Nouvel article de F. Benhammou dans mediapart

Notre collègue F. Benhammou vient de publier un texte revenant sur deux questions fondamentales concernant la coexistence avec le loup et l’ours en France: 1. le traitement médiatique parfois partial et erroné des attaques sur les animaux d’élevage; 2. la complaisance des pouvoirs publics face à certaines formes de violence envers ceux qui sont impliqués à divers degrés dans la gestion ou la protection de ces espèces. L’article peut être lu à cette adresse:

https://blogs.mediapart.fr/farid-benhammou/blog/270820/loup-et-ours-en-france-detresse-ou-decredibilisation-des-eleveurs

Grosse arnaque de la pêche durable

Nous reproduisons ici le texte publié par un membre du collectif Gato sur la pêche, cela vient combler un manque au sein de nos réflexions qui ne laissent pas beaucoup de place aux poissons, en dehors des requins.

Voici le lien original du texte: https://apresdemainensemble.wixsite.com/accueil/post/la-grosse-arnaque-de-la-p%C3%AAche-durable

Le poisson constitue la ressource la plus anciennement exploitée (depuis 42 000 ans). Il était d’abord pêché d’abord près des côtes, puis au large, à mesure que sa raréfaction posait problème aux pêcheurs. Aujourd’hui, les chiffres montrent que l’ensemble des activités halieutiques correspond à 167 millions de tonnes par an. Dans le monde, le poisson est la principale source de protéines et de revenu pour plus de 800 millions de personnes. Cependant, l’augmentation de la pression de pêche au cours des 50 dernières années, associée à des pratiques non durables, a abouti à l’effondrement de plusieurs stocks de poissons. Mais près de 90 % des stocks de poissons dans le monde sont pêchés à pleine capacité ou surexploités, malgré tous les appels et engagements pour une pêche plus responsable et soutenable.

Les océans sont loin d’être homogènes, avec des secteurs d’abondance et des déserts biologiques. D’où l’intérêt de l’étude « Tracking the Global Footprint in Fisheries », menée à l’université de Santa Barbara, qui a mis au point la carte des zones de pêche la plus précise du monde en 2016, grâce aux satellites. De 2012 à 2016, les activités de plus de 70 000 navires (les trois quarts des navires de pêche industrielle d’une longueur supérieure à 36 mètres) ont été enregistrées. C’est l’océan Pacifique qui connaît le plus d’activité de pêche et ce sont les littoraux et les plateaux continentaux qui subissent la pression la plus forte par rapport aux plaines abyssales. Cette étude montre que les pêcheries ne tiennent pas compte des cycles naturels tels que les variations climatiques comme El Niño ou la migration des poissons : la pêche est un processus industriel où les navires opèrent davantage comme des usines flottantes qui doivent tourner 24 heures sur 24 pour être lucratives. En Chine, on peut observer une baisse importante de la pêche pendant le moratoire annuel sur la pêche et le Nouvel An chinois. Dans les pays occidentaux, l’activité de pêche diminue au cours du week-end et des pauses pour Noël, ce qui signifie que les captures de poissons et autres organismes marins sont davantage liées au marché qu’à une gestion durable de la ressource. Autre point noir : l’étude a clairement révélé le caractère invasif de la pêche humaine en haute mer, où les thons, les requins (voir https://apresdemainensemble.wixsite.com/accueil/post/les-dents-de-l-amer) et les marlins sont exposés à une exploitation intensive.

On observe toutefois aussi des points positifs : ces données délimitent clairement les zones à l’intérieur desquelles la pêche est gérée et montrent où les mesures de gestion contribuent à limiter l’effort de pêche. Certaines zones océaniques sont épargnées par la pêche et pourraient servir de « réservoirs tampons » le temps que les mers qui connaissent le plus de pression puissent se régénérer.

La plupart des pays pêchent dans leurs propres Zones Economiques Exclusives (ZEE), mais 85 % de la pêche mondiale en haute mer est monopolisée par seulement 5 pays : la Chine, qui surpasse largement tout le reste du monde (jusqu’à 10 000 navires de pêche chinois peuvent être présents sur une seule journée en mer, là où la France en mobilise maximum 500) ; l’Espagne ; Taiwan ; le Japon ; la Corée du Sud.

Il y a donc accaparement des ressources en poisson. En particulier au large de l’Afrique, ou encore, en Arctique.

A la pêche s’est ajoutée le poids d’une aquaculture aux formes diverses, allant du poisson aux coquillages et aux algues. Signe que la demande est forte, les parcs à poissons et bassins à crevettes creusés dans les marais ou les mangroves, avec un coût environnemental très élevé (vous ne regarderez plus jamais vos crevettes de la même façon !). Près de la moitié des produits de la mer que nous consommons est issue de l’aquaculture. Le secteur aquacole s’est très vite développé et la production continue de croître. Cependant, les impacts de l’aquaculture sur l’environnement sont loin d’être négligeables. L’intensification de l’aquaculture a eu des effets négatifs sur l’environnement. Elle participe à la pollution des eaux avec les rejets de déchets, de produits chimiques et de médicaments dans le milieu naturel. De plus, des maladies se propagent hors des bassins de culture et peuvent affecter les espèces sauvages. Par exemple, en salmoniculture, les poux peuvent contaminer les saumons sauvages. Ce parasite affaiblit le poisson, conduisant à long terme à une diminution des individus sauvages. Par ailleurs, les fermes aquacoles peuvent modifier le paysage et contribuer à la destruction des écosystèmes. Une partie de la mangrove, principalement en Asie du Sud-Est, a disparu pour la construction de fermes de crevettes. Les mangroves sont des écosystèmes riches qui fournissent des services écologiques aux communautés locales.

La plupart des poissons d’élevage sont carnivores et leur alimentation est devenue industrielle, à base de farines animales d’origine terrestre et de poisson. L’aquaculture ajoute donc une pression de pêche pour l’exploitation de ces poissons et ces crustacés de bas niveau trophique (comme la sardine et le sprat ou le krill), dit de fourrage qui ne sont destinés qu’à l’alimentation d’autres animaux. Lorsque les poissons sont “végétariens” les problèmes s’en trouvent déplacés sur terre, comme la déforestation en Amérique du Sud par les cultures de soja destinées à l’alimentation des animaux.

Tout cela pose la question des limites biologiques de l’exploitation.

L’empreinte écologique absolue de la pêche est la plus importante de toutes les formes de production alimentaire, alors que les captures d’animaux marins ne fournissent que 1,2 % de la production calorique mondiale pour la consommation alimentaire humaine. Autrement dit, la pêche est la production alimentaire la plus inefficace et non soutenable qui existepour subvenir aux besoins alimentaires des sociétés. La population des principales espèces halieutiques a diminué de 75 à 95 %, voire plus. La raréfaction de la ressource est liée à l’augmentation de la consommation et aux progrès techniques : les engins de pêche sont de plus en plus sophistiqués, les instruments de repérage des bancs de poissons sont d’une telle précision que le pêcheur peut estimer le volume des prises et planifier le lieu du débarquement au prix le plus intéressant. La question des techniques de pêche est centrale et très conflictuelle : bon nombre d’espèces sont pêchées et meurent alors qu’elles ne seront pas mangées (tortues, dauphins, requins – en théorie car bon nombre de poissonniers en proposent). Ces pratiques de pêche, de même que la pêche électrique, le ratissage des fonds marins, le finning etc. sont dénoncées par des ONG comme Greenpeace et Sea Shepherd.

Ces ONG sont connues pour leurs actions souvent très médiatisées sur des points précis de la protection des océans (le plus souvent la faune, mais aussi le plastique, le pétrole et la pêche) et par leur participation aux grandes conférences internationales. Elles constituent des groupes de pression structurés, et anciens. Greenpeace par exemple est né après la guerre du Vietnam (utilisation du napalm considérée comme un écocide). L’ONG possède des navires et les utilise pour des actions coup-de-poing, comme contre les baleiniers japonais ou en 2011 pour traquer les chalutiers de fond accusés de capturer les espèces de grand fond (campagne de l’Artic Sunrise). Greenpeace lutte aussi contre la pêche illégale. C’est l’action de cette ONG qui a permis d’encadrer la pêche du thon rouge, une espèce menacée. Son action est très importante aujourd’hui pour la protection de la haute mer et la mise en place de zones protégées, en particulier en Arctique.

