suppose simplement une curiosité, une disposition à être surpris. Le sauvage est « partout, dans tout ce qui est susceptible d’avoir été rencontré » (p. 104).

Dans cet ouvrage, Joëlle Zask livre donc une critique des théories et des pratiques qui empêchent la bonne coexistence entre humains et non-humains en ville. Dépassant le simple constat, elle livre de nombreux exemples, pris dans le monde entier, pour appuyer son propos et ses suggestions. Elle insiste, par exemple, sur l’importance des assemblages de niches et de corridors, à différentes échelles. Elle invite surtout à repenser l’aménagement des villes en privilégiant « l’observation et l’enquête » (p. 121), pour être à l’écoute des éléments de réponse que proposent les animaux eux-mêmes. Il s’agit par exemple de privilégier des aménagements qui succèdent à l’installation des animaux, plutôt que de vouloir d’emblée assigner une place à ces derniers. Elle rappelle que les animaux « réinventent la ville » (p. 124) : ils détournent certains objets de l’utilisation pour laquelle nous les avions conçus, tandis que certaines contraintes que nous éprouvons n’en sont pas pour eux. Il est donc primordial de leur reconnaître une agentivité, des « capabilités » pour reprendre la terminologie d’Amartya Sen. Et l’auteure de rappeler à juste titre que « nous avons une fâcheuse tendance à prêter aux animaux des besoins que nous dictent une empathie trop souvent erronée […] en vertu d’un mélange de paternalisme et d’expertise » (p. 114). Revenant sur la crise sanitaire actuelle, elle insiste sur l’importance de maintenir une « bonne distance » (p. 136) avec les animaux sauvages. Au cœur de son modèle de ville multispéciste, elle met donc la notion de « voisinage » : « il semble que le voisinage soit la notion qui convient le mieux pour imaginer une ville inclusive qui rende possible et même souhaitable la surprise de croiser des animaux sur notre route sans risquer de leur nuire et sans danger, de les observer de loin, de repérer les traces de leur présence » (p. 160).

C’est cette notion qui permet à l’auteure de penser le passage de la ville à la cité. Elle rappelle que, dans l’Antiquité, la cité se distingue de la ville et désigne une communauté de vie indépendante, auto-gouvernée. Il s’agit donc, dans l’expérience de pensée qui l’occupe toujours, d’envisager une « cité multispéciste », adaptée à une pluralité d’espèces y ayant chacune leur place, dans le respect de leur autonomie.

L’ouvrage de Joëlle Zask est très bien écrit et pensé, de telle sorte que l’on suit aisément les propos de l’auteure. Ceux-ci sont clairs, enrichis par des lectures référencées dans de nombreuses disciplines, dont le champ émergent des urban wildlife studies. Elle revient comme on peut s’y attendre sur des catégories de plus en plus remises en question, alors qu’elle semblait y adhérer tout à fait dans les premières pages, et propose également une (re)lecture de l’histoire de l’urbanisme et de la pensée environnementale. Certaines notions ou distinctions mériteraient d’être davantage explicitées, comme celle entre cité « multi-spéciste » et « trans-spéciste » (p.188). D’autres auraient pu être tout simplement évitées : on ne voit pas bien, par exemple, l’intérêt de reprendre la notion de « grand remplacement » (p. 22), habituellement mobilisée dans les discours d’extrême-droite, pour qualifier ici la présence de plus en plus importante d’animaux sauvages en ville. Dans l’ensemble cependant, ce texte reste une lecture très riche et stimulante, qui enrichit les réflexions autour des relations entre humains et non-humains.

Zask, J. (2020). Zoocities. Des animaux dans la ville. Premier Parallèle. 249 p.

Deux nouvelles parutions sur les études animales

Viennent d’être publiés aux éditions de l’Harmattan deux livres portant sur les relations entre animaux humains et animaux non-humains. Dans celui abordant plus spécifiquement l’épistémologie des études animales se trouve un texte faisant état des réflexions des géographes français autour des animaux non-humains coécrit par G. Marchand, Ph. Sierra et F. Benhammou. Après un premier rappel sur la chronologie de cette branche émergente de la géographie, ce texte revient sur la façon dont les animaux poussent les géographes à repenser certains de leurs concepts (territoire, nature, culture), à renouer avec certains savoir-faire oubliés (cartographie du vivant) et à participer aux débats autour de l’éthique animale.

