Espèces invasives et biodiversité à Hawaï

Comme beaucoup d’îles et archipels, la faune d’Hawai a été marquée par de nombreuses disparitions, notamment à cause de l’introduction et du développement d’espèces exotiques. Celles-ci jouent cependant un grand rôle dans la préservation de la biodiversité restante. Pour une fois, un article du Monde fait écho d’une publication non à charge contre les “invasifs”

https://www.lemonde.fr/sciences/article/2019/04/14/les-especes-invasives-au-secours-de-la-biodiversite-a-hawai_5450039_1650684.html

Extinction des insectes, menaces sur la grande faune, les voyants sont au rouge

La presse s’est faite l’écho d’études récentes sur l’effondrement constaté des populations d’insectes.

https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/02/13/la-disparition-des-insectes-un-phenomene-devastateur-pour-les-ecosystemes_5422766_3244.html

Phénomène qui s’ajoute au déclin des vertébrés non élevés par l’homme.

https://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2018/10/30/l-inexorable-declin-de-la-faune-sauvage_5376345_1652692.html

L’animal s’invite dans les pages du Monde diplomatique…

Un mini-dossier de 4 pages aborde la question de l’animal dans l’édition de juillet 2018 du Monde diplomatique (n°772). Les thématiques explorées ne sont guère novatrices puisqu’on y parle de végétarisme, de droit animalier, de procès d’animaux, de frontière entre eux et nous mais aussi de chats, autrement dit beaucoup de choses qui ont déjà fait l’objet d’articles, de brèves ou de tribunes dans la presse écrite et en ligne. Les habitués des études animales ou ceux qui ont déjà parcouru les dossiers « spécial animaux » publiés auparavant par d’autres revues ou sites internet n’y trouveront rien de neuf, les autres pourront se familiariser avec quelques-uns des différents courants de pensée composant le champ de l’éthique animale. L’ensemble est de très bonne facture, bien que l’on n’échappe pas à quelques raccourcis ou sous entendus classiques quand il est question de cause animale. Non, L214 et ceux qui occupent leur temps-libre à diffuser des images « volées » d’abattoirs ne cherchent pas à stigmatiser les travailleurs de tels établissements en en faisant des monstres dépourvus d’empathie, au contraire, ils attribuent volontiers les violences qu’ils peuvent exercer à des mauvaises conditions de travail et au rythme effréné de production qu’on leur demande de respecter. Non, l’animalisme ne vise pas nécessairement à l’égalité parfaite entre humains et animaux car, comme le rappelle Peter Singer, rien ne sert de militer pour l’entrée des porcs à l’université, ceux-ci n’ayant aucun intérêt pour l’éducation supérieure. Ce qui est en jeu, ici, c’est plutôt l’égalité de considération de quelques intérêts fondamentaux, dont celui de ne pas souffrir inutilement. Non, l’animalisme ne cherche pas non plus à nier les capacités cognitives supérieures de l’humain, surtout qu’un changement dans la manière de traiter les animaux dépend intimement de ces dernières. L’idée serait plutôt à la manière de Dominique Lestel d’admettre que celles-ci en font un être particulier mais en rien spécial, comprenez au-dessus (ou au centre, c’est au choix) de tout. Enfin, non, les chantres de l’animalisme et de l’écologisme ne sont pas des antihumanistes en puissance, rappelons qu’A. Naess cité dans le dossier a résisté à la barbarie nazie et a contribué à sauver des milliers d’étudiants d’une rafle organisée à l’université d’Oslo en 1943. Si son quatrième principe d’écologie profonde évoque effectivement « une décroissance substantielle » de la population humaine, celle-ci est d’abord avancée pour le propre bien-être des humains (« The flourishing of human life and cultures is compatible with a substantial decrease of the human population. The flourishing of nonhuman life requires such a decrease ») !

Lien vers le dossier en ligne:https://www.monde-diplomatique.fr/2018/07/A/58814

 

Références citées :

Lestel, D. 2010. L’animal est l’avenir de l’homme. Paris, Fayard,188p.

Naess, A. ; Rothenberg, D. 2009. Vers l’écologie profonde. Marseille, Wild Project, 321p.

Une protection de l’ours encore sous tension (France Info)

Une parfaite illustration des enjeux géopolitiques autour de la protection des ours pyrénéens: https://www.francetvinfo.fr/decouverte/ours/recit-on-n-a-pas-tue-d-homme-juste-un-ours-quatorze-ans-apres-la-mort-de-cannelle-hante-toujours-la-vallee-daspe_2715232.html

Tribune de Farid Benhammou sur le nouveau Plan Loup (Libération)

Voici une sérieuse critique formulée par Farid Benhammou à la gestion zootechnique des populations lupines. Alors que le ministre Hulot annonce en grande pompe un plan de sauvetage de la biodiversité, les autorisations de tir sur les loups sont toujours vues comme le meilleur moyen de résoudre les conflits avec les éleveurs, cherchez l’erreur!