D’autres ONG ont une forte influence : WWF (World Wildlife Fondation), Pew Environment Group (très actif dans le Pacifique pour la mise en place de vastes zones fortement protégées), Oceana, ou encore Ethic Ocean. Cette dernière est en étroite relation avec Bruxelles et les acteurs de la filière pêche, mais aussi les restaurateurs (le chef Olivier Roellinger par exemple, qui prône une démarche responsable face à la cuisine des produits de la mer – mais pas seulement : cf. sa prise de parole quand E. Macron visite une serre en Bretagne lors de la crise du Covid 19 en avril 2020 : à quel type d’agriculture le gouvernement montre-t-il alors son soutien ?), les lycées hôteliers. Le but affiché est celui d’une pêche durable, avec des distinctions par espèces en fonction des stocks.

Grosse différence avec Sea Shepherd, fondée en 1977 par le capitaine Paul Watson. Sea Shepherd est une ONG de défense des océans, où le travail suit trois axes majeurs :

– dépasser la seule protestation et intervenir de manière active et non violente dans les cas d’atteintes illégales à la vie marine et aux écosystèmes marins,

– exposer les abus et les pratiques non durables ou non éthiques d’atteinte à la vie marine et à l’intégrité des écosystèmes marins en alertant les médias et l’opinion publique,

– sensibiliser l’opinion publique au lien essentiel qui nous relie à l’océan à travers diverses interventions en festivals, écoles, organisation de conférences, expositions, publications, films, etc…

Il arrive que les Etats collaborent avec l’ONG, comme au Libéria, ou pendant un an, des patrouilles de Sea Shepherd ont permis, en 2017 – 2018, 12 arrestations. Il s’agissait la deuxième opération conjointe de l’association et du Libéria, campagne grâce à laquelle les incidents de pêche illégale ont connu une baisse spectaculaire dans des eaux côtières auparavant surexploitées par les navires étrangers. Le 11 février 2019, Sea Shepherd a reçu l’Ordre du service distingué (Distinguished Service Order) des mains du président libérien George Manneh Weah, lors de la célébration du 62ème anniversaire de la Journée des forces armées qui a eu lieu à Monrovia. Le DSO est la plus haute distinction militaire décernée par le ministère de la Défense nationale et les Forces armées du Libéria, en reconnaissance de services exceptionnels rendus à la République. Un article du Monde, daté du 31 mai 2020, montre que la Gambie protège aussi ses ressources halieutiques grâce à Sea Shepherd (https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/05/31/comment-l-ong-sea-shepherd-aide-la-gambie-a-lutter-contre-la-peche-illegale_6041328_3212.html) : c’est le 7e pays d’Afrique dans ce cas.

En août 2019, l’ONG a assisté impuissante au rabattage puis à la mise à mort de 98 dauphins globicéphales aux îles Féroé (le Grind). 641 dauphins ont été tués entre janvier et août. Les dauphins sont strictement protégés dans les eaux de l’Union Européenne et le Danemark est signataire des conventions de Bern et de Bonn qui protègent les mammifères marins. Pourtant, il autorise le Grind aux îles Féoré, placées sous son protectorat. Les habitants refusent d’abandonner une pratique qui a permis à leurs ancêtres de survivre mais qui n’est plus nécessaire à cette population qui jouit aujourd’hui d’un des niveaux de vie les plus élevés en Europe (la pratique du Grind a d’ailleurs repris de la vigueur dès qu’elle a été dénoncée, en particulier par Sea Shepherd, seule association à être intervenue activement sur place a régulièrement mobilisé ses navires au cours des trente dernières années). Le Danemark a décidé de mobiliser ses frégates militaires contre les navires de l’ONG et a commencé dès 2014 à procéder à l’arrestation des activistes, allant jusqu’à confisquer des bateaux d’intervention pour les offrir aux féringiens.

En France, les navires de l’ONG en mission dans le Golfe de Gascogne pour, dénoncer, chiffrer et filmer les captures de dauphins par les pêcheurs (2020) ont eux-mêmes été surveillés par la marine nationale, et les militants de l’association qui ont déplacé des dauphins morts sur les marchés (La Rochelle) ou jusqu’au Trocadéro … ont été placés en garde à vue pour transport d’espèces protégées. Les équipes de Sea Shepherd ont été caillassées et menacées en mer. Un magasin de La Rochelle qui récoltait de la nourriture pour le Sam Simon (l’un des bateaux de l’ONG) a dû stopper son opération du fait de la violence des opposants. Des milliers de dauphins meurent chaque année dans le golfe de Gascogne du fait des pratiques de pêche françaises.

La surpêche met donc en péril les moyens de subsistance des communautés qui en dépendent, comme au large du Sénégal et de la Mauritanie, avec l’effondrement des stocks de sardines. Le phénomène de surpêche inclut les techniques de pêche qui impactent considérablement la plupart des écosystèmes marins en détruisant les coraux et en capturant accidentellement des espèces vulnérables (requins ou tortues par exemple). La pêche illicite non-déclarée et non-réglementée (INN), ou pêche illégale, participe à la surpêche et rentre en concurrence déloyale avec les pêcheurs qui respectent les réglementations. Des problèmes sociaux sont associés à cette pratique telle que les cas d’esclavage sur certains navires.

D’où l’importance de la mise en place d’une pêche durable, défendue par de nombreuses ONG et l’ONU.

Qu’est-ce que la pêche durable ? Selon Greenpeace, Il faut laisser aux poissons le temps de se reproduire et aux écosystèmes marins celui de se régénérer. La pêche est une activité de cueillette incompatible avec une activité industrielle. La pêche durable permet de répondre à nos besoins du moment tout en préservant les océans pour les générations futures.

Pour cela, elle doit répondre aux critères suivants : ne pas cibler les espèces les plus menacées, ne pas se dérouler dans des zones fragiles, pouvoir être pratiquée sans limite dans le temps, prendre en compte tout l’environnement, respecter les avis scientifiques, utiliser des méthodes de pêche sélectives pour ne prendre que le poisson nécessaire, ne pas utiliser de méthodes destructrices comme le chalutage de fond, assurer une traçabilité complète depuis la zone de capture jusqu’au point de vente. Il faut également protéger les habitats et les espèces sensibles, notamment en créant des réserves marines, responsabiliser les supermarchés et les consommateurs, comprendre que l’aquaculture n’est pour l’instant pas durable.

WWF encourage les Etats pour une bonne gouvernance des océans et une gestion responsable des pêches. Un approvisionnement responsable est proposé aux entreprises avec les Fisheries Improvement project (projet d’amélioration des pêcheries) et les “Aquaculture Improvement project” (projet d’amélioration en aquaculture) ou encore le projet Medfish, qui vise à la promotion de la certification MSC (Marine Stewardship Council) au sein des pêcheries de Méditerranée. En 2017, la première semaine de la pêche durable a été lancée en France : WWF a publié son consoguide poisson. Les produits certifiés MSC et ASC (Aquaculture Stewardship Council) ont été mis en avant (mais un article dans le Monde en mars 2020 a montré que ce label n’était … pas durable du tout ! : https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/05/06/derriere-le-label-msc-qui-garantit-des-pratiques-durables-peu-de-peche-artisanale_6038893_3244.html).

En France, le label « Pêche durable » est un premier écolabel public français qui doit garantit au consommateur toutes les exigences de la pêche durable. Porté par FranceAgriMer (établissement national des produits de l’agriculture et de la mer, établissement public du ministère de l’Environnement qui favorise la concertation entre l’Etat et les filières de l’agriculture, de la forêt et de la mer, assure la connaissance et l’organisation des marchés et gère les aides publiques nationales et communautaires), le référentiel du label « Pêche durable » a été élaboré par une commission composée d’acteurs représentatifs de l’ensemble de la filière pêche, de l’amont à l’aval ainsi que de représentants de l’administration, des ONG, des consommateurs et des scientifiques.

Le référentiel porte sur 36 critères réunis en 4 grandes catégories :

– Ecosystème : les pêcheries labellisées minimisent leur impact sur le stock de poissons ;

– Environnement : les pêcheries labellisées limitent leur usage d’énergies fossiles, trient leurs déchets et polluent peu ;

– Social : les pêcheries labellisées assurent à l’équipage de bonnes conditions de vie à bord, d’emploi, de formation et de sécurité ;

– Qualité : les produits sont frais et leur traçabilité est assurée.

