Deux nouvelles parutions sur les études animales

Viennent d’être publiés aux éditions de l’Harmattan deux livres portant sur les relations entre animaux humains et animaux non-humains. Dans celui abordant plus spécifiquement l’épistémologie des études animales se trouve un texte faisant état des réflexions des géographes français autour des animaux non-humains coécrit par G. Marchand, Ph. Sierra et F. Benhammou. Après un premier rappel sur la chronologie de cette branche émergente de la géographie, ce texte revient sur la façon dont les animaux poussent les géographes à repenser certains de leurs concepts (territoire, nature, culture), à renouer avec certains savoir-faire oubliés (cartographie du vivant) et à participer aux débats autour de l’éthique animale.

Ces deux ouvrages peuvent être commandés sur le site des éditions de l’Harmattan:

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=65425&razSqlClone=1

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=65424&razSqlClone=1

Rappel sur l’épistémologie de la géographie animale sur Géoconfluences

Farid Benhammou a publié il y a quelques temps déjà un petit texte sur l’épistémologie de la géographie animale sur le site Géoconfluences. Outre sa présentation des différents auteurs français travaillant sur cette question, ce texte a notamment le mérite de replacer la géographie dans le champ plus large des études animales avec, en prime, des indications bibliographiques indispensables pour qui souhaiterait se lancer dans une recherche sur les relations anthropozoologiques.

Voici le lien menant à son texte: http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/changement-global/geographie-des-animaux/la-geographie-et-les-animaux

Ce texte ouvre un dossier où l’on retrouve d’autres contributions abordant les animaux (ours kermode et cétacés): http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/changement-global

Nouveau texte de Maie Gérardot sur la géographie équine

Maie Gérardot vient de mettre en ligne un texte intitulé « Les chevaux et la Normandie, géographie d’une filière d’élevage »dans le dossier « Les espaces ruraux et périurbains en France : populations, activités, mobilités » sur le site Géoconfluences.

Nous reproduisons ici le lien vers son texte très riche et particulièrement bien illustré: http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/france-espaces-ruraux-periurbains/elevage-cheval-normandie

Parution autour des géographes et la nature

Le numéro spécial du Bulletin de l’association des géographes français intitulé « Les géographes et la Nature: regards nouveaux » est désormais disponible en version papier mais aussi en ligne. Philippe Sierra, Farid Benhammou et moi-même y signons un article abordant la géographie animale française et sa façon de traiter l’objet « Nature ». Je reproduis ici le résumé de l’article:

« Au cours des vingt dernières années, on a assisté dans la géographie anglo-saxonne et secondairement chez les géographes français à l’essor d’une géographie animale, ou, plus justement, d’une géographie des animaux non humains. Se saisir pleinement de l’étude géographique des animaux, délaissée tant par les tenants de la géographie physique, souvent désarmés intellectuellement pour les étudier, que par ceux de la géographie humaine, souvent nombreux à rejeter les considérations environnementales pour des raisons épistémologiques (ce serait déterministe) ou idéologiques (écolo-scepticisme, « humanisme »), a ouvert la voie en fait à de nouvelles approches d’une géographie réconciliée. Ce faisant, l’approche des animaux permet de revisiter les notions de territoire, d’Habiter, de repenser les méthodes de la cartographie animale utilisées par les biologistes/éthologues et aussi de poser des questions éthiques et politiques sur notre rapport à l’environnement mais surtout aux autres. En décentrant le regard des finalités strictement humaines vers les relations humains-non humains, voire en permettant d’appréhender le point de vue animal, cette branche en constitution permet aussi de repenser l’objet « nature », à la fois en dépassant la dichotomie nature/culture déjà dénoncée mais aussi en posant de manière explicite la question de nos définitions de ces termes, et en particulier de la notion de « nature sauvage », que l’on entendra ici comme celle qui n’est pas domestiquée.
Dans un premier temps, il s’agira donc de faire le point sur les apports épistémologiques de la géographie animale à l’approche des environnements « naturels » (quels auteurs ? quel environnement considéré ? quelle « nature » déduite ?). Nous montrerons comment ces nouvelles approches doivent conduire à réviser notre regard de géographe sur la « nature ». Pour cela nous nous appuierons sur la question de la gestion d’espèces sauvages en nous appuyant sur le cas de l’Ibis sacré dans l’Ouest français ».

Lien vers le texte: https://journals.openedition.org/bagf/4886

Annonce pour le colloque sur la nature changeante en Arctique (avril 2019)

Notre collègue Rémy Marion organise un colloque sur la nature changeante en Arctique à la Cité des Sciences et de l’industrie de Paris, le descriptif des conférences est disponible via le lien ci-dessous:

http://www.cite-sciences.fr/fr/au-programme/animations-spectacles/conferences/thema-suivez-le-mouvement/la-nature-arctique-dans-un-climat-durgence/?fbclid=IwAR1YqzETYhKwqgd94TmfcWGl7hIMZJdbcLu7PnCMbwtnz3xVL6GMP4PM86Y

 

Annonce de séminaire autour de la géographie animale (avril 2019)

Le jeudi 11 avril 2019 sur le campus de l’université de Poitiers se tiendra le séminaire « ANIMAUX : objets géographiques pour l’étude des espaces ruraux » organisé par le laboratoire RURALITÉS en association avec le collectif de recherche GATO.

Trois interventions sont prévues:

Géopolitique de la faune sauvage en France : une gestion publique par la violence ?

Farid Benhammou, Chercheur associé au Laboratoire Ruralités, professeur de géographie en CPGE, lycée C. Guérin (Poitiers)

La figure de l’animal invasif-exotique et nature sauvage : l’apport de la géographie

Philippe Sierra, Agrégé et Docteur en géographie, professeur de de géographie en CPGE à Toulouse

Coexister avec un indésirable : le cas du dauphin rose amazonien

Guillaume Marchand , Docteur en géographie, chercheur associé au Centre des Sciences de l’Environnement, Université Fédérale de l’Amazonas (Manaus, Brésil)

Pour les inscriptions, contacter Farid Benhammou fbenhammou2002@yahoo.fr

 

Communication de Guillaume Marchand à la journée d’étude JUSTANIMA

Le 12 mars 2019, s’est tenue à l’université de Paris-Est Créteil la première journée d’étude sur la justice animale dont le programme est disponible via le lien ci-dessous. Je tiens à remercier les organisateurs pour l’invitation à participer aux débats. Voici une retranscription de mon intervention, certains passages n’ont pas été évoqués à l’oral, faute de temps, mais j’ai décidé de maintenir la version originale du texte.

