Un ours tué à coup de balles en Ariège

Le ton est donné par Le Monde qui reprend à son compte le terme des opposants à l’ours « inévitable ». Un peu léger pour cet acte illégal qui survient 2 mois après la mort encore inexpliquée de Cachou côté espagnol.

Mais Liberation nous apprend que « ce drame était écrit »…

Le Figaro nous rappelle quant à lui que l’ours est mal vu dans les Pyrénées, reprenant également le discours des anti-ours en généralisant un peu vite…

Quant à La Dépêche elle reprend un « personne ne s’émeut pour les brebis » sans mettre en perspective les chiffres et sans rappeler les indemnisations…

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/06/10/la-mort-d-un-ours-en-ariege-relance-le-debat-sur-sa-presence-dans-le-massif-pyreneen_6042431_3224.html

https://www.liberation.fr/france/2020/06/10/ours-abattu-dans-les-pyrenees-ce-drame-etait-ecrit_1790878

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/l-ours-toujours-mal-vu-dans-les-pyrenees-20200610

https://www.ladepeche.fr/2020/06/10/a-ustou-la-mort-de-cet-ours-est-un-drame-dont-tout-le-monde-se-serait-bien-passe,8926192.php

https://www.ladepeche.fr/2020/06/10/un-ours-tue-par-balles-decouvert-en-ariege-letat-va-porter-plainte,8925459.php

Les dents de l’Amer

Nous reproduisons ici le texte d’un des membres du collectif GATO, avec son accord, il complète celui sur l’ours et le loup déjà présentés sur notre blog. Merci à elle pour cette palpitante trilogie!

Le texte original peut être lu ici: https://apresdemainensemble.wixsite.com/accueil/post/les-dents-de-l-amer

Le requin ou le délit de sale gueule.

Il est rapide, puissant, doté de dents nombreuses et acérées, il est donc, pour beaucoup, dangereux, à craindre, voire à éliminer. Une quarantaine d’espèces de requins, sur environ 400, sont connues pour s’être déjà attaquées aux humains et une douzaine seulement en ont tué. Les trois principales espèces responsables d’attaques mortelles sont les grands requins blancs (condamnés depuis Les dents de la mer de Steven Spielberg (1975) à être considérés comme des tueurs), les requins tigre et les requins bouledogue. Il faut savoir que dans la grande majorité des cas, le requin ne mord pas pour dévorer l’homme, qui ne figure pas parmi ses proies ordinaires, et dont il n’aime pas la chair. Les requins attaquent principalement pour défendre leur territoire. Toutefois, avant de mordre, ils avertissent l’intrus, en formant des cercles qui se resserrent. Enervés, ils finissent par attaquer. En France (à La Réunion plus précisément), ce sont les requins tigre et bouledogue qui sont en cause.

Les attaques de requins à la Réunion font, quand elles arrivent, les gros titres des médias. Elles suscitent, et c’est complètement logique, énormément d’émotions, de réactions violentes et contradictoires. Par exemple : en février 2014, une jeune fille de 20 ans est morte après avoir été gravement mordue à la jambe. Quelques mois plus tard, c’est un jeune surfeur de 13 ans qui décède suite à une attaque. Ces attaques ont eu lieu malgré l’arrêté préfectoral interdisant la baignade et toutes les activités nautiques en dehors du lagon et des zones surveillées. Cette décision « d’interdire la mer », selon une expression souvent utilisée par les Réunionnais, avait été prise par la préfecture en juillet 2013 après la mort d’une jeune fille à Saint-Paul, dans l’ouest de l’île. En 2013 toujours, suite à une attaque, le préfet avait décidé de la capture et de la mise à mort de 90 requins (45 requins bouledogue et 45 requins tigre) sous un prétexte scientifique. L’État envisageait alors aussi la mise en place de mesures de « régulation raisonnée » des populations de requins aux abords de l’île. Cette décision a provoqué un tollé. À chaque attaque, des captures sont réalisées aux abords des lieux du drame, toujours dénoncées par les associations de défense des requins.

Contrairement au loup, à l’ours ou au lynx, qui sont en France des espèces strictement protégées (j’espère que vous appréciez l’ironie du « strictement » si vous avez lu mes textes sur l’ours et le loup), les requins bouledogue et les requins tigres ne sont pas des espèces protégées. Ils bénéficient d’une protection indirecte :

– suite aux dangers liés à la présence potentielle de ciguatera (forme d’intoxication alimentaire par les chairs de poissons contaminées par une microalgue des récifs coralliens, pouvant entraîner de nombreuses perturbations sur les systèmes digestif, cardiovasculaires et nerveux, pouvant aller jusqu’à la mort), la commercialisation de requins tels que le requin bouledogue et le requin tigre a été interdite. Ceci n’empêche pas leur capture.

– la réserve marine de la Réunion, a pu de façon indirecte protéger les populations de requins (réserves de nourriture, interdiction de la pêche).

– enfin, la Réunion est soumise aux lois européennes. En 2013, la pratique du finning a été interdite à bord des bateaux européens et dans les eaux de l’Union Européenne. Le finning est consiste à capturer des requins pour leur couper les ailerons et la nageoire caudale puis à les rejeter à la mer. Mais cette pratique reste répandue (il suffit de décharger les ailerons dans un port non européen par exemple) et l’UE reste importatrice d’ailerons de requins.

Les requins tigres sont en outre inscrits sur la Liste Rouge de l’Union Internationale Pour la Conservation de la Nature (UICN), liste qui répertorie l’état de conservation à l’échelle mondiale des espèces végétales et animales. Ce système de classification, créé en 1963, est conçu afin mettre en lumière les espèces menacées d’extinction à l’échelle planétaire.

Les attaques de requin ont lourdement pénalisé le secteur touristique de la Réunion, déjà mis à mal par le chikungunya (maladie virale transmise par les moustiques ayant touché 40 % de la population de l’île entre 2005 et 2006) et la concurrence de l’île Maurice. Le tourisme est le principal moteur de l’économie de l’île. Pour certains, comme l’association OPR (Océan Prévention Réunion : association anti-requins), il est temps de remettre du requin dans les assiettes, malgré le risque de ciguatera. Pêcher les requins pour les manger permettrait de relancer le secteur de la pêche. Une opération menée par OPR, récompensant financièrement les pêcheurs de requins à La Réunion a d’ailleurs été dénoncée récemment par l’ONG Sea Shepherd (17 mai 2020).

La question du requin divise profondément l’opinion publique et la population réunionnaise. Pour faire simple, le requin est vu comme un coupable qu’il faut condamner pour certains, comme une arme anticolonialiste pour d’autres, il est également considéré comme une victime de nos sociétés pratiquant la surpêche. Au-delà des tragédies humaines et des conséquences financières provoquées par ces attaques, celles-ci ont contribué à créer un climat de tension sociale et raciale de par les points de vue divergents des acteurs concernés : surfeurs (en majorité métropolitains), écologistes, autorités et l’opinion publique réunionnaise. Chaque attaque renforce le débat – et l’incompréhension – entre la communauté de la mer, qui se sent privée d’un espace qu’elle partageait jusqu’à lors avec la faune marine, les scientifiques et écologistes, qui mènent des études longues pour comprendre le problème, et les politiques, qui par sécurité, préfèrent interdire toute activité nautique.

Suite aux attaques à répétition (une carte des attaques peut être consultée dans le très bel article d’Emmanuelle Surmont : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/risques-et-societes/corpus-documentaire/peur-sur-les-plages-requins-reunion), un conflit a ainsi éclaté entre les « zoreys » (les Français venus de métropole, soit des Blancs, souvent surfeurs) et les créoles (les « locaux »).

– Les premiers considèrent les requins comme triplement « coupables » – coupables de la mort de leurs proches, coupables de les empêcher de surfer et coupables de la crise économique qui affecte la Réunion avec la baisse du tourisme.

– Les seconds ne se sentent que peu concernés par cette affaire qui fait de l’ombre à leurs propres problèmes, et notamment les problèmes que rencontrent les agriculteurs réunionnais.

L’attaque (non mortelle) d’un surfeur en juillet 2014 a exacerbé les tensions. Sur les réseaux sociaux, les insultes ont été virulentes contre les surfeurs qui bravent les interdictions de baignade. Un exemple : « ce surfeur a commis le crime d’entrer dans l’océan. Et qui dit crime dit condamnation… Vous ne verrez jamais un Créole se faire attaquer par un requin parce que la mer passe au second plan pour nous, surtout après les interdictions de baignade »).

Le rapport des créoles à la mer est en effet très particulier, et lié à leur histoire. Au XVIIe, sur la route maritime de l’Inde, la Réunion n’est qu’un point de ravitaillement. Pendant l’esclavage, la mer est synonyme d’évasion et interdite du regard par les maîtres. C’est avec l’installation progressive de métropolitains sur les côtes que s’est réellement développée l’activité nautique à la Réunion. Résultat, aujourd’hui, quand on regarde la démographie de l’île, les villes balnéaires regroupent principalement des métropolitains, alors que les régions des Hauts et de l’Est sont souvent habitées par des créoles.

Les surfeurs sont des victimes directes et indirectes des attaques. Directes car ce sont eux qui se font attaquer, indirectes car à cause des attaques, la pratique des sports aquatiques est interdite ou très réglementée. Après les premières attaques, la communauté des surfeurs s’est rassemblée pour se faire entendre. Les ligues de surf locales et françaises sont entrées dans la partie. L’un des premiers rassemblements de surfeurs date de 2011, après le décès du surfeur professionnel Mathieu Schiller. Ce rassemblement tourne vite à l’affrontement entre les surfeurs et la députée maire Huguette Bello, qui rappelle que ses ancêtres lui interdisaient de se baigner dans les zones connues comme dangereuses et proclame « c’est mon pays, je connais mon pays ». Suite à cet évènement, OPR écrit que « la frange dure indépendantiste locale nous demande depuis de laisser tranquille les requins réunionnais, devenus un instrument inespéré pour châtier la communauté blanche balnéaire accusée de néocolonialisme ».

Cette incompréhension se voit aussi quand l’État débloque des fonds pour sécuriser les spots de surf et de baignade, alors que les créoles auraient préféré que cet argent soit dépensé en réponse aux problèmes économiques structurels de l’île. Le conflit réactive en fait des traumatismes hérités de la colonisation et met en lumière le décalage qui existe entre les conditions de vie des métropolitains et des créoles.