Le label représente certes une avancée, mais il ne faut pas oublier que les mauvaises pratiques demeurent : en 2019, l’UFC Que Choisir dénonce, enquête de terrain à l’appui (https://www.quechoisir.org/decryptage-peche-durable-manger-des-poissons-en-bonne-conscience-n62050/), les mauvaises pratiques de la grande distribution en matière de pêche durable. En effet, 86 % des poissons présents dans les étals de 1 134 grandes surfaces enquêtées sont pêchés selon des méthodes non durables ou dans des stocks surexploités.Le résultat est sans appel : la grande distribution n’a aucune politique d’approvisionnement durable pour les trois espèces étudiées (le cabillaud, la sole et le bar).Dans deux tiers des cas, les mentions obligatoires sont absentes, fantaisistes ou trop vagues. Avec plus de trois poissons sur quatre mal étiquetés, Intermarché, Système U et Leclerc sont les plus mal classés. S’agissant des zones de capture, on relève des mentions vagues du type « Atlantique » ou « Méditerranée ». Or, en l’absence de zone maritime précise, on ne peut pas identifier les poissons provenant de stocks surexploités. Quant à l’information sur les méthodes de pêches, elle est absente pour un poisson sur quatre. Aucun distributeur ne propose en fait de poisson durable, alors que la pêche durable est l’un des moteurs de leur publicité (Intermarché est un excellent exemple). On est clairement dans le marketing et le greenwashing.

En juillet 2019, du requin-renard, espèce menacée et protégée, est proposée en promotion à l’Intermarché d’Argelès-sur-Mer, dans les Pyrénées Orientales. Cette vente a suscité beaucoup d’indignation. En effet, la pêche volontaire d’espèces menacées et protégées est interdite, la vente est autorisée en cas de pêche accidentelle, ce qui arrive bien entendu quand la pêche n’est pas sélective. Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France explique que c’est le côté pervers de la loi de protection : les espèces menacées n’ont pas de protection réelle. Il est en fait très commun de trouver des espèces protégées dans les poissonneries. Intermarché a depuis (théoriquement) cessé la vente de l’espèce menacée, le groupe évoquant de « regrettables initiatives isolées. » La promotion sur le requin renard a été remplacée par des prix cassés sur le thon rouge et l’espadon, deux espèces aussi menacées par la pêche intensive. Intermarché a de nouveau commercialisé du requin en mai 2020.

Vous vous demandez peut-être si les pêcheurs responsables ou les gérants des magasins mettant en vente des espèces menacées ou protégées sont mis en garde à vue, comme les militants de Sea Sherpherd ces derniers mois : la réponse est non, bien évidemment.

Le combat est donc loin d’être fini pour les ONG, comme Greenpeace et Sea Shepherd avec Intermarché, mais aussi avec la marque Petit Navire.

Concrètement, au-delà des engagements des pêcheries, des pêcheurs, etc., il s’agit d’un choix de consommateur : manger du poisson pêché avec des méthodes protectrices de la ressource (lignes, hameçons, filets), diversifier les achats en privilégiant les espèces aux stocks les plus fournis (lieu noir, merlan, hareng, maquereau), proscrire l’achat de poissons des grands fonds, manger moins de poisson.

Il importe, pour terminer, de se souvenir de cette phrase de Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd : « il ne peut y avoir de pêche durable pour 7 milliards d’hommes ».

Sachant que les océans compteront plus de plastique que de poissons en 2050, et que selon Sea Sherpherd (reprenant un titre de Ouest France : https://www.ouest-france.fr/mer/la-vie-marine-sauvage-pourrait-avoir-totalement-disparu-d-ici-50-ans-5899027?fbclid=IwAR2v_TLKUMA8RReCLBPjEtNhx-OOwRMlg_8iO65YmAAoJ3d4o20XJRHvYZc) c’est toute la vie océanique qui aura disparu à cette date, il devient urgent de changer nos habitudes et d’exiger un encadrement beaucoup plus strict des pratiques de pêche.

Les dents de l’Amer

Nous reproduisons ici le texte d’un des membres du collectif GATO, avec son accord, il complète celui sur l’ours et le loup déjà présentés sur notre blog. Merci à elle pour cette palpitante trilogie!

Le texte original peut être lu ici: https://apresdemainensemble.wixsite.com/accueil/post/les-dents-de-l-amer

Le requin ou le délit de sale gueule.

Il est rapide, puissant, doté de dents nombreuses et acérées, il est donc, pour beaucoup, dangereux, à craindre, voire à éliminer. Une quarantaine d’espèces de requins, sur environ 400, sont connues pour s’être déjà attaquées aux humains et une douzaine seulement en ont tué. Les trois principales espèces responsables d’attaques mortelles sont les grands requins blancs (condamnés depuis Les dents de la mer de Steven Spielberg (1975) à être considérés comme des tueurs), les requins tigre et les requins bouledogue. Il faut savoir que dans la grande majorité des cas, le requin ne mord pas pour dévorer l’homme, qui ne figure pas parmi ses proies ordinaires, et dont il n’aime pas la chair. Les requins attaquent principalement pour défendre leur territoire. Toutefois, avant de mordre, ils avertissent l’intrus, en formant des cercles qui se resserrent. Enervés, ils finissent par attaquer. En France (à La Réunion plus précisément), ce sont les requins tigre et bouledogue qui sont en cause.

Les attaques de requins à la Réunion font, quand elles arrivent, les gros titres des médias. Elles suscitent, et c’est complètement logique, énormément d’émotions, de réactions violentes et contradictoires. Par exemple : en février 2014, une jeune fille de 20 ans est morte après avoir été gravement mordue à la jambe. Quelques mois plus tard, c’est un jeune surfeur de 13 ans qui décède suite à une attaque. Ces attaques ont eu lieu malgré l’arrêté préfectoral interdisant la baignade et toutes les activités nautiques en dehors du lagon et des zones surveillées. Cette décision « d’interdire la mer », selon une expression souvent utilisée par les Réunionnais, avait été prise par la préfecture en juillet 2013 après la mort d’une jeune fille à Saint-Paul, dans l’ouest de l’île. En 2013 toujours, suite à une attaque, le préfet avait décidé de la capture et de la mise à mort de 90 requins (45 requins bouledogue et 45 requins tigre) sous un prétexte scientifique. L’État envisageait alors aussi la mise en place de mesures de « régulation raisonnée » des populations de requins aux abords de l’île. Cette décision a provoqué un tollé. À chaque attaque, des captures sont réalisées aux abords des lieux du drame, toujours dénoncées par les associations de défense des requins.

Contrairement au loup, à l’ours ou au lynx, qui sont en France des espèces strictement protégées (j’espère que vous appréciez l’ironie du « strictement » si vous avez lu mes textes sur l’ours et le loup), les requins bouledogue et les requins tigres ne sont pas des espèces protégées. Ils bénéficient d’une protection indirecte :

– suite aux dangers liés à la présence potentielle de ciguatera (forme d’intoxication alimentaire par les chairs de poissons contaminées par une microalgue des récifs coralliens, pouvant entraîner de nombreuses perturbations sur les systèmes digestif, cardiovasculaires et nerveux, pouvant aller jusqu’à la mort), la commercialisation de requins tels que le requin bouledogue et le requin tigre a été interdite. Ceci n’empêche pas leur capture.

– la réserve marine de la Réunion, a pu de façon indirecte protéger les populations de requins (réserves de nourriture, interdiction de la pêche).

– enfin, la Réunion est soumise aux lois européennes. En 2013, la pratique du finning a été interdite à bord des bateaux européens et dans les eaux de l’Union Européenne. Le finning est consiste à capturer des requins pour leur couper les ailerons et la nageoire caudale puis à les rejeter à la mer. Mais cette pratique reste répandue (il suffit de décharger les ailerons dans un port non européen par exemple) et l’UE reste importatrice d’ailerons de requins.

Les requins tigres sont en outre inscrits sur la Liste Rouge de l’Union Internationale Pour la Conservation de la Nature (UICN), liste qui répertorie l’état de conservation à l’échelle mondiale des espèces végétales et animales. Ce système de classification, créé en 1963, est conçu afin mettre en lumière les espèces menacées d’extinction à l’échelle planétaire.