 

 

 

 

 

http://lettres-sh.u-pec.fr/recherche/actualites/journee-d-etude-justanima-des-justices-animales-en-gesine–888749.kjsp

                                                                      ***

Au cours de leur revue des différentes théories pouvant permettre un rapprochement entre justice sociale et justice animale, nos trois collègues ont évoqué celle des capabilités de Martha Nussbaum mais celle-ci a rapidement été écartée car assimilée aux approches abolitionnistes, égalitaristes et utilitaristes, postures qu’ils ont fortement critiquées. J’aimerais montrer ici que l’éviction de la théorie des capabilités a été, à mon sens, un peu trop rapide et qu’elle pourrait éventuellement servir de base au rapprochement souhaité entre questions sociétales et animales. Je tiens à préciser dores et déjà que je ne suis pas du tout spécialiste des questions de justice spatiale, j’ai brièvement travaillé sur la justice environnementale en marge de ma thèse de doctorat il y a de cela plus de 10 ans, et je ne suis pas non plus un spécialiste des différentes théories s’appuyant sur les capabilités, mon but est plutôt ici de lancer quelques pistes de réflexion.

  1. La théorie des capabilités : caractéristiques générales

La théorie des capabilités a été développée par Amartya Sen et Martha Nussbaum dans les années 1990 à propos des sociétés humaines. Son but est d’évaluer comment la production des biens ou de richesse assure l’épanouissement et la dignité des populations. Elle a notamment servi de référence à l’élaboration de l’Indice de Développement Humain de l’ONU. Pour faire simple, cette théorie repose sur l’articulation de deux concepts clés, les aptitudes (functions) et les capabilités, que l’on traduit aussi parfois par capacité (capabilities). Pour résumer, les capabilités font référence aux conditions nécessaires au développement des aptitudes individuelles et à l’offre de certaines opportunités. Par exemple, l’éducation est une capabilité qui permet de développer certaines aptitudes (la lecture, l’écriture, l’exercice de la raison) et offre certaines opportunités (choisir un métier).  

Au cours de ses travaux, Nussbaum a établi une liste de dix capabilités générales qui constituent autant de prérogatives (entitlements) fondamentales. Pour elle, chaque être humain à le droit : à la vie, à la santé, à l’intégrité physique, à l’exercice de ses sens et de son imagination, à l’expérience d’une grande variété d’émotions, à la possibilité d’élaborer des projets, à l’établissement de liens avec ses semblables et d’autres espèces, au divertissement et au contrôle sur son propre environnement (ce qui fait référence à la participation politique mais aussi l’environnement matériel).  

En 2004, dans le chapitre intitulé Beyond compassion and humanity : justice for non-human animals, M. Nussbaum propose d’étendre la théorie des capabilités aux animaux. Elle voit dans le fait de les priver d’une existence digne un acte d’injustice et la nécessité de leur garantir mêmes droits fondamentaux que ceux proposés pour les êtres humains.  Sa définition de la dignité animale est assez simple : l’animal doit être préservé de la faim, de la souffrance, avoir la possibilité de vivre conformément aux caractéristiques de son espèce et de connaître l’épanouissement.  Dans sa conception, la liste des dix capabilités générales offre simplement un cadre de réflexion et n’a pas prétention à être universelle, la définition des aptitudes à préserver ou les opportunités à offrir aux animaux pour chacun des thèmes abordés doit dépendre de trois choses : (i) des caractéristiques biologiques et éthologiques de leurs espèces respectives, (ii) des caractéristiques des individus concernés mais aussi (iii) du contexte local. Les listes de capabilités doivent faire l’objet d’un débat démocratique et participatif, les animaux y prenant part indirectement via des représentants parlant en leur nom.

La théorie des capabilités cherche à se distinguer des autres théories utilisées en éthique animale de différentes manières. Elle s’oppose aux approches contractualistes rawlsiennes ou kantiennes en récusant le principe d’égalité et de rationalité pour être traité comme un sujet de justice. Au contraire, elle cherche à se rapprocher des théories sur la coopération sociale qui confèrent ce statut aux individus appartenant aux groupes dits marginaux, ceux qui ne peuvent pas participer directement au débat sur les conditions de justice. Elle s’oppose également à l’utilitarisme et ses calculs fastidieux afin de juger de la moralité d’un acte en fonction du ratio entre souffrance et plaisir générés. Elle ne considère pas non plus la sentience comme un critère suffisant de préoccupation morale même si elle établit souvent des distinctions entre espèces sentientes et non sentientes. En effet, les premières sont souvent privilégiées car supposées avoir une vie plus complexe que les secondes et des besoins différents en matière d’épanouissement. Elle s’oppose aussi aux approches guidées par la compassion, au motif qu’elle est inégalement distribuée entre les humains mais aussi parce que celle-ci focalise son attention sur l’être qui souffre sans condamner nécessairement les actes qui le font souffrir, l’idée ici est de considérer ces actes comme une injustice faite aux animaux.  Enfin, contrairement aux partisans des droits indirects envers les animaux, Nussbaum postule que chaque animal est une fin en soi et pour cette raison doit être traité comme un sujet de justice.

Je viens d’évoquer ici le fait que la théorie des capabilités cherche à se distinguer des approches utilitaristes, que dit-elle sur l’égalitarisme et l’abolitionnisme ? Pour l’égalitarisme, Nussbaum considère que les sociétés humaines ne sont pas prêtes à admettre une égalité parfaite de dignité entre les humains et les animaux non-humains. Un peu à la manière de Singer et son égalité de considération des intérêts, elle  postule qu’il vaut mieux considérer que toutes les espèces ont le droit à une dignité qui leur est propre.  Elle n’exclut pas d’ailleurs une certaine hiérarchisation entre les espèces : comme la vie humaine offre des possibilités plus nombreuses d’épanouissement, elle l’emporte très souvent sur le reste ! De la même manière, elle considère que l’abattage d’une vache ou d’un chien domestique est plus problématique que celui d’une crevette ou d’un rat, les premiers ayant une vie plus complexe et plus riche que les seconds. Ce qui m’amène à la dernière question, celle de l’abolitionnisme, et la réponse est claire, non Martha Nussbaum n’appartient pas à cette catégorie mais à celle du réformisme. Elle n’est pas opposé aux expérimentations sur les animaux, à la consommation de leur chair, au contrôle des populations, ni au dressage, du moment que la souffrance est bannie et un certain niveau de dignité est maintenu.  

Comme toute théorie, celle de Martha Nussbaum n’est pas exempte de défauts. Les hiérarchisations qu’elle opère concernant le droit à la vie des espèces animales semblent parfois reposer sur des préjugés voire une certaine forme d’anthropomorphisme. Par exemple, je ne suis pas convaincu, contrairement à ce qu’elle avance, que la vie sociale des rats d’égouts soit moins épanouie que celles des chiens domestiques. Elle a aussi une fâcheuse tendance à sombrer dans l’anti-naturalisme concernant la vie sauvage et prône un certain interventionnisme pour l’aseptiser. Elle a notamment une dent visible contre la prédation et s’émerveille des méthodes d’enrichissement offertes dans certains zoos afin de stimuler sans douleur ce comportement par le biais de ballons, de jouets et de cordes, en omettant au passage que les prédateurs captifs sont bien nourris chaque jour avec de grandes quantité de viande issue de l’élevage, et que l’enfermement a des conséquences négatives sur leur santé et leur comportement!

Vers une justice plus qu’humaine ?