En 2015, au plus fort de la crise du requin, un très bon article est publié dans Libération à l’occasion de la venue sur l’île de Manuel Valls. L’article revient sur les causes de la crise : la Réunion est une île dont le littoral est très peuplé et très urbanisé. Les pluies charrient les déchets organiques vers l’océan, qui s’ajoutent aux déchets de poissons dans les ports. Rien d’étonnant à ce que les requins soient attirés par la possibilité d’une nourriture facile.La littoralisation et le souhait – légitime – de pratiquer des activités nautiques ont conduit à ces accidents. La réserve marine est accusée d’être le « garde-manger » des requins. Pourtant, si les récifs de La Réunion sont protégés, c’est parce qu’ils sont en mauvaise santé. Les petits poissons herbivores ne font plus leur travail de nettoyeurs de récifs, les poissons carnivores sont peu nombreux et minuscules et ne peuvent servir de proies aux requins de la taille des bouledogues et des tigres. La ferme aquacole du Nord Ouest de l’île est également accusée de les attirer (or, des vidéos montrent que les requins sont calmes sous les bassins d’élevage). Les bouées pour la pêche installées tout autour de l’île favorisent aussi la venue des requins (les bouées se végétalisent progressivement et attirent les poissons). Autre cause : la surpêche mondiale : moins de poissons au large, donc un rapprochement des requins vers les côtes.

L’article montre aussi, et c’est assez rare dans la presse, la réponse inadaptée de l’État : les expéditions punitives après les attaques ; et surtout, les drumlines … De nombreux scientifiques, usagers de la mer, associations ont attiré l’attention des autorités locales sur la dangerosité des drumlines. Ils ont indiqué dans un communiqué commun : « le plus scandaleux et grotesque de ces programmes est Cap Requin, avec l’invention par le comité régional des pêches des “drumlines effaroucheurs de requins”. Il s’agit de gros hameçons avec des appâts supposés faire peur aux requins, mais qui ont en fait renforcé le risque en attirant les requins du large vers les zones balnéaires ». Soixante années de campagnes océanographiques et de films d’envergure internationale ont prouvé une chose : pour faire venir des requins face à une caméra, il faut les appâter avec du sang, avec des poissons morts, avec de l’huile de thon, avec une mixture que les Australiens appellent « burley ». Sans cela, ils ne s’approchent pas. Comment, dans ces conditions, les drumlines pourraient-elles « effaroucher » les requins ? L’accident du 12 avril 2015 a eu lieu alors que des drumlines avaient été posées pendant dix jours. L’accident du 14 février 2015 à Etang-Salé s’est produit à côté d’un endroit où des drumlines avaient été installées pendant des mois et où deux tonnes de poissons auraient été péchées. La nourriture est pour les requins un facteur d’attrait, pas un repoussoir. Or, la dernière idée de la lutte anti-requins est de poser sur le fond de mer une vingtaine de palangres avec 50 hameçons, soit 50 appâts. Il faut en outre savoir que les requins ne sont pas les seuls à se prendre dans les drumlines … d’autres espèces (comme les baleines par exemple) sont affectées.

On semble loin d’une sortie de crise. Pour la période 2011 – 2015, 4,5 millions d’euros ont été dépensés. 20 millions d’euros ont été alloués pour la période 2015-2020 (État, collectivités locales, fonds européens), dont 20 % pour la pêche. De quoi attirer encore un peu plus les convoitises. Patrice Bureau, président de l’association Longitude 181, avoue : « Un petit noyau de personnes a intérêt à dire que les requins pullulent et à partir les chasser. C’est plus facile que d’essayer de régler les vraies causes de l’attractivité des squales pour la zone côtière : urbanisation, gestion des déchets, saletés des ravines… ».

Sans reconnaissance des causes des accidents, il est évident que d’autres accidents vont avoir lieu.

Ce qui peut être effectué, c’est une réduction du risque, notamment par la construction d’espaces protégés, la mise en place de filets, l’éducation des jeunes. Les surfeurs ont par exemple sécurisé certains spots et leurs habitudes : surfer avec des lunettes permettant de vérifier si un requin est présent sous l’eau, deux personnes en apnée pour vérifier également (sachant que la phase d’attaque d’un requin est estimée à 30 minutes). Pour information : le requin n’attaque pas le surfeur en lui-même : il perçoit des vibrations qu’il associe à une proie. Certains scientifiques pensent aussi que le surfeur quand, il est allongé sur sa planche pour retourner vers la vague ressemble, vu d’en dessous à une tortue. Différents modes de protection des baigneurs sont utilisés ou à l’étude, tels que des filets protecteurs, des barrières électriques, des répulsifs naturels (par exemple des toxines fabriquées par les holothuries, des concombres de mer), ou des cottes de mailles ou gilets de Kevlar, inspirés de leurs homonymes pare-balles. Quand les populations savent se comporter en présence des prédateurs, sont éduquées, il n’y a pas de problème. C’est le cas par exemple en Polynésie, où les enfants grandissent au contact de nombreuses espèces de requins présentes dans les lagons.

Si les associations de défense de l’environnement s’associent aux deuils des familles dans chaque communiqué publié, elles pointent du doigt le fait qu’il faut réfléchir au lieu de réagir en punition au drame.

La mère de Talon Bishop, jeune fille décédée en 2015, a signé une lettre ouverte pour dénoncer la récupération qui était faite de la mort de sa fille. Elle explique dans cette lettre bouleversante ne pas en vouloir aux requins, victimes de ce que les hommes ont fait aux océans. Long extrait : « Il faut d’abord s’interroger sur les pratiques de pêche. La pêche intensive effectuée au large par de nombreuses entreprises, françaises et autres, hors de notre vue pour que l’on ne se pose pas de questions, déséquilibre la chaîne alimentaire. Donc la nourriture des requins, baleines, dauphins, qui deviennent à leur tour des victimes collatérales de cette pêche dévastatrice pour l’écosystème océanique. Les pêcheurs locaux qui posent des drumlines près des zones de baignade, augmentent la possibilité que les requins se rapprochent de ces sources de nourriture devenues régulières. Par ailleurs de nombreuses personnes, organisations et entreprises déversent leurs ordures quotidiennement dans la nature, les eaux usées rejetées dans la mer, notamment en période de cyclone, et plus globalement tous ceux qui considèrent l’océan comme un garde-manger et une poubelle. De manière générale, les politiques et pratiques mises en place avec la récurrence des attaques de requins le sont sans concertation avec des experts rompus à ces problématiques dans d’autres endroits du globe. Je suis favorable à la préservation de la Réserve marine. Mais le manque de capacité à proposer des solutions concrètes, depuis la sensibilisation au risque dès l’école (on le fait bien pour la route) jusqu’à la mise en place de vrais moyens humains, est révélatrice d’un échec à protéger durablement nos plages. Il faut protéger la population et les touristes, les protéger parfois d’eux-mêmes. La banalisation du problème fait croire aux gens, surtout aux jeunes, que rien ne peut leur arriver. J’aurais préféré que ma fille prenne une amende de 500 euros car elle est allée dans l’eau dans une zone de baignade interdite. Il est vrai que nous ne pouvons pas protéger toutes les côtes de La Réunion, mais on peut créer des zones sécurisées pour les baigneurs et mettre en place une vraie surveillance des plages, ce qui pourrait en outre créer de l’emploi. Quant au surf à La Réunion, il semblerait que l’activité soit devenue trop dangereuse pour être pratiquée en ce moment. On ne dompte pas un océan entier comme ça ! Après réflexion, je suis contre la pêche intensive de toutes les espèces, requins inclus. Je suis contre le fait que ce problème devienne politique et racial, que les organisations se battent entre elles plutôt que de trouver des solutions ensemble. Je suis opposée à ce que des dizaines de millions d’euros soient consacrés inefficacement à cette crise, alors que La Réunion a d’autres problèmes aussi importants à gérer : violences intra-familiales, drogue, chômage, alcoolisme, suicide ou désespoir, fléaux auxquels beaucoup de Réunionnais doivent faire face quotidiennement. Les jeunes en détresse, sans avenir ni perspectives, me touchent beaucoup plus que le fait que l’on ne puisse plus surfer à La Réunion ».

Cette lettre, extrêmement émouvante et d’une intelligence fulgurante de la situation, ayant été très mal reçue, en particulier par les anti-requins, la mère de Talon Bishop a pensé quitter la Réunion. Elle a également porté plainte contre l’Etat, estimant que les interdictions de baignade ne se voyaient pas assez, mais sa plainte a été classée sans suite en 2016.

En France, le « problème » du requin va cependant plus loin que la seule île de La Réunion. La capture accidentelle de requin permet de mettre en vente la chair, même si l’espèce est protégée (requin renard par exemple) : Intermarché est souvent montré du doigt par Sea Shepherd (mais ce n’est pas la seule chaîne ou poissonnerie à le faire). Or, avec les bateaux de pêche actuels, la sélection des espèces pêchées est impossible, et la capture d’espèces protégées, inévitable.

Une pêche durable est-elle possible ? Vous aurez des éléments de réponse dans un autre texte … en attendant j’espère que vous aurez une meilleure image de ce magnifique animal qu’est le requin, que nous sommes en train d’exterminer, avec des conséquences dramatiques sur tout l’écosystème marin. Les requins tuent chaque année une dizaine de personnes dans le monde, mais nous tuons 3 requins chaque seconde en moyenne, soit selon les estimations, de 38 à 100 millions de requins chaque année.

Le grand méchant loup n’existe pas!

Nous reproduisons ici le texte publié par un membre du collectif GATO, avec son accord, le texte original se trouve à l’adresse: https://apresdemainensemble.wixsite.com/accueil/post/le-grand-m%C3%A9chant-loup-n-est-pas-celui-qu-on-croit

Il ne fait pas bon être un grand prédateur aujourd’hui en France. Braconnage des lynx, projet d’effachourement des ours dans les Pyrénées, pêche régulière de requins à La Réunion, Plan Loup … pourtant, ces animaux sont, directement ou indirectement protégés.

Qu’appelle-t-on un grand prédateur ? Les animaux qui dans la chaîne alimentaire n’ont pas de prédateur, comme, en France, le loup, le lynx, l’ours brun, le requin.