Les attaques de requin ont lourdement pénalisé le secteur touristique de la Réunion, déjà mis à mal par le chikungunya (maladie virale transmise par les moustiques ayant touché 40 % de la population de l’île entre 2005 et 2006) et la concurrence de l’île Maurice. Le tourisme est le principal moteur de l’économie de l’île. Pour certains, comme l’association OPR (Océan Prévention Réunion : association anti-requins), il est temps de remettre du requin dans les assiettes, malgré le risque de ciguatera. Pêcher les requins pour les manger permettrait de relancer le secteur de la pêche. Une opération menée par OPR, récompensant financièrement les pêcheurs de requins à La Réunion a d’ailleurs été dénoncée récemment par l’ONG Sea Shepherd (17 mai 2020).

La question du requin divise profondément l’opinion publique et la population réunionnaise. Pour faire simple, le requin est vu comme un coupable qu’il faut condamner pour certains, comme une arme anticolonialiste pour d’autres, il est également considéré comme une victime de nos sociétés pratiquant la surpêche. Au-delà des tragédies humaines et des conséquences financières provoquées par ces attaques, celles-ci ont contribué à créer un climat de tension sociale et raciale de par les points de vue divergents des acteurs concernés : surfeurs (en majorité métropolitains), écologistes, autorités et l’opinion publique réunionnaise. Chaque attaque renforce le débat – et l’incompréhension – entre la communauté de la mer, qui se sent privée d’un espace qu’elle partageait jusqu’à lors avec la faune marine, les scientifiques et écologistes, qui mènent des études longues pour comprendre le problème, et les politiques, qui par sécurité, préfèrent interdire toute activité nautique.

Suite aux attaques à répétition (une carte des attaques peut être consultée dans le très bel article d’Emmanuelle Surmont : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/risques-et-societes/corpus-documentaire/peur-sur-les-plages-requins-reunion), un conflit a ainsi éclaté entre les « zoreys » (les Français venus de métropole, soit des Blancs, souvent surfeurs) et les créoles (les « locaux »).

– Les premiers considèrent les requins comme triplement « coupables » – coupables de la mort de leurs proches, coupables de les empêcher de surfer et coupables de la crise économique qui affecte la Réunion avec la baisse du tourisme.

– Les seconds ne se sentent que peu concernés par cette affaire qui fait de l’ombre à leurs propres problèmes, et notamment les problèmes que rencontrent les agriculteurs réunionnais.

L’attaque (non mortelle) d’un surfeur en juillet 2014 a exacerbé les tensions. Sur les réseaux sociaux, les insultes ont été virulentes contre les surfeurs qui bravent les interdictions de baignade. Un exemple : « ce surfeur a commis le crime d’entrer dans l’océan. Et qui dit crime dit condamnation… Vous ne verrez jamais un Créole se faire attaquer par un requin parce que la mer passe au second plan pour nous, surtout après les interdictions de baignade »).

Le rapport des créoles à la mer est en effet très particulier, et lié à leur histoire. Au XVIIe, sur la route maritime de l’Inde, la Réunion n’est qu’un point de ravitaillement. Pendant l’esclavage, la mer est synonyme d’évasion et interdite du regard par les maîtres. C’est avec l’installation progressive de métropolitains sur les côtes que s’est réellement développée l’activité nautique à la Réunion. Résultat, aujourd’hui, quand on regarde la démographie de l’île, les villes balnéaires regroupent principalement des métropolitains, alors que les régions des Hauts et de l’Est sont souvent habitées par des créoles.

Les surfeurs sont des victimes directes et indirectes des attaques. Directes car ce sont eux qui se font attaquer, indirectes car à cause des attaques, la pratique des sports aquatiques est interdite ou très réglementée. Après les premières attaques, la communauté des surfeurs s’est rassemblée pour se faire entendre. Les ligues de surf locales et françaises sont entrées dans la partie. L’un des premiers rassemblements de surfeurs date de 2011, après le décès du surfeur professionnel Mathieu Schiller. Ce rassemblement tourne vite à l’affrontement entre les surfeurs et la députée maire Huguette Bello, qui rappelle que ses ancêtres lui interdisaient de se baigner dans les zones connues comme dangereuses et proclame « c’est mon pays, je connais mon pays ». Suite à cet évènement, OPR écrit que « la frange dure indépendantiste locale nous demande depuis de laisser tranquille les requins réunionnais, devenus un instrument inespéré pour châtier la communauté blanche balnéaire accusée de néocolonialisme ».

Cette incompréhension se voit aussi quand l’État débloque des fonds pour sécuriser les spots de surf et de baignade, alors que les créoles auraient préféré que cet argent soit dépensé en réponse aux problèmes économiques structurels de l’île. Le conflit réactive en fait des traumatismes hérités de la colonisation et met en lumière le décalage qui existe entre les conditions de vie des métropolitains et des créoles.

En 2015, au plus fort de la crise du requin, un très bon article est publié dans Libération à l’occasion de la venue sur l’île de Manuel Valls. L’article revient sur les causes de la crise : la Réunion est une île dont le littoral est très peuplé et très urbanisé. Les pluies charrient les déchets organiques vers l’océan, qui s’ajoutent aux déchets de poissons dans les ports. Rien d’étonnant à ce que les requins soient attirés par la possibilité d’une nourriture facile.La littoralisation et le souhait – légitime – de pratiquer des activités nautiques ont conduit à ces accidents. La réserve marine est accusée d’être le « garde-manger » des requins. Pourtant, si les récifs de La Réunion sont protégés, c’est parce qu’ils sont en mauvaise santé. Les petits poissons herbivores ne font plus leur travail de nettoyeurs de récifs, les poissons carnivores sont peu nombreux et minuscules et ne peuvent servir de proies aux requins de la taille des bouledogues et des tigres. La ferme aquacole du Nord Ouest de l’île est également accusée de les attirer (or, des vidéos montrent que les requins sont calmes sous les bassins d’élevage). Les bouées pour la pêche installées tout autour de l’île favorisent aussi la venue des requins (les bouées se végétalisent progressivement et attirent les poissons). Autre cause : la surpêche mondiale : moins de poissons au large, donc un rapprochement des requins vers les côtes.

L’article montre aussi, et c’est assez rare dans la presse, la réponse inadaptée de l’État : les expéditions punitives après les attaques ; et surtout, les drumlines … De nombreux scientifiques, usagers de la mer, associations ont attiré l’attention des autorités locales sur la dangerosité des drumlines. Ils ont indiqué dans un communiqué commun : « le plus scandaleux et grotesque de ces programmes est Cap Requin, avec l’invention par le comité régional des pêches des “drumlines effaroucheurs de requins”. Il s’agit de gros hameçons avec des appâts supposés faire peur aux requins, mais qui ont en fait renforcé le risque en attirant les requins du large vers les zones balnéaires ». Soixante années de campagnes océanographiques et de films d’envergure internationale ont prouvé une chose : pour faire venir des requins face à une caméra, il faut les appâter avec du sang, avec des poissons morts, avec de l’huile de thon, avec une mixture que les Australiens appellent « burley ». Sans cela, ils ne s’approchent pas. Comment, dans ces conditions, les drumlines pourraient-elles « effaroucher » les requins ? L’accident du 12 avril 2015 a eu lieu alors que des drumlines avaient été posées pendant dix jours. L’accident du 14 février 2015 à Etang-Salé s’est produit à côté d’un endroit où des drumlines avaient été installées pendant des mois et où deux tonnes de poissons auraient été péchées. La nourriture est pour les requins un facteur d’attrait, pas un repoussoir. Or, la dernière idée de la lutte anti-requins est de poser sur le fond de mer une vingtaine de palangres avec 50 hameçons, soit 50 appâts. Il faut en outre savoir que les requins ne sont pas les seuls à se prendre dans les drumlines … d’autres espèces (comme les baleines par exemple) sont affectées.

On semble loin d’une sortie de crise. Pour la période 2011 – 2015, 4,5 millions d’euros ont été dépensés. 20 millions d’euros ont été alloués pour la période 2015-2020 (État, collectivités locales, fonds européens), dont 20 % pour la pêche. De quoi attirer encore un peu plus les convoitises. Patrice Bureau, président de l’association Longitude 181, avoue : « Un petit noyau de personnes a intérêt à dire que les requins pullulent et à partir les chasser. C’est plus facile que d’essayer de régler les vraies causes de l’attractivité des squales pour la zone côtière : urbanisation, gestion des déchets, saletés des ravines… ».