Malgré ses quelques défauts, je partage l’idée de David Schlosberg, un spécialiste de la justice environnementale, en considérant que la théorie des capabilités pourrait moyennant quelques aménagements servir de fondement à la définition d’une théorie de la justice plus qu’humaine car rendant possible la synthèse des questions sociales, animales et écosystèmiques.  Pour l’instant, limitons nous aux problématiques humanimales, le principal avantage de la théorie des capabilités est qu’elle offre un canevas d’évaluation commun aux humains et aux animaux pour définir si une situation à laquelle ils sont confrontés est juste ou injuste. Elle facilite donc les rapprochements entre injustices commises contre les deux groupes mais facilite aussi les arbitrages lorsqu’il y a conflit entre leurs intérêts. D’ailleurs Martha Nussbaum le fait à plusieurs reprises, notamment dans le domaine de l’alimentation humaine à partir de chair animale. Si elle considère qu’il serait idéal de préférer le végétarisme, elle part du principe que la chair animale peut être nécessaire à la santé de certaines catégories de population, l’idée serait alors d’utiliser les espèces moins sentientes ou ayant une existence moins complexe, leur offrir de bonnes conditions d’existence et une mort indolore. Je ne dis pas le cas échéant que la solution proposée par Nussbaum soit la meilleure, elle risque d’ailleurs de ne pas satisfaire les abolitionnistes ni les anthropocentristes, elle a toutefois le mérite d’être médiane. Outre cette possibilité de comparer aisément les situations des humains et des animaux non-humains, je vois également deux autres avantages à ce genre de théorie. Premièrement, elle fonctionne de manière très pragmatique et ne nécessite pas un apparat théorique très complexe, ce qui en facilite l’assimilation par le plus grand nombre. Et deuxièmement, elle prône une large participation démocratique pour la définition des capabilités et des aptitudes à défendre, ce qui ne peut être que salutaire, d’une part cela fait sortir l’animalisme des sphères scientifiques et militantes auxquelles il est pour l’instant largement cantonné, et d’autre part, car cela peut favoriser l’émergence d’un consensus autour du traitement des animaux. La question qui reste en suspens est celle de son applicabilité, je vois difficilement comment faire pour définir la liste des capabilités pour des millions d’espèces différentes, surtout que la biologie et comportement de certaines nous sont largement méconnus. Toutefois, on peut considérer que la liste des dix droits fondamentaux proposée par l’auteur peut constituer un bon point de départ.

                                                                        ***

Ma communication était prévue dans le cadre d’une table ronde visant à questionner la mobilisation de l’espace dans les théories animalistes et les agencements spatiaux qu’elles peuvent générer. Les modérateurs ont rappelé que la théorie zoopolis de Donaldson et Kymlicka, pourtant très flexible sur la question du statut à accorder aux animaux en fonction du type de relation qu’ils avaient avec les humains (pour rappel la citoyenneté pour les animaux domestiques, la résidentialité pour les commensaux et la souveraineté pour les sauvages), était assez rigide sur la question de l’espace : la ville était essentiellement occupée par des animaux domestiques ou commensaux, de même pour les campagnes et la vie sauvage était reléguée à un ailleurs non anthropisé ou mis sous cloche (réserves et aires protégées). L’idée défendue par nos collègues et que la théorie zoopolis peut conduire à des zonages peu perméables et dont l’efficacité a été souvent remise en cause dans le domaine de la gestion du sauvage. En réalité, en ce qui concerne le domaine de la vie sauvage, il me semble que la théorie zoopolis est plus subtile que ça puisqu’elle autorise la superposition de territoires humains et animaux, ce qui est en jeu, à mon sens est l’idée qu’en cas de superposition, il faille prendre en compte les besoins et les intérêts des animaux dans les mesures humaines d’aménagement du territoire. La question de la place de l’espace dans la théorie de Nussbaum m’a été posée, mais, sur le coup, il m’était difficile de répondre car la dimension spatiale n’est pas vraiment évoquée par l’auteure. Toutefois, il est clair que la théorie de la justice de Nussbaum est une théorie située dans le sens où la liste des capabilités à établir pour un animal donné dépend du contexte où il évolue mais résulte aussi d’un débat local impliquant les acteurs du territoire.  Les opportunités à offrir où les aptitudes à préserver pour un lion dans un zoo ou dans son habitat naturel ne sont pas les mêmes, les aménagements spatiaux à prévoir pour leur épanouissement ne seront pas non plus identiques (enrichissement de son enclos dans le premier cas et protection de l’habitat naturel dans le second). Actuellement, n’ayant pas réellement réfléchi à la question, il m’est impossible de dire si la théorie de Nussbaum est plus ou moins simplificatrice sur le plan spatial que celle de zoopolis, la question reste à creuser.

Les géographies animales françaises, anglo-saxonnes et brésiliennes dans la revue Confins

Les sciences humaines et les humanités brésiliennes ont amorcé dans les années 2010 leur « tournant animal ». Il y eut certes des précédents notables dans l’anthropologie indigéniste nationale qui abordait déjà de façon détaillée les relations complexes des amérindiens aux animaux sauvages, les écrits d’E. Viveiros de Castro constituent dans ce domaine une référence, toutefois, les années 2010 se caractérisent par un double mouvement de diversification, d’une part, une diversification des disciplines tentant d’intégrer l’animal dans leur champ d’analyse et, d’autre part, une diversification des contextes et situations étudiés. Au sein de ce « tournant animal », la géographie brésilienne est encore en retrait, ce qui a stimulé l’écriture du texte qui vient de paraître dans la revue franco-brésilienne Confins afin de mieux faire connaître au public brésilien les géographies animales pratiquées en France, dans le monde anglo-saxon et au Brésil. Pour parvenir à cet objectif, il était indispensable d’écrire le texte en portugais, les ressources sur la géographie animale dans cette langue ou celle des pays voisins étant rares. Le fait d’écarter le français ou l’anglais est ici volontaire et fait partie de cette stratégie de « décolonisation » de la géographie animale que nous abordons brièvement dans le texte. Le choix des auteurs et des exemples donnés concourt également à cette stratégie, l’idée étant de montrer qu’il est possible d’aborder conjointement des problématiques sociales (inégalités, discriminations) et animales (conservation, utilisation économique, éthique et justice animale), les étudiants en géographie des universités brésiliennes et leurs professeurs étant très portés sur les premières et voyant dans les secondes qu’une « lubie » des pays développés et industrialisés. Nous joignons ici le résumé en français du texte et le lien de la publication.

Le lien : https://journals.openedition.org/confins/16008

Le résumé :

Au cours des 25 dernières années, la géographie humaine est passée par un processus de diversification afin d’intégrer de nouveaux objets d’étude dans son champ de réflexion, parmi lesquels figurent les animaux. Le présent article vise à présenter les principes de la géographie animale à un public universitaire qui le méconnait. Dans cette optique, nous proposerons une rétrospective de l’évolution des géographies animales anglo-saxonnes et françaises, révélant leurs points de convergence et de divergence. Nous avons décidé de nous restreindre à ces deux pôles de production universitaire partant du principe qu’ils offrent généralement les principales sources de référence bibliographique aux géographes brésiliens pour les sujets de recherche émergents. Enfin, nous proposerons quelques éléments de réflexion sur les conditions de croissance de la géographie animale au Brésil et sa contribution potentielle à la décolonisation de la géographie animale.