Nous avons développé une crainte génétique et culturelle envers ces animaux. Génétique car nous avons hérité des Homo sapienset des hommes de Neandertal l’idée que les animaux gros, rapides et aux grandes dents mettent en danger notre intégrité physique. Culturelle car des films comme Les dents de la merde Steven Spielberg (1975) ou des livres comme Les Mangeurs d’hommes de Tsavo de John Henry Patterson (1907) ont intensifié cette crainte innée et ancré l’idée que les animaux sauvages allaient attaquer si on ne s’en débarrassait pas de manière préventive.

Un scandale à la fois : arrêtons nous ici sur le cas du loup (pourquoi pas ensuite des textes pour parler ours, lynx, mais aussi vautours fauves, ou encore blaireaux, putois et renards, tant d’animaux jugés « nuisibles » et ainsi condamnés à être éliminés, la plupart du temps dans d’atroces souffrances, par des chasseurs autoproclamés « premiers écologistes de France »). Parmi les grands prédateurs, le loup a sans doute la plus mauvaise image : c’est le loup des contes, fourbe et cruel, qui croque les enfants, le loup mangeur d’hommes. Les loups ont cependant plus mangé de cadavres que tué d’hommes, particulièrement pendant les guerres, comme celle de Cent Ans ou les conflits napoléoniens. C’est à ce moment qu’a été forgée cette réputation du loup mangeur d’hommes. L’historien Jean-Marc Moriceau ne dénombre pourtant en France que 1 100 agressions mortelles en quatre siècles, entre la Renaissance et la fin de la première guerre mondiale. Cela donne une moyenne de trois décès par an. Aujourd’hui, les attaques contre des hommes sont extrêmement rares dans le monde – et inexistantes en France depuis le retour du loup en 1992. Il est peut-être utile de rappeler ici que les grands prédateurs ne dévorent pas les hommes qu’ils tuent (le plus souvent car ils se sentent attaqués) : notre viande n’est pas à leur goût (alimentation, mode de vie sédentaire).

Dès le début des années 1990, des spécialistes italiens alertent la direction du Parc National du Mercantour de l’arrivée imminente du loup (les opposants au loup continuent pourtant de marteler que le loup a été réintroduit en France, allant même jusqu’à exposer la voiture utilisée pour cela, poils de loup dans le coffre comme preuve irréfutable). Le dynamisme de la colonisation est surprenant : dès 1997, les loups fréquentent le Plateau de Canjuers (Var), le massif du Queyras et les Hautes-Alpes. En 1998-1999, leur présence est attestée dans les Monges (Alpes-de-Haute-Provence), puis dans les massifs du Vercors et de Belledonne. De 2000 à 2003, le loup est présent dans les Préalpes de Grasse, en Maurienne et dans le Bugey (Ain). Sa présence est même attestée dans les Pyrénées-Orientaleset ces derniers mois en Charente-Maritime (2019).

En 2018, le chiffre de 360 loups est évoqué pour la France, avec une progression estimée à 500 individus pour 2023 – seuil de viabilité de l’espèce. En 2019 cependant, la population est estimée à 530 loups. Les derniers chiffres estiment à 12 000 le nombre de brebis tuées par les loups (sachant que le loup attaque aussi d’autres animaux : vaches, chevaux, etc.). Les attaques sont les plus nombreuses dans les Alpes (en corrélation avec le nombre d’individus), mais cependant, toutes causes confondues (chiens, maladies, foudre, dérochements de rochers), on estime à 46 000 chaque année le nombre de moutons tués ou perdus à l’échelle des seules Alpes françaises sur un total de 850 000 bêtes (et environ 400 000 au niveau national sur un total de 9 millions).

Pourquoi le loup est-il alors aussi violemment pointé du doigt ? Le loup est certes, une contrainte de plus pour les éleveurs et les bergers mais il ne représente pas une menace économique pour l’élevage ovin qui doit faire face à des difficultés bien plus importantes :

– D’abord, le contexte économique : la filière ovine, confrontée à la mondialisation des marchés et à la baisse régulière des cours de la viande, connaît une véritable récession. Les éleveurs français subissent une très forte concurrence de la Nouvelle-Zélande et de la Grande-Bretagne (celle-ci compte 40 millions de moutons contre 9 millions pour la France). La production française est en baisse depuis 20 ans et ne couvre plus que 40 % de la consommation totale de viande d’agneau (60 % de la consommation nationale sont donc importés). Sans les primes, qui représentent plus de la moitié du revenu des éleveurs, l’élevage ovin ne serait plus rentable.

– Ensuite, le contexte sanitaire : s’il est vrai qu’en 5 ans, de 1993 à 1997, la mort de 5000 brebis a été imputée au loup, les maladies ont provoqué bien plus de dégâts dans les troupeaux : durant cette période, la brucellose ovine (maladie transmissible à l’homme) a occasionné l’abattage de 50 612 moutons contaminés dans la région PACA (les chiffres de cette maladie ne sont plus publiés, c’est pourquoi, il n’y a pas de données actualisées). Le traitement de cette maladie a un coût pour la collectivité : 43,5 millions de francs en 1996. Les brebis abattues sont remboursées 64 € à l’éleveur. En cas d’attaque de loup, la moyenne des indemnisations est de 155 € par animal. La brucellose n’est pas la seule maladie de l’élevage, on peut aussi citer la tremblante ou l’agalactie contagieuse (4 500 brebis abattues en 1993 dans les Pyrénées), ou encore la langue bleue.

– Enfin, les chiens errants : le problème posé aux troupeaux – et à la faune sauvage – par les chiens en divagation est permanent et propre à toutes les régions. G. Joncour estime à 100 000 le nombre de moutons tués chaque année par des chiens avant le retour du loup en France. Cependant, la façon d’estimer l’impact du loup, comparativement à celui des chiens, est influencé par l’imaginaire, l’inconscient collectif et la relation à la nature. L’exemple des morsures de chiens est significatif de cette différence d’appréciation : la France enregistre chaque année, en moyenne, 200 000 cas de morsures de chiens (et parfois des décès).

La présence du loup est donc dénoncée car il cause des dégâts sur les troupeaux. Le débat devrait cependant s’arrêter là car le loup est une espèce protégée : il est théoriquement interdit de le tuer. C’est le droit international qui protège les grands prédateurs en France. Depuis la première convention internationale de protection de la nature en 1902 (sur les oiseaux « utiles à l’agriculture ») beaucoup de chemin a été parcouru. Dans les années 1980, une Résolution de l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies reconnaissait que toute forme de vie est unique et mérite d’être respectée, quelle que soit son utilité pour l’homme (Convention de Berne). Cette convention a ensuite été renforcée par la directive Habitat de 1992.Le droit communautaire est beaucoup plus contraignant que le droit français. Si bien que la France est par exemple régulièrement dénoncée et condamnée par la commission européenne car elle ne protège pas assez les ours bruns.

Signataire de la Convention de Berne, la France est pourtant le pays du Plan Loup. Depuis quelques années, la situation en France a évolué en faveur d’une « régulation » de plus en plus poussée des effectifs dérogeant ainsi au statut d’espèce protégée. Afin de contenter les organisations professionnelles agricoles, certains élus des Alpes avaient déjà obtenu des pouvoirs publics l’élimination de quatre loups en 2004 et de six en 2005. Ce « quota de tir » est destiné à obtenir la paix sociale avec le monde des éleveurs. Ces tirs aléatoires n’ont cependant eu aucun impact sur les dégâts causés par les loups.En 2013, le ministère de l’agriculture et le ministère de l’écologie présentent le Plan Loup pour 2013-2017. La gestion des loups est désormais différenciéeselon les régions, en fonction des pratiques d’élevage et des risques d’attaques. Le plan assouplit les procédures administratives permettant aux éleveurs de pratiquer des tirs et simplifier les indemnisations après des attaques. De nouvelles modalités de calculpermettront d’augmenter régulièrement le nombre de loups pouvant être abattus chaque année. Pour 2012-2013, le chiffre a ainsi été fixé à 11. En 2013, le chiffre a été fixé à 24. En 2016, le plafond a été fixé à 36 loups, comme en 2015. Nouveauté en 2016 : les individus tués étaient souvent des jeunes (atteinte à la future reproduction de l’espèce). En 2018, le plan Loup a fixé le plafond à 50 individus par an. En 2019, au salon de l’agriculture, le président de la République E. Macron promet d’élever les plafonds à 100 loups par an, du fait de la croissance de la population de loups en France, et il le fait (contrairement d’ailleurs à ses promesses de campagne en faveur de la protection de la biodiversité). Un rapport de 2017 montrait pourtant que les tirs de loups mettent en danger la pérennité de l’espèce en France : c’est encore plus la cas actuellement. Le seuil de la viabilité de l’espèce calculé par les scientifiques étant de 2 500 loups. En 2020, pendant le confinement, deux louves gestantes ont été éliminées (or, les louves alpha sont les seules à se reproduire au sein d’une meute).

Le plan avait également pour ambition d’éduquer le loup, en le détournant des troupeaux (capturer des loups pour leur faire peur, leur faire comprendre – le loup est animal extrêmement intelligent – qu’ils ne doivent pas attaquer les moutons) : cependant, tous les scientifiques le disent : un loup mort est un loup inutile car il n’apprendra rien à la meute. Tirs de loups et éducation sont donc incompatibles, sauf si on reste à des tirs de défense, non mortels pour l’animal.

A chaque attaque de loup, la présence de l’animal en France est remise en cause par certains élus, comme en 2015, par Christian Estrosi (grand opposant au loup), suite à une attaque dans les Alpes Maritimes : « Il est temps de constater l’incompatibilité entre la présence de ce grand prédateur et l’activité humaine sur notre territoire ! ». Un autre exemple de récupération politique de la question des grands prédateurs : l’appel de José Bové en 2012 (il est alors député européen !) aux éleveurs du Larzac : « tirez les loups ! ». Dans ces déclarations, il n’y a ni réflexion écologique, ni réflexion citoyenne, seulement une démagogie profonde visant à récolter des voix supplémentaires aux élections.