Sans reconnaissance des causes des accidents, il est évident que d’autres accidents vont avoir lieu.

Ce qui peut être effectué, c’est une réduction du risque, notamment par la construction d’espaces protégés, la mise en place de filets, l’éducation des jeunes. Les surfeurs ont par exemple sécurisé certains spots et leurs habitudes : surfer avec des lunettes permettant de vérifier si un requin est présent sous l’eau, deux personnes en apnée pour vérifier également (sachant que la phase d’attaque d’un requin est estimée à 30 minutes). Pour information : le requin n’attaque pas le surfeur en lui-même : il perçoit des vibrations qu’il associe à une proie. Certains scientifiques pensent aussi que le surfeur quand, il est allongé sur sa planche pour retourner vers la vague ressemble, vu d’en dessous à une tortue. Différents modes de protection des baigneurs sont utilisés ou à l’étude, tels que des filets protecteurs, des barrières électriques, des répulsifs naturels (par exemple des toxines fabriquées par les holothuries, des concombres de mer), ou des cottes de mailles ou gilets de Kevlar, inspirés de leurs homonymes pare-balles. Quand les populations savent se comporter en présence des prédateurs, sont éduquées, il n’y a pas de problème. C’est le cas par exemple en Polynésie, où les enfants grandissent au contact de nombreuses espèces de requins présentes dans les lagons.

Si les associations de défense de l’environnement s’associent aux deuils des familles dans chaque communiqué publié, elles pointent du doigt le fait qu’il faut réfléchir au lieu de réagir en punition au drame.

La mère de Talon Bishop, jeune fille décédée en 2015, a signé une lettre ouverte pour dénoncer la récupération qui était faite de la mort de sa fille. Elle explique dans cette lettre bouleversante ne pas en vouloir aux requins, victimes de ce que les hommes ont fait aux océans. Long extrait : « Il faut d’abord s’interroger sur les pratiques de pêche. La pêche intensive effectuée au large par de nombreuses entreprises, françaises et autres, hors de notre vue pour que l’on ne se pose pas de questions, déséquilibre la chaîne alimentaire. Donc la nourriture des requins, baleines, dauphins, qui deviennent à leur tour des victimes collatérales de cette pêche dévastatrice pour l’écosystème océanique. Les pêcheurs locaux qui posent des drumlines près des zones de baignade, augmentent la possibilité que les requins se rapprochent de ces sources de nourriture devenues régulières. Par ailleurs de nombreuses personnes, organisations et entreprises déversent leurs ordures quotidiennement dans la nature, les eaux usées rejetées dans la mer, notamment en période de cyclone, et plus globalement tous ceux qui considèrent l’océan comme un garde-manger et une poubelle. De manière générale, les politiques et pratiques mises en place avec la récurrence des attaques de requins le sont sans concertation avec des experts rompus à ces problématiques dans d’autres endroits du globe. Je suis favorable à la préservation de la Réserve marine. Mais le manque de capacité à proposer des solutions concrètes, depuis la sensibilisation au risque dès l’école (on le fait bien pour la route) jusqu’à la mise en place de vrais moyens humains, est révélatrice d’un échec à protéger durablement nos plages. Il faut protéger la population et les touristes, les protéger parfois d’eux-mêmes. La banalisation du problème fait croire aux gens, surtout aux jeunes, que rien ne peut leur arriver. J’aurais préféré que ma fille prenne une amende de 500 euros car elle est allée dans l’eau dans une zone de baignade interdite. Il est vrai que nous ne pouvons pas protéger toutes les côtes de La Réunion, mais on peut créer des zones sécurisées pour les baigneurs et mettre en place une vraie surveillance des plages, ce qui pourrait en outre créer de l’emploi. Quant au surf à La Réunion, il semblerait que l’activité soit devenue trop dangereuse pour être pratiquée en ce moment. On ne dompte pas un océan entier comme ça ! Après réflexion, je suis contre la pêche intensive de toutes les espèces, requins inclus. Je suis contre le fait que ce problème devienne politique et racial, que les organisations se battent entre elles plutôt que de trouver des solutions ensemble. Je suis opposée à ce que des dizaines de millions d’euros soient consacrés inefficacement à cette crise, alors que La Réunion a d’autres problèmes aussi importants à gérer : violences intra-familiales, drogue, chômage, alcoolisme, suicide ou désespoir, fléaux auxquels beaucoup de Réunionnais doivent faire face quotidiennement. Les jeunes en détresse, sans avenir ni perspectives, me touchent beaucoup plus que le fait que l’on ne puisse plus surfer à La Réunion ».

Cette lettre, extrêmement émouvante et d’une intelligence fulgurante de la situation, ayant été très mal reçue, en particulier par les anti-requins, la mère de Talon Bishop a pensé quitter la Réunion. Elle a également porté plainte contre l’Etat, estimant que les interdictions de baignade ne se voyaient pas assez, mais sa plainte a été classée sans suite en 2016.

En France, le « problème » du requin va cependant plus loin que la seule île de La Réunion. La capture accidentelle de requin permet de mettre en vente la chair, même si l’espèce est protégée (requin renard par exemple) : Intermarché est souvent montré du doigt par Sea Shepherd (mais ce n’est pas la seule chaîne ou poissonnerie à le faire). Or, avec les bateaux de pêche actuels, la sélection des espèces pêchées est impossible, et la capture d’espèces protégées, inévitable.

Une pêche durable est-elle possible ? Vous aurez des éléments de réponse dans un autre texte … en attendant j’espère que vous aurez une meilleure image de ce magnifique animal qu’est le requin, que nous sommes en train d’exterminer, avec des conséquences dramatiques sur tout l’écosystème marin. Les requins tuent chaque année une dizaine de personnes dans le monde, mais nous tuons 3 requins chaque seconde en moyenne, soit selon les estimations, de 38 à 100 millions de requins chaque année.

Le grand méchant loup n’existe pas!

Nous reproduisons ici le texte publié par un membre du collectif GATO, avec son accord, le texte original se trouve à l’adresse: https://apresdemainensemble.wixsite.com/accueil/post/le-grand-m%C3%A9chant-loup-n-est-pas-celui-qu-on-croit

Il ne fait pas bon être un grand prédateur aujourd’hui en France. Braconnage des lynx, projet d’effachourement des ours dans les Pyrénées, pêche régulière de requins à La Réunion, Plan Loup … pourtant, ces animaux sont, directement ou indirectement protégés.

Qu’appelle-t-on un grand prédateur ? Les animaux qui dans la chaîne alimentaire n’ont pas de prédateur, comme, en France, le loup, le lynx, l’ours brun, le requin.

Nous avons développé une crainte génétique et culturelle envers ces animaux. Génétique car nous avons hérité des Homo sapienset des hommes de Neandertal l’idée que les animaux gros, rapides et aux grandes dents mettent en danger notre intégrité physique. Culturelle car des films comme Les dents de la merde Steven Spielberg (1975) ou des livres comme Les Mangeurs d’hommes de Tsavo de John Henry Patterson (1907) ont intensifié cette crainte innée et ancré l’idée que les animaux sauvages allaient attaquer si on ne s’en débarrassait pas de manière préventive.

Un scandale à la fois : arrêtons nous ici sur le cas du loup (pourquoi pas ensuite des textes pour parler ours, lynx, mais aussi vautours fauves, ou encore blaireaux, putois et renards, tant d’animaux jugés « nuisibles » et ainsi condamnés à être éliminés, la plupart du temps dans d’atroces souffrances, par des chasseurs autoproclamés « premiers écologistes de France »). Parmi les grands prédateurs, le loup a sans doute la plus mauvaise image : c’est le loup des contes, fourbe et cruel, qui croque les enfants, le loup mangeur d’hommes. Les loups ont cependant plus mangé de cadavres que tué d’hommes, particulièrement pendant les guerres, comme celle de Cent Ans ou les conflits napoléoniens. C’est à ce moment qu’a été forgée cette réputation du loup mangeur d’hommes. L’historien Jean-Marc Moriceau ne dénombre pourtant en France que 1 100 agressions mortelles en quatre siècles, entre la Renaissance et la fin de la première guerre mondiale. Cela donne une moyenne de trois décès par an. Aujourd’hui, les attaques contre des hommes sont extrêmement rares dans le monde – et inexistantes en France depuis le retour du loup en 1992. Il est peut-être utile de rappeler ici que les grands prédateurs ne dévorent pas les hommes qu’ils tuent (le plus souvent car ils se sentent attaqués) : notre viande n’est pas à leur goût (alimentation, mode de vie sédentaire).