Numéro spécial ours pour le Courrier de la Nature

Farid Benhammou a coordonné un numéro spécial du Courrier de la Nature sur les ours où la réflexion géographique est prégnante.

http://www.snpn.com/produit/le-courrier-de-la-nature-special-ours/

Voici le lien annonçant la publication du numéro et donnant un aperçu du sommaire:


Les nuisibles à l’honneur !

Luglia, R. (dir), Sales bêtes ! Mauvaises herbes ! « Nuisible » une notion en débat, Rennes, PUR, 2018,359 p.

Source: http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4704

Viennent d’être publiés aux Presses Universitaires de Rennes les actes du colloque éponyme tenu à la fin janvier 2017 sous le patronage de l’Association pour l’Histoire de la Protection de la Nature et de l’Environnement et le Comité d’Histoire du Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer. Cet ouvrage riche d’une vingtaine de contributions peut intéresser le géographe pour diverses raisons.

Premièrement, car il démontre clairement que l’idée de nuisibilité varie fortement en fonction du contexte, des espèces rencontrées et des époques. Le géographe pourra apprécier la diversité des situations rencontrées et l’importance des représentations sur le territoire, l’espace ou le milieu environnant dans le traitement des espèces animales voisines.

Deuxièmement, car bon nombre d’auteurs cherchent à montrer que la construction sociale de la nuisibilité (celle-ci étant, rappelons-le, sans fondement biologique) et sa persistance dans les mentalités est profondément liée à l’anthropocentrisme, par conséquent, réhabiliter les espèces classées comme telles passe par un abandon de ce référentiel et quelques pistes sont présentées dans l’ouvrage (reconnaissance d’une communauté de destin entre les humains, les animaux et les autres éléments composant les écosystèmes, recours à la « diplomatie animale » etc.). Le géographe convaincu de la nécessité de dépasser l’anthropocentrisme naturaliste y puisera de l’eau à apporter à son moulin

Troisièmement, car il questionne la pertinence d’une nouvelle catégorie de nuisibles, les espèces allochtones invasives. Si la classification des espèces autochtones en nuisibles est largement condamnée aujourd’hui par les écologues, les écologistes et une partie de l’opinion publique, la nuisibilité des espèces allochtones invasives est, elle, au contraire, souvent admise. Toutefois à partir de quand considérer qu’une espèce est ou n’est pas à sa place dans un milieu donné ? Certains auteurs voient dans le combat mené contre les « envahisseurs » une sorte de bioxénophobie, une peur de l’étranger, néanmoins, comme le rappelle R. Luglia en introduction, doit-on pour autant proscrire la notion d’espèces invasives et les tentatives de contrôle ? L’ouvrage n’apporte pas de réponses définitives à ces questions mais a le mérite de les poser ouvertement et d’y réfléchir, ces réflexions entrant en résonance avec celles des géographes qui se sont intéressés au couple allochtonie/autochtonie comme L. Simon (2006) ou, plus récemment, F. Benhammou et Ph. Sierra (2017).

Pour ces raisons, mais aussi parce que ce recueil offre un croisement inédit de regards disciplinaires sur la notion d’espèces nuisibles et sur la manière de vivre avec elles, sa lecture nous semble indispensable.

NB : L’ouvrage contient un texte produit par un membre du collectif GATO: Marchand, G., Kohler, F. Thierry, Ch., Léna, Ph., « Les ruraux français et leurs nuisibles. Une biodiversité ordinaire peinant à trouver sa place dans un référentiel anthropocentrique », pp 311-326

Bibliographie citée:

  • Simon L., « De la biodiversité à la diversité : les biodiversités au regard des territoires », Annales de Géographie, n° 651, 2006, p. 3-19.
  • Benhammou F., Sierra P., « Un Africain indésirable, l’Ibis sacré. Analyse géopolitique d’un massacre ». In : Historiens et Géographes numéro spécial FIG : Territoires humains, mondes animaux (coordonné par F. Benhammou et P. Sierra), n°439, 2017, pp. 96-99.


Présence d’un membre de GATO au colloque « Tant que le loup n’y est pas! »

Farid Benhammou parlera de géopolitique autour du retour du loup au colloque « Tant que le loup n’y est pas » programmé pour les 9 et 10 octobre 2018 à l’université de Liège.

Le programme du colloque est consultable ici: http://www.seed.ulg.ac.be/wp-content/uploads/2018/09/Loup2018.pdf

Présence des membres de GATO à la journée AGF 2018 sur la nature

Philippe Sierra présentera à la journée de l’Association des Géographes Français intitulée « Les géographes et la nature. Nouveaux regards » une communication ayant pour titre: « Repenser la nature sauvage avec la géographie animale« . Communication préparée collectivement avec Farid Benhammou et moi-même.

Le programme complet peut être téléchargé à cette adresse: https://geotamtam-forum.net/index.php?t=tree&goto=803&

Tribune de Rémy Marion sur les ours polaires (Huffington Post)

Pour que l’ours polaire ne soit plus la vache à lait des zoos

Note de la rédaction de GATO: À la demande de son auteur principal, Rémy Marion, nous reproduisons ce texte initialement publié sur un blog du site Huffington Post: https://www.huffingtonpost.fr/mika-mered/ours-polaire-en-captivite_b_7510292.html

L’Ours polaire est une espèce emblématique. Les Inuit le considéraient comme un parent, les explorateurs voyaient en lui le reflet de leurs souffrances et de leur ténacité à vaincre l’Arctique, les médias et les associations de protection de l’environnement en ont fait le symbole du dérèglement climatique. Personne ne souhaite nuire à l’Ours polaire et ne veut éradiquer l’espèce dans aucune des régions de son domaine, l’Arctique.

Depuis une dizaine d’années, son image, souvent dramatisée, a envahi les supports de communication au point d’exagérer la situation dans un processus autoalimenté qui s’éloigne toujours un peu plus de la réalité. Pourtant, les informations existent et sont accessibles à tous. Les zoos se sont emparés de ce concept d’animal menacé, voire en voie de disparition, pour drainer vers leurs parcs le maximum de public, profitant de l’effet d’aubaine pour « reverdir » leur image. Le réchauffement climatique est une opportunité qu’il faut saisir.

En 2012, 330 Ours polaires étaient recensés dans 120 zoos du monde, cette population était en déclin. Des Ours polaires énormes, vieux et névrotiques, baignant dans une eau verdâtre, ne faisaient plus recette, mais il n’est plus possible de prélever des ours « frais » dans la nature. Un évènement est venu ouvrir la boîte de Pandore.

L’exemple de Knut au zoo de Berlin a jeté les bases de l’exploitation de ce phénomène populaire qu’est la naissance d’un ourson polaire en captivité. Depuis 30 ans, aucune naissance n’avait encore eu lieu dans ce zoo quand Knut a vu le jour le 5 décembre 2006. Il n’a survécu que grâce aux soins de son soigneur qui le retira à sa mère pour le nourrir au biberon.