Le lien vers la tribune: http://www.liberation.fr/debats/2018/06/28/nouveau-plan-loup-deception-et-inefficacite_1662652

Tribune de Farid Benhammou sur la gestion d’espèces problématiques dans Reporterre

Nous reprenons ici l’en-tête de la tribune de Farid Benhammou pour le site Reporterre, texte publié en septembre 2017 en marge de la 28ème édition du Festival International de Géographie.

Loups, requins, ibis sacré, bouquetins… ces animaux sauvages subissent des phases d’abattage massif de la part des autorités. Le plus souvent sans discernement sinon pour complaire à des intérêts particuliers, explique l’auteur de cette tribune, selon lequel « réflexion et matière grise pourraient permettre d’éviter une violence inutile“.

Lien pour le texte: https://reporterre.net/Loups-requins-ibis-blaireaux-un-massacre-sans-base-scientifique

 

Financer la conservation par le paiement de droits à l’image des animaux?

Une étude publiée par Franck Courchamp et ses collègues dans la prestigieuse revue Plos biology et reprise dans Le Journal du CNRS arrive à la conclusion suivante : le fait d’utiliser à outrance des espèces emblématiques dans les films d’animations, les publicités ou les logos nuit d’une certaine manière à leur conservation car cette abondance dans les médias fausse les représentations. En effet, le public en les voyant tous les jours en vient à croire qu’elles se portent bien alors que leurs populations sont en déclin et que l’horizon de leur extinction se rapproche dangereusement, deux ou trois décennies pour certaines.  Ces chercheurs proposent alors un mécanisme original pour essayer d’endiguer cette tendance, faire en sorte que les entreprises utilisant les traits de ces espèces paient un droit à l’image, les fonds ainsi récoltés pourront servir à développer des études à leur sujet et financer leur conservation. L’idée est loin d’être saugrenue, des droits à l’image sont déjà reversés pour l’utilisation de monuments ou de paysages spécifiques, pourquoi ne pas mettre en place un mécanisme semblable pour les animaux ? Les auteurs de l’étude ne détaillent pas les modalités de mise en œuvre de ce processus de droits à l’image, ils soulèvent toutefois quelques problèmes potentiels de réalisation, notamment dans le choix de l’administrateur de ces fonds. Qui préférer ? Une instance internationale comme la CDB ou l’IUCN ou des ONGs ?  Un autre problème à mon avis, non posé dans l’étude, est de savoir comment ce mécanisme bénéficiera à l’ensemble de la biodiversité, les compagnies ainsi taxées accepteront-elles que les fonds versés pour l’utilisation de l’image de certaines espèces emblématiques soient mobilisés pour celles qui le sont moins ? Après tout, quand on paye pour le droit à l’image d’une personne, l’argent est supposé être versé à cette dernière et seulement celle-ci (n’étant pas spécialiste en droit, du moins, je le présume).  Les théoriciens de l’économie environnementale accepteront-ils un versement de ces droits à l’image à d’autres bénéficiaires car au delà de ces espèces emblématiques, surreprésentées dans les médias, bon nombre d’autres animaux moins connus ou moins attractifs sur le plan esthétique sont  éminemment menacés, il serait donc juste qu’ils puissent aussi bénéficier de ce nouveau mécanisme. L’idée est en tout cas intéressante dans un contexte global de réduction des fonds étatiques alloués à la conservation des espèces.

Références:

Courchamp et al., “The paradoxical extinction of the most charismatic animals, PLOS Biology, publié en ligne le 12 avril 2018. https://doi.org/10.1371/journal.pbio.2003997 (link is external)

Interview de F. Courchamps dans Le Journal du CNRS : https://lejournal.cnrs.fr/articles/ces-animaux-stars-menaces-dextinction

Dossier spécial “espèces mal aimées” dans la revue Espaces Naturels

Décidément, les espèces indésirables ont le vent en poupe ! Après le numéro spécial du Courrier de la Nature, c’est au tour de la revue Espaces naturels d’en proposer un. On y retrouve notamment un texte écrit par mes soins sur les représentations du dauphin rose (Inia geoffrensis) au sein des populations riveraines d’Amazonie brésilienne. Plutôt destinés à des professionnels, ce dossier fait la part belle à des exemples concrets d’actions de médiation et de sensibilisation ayant pour but la réhabilitation des anciens nuisibles et autres animaux mal aimés, domaine dans lequel la recherche fondamentale possède parfois des lacunes. Il est en cela très instructif. Les textes composant le dossier seront en accès libre dans 6 mois, en attendant, il est possible de le commander sur le site de la revue.

 

 

 

 

 

 

 

Le lien vers l’annonce du dossier : http://www.espaces-naturels.info/espaces-naturels-61

 

Le Japon, futur hotspot des conflits humains-faune sauvage ?