Dès le début des années 1990, des spécialistes italiens alertent la direction du Parc National du Mercantour de l’arrivée imminente du loup (les opposants au loup continuent pourtant de marteler que le loup a été réintroduit en France, allant même jusqu’à exposer la voiture utilisée pour cela, poils de loup dans le coffre comme preuve irréfutable). Le dynamisme de la colonisation est surprenant : dès 1997, les loups fréquentent le Plateau de Canjuers (Var), le massif du Queyras et les Hautes-Alpes. En 1998-1999, leur présence est attestée dans les Monges (Alpes-de-Haute-Provence), puis dans les massifs du Vercors et de Belledonne. De 2000 à 2003, le loup est présent dans les Préalpes de Grasse, en Maurienne et dans le Bugey (Ain). Sa présence est même attestée dans les Pyrénées-Orientaleset ces derniers mois en Charente-Maritime (2019).

En 2018, le chiffre de 360 loups est évoqué pour la France, avec une progression estimée à 500 individus pour 2023 – seuil de viabilité de l’espèce. En 2019 cependant, la population est estimée à 530 loups. Les derniers chiffres estiment à 12 000 le nombre de brebis tuées par les loups (sachant que le loup attaque aussi d’autres animaux : vaches, chevaux, etc.). Les attaques sont les plus nombreuses dans les Alpes (en corrélation avec le nombre d’individus), mais cependant, toutes causes confondues (chiens, maladies, foudre, dérochements de rochers), on estime à 46 000 chaque année le nombre de moutons tués ou perdus à l’échelle des seules Alpes françaises sur un total de 850 000 bêtes (et environ 400 000 au niveau national sur un total de 9 millions).

Pourquoi le loup est-il alors aussi violemment pointé du doigt ? Le loup est certes, une contrainte de plus pour les éleveurs et les bergers mais il ne représente pas une menace économique pour l’élevage ovin qui doit faire face à des difficultés bien plus importantes :

– D’abord, le contexte économique : la filière ovine, confrontée à la mondialisation des marchés et à la baisse régulière des cours de la viande, connaît une véritable récession. Les éleveurs français subissent une très forte concurrence de la Nouvelle-Zélande et de la Grande-Bretagne (celle-ci compte 40 millions de moutons contre 9 millions pour la France). La production française est en baisse depuis 20 ans et ne couvre plus que 40 % de la consommation totale de viande d’agneau (60 % de la consommation nationale sont donc importés). Sans les primes, qui représentent plus de la moitié du revenu des éleveurs, l’élevage ovin ne serait plus rentable.

– Ensuite, le contexte sanitaire : s’il est vrai qu’en 5 ans, de 1993 à 1997, la mort de 5000 brebis a été imputée au loup, les maladies ont provoqué bien plus de dégâts dans les troupeaux : durant cette période, la brucellose ovine (maladie transmissible à l’homme) a occasionné l’abattage de 50 612 moutons contaminés dans la région PACA (les chiffres de cette maladie ne sont plus publiés, c’est pourquoi, il n’y a pas de données actualisées). Le traitement de cette maladie a un coût pour la collectivité : 43,5 millions de francs en 1996. Les brebis abattues sont remboursées 64 € à l’éleveur. En cas d’attaque de loup, la moyenne des indemnisations est de 155 € par animal. La brucellose n’est pas la seule maladie de l’élevage, on peut aussi citer la tremblante ou l’agalactie contagieuse (4 500 brebis abattues en 1993 dans les Pyrénées), ou encore la langue bleue.

– Enfin, les chiens errants : le problème posé aux troupeaux – et à la faune sauvage – par les chiens en divagation est permanent et propre à toutes les régions. G. Joncour estime à 100 000 le nombre de moutons tués chaque année par des chiens avant le retour du loup en France. Cependant, la façon d’estimer l’impact du loup, comparativement à celui des chiens, est influencé par l’imaginaire, l’inconscient collectif et la relation à la nature. L’exemple des morsures de chiens est significatif de cette différence d’appréciation : la France enregistre chaque année, en moyenne, 200 000 cas de morsures de chiens (et parfois des décès).

La présence du loup est donc dénoncée car il cause des dégâts sur les troupeaux. Le débat devrait cependant s’arrêter là car le loup est une espèce protégée : il est théoriquement interdit de le tuer. C’est le droit international qui protège les grands prédateurs en France. Depuis la première convention internationale de protection de la nature en 1902 (sur les oiseaux « utiles à l’agriculture ») beaucoup de chemin a été parcouru. Dans les années 1980, une Résolution de l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies reconnaissait que toute forme de vie est unique et mérite d’être respectée, quelle que soit son utilité pour l’homme (Convention de Berne). Cette convention a ensuite été renforcée par la directive Habitat de 1992.Le droit communautaire est beaucoup plus contraignant que le droit français. Si bien que la France est par exemple régulièrement dénoncée et condamnée par la commission européenne car elle ne protège pas assez les ours bruns.

Signataire de la Convention de Berne, la France est pourtant le pays du Plan Loup. Depuis quelques années, la situation en France a évolué en faveur d’une « régulation » de plus en plus poussée des effectifs dérogeant ainsi au statut d’espèce protégée. Afin de contenter les organisations professionnelles agricoles, certains élus des Alpes avaient déjà obtenu des pouvoirs publics l’élimination de quatre loups en 2004 et de six en 2005. Ce « quota de tir » est destiné à obtenir la paix sociale avec le monde des éleveurs. Ces tirs aléatoires n’ont cependant eu aucun impact sur les dégâts causés par les loups.En 2013, le ministère de l’agriculture et le ministère de l’écologie présentent le Plan Loup pour 2013-2017. La gestion des loups est désormais différenciéeselon les régions, en fonction des pratiques d’élevage et des risques d’attaques. Le plan assouplit les procédures administratives permettant aux éleveurs de pratiquer des tirs et simplifier les indemnisations après des attaques. De nouvelles modalités de calculpermettront d’augmenter régulièrement le nombre de loups pouvant être abattus chaque année. Pour 2012-2013, le chiffre a ainsi été fixé à 11. En 2013, le chiffre a été fixé à 24. En 2016, le plafond a été fixé à 36 loups, comme en 2015. Nouveauté en 2016 : les individus tués étaient souvent des jeunes (atteinte à la future reproduction de l’espèce). En 2018, le plan Loup a fixé le plafond à 50 individus par an. En 2019, au salon de l’agriculture, le président de la République E. Macron promet d’élever les plafonds à 100 loups par an, du fait de la croissance de la population de loups en France, et il le fait (contrairement d’ailleurs à ses promesses de campagne en faveur de la protection de la biodiversité). Un rapport de 2017 montrait pourtant que les tirs de loups mettent en danger la pérennité de l’espèce en France : c’est encore plus la cas actuellement. Le seuil de la viabilité de l’espèce calculé par les scientifiques étant de 2 500 loups. En 2020, pendant le confinement, deux louves gestantes ont été éliminées (or, les louves alpha sont les seules à se reproduire au sein d’une meute).

Le plan avait également pour ambition d’éduquer le loup, en le détournant des troupeaux (capturer des loups pour leur faire peur, leur faire comprendre – le loup est animal extrêmement intelligent – qu’ils ne doivent pas attaquer les moutons) : cependant, tous les scientifiques le disent : un loup mort est un loup inutile car il n’apprendra rien à la meute. Tirs de loups et éducation sont donc incompatibles, sauf si on reste à des tirs de défense, non mortels pour l’animal.

A chaque attaque de loup, la présence de l’animal en France est remise en cause par certains élus, comme en 2015, par Christian Estrosi (grand opposant au loup), suite à une attaque dans les Alpes Maritimes : « Il est temps de constater l’incompatibilité entre la présence de ce grand prédateur et l’activité humaine sur notre territoire ! ». Un autre exemple de récupération politique de la question des grands prédateurs : l’appel de José Bové en 2012 (il est alors député européen !) aux éleveurs du Larzac : « tirez les loups ! ». Dans ces déclarations, il n’y a ni réflexion écologique, ni réflexion citoyenne, seulement une démagogie profonde visant à récolter des voix supplémentaires aux élections.