Le jour de la présentation de Knut, 400 journalistes sont présents. Un déferlement médiatique s’en suit. Les visiteurs de l’Europe entière se précipitent vers Berlin. L’action du zoo de Berlin double sa valeur en une semaine. Très vite les produits dérivés se déversent dans les bacs. Le zoo de Berlin dépose la marque Knut. Knut en couverture de Vanity Fair avec Leonardo Di Caprio… Knut sujet d’une chanson… d’une marque de bonbons… Son soigneur, Thomas Dörflein, meurt le 22 septembre 2008 dans l’indifférence générale.

Atteint d’une maladie neurologique, Knut mourut dans des spasmes le 19 mars 2011, devant des centaines de personnes. Son agonie fut filmée et une collecte permit de construire un mausolée à sa mémoire. Suite à cette réussite financière et médiatique, d’autres zoos se jettent dans l’aventure avec gourmandise.

L’heure est venue de surfer sur la vague du réchauffement climatique

En octobre 2009, la WAZA (World Association of Zoos and Aquariums) définit les bases d’actions à mener dans la prise en compte du changement global du climat.

Le plus surprenant dans cette histoire est que les zoos sont encouragés à développer leur population par l’un des plus grands experts de l’Ours polaire, Steven Amstrup, ancien responsable à US Geological Survey, actuellement directeur scientifique de la plus importante association dédiée à la protection des Ours polaire, Polar Bear International. Sur le site de la World Association of Zoos and Aquariums, il tente de démontrer que les Ours polaires captifs peuvent êtres des ambassadeurs pour la prise de conscience par le public des problèmes liés à l’évolution du climat, ce qui peut effectivement être le cas. Mais il justifie le bienêtre des Ours polaires en captivité par une longévité supérieure à celle observée dans la nature, expliquant qu’ils bénéficient d’une alimentation régulière et de soins vétérinaires.

Il explique également que les zoos pourront accueillir les animaux malades ou faméliques suite aux conséquences du réchauffement climatique et qu’il vaut mieux qu’ils soient captifs qu’abattus à proximité des villes lorsqu’ils fouillent dans les poubelles. Pour information, dans la petite ville de Churchill au Canada, deux individus sont abattus par an en moyenne et aucun ne l’a été en 2014… Le brassage génétique, la validation en captivité de traitements pour soigner des Ours polaires en milieu naturel sont également invoqués, tous les prétextes sont bons pour justifier l’injustifiable. Il est intéressant de constater que l’auteur d’un grand nombre de publications issues de quarante années de recherches de terrain puisse affirmer qu’il faut renforcer la population captive pour servir d’ambassadeur, voire de réservoir génétique, pour une population dont aucun chiffre fiable n’annonce la disparition à court ou moyen terme.

Steven Amstrup est aussi membre du groupe des spécialistes de l’Ours polaire (PBSG) auprès de l’IUCN (International Union for Conservation Nature), organisme qui valide notamment les effectifs des populations de cette espèce. Ce qui signifie qu’il participe à la validation des valeurs qui seront utilisées pour définir le statut de l’Ours polaire. Mais il est aussi celui qui donne les orientations d’une association qui récolte des fonds en annonçant la fin prochaine de cette même espèce, ce qui, en France, serait aux limites du conflit d’intérêts.

Les zoos peuvent se lancer dans le business « polaire »

En 2010, aux États-Unis, le zoo Colombus ouvre un espace polaire après avoir fermé ses enclos à Ours polaires en 1994 où avaient pourtant eu lieu des naissances à deux reprises, ce qui à l’époque était moins médiatique.

Le petit Siku du zoo de Kolind au Danemark est aussi une réussite médiatique: né le 22 novembre 2011, retiré à sa mère à l’âge de deux jours car, d’après le communiqué de presse, « il était en danger de mort ». Signe des temps, Siku a sa page Facebook depuis sa naissance pour suivre sa croissance, il est référencé comme personnage public avec 57.000 likes. Il sera suivi de Nanu et Nuno dans le même établissement.

Le compteur du nombre de naissances en captivité s’affole: 9 en 2011, 11 en 2012, 11 en 2013, sans prendre en compte les naissances en Chine. Il existe même un calendrier des dates de naissances des oursons.

Aux États-Unis, le zoo de Saint-Louis a investi 20 millions de dollars, en France le Marineland d’Antibes 3,5 millions d’euros pour une chambre froide. Les investissements explosent, et il est difficile de croire que ces structures privées investissent sans planifier la rentabilité potentielle. Les installations sont tellement valorisées dans les communiqués de presse que l’on pourrait presque imaginer que les Ours polaires, s’ils en prenaient connaissance, quitteraient la banquise pour venir dans ces édens réfrigérés…

Ces projets s’intègrent dans une stratégie internationale, comme le souligne Marineland d’Antibes sur son site: « Afin de préserver cette espèce, Marineland souhaite lancer un programme de reproduction des ours polaires et travaille en collaboration avec l’EEP (Programme Européen d’Élevage) ».

Autre dérive, autre mentalité. Vous voulez faire un film avec un jeune Ours polaire? Pas de problème, le centre Penglai Oceanic Polar World, en Chine, vous propose de le faire naître à la période voulue, par insémination artificielle. Au Dalian Laohutan Ocean Park, toujours en Chine, les oursons sont élevés comme des enfants, des fêtes sont organisées pour leur anniversaire. Ces parcs chinois, rompus à ces techniques grâce aux expérimentations réussies sur les Grands pandas, espèce dramatiquement en voie de disparition celle-là, risquent fort de vouloir commercialiser leur savoir-faire.

En ce début 2015, les annonces des naissances qui ont eu lieu en novembre ou décembre arrivent dans tous les médias, qui font de la promotion gratuite pour les zoos.

Rotterdam, Antibes (2), Moscou (2), Rostock Zoo (1, demi-frère de Knut), Ouwehand Zoo in Rhenen (3), Toronto (1). Au parc de Ranua (Laponie), 2 morts: la femelle, qui avait eu en 2012 un petit qui fut envoyé en Autriche, a mangé ses oursons. À Colombus, le 23 décembre 2014, les deux oursons sont morts à la naissance ou quelques heures après.

Le zoo de La Flèche en France, le parc Assiniboine à Winnipeg au Canada, se préparent à accueillir de nouvelles naissances en installant des maternités.

Des Ours malheureux, névrotiques

Très rapidement, les Ours polaires en captivité deviennent névrotiques, montrent des comportements stéréotypés que les zoos tentent de gommer en insérant dans les bassins et enclos des jeux, des exercices. Le symbole de la sauvagerie de l’Arctique devient une bête de cirque.

Deux oursons frère et sœur, baptisés Blizzard et Star, ont été installés au parc Assiniboine de Winnipeg, dénommé pompeusement Centre international des Ours polaires. Ce sont des orphelins recueillis sur la banquise dans la région de Churchill, 1000 kilomètres plus au nord. Kali, ourson découvert dans la tanière maternelle à l’âge d’un mois au nord de l’Alaska, a été récemment installé au zoo de Chicago. Ces orphelins sont des cadeaux inespérés pour les zoos, la capture d’Ours polaire en milieu naturel étant interdite, sauf en cas d’ourson en difficulté. Aucun de ces oursons ne pourra recouvrer la liberté.