Les problèmes de l’élevage sont, nous l’avons vu, bien plus profonds que la seule présence du loup en France. Les éleveurs reçoivent des subventions agricoles depuis les années 1960. Mais nombre d’entre eux supportent mal de recevoir de l’argent « des prédateurs », ils ont là un ennemi concret. Avec le loup, c’est bien souvent l’extérieur qui est stigmatisé et caricaturé : les « écolos », Paris, Bruxelles, laPolitique agricole commune.Mais en fait le loup, comme les autres grands prédateurs, incarne des peurs légitimes qui ont davantage trait aux évolutions des sociétés rurales françaises. La montagne a connu la même évolution culturelle que le reste de la France urbaine et rurale. De la représentation de l’espace aux modes de vie, les populations dites rurales ont changé et se rapprochent fortement des populations urbaines. La campagne est devenue surtout un lieu de vie plus qu’un lieu de production. Les activités principales concernent désormais le tourisme et les services. Les Français, urbains et ruraux, témoignent d’un fort attachement à la campagne, à la nature, à l’environnement. Mais ces évolutions, accompagnées d’un changement de l’occupation de l’espace, heurtent certains groupes, comme les agriculteurs, maintenant minoritaires en campagne et en montagne.

La question du loup est aujourd’hui hyperconflictuelle en France, même si peu connue du grand public. Le loup, comme l’ours ou le requin, est devenu un animal géopolitique (cf. les travaux de Farid Benhammou, auteur de la thèse « Crier au loup pour avoir la peau de l’ours. Une géopolitique locale de l’environnement à travers la gestion et la conservation des grands prédateurs en France », soutenue en 2007). On parle parfois de « guerre du loup », de la même façon que l’on a parlé de « guerre de l’ours », et le terme n’est pas trop fort. Cette guerre du loup oppose farouchement des partisans de la conservation aux détracteurs de cette espèce, et cela à différentes échelles (communale, cantonale, régionale, nationale et internationale). Chaque force en présence, pro-loup / anti-loup pour faire simple, tente de manier à son avantage les représentations individuelles et collectives. Par le biais des médias, pour séduire l’opinion publique, chaque acteur se met en position de victime ou met en scène ses thématiques mobilisatrices mais antagonistes : perte de biodiversité, disparition du pastoralisme, déshumanisation de la montagne, peurs ancestrales.La presse n’hésite pas à utiliser dans ses titres et ses Unes un vocabulaire alarmiste (un exemple : « Ce loup qui terrorise le sud de la Lorraine », Le Républicain Lorrain, 2016) ou guerrier, souvent bien moins pondéré que le contenu des articles. Dans l’ensemble, les médias ont du mal à rendre compte des rapports de force fluctuants entre les camps, en lien direct avec le terrain.

De plus, si l’opposition aux prédateurs est une réalité, notamment dans le monde de l’élevage, elle n’est pas unanime (et peu d’articles en parlent). Localement l’ambiance n’est pas propice au débat, à la concertation et les personnes favorables au loup peuvent subir de fortes pressions dans les vallées. Dans ces territoires peu peuplés, les opinions de chacun sont vite connues. Les éleveurs acceptant, de manière pragmatique, les mesures de protection de leurs troupeaux sont considérés comme des traîtres et parfois la cible de violences sociales (exclusion de certains pâturages) voire physiques. En 2016 par exemple, Télérama donne des nouvelles d’un berger du Haut-Languedoc, Alex Soulé, favorable à la présence du loup dont le portrait avait été publié quelques mois plus tôt : suite à l’article, son ânesse et son petit ont été empoisonnés.

Il est temps de sortir de cette opposition pro-loup / anti-loup et d’entamer un dialogue constructif, ce que tente par exemple l’association FERUS, en aidant des éleveurs à s’équiper en dispositifs de protection.

Il est temps aussi de respecter les textes de protection de la nature dont la France est signataire (même si plusieurs élus pratiquent un lobby intense pour faire « sortir » le loup de la Convention de Berne).

La seule solution est d’apprendre à vivre avec le loup. Des solutions sont à chercher vers une meilleure indemnisation des éleveurs, le financement et le recrutement de contrats aidés pour davantage protéger les troupeaux. Un énorme enjeu concerne le prix de la viande. Un autre concerne l’image même du loup, peu connu, craint et mal aimé.

Qui a peur du grand méchant loup ? Pas moi, car il n’existe pas.

Happy ours? Une mise au point utile

Un membre de l’équipe GATO a écrit une petite mise au point très utile sur notre rapport à l’ours. Un bon rappel à méditer!

Nous reproduisons ce texte ici mais l’original peut être consulté à l’adresse: https://apresdemainensemble.wixsite.com/accueil/post/happy-ours

Si vous avez lu mon texte sur le loup, vous savez que la situation des grands prédateurs est complexe et conflictuelle en France. Qu’en est-il pour l’ours ?

Les ours ne s’attaquent pas à l’homme lorsqu’ils ont faim (ils ne dévorent jamais leurs victimes – notre viande n’est pas du tout à leur goût, comme c’est d’ailleurs le cas pour les autres grands prédateurs) mais pour des questions de territoire et de dérangement. Une vidéo tournée il y a quelques semaines en Italie montre d’ailleurs un adolescent reculer tranquillement, un ours le surveillant et se mettant brièvement sur ses pattes arrière (car l’ours a une très mauvaise vue, pas parce qu’il est agressif).

Ces derniers mois, de plus ou moins bonnes nouvelles des ours français ont été diffusées : la mort de Cachou (unique fils de Balou, un ours slovène lâché dans les Pyrénées en 2006), dans des circonstances troubles ; la naissance d’oursons ; la consultation publique (poudre aux yeux de démocratie participative) pour ou contre l’effarouchement des ours, qui se soldera sans aucun doute par un oui à l’effarouchement alors qu’entre 80 et 95 % des participants aura dit non.

En 2020, l’association Pays de l’ours – ADET a publié sa carte annuelle de répartition des ours dans les Pyrénées (https://www.paysdelours.com/fr/ours/ours-pyrenees/point-population-ours-pyrenees.html– elle ne prend pas en compte la mort de Cachou, intervenue quelques temps après sa publication). En 2019, les ours étaient donc une cinquantaine dans les Pyrénées. Même si les chiffres sont encourageants, les ours restent dans une situation délicate.

Jusqu’à une époque récente, le dossier de l’ours recouvrait deux volets territoriaux distincts.

– Le volet béarnais correspondant à un reliquat de population autochtone, qui regroupait moins d’une dizaine d’individus au début des années 1990 et seulement 2 mâles en 2017. Sans intervention, la population était condamnée à l’extinction. Les tentatives des années 1980 pour mettre en place une gestion concertée de cette population béarnaise d’ours (« Plan Ours » de 1984, « Directive Ours » de 1988) se sont heurtées à une résistance obstinée soutenue par le ministère de l’Agriculture, par ses services déconcentrés et les établissements publics. Des conflits intenses ont défrayé la chronique dans les années 1980 et 1990, culminant avec la « guerre de l’ours » autour, entre autres, de la mise en réserve d’un espace minimum vital pour la préservation des derniers ours pyrénéens : les « réserves Lalonde ». À la suite de cet épisode, certains acteurs locaux (élus, chasseurs, socio-professionnels agricoles) aidés par des services du ministère de l’Agriculture, remportent l’épreuve de force et obtiennent, en 1993, que leur soit confiée la gestion de l’ours et des aménagements associés à sa conservation. À cette fin, un Syndicat mixte, l’Institution patrimoniale du Haut Béarn (IPHB), est créé en 1994. Les acteurs locaux et nationaux favorables à l’ours sont alors largement dépossédés du dossier de l’ours en Béarn et voient s’éloigner la perspective d’un renforcement de la population.

– Un deuxième volet est alors ouvert dans les Pyrénées centrales. Un groupe d’élus locaux de la Haute-Garonne montagnarde, encouragé par ARTUS, une importante association de défense de l’ours, décide de créer en 1991 l’Association pour le développement économique et touristique de la haute vallée de la Garonne (ADET, devenue par la suite Pays de l’ours – ADET). Son objectif est de réintroduire des ours afin de valoriser écologiquement et économiquement cette zone rurale fragile. Cependant, le ministère de l’Environnement est réticent. À partir de 1993, le blocage de la situation dans le Haut-Béarn conduit le ministère à changer de stratégie. Il soutient alors le dossier de l’ADET, qui prend forme assez rapidement. Une réintroduction de trois ours originaires de Slovénie (pour des raisons génétiques, géopolitiques et de stocks), deux femelles et un mâle, a donc lieu en 1996 et 1997. Les lâchers sont faits dans la forêt de Melles en Haute-Garonne (Melles est encore aujourd’hui une commune où élus et population protègent les ours et militent activement pour leur conservation). Ces ours, notamment les jeunes (les femelles lâchées étaient pleines), sont beaucoup plus mobiles que certains ne l’avaient prévu et se trouvent répartis sur toute la chaîne des Pyrénées.

L’Espagne a lâché un nouveau mâle en 2016. Les défenseurs de l’ours en France demandent alors au ministère de l’écologie de faire de même, et donc en même temps de respecter ses engagements de protection de l’espèce (seulement deux ours mâles dans le Béarn, énormes problèmes de consanguinité : la population d’ours était condamnée), mais sans résultat, jusqu’à mars 2018, où Nicolas Hulot, ministre de l’environnement, annonce le lâcher de deux ourses dans les Pyrénées. Il démissionne peu après, écœuré de devoir conjuguer écologie et lobbies. Ce lâcher a été confirmé par son éphémère successeur François de Rugy, et effectué par hélicoptère à cause du blocage des routes par les éleveurs le 4 octobre 2018 (pour la première ourse, le second lâcher ayant été fait le lendemain). À peine les hélicoptères passés, les éleveurs ont levé les barrages pour aller en estive faire des battues d’effarouchement.

Mais que reproche-t-on à l’ours ?

En 2017, le nombre d’attaques est de 162 sur animaux et 11 ruchers pour un total de 464 animaux morts et de 34 ruches détruites. Les chiffres sont stables depuis une douzaine d’années alors que le nombre d’ours a augmenté (protection des troupeaux par les patous, clôtures électrifiées). Les dégâts liés à l’ours ne représentent qu’à peine 1% environ des pertesconstatées sur les estives (orages, chutes de pierre, chute des animaux, …). Selon les estimations des éleveurs eux-mêmes, les pertes lors de la transhumance représentent 3 à 5 % du cheptel, soit entre 18 000 et 30 000 bêtes chaque été dans les Pyrénées.