Les problèmes de l’élevage sont, nous l’avons vu, bien plus profonds que la seule présence du loup en France. Les éleveurs reçoivent des subventions agricoles depuis les années 1960. Mais nombre d’entre eux supportent mal de recevoir de l’argent « des prédateurs », ils ont là un ennemi concret. Avec le loup, c’est bien souvent l’extérieur qui est stigmatisé et caricaturé : les « écolos », Paris, Bruxelles, laPolitique agricole commune.Mais en fait le loup, comme les autres grands prédateurs, incarne des peurs légitimes qui ont davantage trait aux évolutions des sociétés rurales françaises. La montagne a connu la même évolution culturelle que le reste de la France urbaine et rurale. De la représentation de l’espace aux modes de vie, les populations dites rurales ont changé et se rapprochent fortement des populations urbaines. La campagne est devenue surtout un lieu de vie plus qu’un lieu de production. Les activités principales concernent désormais le tourisme et les services. Les Français, urbains et ruraux, témoignent d’un fort attachement à la campagne, à la nature, à l’environnement. Mais ces évolutions, accompagnées d’un changement de l’occupation de l’espace, heurtent certains groupes, comme les agriculteurs, maintenant minoritaires en campagne et en montagne.

La question du loup est aujourd’hui hyperconflictuelle en France, même si peu connue du grand public. Le loup, comme l’ours ou le requin, est devenu un animal géopolitique (cf. les travaux de Farid Benhammou, auteur de la thèse « Crier au loup pour avoir la peau de l’ours. Une géopolitique locale de l’environnement à travers la gestion et la conservation des grands prédateurs en France », soutenue en 2007). On parle parfois de « guerre du loup », de la même façon que l’on a parlé de « guerre de l’ours », et le terme n’est pas trop fort. Cette guerre du loup oppose farouchement des partisans de la conservation aux détracteurs de cette espèce, et cela à différentes échelles (communale, cantonale, régionale, nationale et internationale). Chaque force en présence, pro-loup / anti-loup pour faire simple, tente de manier à son avantage les représentations individuelles et collectives. Par le biais des médias, pour séduire l’opinion publique, chaque acteur se met en position de victime ou met en scène ses thématiques mobilisatrices mais antagonistes : perte de biodiversité, disparition du pastoralisme, déshumanisation de la montagne, peurs ancestrales.La presse n’hésite pas à utiliser dans ses titres et ses Unes un vocabulaire alarmiste (un exemple : « Ce loup qui terrorise le sud de la Lorraine », Le Républicain Lorrain, 2016) ou guerrier, souvent bien moins pondéré que le contenu des articles. Dans l’ensemble, les médias ont du mal à rendre compte des rapports de force fluctuants entre les camps, en lien direct avec le terrain.

De plus, si l’opposition aux prédateurs est une réalité, notamment dans le monde de l’élevage, elle n’est pas unanime (et peu d’articles en parlent). Localement l’ambiance n’est pas propice au débat, à la concertation et les personnes favorables au loup peuvent subir de fortes pressions dans les vallées. Dans ces territoires peu peuplés, les opinions de chacun sont vite connues. Les éleveurs acceptant, de manière pragmatique, les mesures de protection de leurs troupeaux sont considérés comme des traîtres et parfois la cible de violences sociales (exclusion de certains pâturages) voire physiques. En 2016 par exemple, Télérama donne des nouvelles d’un berger du Haut-Languedoc, Alex Soulé, favorable à la présence du loup dont le portrait avait été publié quelques mois plus tôt : suite à l’article, son ânesse et son petit ont été empoisonnés.

Il est temps de sortir de cette opposition pro-loup / anti-loup et d’entamer un dialogue constructif, ce que tente par exemple l’association FERUS, en aidant des éleveurs à s’équiper en dispositifs de protection.

Il est temps aussi de respecter les textes de protection de la nature dont la France est signataire (même si plusieurs élus pratiquent un lobby intense pour faire « sortir » le loup de la Convention de Berne).

La seule solution est d’apprendre à vivre avec le loup. Des solutions sont à chercher vers une meilleure indemnisation des éleveurs, le financement et le recrutement de contrats aidés pour davantage protéger les troupeaux. Un énorme enjeu concerne le prix de la viande. Un autre concerne l’image même du loup, peu connu, craint et mal aimé.

Qui a peur du grand méchant loup ? Pas moi, car il n’existe pas.

Happy ours? Une mise au point utile

Un membre de l’équipe GATO a écrit une petite mise au point très utile sur notre rapport à l’ours. Un bon rappel à méditer!

Nous reproduisons ce texte ici mais l’original peut être consulté à l’adresse: https://apresdemainensemble.wixsite.com/accueil/post/happy-ours

Si vous avez lu mon texte sur le loup, vous savez que la situation des grands prédateurs est complexe et conflictuelle en France. Qu’en est-il pour l’ours ?

Les ours ne s’attaquent pas à l’homme lorsqu’ils ont faim (ils ne dévorent jamais leurs victimes – notre viande n’est pas du tout à leur goût, comme c’est d’ailleurs le cas pour les autres grands prédateurs) mais pour des questions de territoire et de dérangement. Une vidéo tournée il y a quelques semaines en Italie montre d’ailleurs un adolescent reculer tranquillement, un ours le surveillant et se mettant brièvement sur ses pattes arrière (car l’ours a une très mauvaise vue, pas parce qu’il est agressif).

Ces derniers mois, de plus ou moins bonnes nouvelles des ours français ont été diffusées : la mort de Cachou (unique fils de Balou, un ours slovène lâché dans les Pyrénées en 2006), dans des circonstances troubles ; la naissance d’oursons ; la consultation publique (poudre aux yeux de démocratie participative) pour ou contre l’effarouchement des ours, qui se soldera sans aucun doute par un oui à l’effarouchement alors qu’entre 80 et 95 % des participants aura dit non.

En 2020, l’association Pays de l’ours – ADET a publié sa carte annuelle de répartition des ours dans les Pyrénées (https://www.paysdelours.com/fr/ours/ours-pyrenees/point-population-ours-pyrenees.html– elle ne prend pas en compte la mort de Cachou, intervenue quelques temps après sa publication). En 2019, les ours étaient donc une cinquantaine dans les Pyrénées. Même si les chiffres sont encourageants, les ours restent dans une situation délicate.

Jusqu’à une époque récente, le dossier de l’ours recouvrait deux volets territoriaux distincts.

– Le volet béarnais correspondant à un reliquat de population autochtone, qui regroupait moins d’une dizaine d’individus au début des années 1990 et seulement 2 mâles en 2017. Sans intervention, la population était condamnée à l’extinction. Les tentatives des années 1980 pour mettre en place une gestion concertée de cette population béarnaise d’ours (« Plan Ours » de 1984, « Directive Ours » de 1988) se sont heurtées à une résistance obstinée soutenue par le ministère de l’Agriculture, par ses services déconcentrés et les établissements publics. Des conflits intenses ont défrayé la chronique dans les années 1980 et 1990, culminant avec la « guerre de l’ours » autour, entre autres, de la mise en réserve d’un espace minimum vital pour la préservation des derniers ours pyrénéens : les « réserves Lalonde ». À la suite de cet épisode, certains acteurs locaux (élus, chasseurs, socio-professionnels agricoles) aidés par des services du ministère de l’Agriculture, remportent l’épreuve de force et obtiennent, en 1993, que leur soit confiée la gestion de l’ours et des aménagements associés à sa conservation. À cette fin, un Syndicat mixte, l’Institution patrimoniale du Haut Béarn (IPHB), est créé en 1994. Les acteurs locaux et nationaux favorables à l’ours sont alors largement dépossédés du dossier de l’ours en Béarn et voient s’éloigner la perspective d’un renforcement de la population.

– Un deuxième volet est alors ouvert dans les Pyrénées centrales. Un groupe d’élus locaux de la Haute-Garonne montagnarde, encouragé par ARTUS, une importante association de défense de l’ours, décide de créer en 1991 l’Association pour le développement économique et touristique de la haute vallée de la Garonne (ADET, devenue par la suite Pays de l’ours – ADET). Son objectif est de réintroduire des ours afin de valoriser écologiquement et économiquement cette zone rurale fragile. Cependant, le ministère de l’Environnement est réticent. À partir de 1993, le blocage de la situation dans le Haut-Béarn conduit le ministère à changer de stratégie. Il soutient alors le dossier de l’ADET, qui prend forme assez rapidement. Une réintroduction de trois ours originaires de Slovénie (pour des raisons génétiques, géopolitiques et de stocks), deux femelles et un mâle, a donc lieu en 1996 et 1997. Les lâchers sont faits dans la forêt de Melles en Haute-Garonne (Melles est encore aujourd’hui une commune où élus et population protègent les ours et militent activement pour leur conservation). Ces ours, notamment les jeunes (les femelles lâchées étaient pleines), sont beaucoup plus mobiles que certains ne l’avaient prévu et se trouvent répartis sur toute la chaîne des Pyrénées.