Les Ours polaires sont des mines d’or pour les zoos. Les femelles ne retrouvent leurs jeunes qu’à l’âge de 3 mois, quand le risque qu’elles les tuent est limité. Lorsque les oursons sont exposés au grand jour, c’est un déferlement médiatique, au point que de grands médias nationaux se font l’écho d’un évènement purement commercial, comme pour l’arrivée d’un nouveau produit sur le marché. Quelques mois plus tard, l’ours a grandi et est échangé ou vendu à une autre structure qui cherche à développer son activité ou renforcer son attractivité.

En prenant comme référence les chiffres officiels publiés par les chercheurs de PBSG de l’IUCN, on constate qu’en 1993 l’effectif global de la population d’Ours polaires était de l’ordre de 21.470 à 28.370 individus, estimé en 1997 entre 22.000 et 27.000 soit un point médian à 24.500 individus. Suite à quelques informations complémentaires sur certaines populations, cette estimation a été ramenée en 2001 à 21.500 – 25.000, puis en 2005 à 20.000 – 25.000 soit une moyenne de 22.500 individus. Il ne s’agit-là que d’une estimation très partielle, certaines sous-populations n’étant pas documentées. Depuis, aucune nouvelle estimation globale n’a été publiée.

Les médias et les zoos se basent donc sur une diminution estimée à 9% en 20 ans en ce qui concerne l’Ours polaire, alors que les estimations de disparition des espèces sur la planète se rapprochent de 50% en 40 ans.

Si effectivement dans certains cas, les structures comme les zoos peuvent participer financièrement ou par l’élevage en captivité à la préservation d’espèces menacées comme le Cheval de Przewalski ou le Bison d’Amérique, il n’en est pas de même pour les grands carnivores qui ont besoin de plusieurs mois, voire plusieurs années, pour appréhender leur environnement, les techniques de chasse… Il faut noter quelques exemples très rares, comme le zoo d’Oregon qui étudie le sang de deux ours captifs pour suivre l’absorption de traceurs tels que des polluants pour déterminer une méthode à mettre en place dans la nature et étudier les changements alimentaires liés au réchauffement climatique.

Il est certain que le milieu de vie de l’Ours polaire subit une modification profonde et rapide. La banquise a perdu plus de 50% de son volume en 50 ans, et en mars 2015 sa superficie a été la plus faible jamais mesurée en hiver. L’Ours polaire, espèce particulièrement bien adaptée aux rigueurs du Grand Nord, est fragilisé par l’augmentation de température en Arctique, mais également par la pollution et les perturbations liées au développement des activités humaines.

Le seul moyen de protéger l’Ours polaire est de limiter les émissions de gaz à effet de serre et donc de ralentir le réchauffement climatique, de consommer moins et mieux de carburants fossiles.

Si la banquise disparait durant l’hiver, ce qui n’est pas près d’arriver, il n’y a aucun intérêt à conserver une espèce uniquement avec des individus nés en captivité qui ne pourraient en aucun cas renforcer une population en déclin. Il ne faut pas que l’avenir de l’Ours polaire masque d’autres problèmes plus importants, tels que l’acidification des océans, la déforestation… Rien ne peut arrêter ces dégradations majeures, sauf à changer de mode de consommation massivement et de manière pérenne.

La naissance d’un ourson polaire en captivité n’est pas une vision d’espoir mais le constat d’un échec, de l’impossibilité de cohabiter avec une nature libre et sauvage.

Ce billet est également signé par:

Farid Benhammou

Franck Dupraz, Docteur Vétérinaire,

François Moutou, Docteur Vétérinaire,

Françoise Passelaigue, Docteur ès Sciences, secrétaire de l’association Pôles Actions,

François Sarano, Biologiste marin

 

Pourquoi une géopolitique de l’ours polaire et de la grande faune? Par Farid Benhammou et Rémy Marion

D’après l’introduction de Géopolitique de l’ours polaire, Rémy Marion et Farid Benhammou, Editions Hesse, 2015.

Source: https://editionshesse.com/?p=1039

« La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre » selon Yves Lacoste1, le père du renouveau de la géopolitique en France. La géopolitique est l’étude des rivalités de pouvoirs sur et à propos des territoires entre des groupes, acteurs et/ou des individus. Les questions d’environnement, par essence conflictuelles et territoriales, se prêtant bien à ce type d’analyse, une géopolitique a pu être développée autour de cet aspect.

L’ours polaire implique des enjeux pour sa survie, sa protection et sa gestion à différentes échelles. Il relève d’une géopolitique locale (ou interne) et d’une géopolitique internationale (externe).

Une géopolitique locale : le point de départ écologique fait que l’ours polaire partage des territoires avec des sociétés humaines autochtones et non autochtones ; avec les populations locales non autochtones, comme à Churchill au Canada, se posent des questions de cohabitation et de sécurité publique. Avec les Inuit2, qui connaissent une autonomie politique croissante par endroits, la relation, plus ancienne et complexe, s’inscrit dans un cadre identitaire et de subsistance.

Le statut de protection de l’espèce émane des échelles nationales puis internationales, niveau d’analyse classique de la géopolitique. Des tensions fortes voient alors le jour, opposant partisans de l’exploitation de l’Arctique et de l’ours polaire, et les protecteurs du plantigrade. Il en est de même des grands enjeux internationaux de l’Arctique dans lequel l’ours polaire se trouve impliqué : contrôle territorial, ressources pétrolières et minières, passages stratégiques et commerciales, changements climatiques. Cet animal « géopolitique » se retrouve alors ballotté entre les rôles de victime, de façade ou d’étendard.

La géopolitique appliquée à un prédateur… pas comme les autres

En quoi la géopolitique peut-elle être pertinente pour étudier une espèce emblématique ?

Les grands animaux, notamment les grands prédateurs, drainent une charge symbolique, culturelle et politique, d’où une cristallisation particulière de l’attention des sociétés et des dirigeants au plus haut niveau. Quiconque s’intéresse aux grands prédateurs ressent intuitivement qu’on ne peut les réduire à leur simple dimension écologique, même si celle-ci est fondamentale.

Les grands prédateurs interpellent les sociétés humaines de longue date. Pourchassés, voire éliminés par l’homme, ils peuvent être un frein à la maîtrise totale d’un territoire et une entrave à son statut de « prédateur suprême à la surface de la planète », comme dirait Xavier de Planhol, un géographe de la vieille école3. Les tensions humains-animaux, en particulier celles relatives à l’ours au loup ou au requin, peuvent s’inscrire dans une approche géopolitique. Elles renouvellent l’étude des questions environnementales conflictuelles. L’éléphant, bien que grand herbivore, destructeur de plantations, peut s’inscrire dans la même logique.

L’étude de l’ours polaire a des points communs avec les « stars » de la prédation, mais possède des spécificités. L’une d’elle est qu’il ne suscite pas d’opposition directe et orientée contre lui.