Ces deux ouvrages peuvent être commandés sur le site des éditions de l’Harmattan:

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=65425&razSqlClone=1

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=65424&razSqlClone=1

Les nuisibles à l’honneur !

Luglia, R. (dir), Sales bêtes ! Mauvaises herbes ! « Nuisible » une notion en débat, Rennes, PUR, 2018,359 p.

Source: http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4704

Viennent d’être publiés aux Presses Universitaires de Rennes les actes du colloque éponyme tenu à la fin janvier 2017 sous le patronage de l’Association pour l’Histoire de la Protection de la Nature et de l’Environnement et le Comité d’Histoire du Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer. Cet ouvrage riche d’une vingtaine de contributions peut intéresser le géographe pour diverses raisons.

Premièrement, car il démontre clairement que l’idée de nuisibilité varie fortement en fonction du contexte, des espèces rencontrées et des époques. Le géographe pourra apprécier la diversité des situations rencontrées et l’importance des représentations sur le territoire, l’espace ou le milieu environnant dans le traitement des espèces animales voisines.

Deuxièmement, car bon nombre d’auteurs cherchent à montrer que la construction sociale de la nuisibilité (celle-ci étant, rappelons-le, sans fondement biologique) et sa persistance dans les mentalités est profondément liée à l’anthropocentrisme, par conséquent, réhabiliter les espèces classées comme telles passe par un abandon de ce référentiel et quelques pistes sont présentées dans l’ouvrage (reconnaissance d’une communauté de destin entre les humains, les animaux et les autres éléments composant les écosystèmes, recours à la « diplomatie animale » etc.). Le géographe convaincu de la nécessité de dépasser l’anthropocentrisme naturaliste y puisera de l’eau à apporter à son moulin

Troisièmement, car il questionne la pertinence d’une nouvelle catégorie de nuisibles, les espèces allochtones invasives. Si la classification des espèces autochtones en nuisibles est largement condamnée aujourd’hui par les écologues, les écologistes et une partie de l’opinion publique, la nuisibilité des espèces allochtones invasives est, elle, au contraire, souvent admise. Toutefois à partir de quand considérer qu’une espèce est ou n’est pas à sa place dans un milieu donné ? Certains auteurs voient dans le combat mené contre les « envahisseurs » une sorte de bioxénophobie, une peur de l’étranger, néanmoins, comme le rappelle R. Luglia en introduction, doit-on pour autant proscrire la notion d’espèces invasives et les tentatives de contrôle ? L’ouvrage n’apporte pas de réponses définitives à ces questions mais a le mérite de les poser ouvertement et d’y réfléchir, ces réflexions entrant en résonance avec celles des géographes qui se sont intéressés au couple allochtonie/autochtonie comme L. Simon (2006) ou, plus récemment, F. Benhammou et Ph. Sierra (2017).

Pour ces raisons, mais aussi parce que ce recueil offre un croisement inédit de regards disciplinaires sur la notion d’espèces nuisibles et sur la manière de vivre avec elles, sa lecture nous semble indispensable.

NB : L’ouvrage contient un texte produit par un membre du collectif GATO: Marchand, G., Kohler, F. Thierry, Ch., Léna, Ph., « Les ruraux français et leurs nuisibles. Une biodiversité ordinaire peinant à trouver sa place dans un référentiel anthropocentrique », pp 311-326

Bibliographie citée:

  • Simon L., « De la biodiversité à la diversité : les biodiversités au regard des territoires », Annales de Géographie, n° 651, 2006, p. 3-19.
  • Benhammou F., Sierra P., « Un Africain indésirable, l’Ibis sacré. Analyse géopolitique d’un massacre ». In : Historiens et Géographes numéro spécial FIG : Territoires humains, mondes animaux (coordonné par F. Benhammou et P. Sierra), n°439, 2017, pp. 96-99.


Présence d’un membre de GATO au colloque « Tant que le loup n’y est pas! »

Farid Benhammou parlera de géopolitique autour du retour du loup au colloque « Tant que le loup n’y est pas » programmé pour les 9 et 10 octobre 2018 à l’université de Liège.