L’Espagne a lâché un nouveau mâle en 2016. Les défenseurs de l’ours en France demandent alors au ministère de l’écologie de faire de même, et donc en même temps de respecter ses engagements de protection de l’espèce (seulement deux ours mâles dans le Béarn, énormes problèmes de consanguinité : la population d’ours était condamnée), mais sans résultat, jusqu’à mars 2018, où Nicolas Hulot, ministre de l’environnement, annonce le lâcher de deux ourses dans les Pyrénées. Il démissionne peu après, écœuré de devoir conjuguer écologie et lobbies. Ce lâcher a été confirmé par son éphémère successeur François de Rugy, et effectué par hélicoptère à cause du blocage des routes par les éleveurs le 4 octobre 2018 (pour la première ourse, le second lâcher ayant été fait le lendemain). À peine les hélicoptères passés, les éleveurs ont levé les barrages pour aller en estive faire des battues d’effarouchement.

Mais que reproche-t-on à l’ours ?

En 2017, le nombre d’attaques est de 162 sur animaux et 11 ruchers pour un total de 464 animaux morts et de 34 ruches détruites. Les chiffres sont stables depuis une douzaine d’années alors que le nombre d’ours a augmenté (protection des troupeaux par les patous, clôtures électrifiées). Les dégâts liés à l’ours ne représentent qu’à peine 1% environ des pertesconstatées sur les estives (orages, chutes de pierre, chute des animaux, …). Selon les estimations des éleveurs eux-mêmes, les pertes lors de la transhumance représentent 3 à 5 % du cheptel, soit entre 18 000 et 30 000 bêtes chaque été dans les Pyrénées.

Malgré ces prédations au final très faibles, les voix dénonçant la présence des ours dans les Pyrénées sont puissantes, et audibles, bien que l’ours soit une espèce protégée. Comme pour le loup, c’est le droit international qui protège les ours français. En effet, sans entrer dans les détails, il faut savoir que la protection des grands prédateurs par la loi française n’est pas assurée clairement. Par exemple, au niveau national, l’ours se voit juridiquement attribuer les titres de : « mammifère non domestique », « espèce protégée menacée d’extinction en France », « gibier » et « bête fauve ». L’ensemble de ces qualifications met en évidence l’incohérence du législateur à prendre les mesures adéquates pour protéger l’ours juridiquement. L’Europe a d’ailleurs régulièrement reproché à la France le manque de protection de l’espèce et son état de conservation déplorable. Et la France a joué la montre pendant des années pour ne pas respecter ses engagements, l’État ayant régulièrement reculé face aux protestations d’éleveurs et de chasseurs (qui votent, au contraire des ours !).

Pourquoi cette haine de l’ours ? (Et non, le mot « haine » n’est pas trop fort).

Farid Benhammou, auteur de la thèse « Crier au loup pour avoir la peau de l’ours. Une géopolitique locale de l’environnement à travers la gestion et la conservation des grands prédateurs en France », soutenue en 2007, nous aide à y voir plus clair. Il cite par exemple les mots d’une éleveuse des Hautes-Pyrénées, responsable d’une association anti-ours : « On sent bien que ce sont nos territoires qui sont convoités pour servir à autre chose. On a trop laissé la parole à d’autres qui n’avaient pas nos références historiques, culturelles, à d’autres qui n’étaient pas issus du milieu agricole, rural pyrénéen, il fallait qu’on reprenne l’initiative. C’est Nous les Pyrénées, c’est pas Eux qui vont nous imposer ça ».

Pour plusieurs éleveurs des Pyrénées (pas tous heureusement ! une éleveuse produit des fromages où une empreinte d’ours est visible sur la croute, pour montrer que pour elle, l’ours fait partie intégrante des pâtures pyrénéennes), les prédateurs et la réintroduction de l’ours ne sont que des moyens utilisés pour se débarrasser d’eux. Le problème est le même que pour le loup : les éleveurs veulent (et c’est normal !) pouvoir vivre de leur travail plutôt que de recevoir des subventions, et le grand prédateur est alors un ennemi concret. Des élus les encouragent dans ce discours … Il y a quelques années, Jean Lassalle était prêt à aller chercher des ours en Slovénie à mains nues pour éviter que la population d’ours pyrénéens ne disparaisse, il est aujourd’hui l’un des plus ardents opposants à sa présence.

L’ours bénéficie cependant (et à la différence du loup) d’une image très positive en France, surtout depuis la mort de Cannelle en 2004 (tuée par un chasseur). Des acteurs locaux œuvrent sur le terrain pour favoriser l’acceptation de l’ours (opération estivale Paroles d’ours par exemple : https://www.ferus.fr/benevolat/parole-d-ours) et les récents sondages montrent que les Pyrénéens sont majoritairement favorables au sauvetage de l’espèce.Mais, comme je le disais plus haut, les voix des opposants sont fortes, et très relayées dans les médias. Ainsi, quand des éleveurs se cagoulent et se prennent en photo fusils à la main façon nationalistes corses (2017), la photo fait le tour des médias (https://www.ladepeche.fr/article/2017/09/14/2645335-ariege-armes-encagoules-hommes-annoncent-reouverture-chasse-ours.html) : mais quel média pondèrera la force de cette image en rappelant les chiffres des prédations, la crise de l’élevage, le prix très bas de la viande, la mortalité des bêtes non liée à l’ours mais aux aléas climatiques, gravitaires ou aux maladies ? En rappelant aussi tout simplement que chasser une espèce protégée est un délit ?

Le problème c’est que les opposants aux ours sont toujours aussi déterminés, et que sur Facebook par exemple, des sites permettent d’exhiber fièrement un piège à ours, une bouteille cassée contenant miel, mélangé à du poison ou encore des bris de verre … avec de nombreux commentaires appelant à la destruction de cet animal protégé. On peut aussi se rappeler de ces moments où pour éviter la réintroduction des deux dernières ourses venues de Slovénie des éleveurs ont bloqué les routes et fouillé les camions sous l’œil des gendarmes.

L’ours est un autre exemple de l’urgence qu’il y a à apprendre la cohabitation avec les grands prédateurs (et avec notre environnement « sauvage » en général, environnement dont nous faisons partie). C’est dans le dialogue que cet apprentissage peut se faire, dans le refus de céder aux différents lobbys (chasse, élevage) … mais aussi dans le respect des lois et des textes dont la France est signataire.

Nouvelle tribune de Farid Benhammou sur la complaisance des pouvoirs publics vis-à-vis des opposants les plus radicaux à Ysengrin

Nous relayons la nouvelle tribune de Farid Benhammou autour des conflits humains-loups, celle-ci mettant au jour les violences contre ceux qui étudient, observent ou défendent les loups:

https://www.liberation.fr/debats/2020/01/13/le-loup-la-culture-et-les-menaces-de-mort_1772746Le loup, la culture et les menaces de mort

« La France est l’un des seuls pays d’Europe à autoriser la chasse d’espèces menacées »

Un entretien instructif accordé au Monde par Frédéric Jiguet, ornithologue du MNHN, membre du “comité d’experts pour la gestion adaptative des espèces” qui montre que la France autorise la chasse de trop d’espèces et manque de données scientifiques pour évaluer les effets de la chasse. https://www.lemonde.fr/m-perso/article/2019/12/09/la-france-est-l-un-des-seuls-pays-d-europe-a-autoriser-la-chasse-d-especes-menacees_6022203_4497916.html

Nouvelle tribune de Farid Benhammou sur les problèmes de coexistence faune sauvage-monde agricole (Libération)

Nous proposons ici un lien vers cette tribune ô combien instructive sur la gestion des conflits humains-faune sauvage par l’État Français.

https://www.liberation.fr/debats/2019/09/11/loup-entre-mensonges-violences-agricoles-et-bienveillance-de-l-etat_1750230