Comme les autres espèces mentionnées ci-dessus, l’ours polaire peut être perçu comme un analyseur. Les animaux ne sont pas des prétextes à une étude qui serait déconnectée de leur biologie, de leur écologie et de leur conservation. Le problème d’environnement que cela représente est ce point de départ. Ils sont néanmoins des médiateurs intéressants car ils permettent d’analyser les relations des sociétés – à différentes échelles de territoires – avec une nature qui a évolué par elle-même et par ce que les hommes y ont fait ou n’y font plus4. Les prédateurs sont donc des prismes pertinents pour l’étude des évolutions écologiques et socio-économiques des territoires où ils sont présents. Ces « animaux géopolitiques » incarnent ainsi une modification du paysage dans divers registres : le paysage biophysique, le paysage socioculturel et le paysage politique. L’idée de paysage implique aussi un point de vue et une subjectivité dont il est difficile de se défaire. Des animaux qui sont des quintessences du sauvage nous renseignent sur le fonctionnement de nos sociétés au niveau tant local que global. C’est le cas pour l’ours polaire où la dimension internationale est au premier plan.

L’ours polaire interpelle. Comme tous les grands prédateurs, sa charge culturelle et symbolique est forte. Les contes, légendes, mythes et histoires locales de tout type sont des évidences pour le loup, un peu moins pour l’ours brun qui en a généré néanmoins tout autant à qui sait les chercher. Dans la culture inuit, l’ours polaire occupe une place comparable à celle de l’ours brun dans les cultures européennes préchrétiennes ou amérindiennes. Pour les Inuit, animistes avant l’arrivée des Occidentaux, l’ours polaire est l’incarnation d’un esprit important loué pour sa force et son rôle majeur, non seulement dans la mythologie, mais aussi dans leur perception du monde.

Des enjeux qui dépassent l’animal en lui-même

De nos jours, le grand prédateur personnifie des enjeux de conservation de biodiversité, même si ceux-ci peuvent le dépasser. Sa situation en haut de la chaîne alimentaire incite à considérer l’ours polaire comme un « seigneur de la nature », au même titre que le loup. Ses qualités de chasseur puissant et endurant, dans un univers des plus hostiles, renforcent l’admiration que cet animal peut susciter. Il s’agit aussi d’une espèce dite parapluie : elle est un indicateur majeur de la qualité du milieu, et sa protection entraîne celle de formes de vie moins mobilisatrices. Par exemple, dans les Pyrénées, la protection des milieux de l’ours brun profitera au grand tétras, au desman des Pyrénées et à plusieurs espèces végétales, parfois endémiques, peu connues du grand public.

Dans l’Arctique, la protection de l’ours polaire entraîne celle d’espèces qui lui sont liées, comme le renard polaire ou les oiseaux charognant ses restes. Mais elle implique des espaces où se trouvent une flore arctique, exceptionnelle sur terre, et des organismes aussi essentiels aux écosystèmes marins que le krill, petit crustacé base de l’alimentation de plusieurs espèces de poissons, phoques et baleines. Cet écosystème est aussi marqué par un phytoplancton dont on a longtemps sous-estimé la productivité et le rôle de capteur de CO².

Pour l’ours polaire, les enjeux sont bien supérieurs en raison de la spécificité du milieu arctique et des espaces immenses concernés, autant maritimes que terrestres. Par ailleurs, l’animal en vient à personnaliser des enjeux globaux par des instrumentalisations environnementalistes mais aussi gouvernementales, donc géopolitiques. Par la disparition progressive de son espace de vie, la banquise, il est associé au réchauffement climatique ; par les polluants que ses tissus concentrent, son corps de grand prédateur matérialise la pollution globale qui l’atteint par la chaîne alimentaire dans une nature qui semble pourtant si éloignée des activités industrielles ; par sa relative rareté et son adaptation au milieu polaire matérialisée par sa blanche fourrure, il est enfin le symbole d’une biodiversité remarquable en danger. C’est la seule espèce à incarner autant d’enjeux et de questions sur le plan écologique.

Les autres grands prédateurs suscitent des conflits car ils causent un préjudice, exagéré ou non, à des activités humaines. Ils s’inscrivent aussi dans une haine et/ou une peur pluriséculaire. Ils génèrent une opposition d’autant plus forte que d’autres sont motivés pour les protéger. Enfin, les grands prédateurs sont souvent les révélateurs, voire les boucs émissaires, d’une situation socio-économique de territoires qui connaissent des crises-mutations douloureuses. Les loups et les ours s’en prennent au bétail domestique. Les rancœurs profondes, qui cherchent des relais jusqu’aux plus hauts niveaux politiques, ne se retrouvent pas simplement en France. En Suède, en Norvège, en Slovénie, aux États-Unis, les dégâts de prédateurs – notamment du loup – font régulièrement l’objet de débats houleux dans les arènes parlementaires. Même en Suisse, berceau de la Convention de Berne qui protège les grands prédateurs en Europe, des acteurs politiques œuvrent à la remise en cause du statut protégé du loup à tous les échelons politiques, du canton au Parlement fédéral. Au tournant des années 2000, les opposants à l’ours dans les Pyrénées qui ont réussi à se regrouper à l’échelle du massif, rejoignent les organisations agricoles alpines et jurassiennes pour faire efficacement pression sur les élus et le gouvernement français. Dans la foulée, ils lancent une fédération européenne regroupant des acteurs agricoles et cynégétiques de différents pays ; leur but est de revenir sur la directive habitats qui protège ours, loup, lynx, glouton. Pour l’ours polaire, il n’existe pas de groupe constitué qui chercherait à éradiquer l’espèce pour ses prédations, ou même le danger qu’elle peut représenter pour les humains. Contrairement aux chasseurs d’Europe et d’Amérique du Nord qui crient souvent au loup qui « leur mangerait tout leur gibier », aucune voix – encore moins les autochtones – ne s’élève parce que l’ours polaire mangerait trop de phoques. En revanche, pour les populations autochtones du moins, l’ours polaire est aussi considéré comme un moyen de subsistance.

La haine est particulièrement tenace contre le loup en raison de son passé. Sa réputation de mangeur d’homme semble marquer la mémoire et les mobilisations collectives, bien plus que d’autres espèces dont la dangerosité est davantage avérée. Chaque année, sangliers, ours bruns et chiens domestiques causent des accidents mortels en Europe et en Amérique du Nord, ce qui n’est pas le cas du loup. Seul le requin, autre prédateur des mers, arrive à son degré de mauvaise réputation quasi universelle. Pour l’ours polaire, très dangereux potentiellement, ce comportement ne risque pas de dégrader sa protection. Si, par exemple, une attaque de loup avait lieu aujourd’hui sur l’homme en France, il est certain que les préfets s’empresseraient d’assouplir encore davantage les droits d’élimination. Le zèle du représentant de l’État à la Réunion concernant les attaques de requin semble montrer la voie. De plus en plus, le préfet de l’île autorise des massacres aveugles de requin, alors que l’usager victime s’est mis lui-même en danger dans tous les cas recensés. L’administration française, appliquant tant bien que mal les textes de protection, ne sait y déroger que par une basique logique de vengeance !