Malgré ces prédations au final très faibles, les voix dénonçant la présence des ours dans les Pyrénées sont puissantes, et audibles, bien que l’ours soit une espèce protégée. Comme pour le loup, c’est le droit international qui protège les ours français. En effet, sans entrer dans les détails, il faut savoir que la protection des grands prédateurs par la loi française n’est pas assurée clairement. Par exemple, au niveau national, l’ours se voit juridiquement attribuer les titres de : « mammifère non domestique », « espèce protégée menacée d’extinction en France », « gibier » et « bête fauve ». L’ensemble de ces qualifications met en évidence l’incohérence du législateur à prendre les mesures adéquates pour protéger l’ours juridiquement. L’Europe a d’ailleurs régulièrement reproché à la France le manque de protection de l’espèce et son état de conservation déplorable. Et la France a joué la montre pendant des années pour ne pas respecter ses engagements, l’État ayant régulièrement reculé face aux protestations d’éleveurs et de chasseurs (qui votent, au contraire des ours !).

Pourquoi cette haine de l’ours ? (Et non, le mot « haine » n’est pas trop fort).

Farid Benhammou, auteur de la thèse « Crier au loup pour avoir la peau de l’ours. Une géopolitique locale de l’environnement à travers la gestion et la conservation des grands prédateurs en France », soutenue en 2007, nous aide à y voir plus clair. Il cite par exemple les mots d’une éleveuse des Hautes-Pyrénées, responsable d’une association anti-ours : « On sent bien que ce sont nos territoires qui sont convoités pour servir à autre chose. On a trop laissé la parole à d’autres qui n’avaient pas nos références historiques, culturelles, à d’autres qui n’étaient pas issus du milieu agricole, rural pyrénéen, il fallait qu’on reprenne l’initiative. C’est Nous les Pyrénées, c’est pas Eux qui vont nous imposer ça ».

Pour plusieurs éleveurs des Pyrénées (pas tous heureusement ! une éleveuse produit des fromages où une empreinte d’ours est visible sur la croute, pour montrer que pour elle, l’ours fait partie intégrante des pâtures pyrénéennes), les prédateurs et la réintroduction de l’ours ne sont que des moyens utilisés pour se débarrasser d’eux. Le problème est le même que pour le loup : les éleveurs veulent (et c’est normal !) pouvoir vivre de leur travail plutôt que de recevoir des subventions, et le grand prédateur est alors un ennemi concret. Des élus les encouragent dans ce discours … Il y a quelques années, Jean Lassalle était prêt à aller chercher des ours en Slovénie à mains nues pour éviter que la population d’ours pyrénéens ne disparaisse, il est aujourd’hui l’un des plus ardents opposants à sa présence.

L’ours bénéficie cependant (et à la différence du loup) d’une image très positive en France, surtout depuis la mort de Cannelle en 2004 (tuée par un chasseur). Des acteurs locaux œuvrent sur le terrain pour favoriser l’acceptation de l’ours (opération estivale Paroles d’ours par exemple : https://www.ferus.fr/benevolat/parole-d-ours) et les récents sondages montrent que les Pyrénéens sont majoritairement favorables au sauvetage de l’espèce.Mais, comme je le disais plus haut, les voix des opposants sont fortes, et très relayées dans les médias. Ainsi, quand des éleveurs se cagoulent et se prennent en photo fusils à la main façon nationalistes corses (2017), la photo fait le tour des médias (https://www.ladepeche.fr/article/2017/09/14/2645335-ariege-armes-encagoules-hommes-annoncent-reouverture-chasse-ours.html) : mais quel média pondèrera la force de cette image en rappelant les chiffres des prédations, la crise de l’élevage, le prix très bas de la viande, la mortalité des bêtes non liée à l’ours mais aux aléas climatiques, gravitaires ou aux maladies ? En rappelant aussi tout simplement que chasser une espèce protégée est un délit ?

Le problème c’est que les opposants aux ours sont toujours aussi déterminés, et que sur Facebook par exemple, des sites permettent d’exhiber fièrement un piège à ours, une bouteille cassée contenant miel, mélangé à du poison ou encore des bris de verre … avec de nombreux commentaires appelant à la destruction de cet animal protégé. On peut aussi se rappeler de ces moments où pour éviter la réintroduction des deux dernières ourses venues de Slovénie des éleveurs ont bloqué les routes et fouillé les camions sous l’œil des gendarmes.

L’ours est un autre exemple de l’urgence qu’il y a à apprendre la cohabitation avec les grands prédateurs (et avec notre environnement « sauvage » en général, environnement dont nous faisons partie). C’est dans le dialogue que cet apprentissage peut se faire, dans le refus de céder aux différents lobbys (chasse, élevage) … mais aussi dans le respect des lois et des textes dont la France est signataire.

Petite promenade (horrifique) chez les réducteurs de la souffrance dans la nature

À quoi ressemblerait le monde si le véganisme était devenu un mode de vie hégémonique ? Voilà une question qui fait l’objet de nombreux fantasmes. Lors de la publication du numéro spécial FIG de Libération en 2017, Brice Gruet, géographe, s’était ainsi lancé dans un exercice de futurologie aux accents apocalyptiques. Pour lui, la libération animale donnerait lieu à des hangars de ferme rouillés peuplés d’oiseaux criards, à des bordures d’autoroute sans âme qui vive et à des centres-villes peuplés d’animaux sauvages où il ne ferait pas bon de sortir le soir de peur d’être attaqué par des bêtes féroces… On se croirait dans la mauvaise série télévisée ZOO. D’autres, comme Paul Ariès, Frédéric Denhez ou Jocelyne Porcher ont, en 2018, repris ces éléments apocalyptiques mais en allant encore plus loin dans la caricature, un monde végan serait non seulement aux mains des grandes multinationales agro-industrielles pour les besoins en intrants, plastiques et protéines animales synthétiques mais les animaux « en chair et en os » serait définitivement remplacés par des animaux robotisés (leurs fameux « robots brouteurs » travaillant en complément des clochards, des prisonniers et des chômeurs nouveaux forçats de l’agriculture végane!) ou virtuels (notamment pour leur exposition dans des parcs zoologiques version 2.0). Paul Ariès, en solo cette fois, en a remis une couche en ce début d’année 2019 pour annoncer la sortie de son nouvel ouvrage. Le problème est que ces exercices de futurologie et les critiques au véganisme qui les accompagnent sont remplis d’approximation et de raccourcis, visant à utiliser certaines théories extrêmes dans le monde de l’animalisme et faire croire qu’elles constituent une norme. En effet, ce que décrivent ces auteurs ne sort pas de leurs chapeaux, il existe bel et bien des théories dites « anti-naturalistes » au sein des penseurs animalistes qui cherchent à remodeler la vie animale sauvage, voire à la supprimer ! Toutefois, restreindre les mouvements véganes ou de libération animale à l’anti-naturalisme ou à la pensée RWAS (Reducing Wild-Animal Suffering) est quelque peu hasardeux, les logiques défendues étant parfois contradictoires.

Source : http://www.cahiers-antispecistes.org

Pour ceux qui veulent comprendre un peu mieux ce mouvement RWAS, je recommande la lecture du numéro 41 des Cahiers Antispécistes coordonné par Estiva Reus. Cette dernière, bien que sympathisante aux théories anti-naturalistes, essaye de présenter de façon objective quelques éléments de la pensée RWAS afin que le lecteur puisse se faire une opinion par lui-même (elle donne toutefois son opinion à plusieurs reprises, notamment en introduction, et avoue que cette mouvance lui file « les chocottes »). Si l’on doit résumer la pensée RWAS en quelques lignes, elle part d’une insatisfaction face aux théories antispécistes classiques qui ne se préoccupent que de la souffrance infligée par les humains aux animaux et ne se préoccupent pas de celle que s’inflige les animaux entre eux ou celle résultant d’évènements naturels (sécheresse, inondations, maladies, cyclones). Partant du principe que la vie animale sauvage est la plupart du temps misérable et emplie de dangers, les théoriciens du RWAS considèrent qu’il est de notre devoir de « porter assistance » aux animaux. Les solutions prônées varient d’un auteur à un autre, elles oscillent toutefois autour de trois axes principaux : l’assistance « simple » au quotidien (porter secours à un animal en danger, nourrir des oiseaux affamés, adopter un chien abandonné…),l’intervention afin de modifier l’ « ordre naturel des choses » (développer des techniques génétiques afin de rendre les carnivores végétariens ou décupler l’intelligence des herbivores pour qu’ils améliorent leurs stratégies de défense) et, enfin, l’éradication pure et simple de certaines formes de vie sauvage (les prédateurs devant être éliminés en priorité en raison des nombreuses souffrances dont ils sont responsables). Dans les deux derniers domaines, il faut reconnaître aux auteurs du mouvement RWAS une certaine imagination mais la palme revient aux « solutions finales » (j’emploie cette expression à dessein tant ces théories me rappelle le nazisme) envisagées pour réduire le nombre d’animaux sauvages sur terre : certains prônent la destruction des milieux naturels ou leur artificialisation, d’autres évoquent la nécessité d’augmenter la consommation de viande (celle-ci étant vecteur de déforestation) ou encore accélérer le réchauffement climatique ! À La lecture de ce numéro spécial, je me suis demandé s’il ne s’agissait pas d’un canular, je me suis dit que ces théories plus que fumeuses, et on ne peut plus funestes, étaient peut-être le fait d’anti-animalistes cherchant à décrédibiliser le mouvement, mais il semblerait que non, il existe bien des théoriciens du RWAS qui les défendent avec sérieux ! Cela laisse toutefois planer quelques doutes sur leur santé mentale, si j’étais un de leurs proches, l’idée qu’il me propose un jour leur « aide » me glacerait les sangs… Comme dit précédemment, la conclusion de ce dossier spécial, laisse le soin au lecteur de trouver lui-même sa position vis-à-vis du mouvement RWAS, pour ma part, je n’y vois pour les théoriciens des deux derniers axes qu’une bouffée délirante anthropocentrique et techniciste au possible mais aussi extrêmement pauvre sur le plan théorique car tout y est traité sans nuances : les animaux sauvages sont tous malheureux, les prédateurs des monstres assoiffés de sang, les herbivores des victimes (quid de la compétition pour les ressources entre mangeurs d’herbes ?) et, les hommes (probablement des occidentaux, urbains et ayant un certain niveau d’étude supérieure), les seuls aptes à prendre les bonnes décisions pour le bonheur de tous les êtres sentients. Heureusement que ces théories demeurent encore anecdotique au sein de la sphère animaliste, et à titre personnel, j’espère qu’elles le resteront encore très longtemps…  Même si le mouvement RWAS partage avec les théories animalistes « classiques » un certain nombre de bases (lutte contre le spécisme, la souffrance comme principal critère de valeur morale, les calculs de ratio souffrance/bonheur à la manière des utilitaristes), certaines de ses théories extrémistes versent largement dans l’eugénisme et l’écocide, choses que la plupart des autres courants rejettent en bloc !