En 2016, le fameux journal Nature publiait un article évoquant les risques d’augmentation à l’échelle globale des conflits humains-faune sauvage en pointant notamment l’Afrique subsaharienne, l’Inde et l’Amérique Latine comme des futurs hotspots, ceci en raison de l’avancée des activités humaines (fronts agricoles, extractivistes, périurbains) sur les derniers milieux que l’on pourrait qualifier, faute de mieux, de « naturels ». Ce modèle prédictif ne donnait pas grande importance au Japon, classé parmi les pays où le risque de croissance des conflits était faible. Or, à en croire un article récent de la revue Courrier International, ce pays semble connaître actuellement une recrudescence d’attaques d’ours sur les personnes, ainsi que celles de cerfs et de singes sur les cultures. La raison ? Une déprise démographique qui s’amorce sur une grande partie du territoire japonais et qui profite à la grande faune, celle-ci tirant également partie des équipements humains (routes, barrages en béton), notamment pour s’approvisionner en sels minéraux, ce qui dope sa santé et sa vigueur sexuelle ! Avec une perte annoncée de 30% de sa population d’ici 2065 et une forte tendance à la concentration territoriale, la situation risque fort de s’envenimer dans les prochaines années, ce qui pourra peut-être faire figurer le Japon dans la liste des hotspots des conflits mentionnée précédemment.

Références :

Courrier International, dossier spécial Japon: https://www.courrierinternational.com/article/societe-dans-les-campagnes-japonaises-la-nature-reprend-ses-droits

Di Minin, E., Slotow, R., Hunter, L. T., Pouzols, F. M., Toivonen, T., Verburg, P. H., … & Moilanen, A. (2016). Global priorities for national carnivore conservation under land use change. Nature Scientific Reports, 6, https://www.nature.com/articles/srep23814

Les conflits humains-faune sauvage à l’honneur sur le site especes-menacees.fr

Le site espèces-menacées.fr propose ce mois-ci un dossier spécial sur les conflits humains-faune sauvage dans le monde. Son auteure a choisi une approche régionale (Afrique, Amérique du Sud, Asie, Europe) en évoquant leurs causes et d’éventuelles solutions à mettre en œuvre. Un dossier largement bienvenu pour faire comprendre à un large public les enjeux sociaux et environnementaux liés aux conflits humains-faune sauvage et la difficulté à trouver des modes de cohabitation plus pacifiques.

Lien pour le dossier : http://www.especes-menacees.fr/dossiers/conflits-homme-faune-dans-le-monde/

L’éthique est dans le steak (ou pas…)

La géographie de la mort animale et celle du végétarisme sont encore balbutiantes en France, même si on aurait pu croire le contraire lors de la sortie du Libération des géographes autour du 28ème FIG, où la question de la consommation ou non de viande occupait le devant de la scène. Ce choix éditorial fut à mon sens bien malheureux car il donnait trop d’importance à une question relativement marginale au sein de ladite édition du FIG et passait sous silence la diversité des travaux menés en géographie animale dans l’Hexagone. Le sous-titre du dossier « végans contre viandards » était également trop racoleur à mon goût mais passons… surtout que Libération s’est un peu rattrapé ensuite en invitant un certain nombre de géographes à son numéro spécial sur les animaux.  Bref, ceux qui s’intéressent aux questions éthiques et à la consommation de viande seront certainement comblés par le numéro 117 (mars 2018) de la revue Philosophie Magazine. Ce numéro revient sur la diversité des positionnements éthiques entre ceux qui ne mangent pas de viande (abolitionnistes ou welfaristes, autrement dit s’intéressant davantage au bien-être) et ceux qui en mangent, car  le point de vue défendu par ce magazine est qu’il peut y avoir une réflexion morale dans la consommation de viande. Entre témoignages d’éleveurs, d’employés d’abattoirs, de consommateurs d’insectes s’esquisse une grande diversité de rapports à l’animal et à sa mort, rarement considérée comme anodine, ceci semble, selon les interviewés, plutôt le fait du consommateur de produits carnés et des agro-industriels, dommage que les concepteurs de ce dossier ne leur aient pas donné la parole. Ce dossier spécial réalise aussi le tour de force de mettre à une même table une figure de proue de la philosophie végane française (Florence Burgat), un chimiste adepte de la cuisine « note à note » (Hervé This) et une ardente défenseuse du monde paysan français (Jocelyne Porcher) et la discussion ne manque pas de saveur.

 

 

 

 

 

 

http://www.philomag.com/archives/117-mars-2018

Références :

LE LIBÉ DES GEOGRAPHES / Catalogne : la déchirure. 28 septembre 2017

LE LIBÉ DES ANIMAUX Numéro spécial. / 13 novembre 2015 Aide aux victimes.