Pour l’ours polaire, dans un pareil cas, qui se produit à peu près chaque année, des autorisations bien circonscrites sont accordées. Cela expliquerait-il, en partie, l’absence d’opposition réelle à l’ours polaire ? Il faut y ajouter un ensemble de facteurs comme une histoire et une gestion politique de la nature différente dans les pays concernés.Dans son aire de répartition, même là où il est protégé, il y a toujours des aménagements pour des raisons de sécurité ou de subsistance qui autorisent des prélèvements limités. Mais les humains y font preuve de plus de modestie face aux éléments naturels.

Le passé du loup et l’absence actuelle de toute valorisation traditionnelle pour l’ours brun suscitent d’autant plus de hargne aux États-Unis, par exemple, qu’ils sont passés d’espèces chassables à espèces protégées.

En Europe, les grands prédateurs réapparaissent souvent après avoir été éradiqués. Ils sont synonymes de la disparition d’un monde dont les changements traumatisants – exodes ruraux, remplacement sociologique des populations, déprises agricoles, espaces forestiers conquérants – ne leur doivent rien. Quand on les accuse d’être responsables de la fin du pastoralisme, on confond ici les conséquences avec les causes, qui sont ailleurs. L’ours polaire, lui, n’est pas un bouc émissaire. Au contraire, il est non pas synonyme d’une nature recolonisatrice mais au contraire d’un monde jugé en voie de disparition. Si l’analyse est un peu rapide, les liens entre la survie de l’ours polaire et celle des populations autochtones sont étroits. Dans les deux cas, s’il y a des raisons objectives d’inquiétude, il y a aussi des éléments montrant que le tableau n’est pas toujours si sombre, et que des dynamiques moins pessimistes sont potentiellement à l’œuvre.

Si la géopolitique de l’ours polaire a des points communs avec celle des autres grands prédateurs, elle a des spécificités majeures. Les tensions et les conflits se situent à plusieurs niveaux et jamais directement contre l’espèce. Les oppositions les plus fortes sont entre les partisans d’une protection intégrale stricte (Annexe I de la CITES5) et ceux qui souhaitent le maintien de son statut actuel protégé permettant une chasse et un commerce contrôlés (Annexe II). Si la plupart des groupes écologistes acceptent en théorie la chasse traditionnelle, ils ne supportent pas celle de riches Européens ou Américains. Mais, oubli majeur, cette « chasse sportive » est intimement liée à la chasse des autochtones, puisque c’est eux qui permettent et guident ces pratiques dans des régions où c’est un des rares moyens de subsistance autonome. Les oppositions se retrouvent également au sein des environnementalistes, entre ceux qui ont conscience de ces enjeux et les autres. Ces tensions se retrouvent aussi à l’échelle des gouvernements : des groupes de pays se rangent derrière le maintien dans l’Annexe II (Canada, Danemark) d’autres aimeraient mettre l’ours polaire en Annexe I (Russie, États-Unis).

Derrière ces considérations, apparemment écologiques, se cachent en fait des enjeux géopolitiques qui dépassent les associations environnementalistes. L’ours polaire est ainsi au cœur de la géopolitique de l’Arctique, et cela ne date pas d’hier. L’animal est instrumentalisé dans le cadre de rivalités de pays qui l’utilisent soit pour se renforcer, soit pour affaiblir le concurrent dans le contrôle du territoire. Mais l’ours polaire est aussi source de coopération : les premières négociations internationales sur son statut dans les années 1970 ont été l’amorce d’une collaboration entre pays connaissant de sérieuses tensions, en raison de litiges frontaliers (États-Unis, Canada, Danemark) ou de la Guerre froide (URSS et pays membres du bloc occidental). Des acteurs économiques, privés ou publics, plus ou moins liés, sont aussi parties prenantes de cette géopolitique. Plusieurs entreprises, intéressées par l’exploitation de l’Arctique, prennent en compte l’ours polaire, soit pour utiliser son image, soit pour minorer les menaces qui pèsent sur lui, soit encore pour identifier les risques précis que toute exploitation pourrait faire peser sur l’espèce et son milieu.

Pour se procurer l’ouvrage écrire à fbenhammou2002@yahoo.fr ou polesdimages@gmail.com

1 Lacoste, Y., La Géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, Maspero, 1976 (réédition, La Découverte, 2014).

2 Pour l’orthographe des mots relatifs à la population inuit, nous adoptons la position des chercheurs arctiques. Pour le nom propre, au singulier, on écrit : un Inuk ; au pluriel : des Inuit. L’adjectif est invariable.

3 Planhol X. de, Le Paysage animal. L’homme et la grande faune : une zoographie historique, Fayard, 2004.

4 Par exemple modifier l’usage du milieu en cessant d’entretenir des prairies de fauche, arrêter la coupe locale du bois ou bien l’exploiter de manière plus intensive, arrêter de chasser telles ou telles espèces animales, ou en renforcer certaines.

5 Voir annexes page

Séminaire « Services écosystémiques culturels des animaux sauvages » à Tours le 25 mai 2018

Nous reproduisons ici l’annonce pour un séminaire abordant les relations aux animaux sauvages. Deux membres du collectif GATO y interviendront: Farid Benhammou parlera des grands carnivores en France et Guillaume Marchand proposera une réflexion sur la façon dont les populations riveraines de l’Amazone définissent la juste place des animaux sauvages.

« Ce séminaire est fait dans le cadre d’un projet de recherche porté par Irstea et financé par la région Centre Val de Loire. COSTAUD (Contribution des OnguléS au foncTionnement de l’écosystème et AUx services rendus à ChamborD), puisqu’il s’agit de lui, ambitionne d’améliorer la compréhension des paysages du Domaine National de Chambord par une approche pluridisciplinaire et intégrée du rôle des ongulés sauvages, cerf et sanglier, comme acteurs dynamiques des socio-écosystèmes contemporains. Il propose trois angles d’attaque complémentaires. Le premier vise à définir comment la diversité des usages, dont la chasse, et la place dédiée au cerf et au sanglier ont façonné les paysages et les habitats actuels du DNC. Le second se focalise sur des composantes de la biodiversité et plus spécifiquement sur l’implication du cerf et du sanglier dans les processus de transport des graines et dans les processus physiques et chimiques qui affectent les propriétés du sol, la germination des graines, la répartition spatiale des plantes, la composition des communautés végétales et en cascade d’autres groupes taxonomiques comme l’avifaune forestière. Le troisième aborde la dimension socio-économique et propose d’évaluer en quoi la présence du cerf influe sur la fréquentation touristique et les services culturels rendus par le DNC.

C’est dans ce troisième axe que se positionne notre séminaire. Son objectif est simple : questionner, discuter, faire un état des lieux des liens entre les animaux sauvages et les sociétés humaines ; identifier les enjeux liés à la présence de ces animaux sur les territoires ruraux. Si le rôle de ces animaux est important pour le fonctionnement des écosystèmes (et donc utile aux hommes), ce séminaire mettra plutôt l’emphase sur les retombées non matérielles, aussi bien positives que négatives (aménités, loisirs, conflits, organisation des territoires, jeu d’acteurs, etc.). »

Le programme est téléchargeable à cette adresse: http://citeres.univ-tours.fr/IMG/pdf/-95.pdf