Le programme du colloque est consultable ici: http://www.seed.ulg.ac.be/wp-content/uploads/2018/09/Loup2018.pdf

Appels à contributions de l’été

Voici deux appels à contribution pouvant intéresser les géographes travaillant sur les animaux.

40e Colloque francophone de Mammalogie à Caen les 20 et 21 octobre 2018

Organisé par le Groupe Mammalogique Normand (GMN) au nom de la Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères (SFEPM), la 40ème édition du Colloque francophone de Mammalogie se tiendra à Caen (Normandie) durant le week-end des 20 et 21 octobre 2018. A noter qu’il coïncide avec les 40 ans d’existence de chacune des deux associations, toutes deux officiellement créées en 1978. Le colloque se déroulera à l’Ecole Supérieure d’Arts & Médias (ESAM-C2), située quasi au bord de l’Orne, dans laquelle évolue discrètement la Loutre, et à distance pédestre modérée du Centre Ville de Caen où se trouvent, comme partout ailleurs, des hôtels, des bars et des restaurants.

Outre l’amphithéâtre de 250 places, l’espace disponible est assez vaste pour accueillir les communications affichées et des stands d’associations. Les artistes animaliers seront également bienvenus.

Le thème retenu pour ce colloque, « Mammifères – Territoires et Paysages », peut se décliner à différents niveaux d’échelle et devrait permettre une large gamme d’illustrations sous forme de communications orales et de posters. Comme pour les versions antérieures du colloque, l’ultime session du dimanche en début d’après-midi sera ouverte à quatre interventions hors thème.

Un comité scientifique est en cours de constitution, qui aura en charge la lourde tâche de sélectionner les communications retenues pour faire l’objet d’une présentation orale. Celles-ci auront une durée de 15 min, suivie de 5 min de discussion. Au regard du programme, il y aura place pour 26 communications orales.

Lancé dès mars dernier, l’appel à communications est réitéré. Les résumés doivent s’inscrire dans un cadre présentant les caractéristiques suivantes : marges supérieures, droite et gauche de 2 cm, interligne simple de valeur 1, police Arial 11 ou Times New Roman 11, longueur de 26 lignes maximum.

Les résumés seront à envoyer par courriel à : gmn@gmn.asso.fr

La date limite d’envoi des résumés est fixée (pour l’instant) au 15 juillet 2018.

Comparer et confronter les morts animales : approches interdisciplinaires

Revue « Géographie et cultures »

https://calenda.org/446381

Résumé

La thématique de la mort des animaux investit aujourd’hui le débat public de différentes manières : remise en cause de l’abattage industriel et de l’alimentation carnée, dénonciation ou défense de pratiques culturelles (corrida, abattage rituel), justifications éthico-techniques multiples de la mort animale pour raisons sanitaires, scientifiques, alimentaires, etc. Elle engage par ailleurs de nombreux débats philosophiques, historiques, géographiques et anthropologiques concernant le statut des animaux (et du vivant en général), entre hypothèse d’un « tournant animaliste »  réaffirmation d’une spécificité humaine ou recherche d’une théorie renouvelée du don-contre don étendue aux relations trans-spéciques.

Annonce

Argumentaire

La thématique de la mort des animaux investit aujourd’hui le débat public de différentes manières : remise en cause de l’abattage industriel et de l’alimentation carnée, dénonciation ou défense de pratiques culturelles (corrida, abattage rituel), justifications éthico-techniques multiples de la mort animale pour raisons sanitaires, scientifiques, alimentaires, etc. Elle engage par ailleurs de nombreux débats philosophiques (de Fontenay, 1998 ; Wolff, 2017 ; Donaldson & Kymlicka, 2016), historiques (Ritvo, 2008 ; Baratay, 2011), géographiques (Estebanez et al., 2013 ; Blanc, 2000) et anthropologiques (Brisebarre, 1998 ; Descola, 2010 ; Vialles, 1987) concernant le statut des animaux (et du vivant en général), entre hypothèse d’un « tournant animaliste » (Andersson, 2014) réaffirmation d’une spécificité humaine (Digard, 2012) ou recherche d’une théorie renouvelée du don-contre don étendue aux relations trans-spéciques (Porcher, 2011).