Articles de presse et sites internet cités (dans l’ordre de citation):

https://www.liberation.fr/france/2017/09/27/les-animaux-liberes-les-paysages-bouleverses_1599379

https://www.liberation.fr/debats/2018/03/18/pourquoi-les-vegans-ont-tout-faux_1637109

https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/01/07/paul-aries-j-accuse-les-vegans-de-mentir-sciemment_5405784_3232.html

http://www.cahiers-antispecistes.org/numero/cahiers-antispecistes-n41-eliminer-les-animaux-pour-leur-bien/

Tribune de Rémy Marion sur les ours polaires (Huffington Post)

Pour que l’ours polaire ne soit plus la vache à lait des zoos

Note de la rédaction de GATO: À la demande de son auteur principal, Rémy Marion, nous reproduisons ce texte initialement publié sur un blog du site Huffington Post: https://www.huffingtonpost.fr/mika-mered/ours-polaire-en-captivite_b_7510292.html

L’Ours polaire est une espèce emblématique. Les Inuit le considéraient comme un parent, les explorateurs voyaient en lui le reflet de leurs souffrances et de leur ténacité à vaincre l’Arctique, les médias et les associations de protection de l’environnement en ont fait le symbole du dérèglement climatique. Personne ne souhaite nuire à l’Ours polaire et ne veut éradiquer l’espèce dans aucune des régions de son domaine, l’Arctique.

Depuis une dizaine d’années, son image, souvent dramatisée, a envahi les supports de communication au point d’exagérer la situation dans un processus autoalimenté qui s’éloigne toujours un peu plus de la réalité. Pourtant, les informations existent et sont accessibles à tous. Les zoos se sont emparés de ce concept d’animal menacé, voire en voie de disparition, pour drainer vers leurs parcs le maximum de public, profitant de l’effet d’aubaine pour « reverdir » leur image. Le réchauffement climatique est une opportunité qu’il faut saisir.

En 2012, 330 Ours polaires étaient recensés dans 120 zoos du monde, cette population était en déclin. Des Ours polaires énormes, vieux et névrotiques, baignant dans une eau verdâtre, ne faisaient plus recette, mais il n’est plus possible de prélever des ours « frais » dans la nature. Un évènement est venu ouvrir la boîte de Pandore.

L’exemple de Knut au zoo de Berlin a jeté les bases de l’exploitation de ce phénomène populaire qu’est la naissance d’un ourson polaire en captivité. Depuis 30 ans, aucune naissance n’avait encore eu lieu dans ce zoo quand Knut a vu le jour le 5 décembre 2006. Il n’a survécu que grâce aux soins de son soigneur qui le retira à sa mère pour le nourrir au biberon.

Le jour de la présentation de Knut, 400 journalistes sont présents. Un déferlement médiatique s’en suit. Les visiteurs de l’Europe entière se précipitent vers Berlin. L’action du zoo de Berlin double sa valeur en une semaine. Très vite les produits dérivés se déversent dans les bacs. Le zoo de Berlin dépose la marque Knut. Knut en couverture de Vanity Fair avec Leonardo Di Caprio… Knut sujet d’une chanson… d’une marque de bonbons… Son soigneur, Thomas Dörflein, meurt le 22 septembre 2008 dans l’indifférence générale.

Atteint d’une maladie neurologique, Knut mourut dans des spasmes le 19 mars 2011, devant des centaines de personnes. Son agonie fut filmée et une collecte permit de construire un mausolée à sa mémoire. Suite à cette réussite financière et médiatique, d’autres zoos se jettent dans l’aventure avec gourmandise.

L’heure est venue de surfer sur la vague du réchauffement climatique

En octobre 2009, la WAZA (World Association of Zoos and Aquariums) définit les bases d’actions à mener dans la prise en compte du changement global du climat.

Le plus surprenant dans cette histoire est que les zoos sont encouragés à développer leur population par l’un des plus grands experts de l’Ours polaire, Steven Amstrup, ancien responsable à US Geological Survey, actuellement directeur scientifique de la plus importante association dédiée à la protection des Ours polaire, Polar Bear International. Sur le site de la World Association of Zoos and Aquariums, il tente de démontrer que les Ours polaires captifs peuvent êtres des ambassadeurs pour la prise de conscience par le public des problèmes liés à l’évolution du climat, ce qui peut effectivement être le cas. Mais il justifie le bienêtre des Ours polaires en captivité par une longévité supérieure à celle observée dans la nature, expliquant qu’ils bénéficient d’une alimentation régulière et de soins vétérinaires.

Il explique également que les zoos pourront accueillir les animaux malades ou faméliques suite aux conséquences du réchauffement climatique et qu’il vaut mieux qu’ils soient captifs qu’abattus à proximité des villes lorsqu’ils fouillent dans les poubelles. Pour information, dans la petite ville de Churchill au Canada, deux individus sont abattus par an en moyenne et aucun ne l’a été en 2014… Le brassage génétique, la validation en captivité de traitements pour soigner des Ours polaires en milieu naturel sont également invoqués, tous les prétextes sont bons pour justifier l’injustifiable. Il est intéressant de constater que l’auteur d’un grand nombre de publications issues de quarante années de recherches de terrain puisse affirmer qu’il faut renforcer la population captive pour servir d’ambassadeur, voire de réservoir génétique, pour une population dont aucun chiffre fiable n’annonce la disparition à court ou moyen terme.

Steven Amstrup est aussi membre du groupe des spécialistes de l’Ours polaire (PBSG) auprès de l’IUCN (International Union for Conservation Nature), organisme qui valide notamment les effectifs des populations de cette espèce. Ce qui signifie qu’il participe à la validation des valeurs qui seront utilisées pour définir le statut de l’Ours polaire. Mais il est aussi celui qui donne les orientations d’une association qui récolte des fonds en annonçant la fin prochaine de cette même espèce, ce qui, en France, serait aux limites du conflit d’intérêts.

Les zoos peuvent se lancer dans le business « polaire »

En 2010, aux États-Unis, le zoo Colombus ouvre un espace polaire après avoir fermé ses enclos à Ours polaires en 1994 où avaient pourtant eu lieu des naissances à deux reprises, ce qui à l’époque était moins médiatique.

Le petit Siku du zoo de Kolind au Danemark est aussi une réussite médiatique: né le 22 novembre 2011, retiré à sa mère à l’âge de deux jours car, d’après le communiqué de presse, « il était en danger de mort ». Signe des temps, Siku a sa page Facebook depuis sa naissance pour suivre sa croissance, il est référencé comme personnage public avec 57.000 likes. Il sera suivi de Nanu et Nuno dans le même établissement.

Le compteur du nombre de naissances en captivité s’affole: 9 en 2011, 11 en 2012, 11 en 2013, sans prendre en compte les naissances en Chine. Il existe même un calendrier des dates de naissances des oursons.

Aux États-Unis, le zoo de Saint-Louis a investi 20 millions de dollars, en France le Marineland d’Antibes 3,5 millions d’euros pour une chambre froide. Les investissements explosent, et il est difficile de croire que ces structures privées investissent sans planifier la rentabilité potentielle. Les installations sont tellement valorisées dans les communiqués de presse que l’on pourrait presque imaginer que les Ours polaires, s’ils en prenaient connaissance, quitteraient la banquise pour venir dans ces édens réfrigérés…

Ces projets s’intègrent dans une stratégie internationale, comme le souligne Marineland d’Antibes sur son site: « Afin de préserver cette espèce, Marineland souhaite lancer un programme de reproduction des ours polaires et travaille en collaboration avec l’EEP (Programme Européen d’Élevage) ».

Autre dérive, autre mentalité. Vous voulez faire un film avec un jeune Ours polaire? Pas de problème, le centre Penglai Oceanic Polar World, en Chine, vous propose de le faire naître à la période voulue, par insémination artificielle. Au Dalian Laohutan Ocean Park, toujours en Chine, les oursons sont élevés comme des enfants, des fêtes sont organisées pour leur anniversaire. Ces parcs chinois, rompus à ces techniques grâce aux expérimentations réussies sur les Grands pandas, espèce dramatiquement en voie de disparition celle-là, risquent fort de vouloir commercialiser leur savoir-faire.

En ce début 2015, les annonces des naissances qui ont eu lieu en novembre ou décembre arrivent dans tous les médias, qui font de la promotion gratuite pour les zoos.

Rotterdam, Antibes (2), Moscou (2), Rostock Zoo (1, demi-frère de Knut), Ouwehand Zoo in Rhenen (3), Toronto (1). Au parc de Ranua (Laponie), 2 morts: la femelle, qui avait eu en 2012 un petit qui fut envoyé en Autriche, a mangé ses oursons. À Colombus, le 23 décembre 2014, les deux oursons sont morts à la naissance ou quelques heures après.

Le zoo de La Flèche en France, le parc Assiniboine à Winnipeg au Canada, se préparent à accueillir de nouvelles naissances en installant des maternités.

Des Ours malheureux, névrotiques

Très rapidement, les Ours polaires en captivité deviennent névrotiques, montrent des comportements stéréotypés que les zoos tentent de gommer en insérant dans les bassins et enclos des jeux, des exercices. Le symbole de la sauvagerie de l’Arctique devient une bête de cirque.

Deux oursons frère et sœur, baptisés Blizzard et Star, ont été installés au parc Assiniboine de Winnipeg, dénommé pompeusement Centre international des Ours polaires. Ce sont des orphelins recueillis sur la banquise dans la région de Churchill, 1000 kilomètres plus au nord. Kali, ourson découvert dans la tanière maternelle à l’âge d’un mois au nord de l’Alaska, a été récemment installé au zoo de Chicago. Ces orphelins sont des cadeaux inespérés pour les zoos, la capture d’Ours polaire en milieu naturel étant interdite, sauf en cas d’ourson en difficulté. Aucun de ces oursons ne pourra recouvrer la liberté.