Ces enjeux impliquent une réflexion renouvelée sur la pluralité des statuts sociaux des animaux selon leur mode de mise à mort et sur les transformations du rapport aux animaux autour des notions de sensibilité, de douleur (Le Neindre et al., 2009), de souffrance et de conscience. Ils interrogent aussi la pluralité des systèmes culturels en matière de rapports entre humains et animaux, et notamment les enjeux symboliques et moraux des pratiques de mise à mort selon les cadres culturels mais aussi économiques et politiques. En quoi par exemple des pratiques telles que la chasse ou l’abattage rituel d’un côté, l’élimination sanitaire ou l’abattage industriel de l’autre (Franck, Gardin & Givre, 2015, 2016), renverraient-elles à des histoires, des systèmes sociaux mais aussi des justifications morales distinctes voire opposées ? Dans un autre registre, que signifie l’injonction fréquente à « tuer humainement » (Givre, 2015) dans les normes du bien-être animal qui tendent à s’imposer comme un cadre global en matière de mort animale ?

Mettre l’accent sur les dimensions comparées et les approches interdisciplinaires

Pour aborder ce sujet particulièrement débattu, nous souhaitons regrouper des contributions de différentes disciplines (géographie, sociologie, anthropologie, droit, etc.), animées par la même volonté de distanciation scientifique, et également ouvertes à la nécessité de mener un travail réflexif autour de la question des affects que soulèvent aujourd’hui les mises à mort des animaux. À ces fins, ce numéro se veut fondamentalement comparatiste dans ses méthodes et interdisciplinaire dans son contenu. Les contributions viseront à appréhender différentes modalités pratiques de la mort des animaux que sont l’abattage industriel, le sacrifice, l’extermination des  nuisibles, la chasse, ou l’euthanasie au zoo, en refuge ou en clinique, etc. Elles prendront également soin d’analyser ces modalités en tant que dispositifs tout à la fois spatiaux (abattoirs, refuges, zoos…), techniques (industriels, rituels, sanitaires…) et discursifs (professionnels ou non, vétérinaires, juridiques, religieux, médiatiques…). Elles pourront également concerner les politiques sanitaires ou de contrôle des populations animales (élevages contaminés, loup, ours etc.) dans leurs dimensions territoriales.

Le présent numéro thématique propose notamment d’aborder la question des enjeux locaux et globaux des pratiques contemporaines de mort animale, selon une approche comparative qui nous semble généralement manquer aux travaux sur ce thème. En particulier, le lien entre mort des animaux et construction de normes globales en matière de bien-être animal n’a jusque-là pas été systématiquement analysé, dans une approche interdisciplinaire, comparative et multisituée, à la fois attentive aux situations concrètes et à la circulation des pratiques, normes et valeurs. Il s’agira ainsi d’interroger la place, dans ces différentes pratiques de mort animale, de notions aussi globales que le « bien-être animal » (Animal Welfare), aujourd’hui présente tant dans l’économie productive que dans les « économies morales » du rapport aux animaux (Griffin, 2011), dans les modes de gouvernance du vivant et dans les mobilisations animalistes. Quels sont les effets de la globalisation de certaines règles normatives en matière de vie et de mort animales sur des « morales situées » et des pratiques culturellement localisées ?

Il s’agira ainsi d’analyser et d’interroger la production et les effets d’éthiques à prétention universalisante en matière de rapports aux animaux, qui peuvent relever aussi bien de discours écologiques , économiques (optimiser la « production » animale, Porcher, 2011), moraux ou juridiques (Donaldson & Kymlicka, 2016). Assiste-t-on à l’émergence d’une norme unifiée, hégémonique et globale en termes de mise à mort des animaux, qui s’imposerait à des situations locales hétérogènes ? L’abattage industriel des animaux de rente servirait-il alors de référent ultime des normes et des critiques liées à la mort animale, à partir duquel seraient évaluées des pratiques aussi variées que l’expérimentation animale, la chasse, l’élimination des nuisibles ? Dans quelle mesure les systèmes normatifs globalisés participeraient-il alors à la modification des dispositifs (lieux, pratiques, techniques, textes, discours et images) des mises à mort animales ? La diffusion de représentations unifiées de l’animal comme être sensible conduit-elle à une nouvelle pluralisation des modes de mise à mort selon de nouvelles hiérarchies animales basées sur la « sentience » ?

Quatre axes complémentaires : espaces, pratiques, discours, images

L’un des enjeux principaux sera ainsi de réunir et articuler des contributions prenant appui sur des terrains suffisamment variés et contrastés pour mettre en perspective des pratiques et des normes qui, loin d’être homogènes, nécessitent un examen contextualisé. Nous proposons en particulier d’explorer quatre axes thématiques complémentaires, ouvrant sur des terrains pluriels et des situations variées de mort animale, permettant de dresser autant de configurations du rapport aux animaux et à leurs morts.

  • Espaces

Gouverner les animaux, entre pratiques sociales et spatiales : la gestion sociale et spatiale de la mort animale relève d’une dialectique complexe entre ordre et désordre, cacher et montrer (le sang, la souffrance, la violence), prescrire et proscrire (la bonne ou mauvaise mort animale). Il s’agira d’examiner les dispositifs concrets de la gouvernance animale, les usages du bien-être animal qui s’y déploient, avec un accent spécifique sur la place de la mort animale dans la fabrique contemporaine du rural et de l’urbain.

  • Pratiques.

Les médiations symboliques, techniques et matérielles : la mort animale engage des médiations techniques et symboliques qui peuvent relever de traditions diverses autant que de registres de justification économiques, sanitaires ou zootechniques (Porcher, 2011). Il s’agira d’interroger l’impact de la notion de bien-être animal sur ces médiations, la transformation des manières de faire et des registres de légitimation, l’écart entre le prescrit et le réel, les petits arrangements avec les normes.

  • Discours

Les  économies morales et politiques de la mort animale : le  bien-être animal fait l’objet de discours institutionnels, juridiques, philosophiques, éthiques, sanitaires, techniques, religieux, au sein desquels s’articulent différentes représentations du rapport aux animaux (souffrance, conscience, respect, etc.). Il s’agira d’analyser la négociation et la confrontation entre ces différents discours sur les mises à mort dans l’espace public et au regard de leurs enjeux sociétaux et politiques.

  • Images

Voir et montrer la mort animale : notre problématique implique une réflexion sur les régimes de visibilisation et d’invisibilisation, qu’il s’agisse de donner à voir ou de cacher la mort, de ses représentations par exemple médiatiques, de l’impact émotionnel de la mort animale mais aussi de son investissement croissant par divers champs artistiques, littéraires, critiques, etc. Il s’agira ainsi d’accorder une place aux enjeux sensibles et affectifs de la mort animale, partie intégrante de ses dimensions sociétales et morales actuelles.

Modalités de soumission et d’évaluation

Les articles (entre 35 000 et 50 000 signes maximum, résumés et bibliographie inclus) sont à soumettre à la rédaction de la revue Géographie et cultures (gc@openedition) au plus tard le 3 décembre 2018.

Les instructions aux auteur.e.s sont disponibles en ligne : http://gc.revues.org/605

Les articles seront évalués en double aveugle.

Coordinateurs

  • Alice Franck, Université Paris1 / UMR PRODIG CNRS 8586
  • Jean Gardin, Université Paris1 / UMR LADYSS CNRS 7533
  • Olivier Givre, Université Lumière Lyon2 / UMR EVS CNRS 5600

Nuisibles et mauvaises herbes, le collectif GATO contribue au débat!

Faisant suite au colloque ayant eu lieu en 2017 à La Défense, ce numéro spécial du Courrier de la Nature, orchestré par notre collègue historien Rémi Luglia, reprend quelques-unes des interventions dans un format adapté au plus grand public. Des membres du collectif GATO comptent parmi les contributeurs: E. Surmont et F. Benhammou pour aborder le cas des requins à la Réunion puis G. Marchand sur le rapport des ruraux français à la biodiversité ordinaire, souvent qualifiée de nuisible car incompatible avec les représentations individuelles et collectives quant à une belle nature, autrement dit propre, ordonnée et entièrement contrôlée par les humains! Ce numéro a le mérite de poser la question de la coexistence avec cette biodiversité sauvage problématique et de fournir quelques éléments de réponse.

COUV_cln_306

Source: http://www.snpn.com/produit/le-courrier-de-la-nature-n306-special-nuisibles/