Les Ours polaires sont des mines d’or pour les zoos. Les femelles ne retrouvent leurs jeunes qu’à l’âge de 3 mois, quand le risque qu’elles les tuent est limité. Lorsque les oursons sont exposés au grand jour, c’est un déferlement médiatique, au point que de grands médias nationaux se font l’écho d’un évènement purement commercial, comme pour l’arrivée d’un nouveau produit sur le marché. Quelques mois plus tard, l’ours a grandi et est échangé ou vendu à une autre structure qui cherche à développer son activité ou renforcer son attractivité.

En prenant comme référence les chiffres officiels publiés par les chercheurs de PBSG de l’IUCN, on constate qu’en 1993 l’effectif global de la population d’Ours polaires était de l’ordre de 21.470 à 28.370 individus, estimé en 1997 entre 22.000 et 27.000 soit un point médian à 24.500 individus. Suite à quelques informations complémentaires sur certaines populations, cette estimation a été ramenée en 2001 à 21.500 – 25.000, puis en 2005 à 20.000 – 25.000 soit une moyenne de 22.500 individus. Il ne s’agit-là que d’une estimation très partielle, certaines sous-populations n’étant pas documentées. Depuis, aucune nouvelle estimation globale n’a été publiée.

Les médias et les zoos se basent donc sur une diminution estimée à 9% en 20 ans en ce qui concerne l’Ours polaire, alors que les estimations de disparition des espèces sur la planète se rapprochent de 50% en 40 ans.

Si effectivement dans certains cas, les structures comme les zoos peuvent participer financièrement ou par l’élevage en captivité à la préservation d’espèces menacées comme le Cheval de Przewalski ou le Bison d’Amérique, il n’en est pas de même pour les grands carnivores qui ont besoin de plusieurs mois, voire plusieurs années, pour appréhender leur environnement, les techniques de chasse… Il faut noter quelques exemples très rares, comme le zoo d’Oregon qui étudie le sang de deux ours captifs pour suivre l’absorption de traceurs tels que des polluants pour déterminer une méthode à mettre en place dans la nature et étudier les changements alimentaires liés au réchauffement climatique.

Il est certain que le milieu de vie de l’Ours polaire subit une modification profonde et rapide. La banquise a perdu plus de 50% de son volume en 50 ans, et en mars 2015 sa superficie a été la plus faible jamais mesurée en hiver. L’Ours polaire, espèce particulièrement bien adaptée aux rigueurs du Grand Nord, est fragilisé par l’augmentation de température en Arctique, mais également par la pollution et les perturbations liées au développement des activités humaines.

Le seul moyen de protéger l’Ours polaire est de limiter les émissions de gaz à effet de serre et donc de ralentir le réchauffement climatique, de consommer moins et mieux de carburants fossiles.

Si la banquise disparait durant l’hiver, ce qui n’est pas près d’arriver, il n’y a aucun intérêt à conserver une espèce uniquement avec des individus nés en captivité qui ne pourraient en aucun cas renforcer une population en déclin. Il ne faut pas que l’avenir de l’Ours polaire masque d’autres problèmes plus importants, tels que l’acidification des océans, la déforestation… Rien ne peut arrêter ces dégradations majeures, sauf à changer de mode de consommation massivement et de manière pérenne.

La naissance d’un ourson polaire en captivité n’est pas une vision d’espoir mais le constat d’un échec, de l’impossibilité de cohabiter avec une nature libre et sauvage.

Ce billet est également signé par:

Farid Benhammou

Franck Dupraz, Docteur Vétérinaire,

François Moutou, Docteur Vétérinaire,

Françoise Passelaigue, Docteur ès Sciences, secrétaire de l’association Pôles Actions,

François Sarano, Biologiste marin

 

La vie secrète des animaux : un bon exemple des apports de l’empirisme et des savoirs populaires à l’étude du comportement animal

En éthologie, il existe un adage maintes fois répété : « l’accumulation d’anecdotes ne constitue pas des données (scientifiquement exploitables) » (the plural of anecdote is not data), or, si l’on en croit Dalila Bovet cet adage résulterait, en fait, de la déformation d’une phrase prononcée par un certain Raymond Wolfinger: l’accumulation d’anecdotes constitue des données (the plural of anecdote is data)! Tout cela pour dire que l’éthologie n’accorde pas beaucoup de crédit aux observations non contrôlées par des protocoles méthodologiques rigoureux menés par des scientifiques et encore moins à des témoignages et des observations de « simples mortels ». En faisant le pari inverse, le nouveau livre de Peter Wohllben risque d’en crisper plus d’un. En effet, le désormais fameux forestier Allemand, reprend la formule qui l’a rendu célèbre en s’attaquant cette fois-ci à  La vie secrète des animaux. Le livre s’appuie essentiellement sur les observations et l’expérience de l’auteur depuis sa plus tendre enfance, avec une bonne dose d’anthropomorphisme et d’intuition. Attention toutefois, il ne s’agit pas d’un anthropomorphisme grossier visant simplement à projeter systématiquement et n’importe comment les traits humains sur les animaux, celui utilisé par l’auteur est justifié par l’idée que l’évolution s’est faite de manière plus ou  moins linéaire et que, par conséquent, il doit exister une certaine continuité psychique et émotionnelle entre nous et les animaux. P. Wohllben ne mobilise les découvertes récentes de l’éthologie moderne qu’avec parcimonie, souvent pour venir confirmer ce que ses observations et ses intuitions l’avaient amené à conclure sur le comportement animal. Il suit en cela la voie explorée par certains auteurs des animal studies, comme F. Kohler en anthropologie, M. Vicart en sociologie ou encore M. Campbell en géographie. Cette approche qui cherche à mettre en parallèle les expériences humaines et animales considérant qu’elles peuvent être dans certains cas partagées possède le mérite d’appréhender certains comportements peu ou pas étudiés par l’éthologie moderne mais aussi de proposer des explications alternatives aux conclusions proposées par celle-ci. Il est vrai que certains éthologues ont vite fait d’agir en « rabat-joie » et de proposer des explications mécanistes ou sociobiologiques à certains comportements animaux, érigeant celles-ci en vérité absolue car prouvées par des protocoles d’expérimentation prétendument rigoureux, alors que certaines personnes, dont je fais partie, considèrent que ces dernières peuvent constituer parfois seulement une explication parmi d’autres, le comportement animal recelant encore de nombreux mystères. Ce livre constitue donc à mon sens un bon exemple de ce que les praticiens de la nature, la naturalistes amateurs ou encore les populations traditionnelles peuvent apporter à la connaissance des mondes animaux. Les thématiques abordées y sont très riches (l’altruisme, les rêves, la conscience de soi et de la fin de son existence, la méchanceté…) et les observations proposées concernent autant les espèces sauvages (notamment les ongulés) que les domestiques (chèvres, cochons et chiens). Les géographes y trouveront des informations intéressantes sur les stratégies spatiales des animaux (cas des sangliers transfrontaliers genevois qui vont se réfugier en Suisse lorsque la saison de la chasse s’ouvre en France) ou sur l’impact à la fois positif et négatif de l’urbanisation sur ces derniers. Le seul bémol, à mon sens, à cet ouvrage est le vocabulaire utilisé parfois (les petits sangliers sont des « bouts de chou », les faux-bourdons « glandouillent » et tout un tas d’animaux sont « trop mignons »), ce qui vient desservir le propos et décrédibilise la démarche de l’auteur : valoriser les observations et savoirs populaires sur les animaux ainsi que populariser les dernières découvertes de l’éthologie scientifique. En raison du vocabulaire utilisé, l’auteur « bêtifie » d’une certaine manière un sujet noble ainsi que son lectorat, ce qui risque d’alimenter l’idée que l’animal est, au final, l’affaire de neuneus, de naïfs ou encore d’amis des bébêtes…

Source : http://www.arenes.fr/livre/vie-secrete-animaux/

Référence :

Peter Wohlleben, La vie secrète des animaux, Paris, Les Arènes, 2018, 271p.

Dalila Bovet, « Peut-on étudier la morale chez les animaux ? », Études rurales, 189 | 2012, pp. 57-73.

Financer la conservation par le paiement de droits à l’image des animaux?

Une étude publiée par Franck Courchamp et ses collègues dans la prestigieuse revue Plos biology et reprise dans Le Journal du CNRS arrive à la conclusion suivante : le fait d’utiliser à outrance des espèces emblématiques dans les films d’animations, les publicités ou les logos nuit d’une certaine manière à leur conservation car cette abondance dans les médias fausse les représentations. En effet, le public en les voyant tous les jours en vient à croire qu’elles se portent bien alors que leurs populations sont en déclin et que l’horizon de leur extinction se rapproche dangereusement, deux ou trois décennies pour certaines.  Ces chercheurs proposent alors un mécanisme original pour essayer d’endiguer cette tendance, faire en sorte que les entreprises utilisant les traits de ces espèces paient un droit à l’image, les fonds ainsi récoltés pourront servir à développer des études à leur sujet et financer leur conservation. L’idée est loin d’être saugrenue, des droits à l’image sont déjà reversés pour l’utilisation de monuments ou de paysages spécifiques, pourquoi ne pas mettre en place un mécanisme semblable pour les animaux ? Les auteurs de l’étude ne détaillent pas les modalités de mise en œuvre de ce processus de droits à l’image, ils soulèvent toutefois quelques problèmes potentiels de réalisation, notamment dans le choix de l’administrateur de ces fonds. Qui préférer ? Une instance internationale comme la CDB ou l’IUCN ou des ONGs ?  Un autre problème à mon avis, non posé dans l’étude, est de savoir comment ce mécanisme bénéficiera à l’ensemble de la biodiversité, les compagnies ainsi taxées accepteront-elles que les fonds versés pour l’utilisation de l’image de certaines espèces emblématiques soient mobilisés pour celles qui le sont moins ? Après tout, quand on paye pour le droit à l’image d’une personne, l’argent est supposé être versé à cette dernière et seulement celle-ci (n’étant pas spécialiste en droit, du moins, je le présume).  Les théoriciens de l’économie environnementale accepteront-ils un versement de ces droits à l’image à d’autres bénéficiaires car au delà de ces espèces emblématiques, surreprésentées dans les médias, bon nombre d’autres animaux moins connus ou moins attractifs sur le plan esthétique sont  éminemment menacés, il serait donc juste qu’ils puissent aussi bénéficier de ce nouveau mécanisme. L’idée est en tout cas intéressante dans un contexte global de réduction des fonds étatiques alloués à la conservation des espèces.

Références:

Courchamp et al., « The paradoxical extinction of the most charismatic animals, PLOS Biology, publié en ligne le 12 avril 2018. https://doi.org/10.1371/journal.pbio.2003997 (link is external)

Interview de F. Courchamps dans Le Journal du CNRS : https://lejournal.cnrs.fr/articles/ces-animaux-stars-menaces-dextinction

Moralité, les grands carnivores sont des gros pervers…

The cougar’s tale texte écrit par Andrea Gullo, Unna Lassiter et Jennifer Wolch est un texte presque canonique en géographie animale notamment car ses auteures s’essayent à opérer un décentrement afin d’adopter le point de vue du puma et chercher à comprendre comment celui-ci peut nous percevoir. Presqu’une vingtaine d’année avant Baptiste Morizot, ces auteures réfléchissaient aux conditions d’une « négociation diplomatique » avec les pumas via cette opération de décentrement. Ce texte que j’avais un peu oublié m’est revenu en mémoire en parcourant les interminables couloirs  du métro parisien et en découvrant avec stupeur la campagne d’affiches contre le harcèlement sexuel. Afin de représenter le risque pour les femmes d’être victimes dans la rue de paroles et actes déplacés, des « créa » visiblement en manque d’inspiration ont choisi de représenter les goujats et harceleurs en puissance sous la forme d’animaux et pas n’importe lesquels, des ours, des requins et des loups aux postures agressives et prêts à ne faire qu’une bouchée de leurs victimes humaines. Dans le texte mentionné auparavant, les auteures abordaient également cette question, les pumas étant assimilés dans certains journaux à des prédateurs sexuels rôdant près des écoles et menaçant les enfants californiens, l’objectif étant de souligner le caractère contre-nature de ces animaux, leur comportement déviant et justifier leur régulation. Cette malheureuse campagne illustre ô combien l’image des prédateurs est encore associée à la déviance, à la perversité et à l’injustice, celle-ci étant largement partagée des éleveurs anti-prédateurs à certaines mouvances animalistes. Le dégoût de la prédation pourrait surprendre pour le deuxième groupe, portant il est très présent chez certains théoriciens et militants anti-spécistes qui souhaiteraient intervenir en faveur des pauvres et innocents herbivores afin de les soustraire des crocs des carnivores, la nature étant vue comme profondément inégalitaire. En bref, la réhabilitation des prédateurs dans nos sociétés  et la reconnaissance de leur utilité écosystémique ne sont pas pour tout de suite… Pour conclure rapidement sur les affiches de la RATP et de la SNCF, elles auraient pu s’inspirer de ce qui se fait ailleurs, je pense notamment au Brésil, où les pervers, frotteurs et autres harceleurs sont représentés fidèlement sous leurs traits humains !

 

 

 

 

 

http://www.europe1.fr/societe/ile-de-france-une-campagne-pour-lutter-contre-le-harcelement-dans-les-transports-3590591

Références :

Gullo, A. , Lassiter, U. and Wolch, J. 1998: The cougar’s tale. In Wolch, J. and Emel, J.  (ed.), Animal geographies: place, politics and identity in the nature-culture borderlands, London: Verso , 139-141.

Morizot, B. 2014 « Les diplomates. Cohabiter avec un prédateur sauvage à l’anthropocène ». Revue Semestrielle du Droit Animalier, 2014-1, p. 295-333.

Pour un exemple des débats animalistes sur la prédation :  http://www.cahiers-antispecistes.org/sur-la-predation-reponse-a-philippe-laporte/

Géographes, apprenons à réaliser des cartographies hybrides à l’aide des « blobs »

Dans le monde des (human-)animal studies, s’il est un concept particulièrement utilisé, c’est bien celui d’hybridité, mobilisé à pratiquement toutes les sauces à partir de références plus ou moins solides (et plus ou moins  justifiées) à B. Latour, D. Harraway, D. Lestel et consorts. Or, le blob étudié par A.  Dussotour dans son livre de 2017 (Physarum polycephalum pour son petit nom scientifique) semble plus hybride et post-moderne que n’importe quel autre être sur terre. Premièrement, il a longtemps mis à mal nos taxinomies occidentales, n’étant ni végétal, ni animal, ni champignon, il a longtemps été rangé parmi les protistes, une catégorie un peu fourre-tout destinée à recevoir les êtres vivants inclassables, avant d’être finalement catégorisé comme myxomycète, un être unicellulaire à noyau. Son génome est également resté un mystère pendant longtemps notamment car il présentait des variations importantes quant aux nombres de chromosomes pour des « individus » appartenant à la même espèce. Jugé « brouillon » par certains spécialistes en génétique, il n’a été déchiffré totalement qu’en 2015. Il malmène aussi le concept d’individualité : un blob peut être divisé en une multitude de petits blobs aux caractéristiques identiques et il est capable de fusionner avec plusieurs de ses congénères (même ceux provenant d’une espèce différente) et absorber leurs caractéristiques. Enfin, bien que dépourvu de cerveau, il sait résoudre des problèmes complexes (se déplacer dans un labyrinthe) en adoptant des stratégies différentes selon les spécimens étudiés, A. Dussotour leur attribue d’ailleurs, avec toute les précautions d’usage, une certaine « personnalité », et il semble enclin à « apprendre » et à transmettre cet apprentissage à ses congénères par simple contact. En résumé, il bouscule toutes nos certitudes de bons modernes !

Source: http://editionsdesequateurs.fr/web/bundles/equateurs/images/livres/moyen/Couve%20Dussutour.jpg

Une partie du livre peut intéresser particulièrement les géographes. On y apprend que le blob, pour se déplacer et se nourrir, est capable de reconfigurer son corps et, notamment, les vaisseaux par lesquels circulent les sucs nécessaires à son existence mais aussi des informations. En fonction de la ressource alimentaire disponible et de l’énergie à dépenser pour l’atteindre, il optimise la distribution de ces vaisseaux.  En raison de ces caractéristiques, T. Nagaki, spécialiste japonais des blobs eut ainsi l’idée de le placer sur une carte de la région de Tokyo avec de la nourriture posée sur les principales villes. Afin de pouvoir accéder à celle-ci, le blob devait étendre son corps et créer des « veines » pour la faire circuler dans son organisme. À l’issue de l’expérience, T Nagaki constata que le réseau des « veines » formés par le blob s’avérait plus efficace et que le réseau ferroviaire en place dans la région de Tokyo.  Certains auteurs se sont inspirés de cette expérience pour développer des « algorithmes blob » d’optimisation des réseaux. Les géographes ont depuis longtemps investi dans la cartographie réalisée selon le point de vue des populations locales (cartes mentales, cartes participatives) afin de mieux comprendre les usages et représentations de l’espace pourquoi ne pas aller plus loin et demander à d’autres êtres de nous assister dans la compréhension et l’optimisation de l’organisation des territoires? Réaliser une cartographie hybride en somme en se fondant sur les mouvements et stratégies spatiales des animaux, des plantes et autres êtres unicellulaires … De plus, un blob, coûtant quelques dizaines d’euros et adorant se délecter de flocons d’avoine, revient bien moins cher qu’un ordinateur et un logiciel SIG payant, par contre, il a une fâcheuse tendance à être vite envahissant…

 

Dussautour, A, 2017. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le blob sans avoir jamais oser le demander. Éditions des Équateurs, 179 p.

Historiens et Géographes et la géographie des animaux

Historiens et Géographes, la revue de l’association des professeurs de géographie, propose un dossier exceptionnel de 80 pages dirigé par Farid Benhammou et Philippe Sierra consacré au thème du FIG 2017 « Mondes animaux, territoires humains ».

https://www.aphg.fr/DOSSIER-Territoires-humains-mondes-animaux

Voici le sommaire :

Introduction, par Farid BENHAMMOU, Philippe SIERRA p. 39 (3)

Les géographes en proie à l’animal, par Clarisse DIDELON-LOISEAU, Lionel LASLAZ p. 41 (5)

Epistémologie de la géographie des animaux en France : de la biogéographie à la géopolitique, par Farid BENHAMMOU, Philippe SIERRA p. 44 (8)

Qu’est-ce que la géographie humanimale ? par Jean ESTEBANEZ p. 49 (13)

Elisée Reclus et l’animal, par Philippe PELLETIER p. 52 (16)

Les animaux dans nos assiettes : ce qu’ils nous disent, par Gilles FUMEY p. 56 (20)

L’élevage de chevaux en France, par Maie GERARDOT p. 60 (24)

De la juste place des prédateurs fluviaux dans les aires protégées d’Amazonie brésilienne, par Guillaume MARCHAND p. 63 (27)

Le milieu montagnard, entre espace de pratiques sportives et territoires animal : le regard des pratiquants, par Laine CHANTELOUP, Clémence PERRIN-MALTERRE p. 67 (31)

L’océan mondial n’est pas un aquarium ! Interactions animaux – activités humaines en mer, par Louis MARROU p. 71 (25)

La « crise requin » à La Réunion (2011-2017), généalogie d’une construction sociale, par Emmanuelle SURMONT p. 75 (39)

Du mythe à la convoitise, rapports ambivalents des humains aux baleines, par Antoine DELMAS p. 78 (42)

A poils, à plumes ? Le gibier, le chasseur et la Sologne : chronique d’une appropriation territoriale, par Bertrand SAJALOLI p. 82 (46)

Le Blaireau d’Europe, un « nuisible » invisible ? Etude exploratoire dans la Vienne et dans l’Indre, par Déborah COZ p. 91 (55)

Un Africain indésirable, l’Ibis sacré. Analyse géopolitique d’un massacre, par Farid BENHAMMOU, Philippe SIERRA p. 96 (60)

Le loup, animal géographique, animal géopolitique, par Farid BENHAMMOU p. 100 (64)

Pour une histoire animale des animaux, par Éric BARATAY p. 105 (69)

Bibliographie synthétique de travaux, articles et ouvrages positionnés en géographie p. 105 (69)

Deux ouvrages fondateurs en géographie de l’environnement p. 119 (83)