La vie secrète des animaux : un bon exemple des apports de l’empirisme et des savoirs populaires à l’étude du comportement animal

En éthologie, il existe un adage maintes fois répété : « l’accumulation d’anecdotes ne constitue pas des données (scientifiquement exploitables) » (the plural of anecdote is not data), or, si l’on en croit Dalila Bovet cet adage résulterait, en fait, de la déformation d’une phrase prononcée par un certain Raymond Wolfinger: l’accumulation d’anecdotes constitue des données (the plural of anecdote is data)! Tout cela pour dire que l’éthologie n’accorde pas beaucoup de crédit aux observations non contrôlées par des protocoles méthodologiques rigoureux menés par des scientifiques et encore moins à des témoignages et des observations de « simples mortels ». En faisant le pari inverse, le nouveau livre de Peter Wohllben risque d’en crisper plus d’un. En effet, le désormais fameux forestier Allemand, reprend la formule qui l’a rendu célèbre en s’attaquant cette fois-ci à  La vie secrète des animaux. Le livre s’appuie essentiellement sur les observations et l’expérience de l’auteur depuis sa plus tendre enfance, avec une bonne dose d’anthropomorphisme et d’intuition. Attention toutefois, il ne s’agit pas d’un anthropomorphisme grossier visant simplement à projeter systématiquement et n’importe comment les traits humains sur les animaux, celui utilisé par l’auteur est justifié par l’idée que l’évolution s’est faite de manière plus ou  moins linéaire et que, par conséquent, il doit exister une certaine continuité psychique et émotionnelle entre nous et les animaux. P. Wohllben ne mobilise les découvertes récentes de l’éthologie moderne qu’avec parcimonie, souvent pour venir confirmer ce que ses observations et ses intuitions l’avaient amené à conclure sur le comportement animal. Il suit en cela la voie explorée par certains auteurs des animal studies, comme F. Kohler en anthropologie, M. Vicart en sociologie ou encore M. Campbell en géographie. Cette approche qui cherche à mettre en parallèle les expériences humaines et animales considérant qu’elles peuvent être dans certains cas partagées possède le mérite d’appréhender certains comportements peu ou pas étudiés par l’éthologie moderne mais aussi de proposer des explications alternatives aux conclusions proposées par celle-ci. Il est vrai que certains éthologues ont vite fait d’agir en « rabat-joie » et de proposer des explications mécanistes ou sociobiologiques à certains comportements animaux, érigeant celles-ci en vérité absolue car prouvées par des protocoles d’expérimentation prétendument rigoureux, alors que certaines personnes, dont je fais partie, considèrent que ces dernières peuvent constituer parfois seulement une explication parmi d’autres, le comportement animal recelant encore de nombreux mystères. Ce livre constitue donc à mon sens un bon exemple de ce que les praticiens de la nature, la naturalistes amateurs ou encore les populations traditionnelles peuvent apporter à la connaissance des mondes animaux. Les thématiques abordées y sont très riches (l’altruisme, les rêves, la conscience de soi et de la fin de son existence, la méchanceté…) et les observations proposées concernent autant les espèces sauvages (notamment les ongulés) que les domestiques (chèvres, cochons et chiens). Les géographes y trouveront des informations intéressantes sur les stratégies spatiales des animaux (cas des sangliers transfrontaliers genevois qui vont se réfugier en Suisse lorsque la saison de la chasse s’ouvre en France) ou sur l’impact à la fois positif et négatif de l’urbanisation sur ces derniers. Le seul bémol, à mon sens, à cet ouvrage est le vocabulaire utilisé parfois (les petits sangliers sont des « bouts de chou », les faux-bourdons « glandouillent » et tout un tas d’animaux sont « trop mignons »), ce qui vient desservir le propos et décrédibilise la démarche de l’auteur : valoriser les observations et savoirs populaires sur les animaux ainsi que populariser les dernières découvertes de l’éthologie scientifique. En raison du vocabulaire utilisé, l’auteur « bêtifie » d’une certaine manière un sujet noble ainsi que son lectorat, ce qui risque d’alimenter l’idée que l’animal est, au final, l’affaire de neuneus, de naïfs ou encore d’amis des bébêtes…

Source : http://www.arenes.fr/livre/vie-secrete-animaux/

Référence :

Peter Wohlleben, La vie secrète des animaux, Paris, Les Arènes, 2018, 271p.

Dalila Bovet, « Peut-on étudier la morale chez les animaux ? », Études rurales, 189 | 2012, pp. 57-73.

Pourquoi une géopolitique de l’ours polaire et de la grande faune? Par Farid Benhammou et Rémy Marion

D’après l’introduction de Géopolitique de l’ours polaire, Rémy Marion et Farid Benhammou, Editions Hesse, 2015.

Source: https://editionshesse.com/?p=1039

« La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre » selon Yves Lacoste1, le père du renouveau de la géopolitique en France. La géopolitique est l’étude des rivalités de pouvoirs sur et à propos des territoires entre des groupes, acteurs et/ou des individus. Les questions d’environnement, par essence conflictuelles et territoriales, se prêtant bien à ce type d’analyse, une géopolitique a pu être développée autour de cet aspect.

L’ours polaire implique des enjeux pour sa survie, sa protection et sa gestion à différentes échelles. Il relève d’une géopolitique locale (ou interne) et d’une géopolitique internationale (externe).

Une géopolitique locale : le point de départ écologique fait que l’ours polaire partage des territoires avec des sociétés humaines autochtones et non autochtones ; avec les populations locales non autochtones, comme à Churchill au Canada, se posent des questions de cohabitation et de sécurité publique. Avec les Inuit2, qui connaissent une autonomie politique croissante par endroits, la relation, plus ancienne et complexe, s’inscrit dans un cadre identitaire et de subsistance.

Le statut de protection de l’espèce émane des échelles nationales puis internationales, niveau d’analyse classique de la géopolitique. Des tensions fortes voient alors le jour, opposant partisans de l’exploitation de l’Arctique et de l’ours polaire, et les protecteurs du plantigrade. Il en est de même des grands enjeux internationaux de l’Arctique dans lequel l’ours polaire se trouve impliqué : contrôle territorial, ressources pétrolières et minières, passages stratégiques et commerciales, changements climatiques. Cet animal « géopolitique » se retrouve alors ballotté entre les rôles de victime, de façade ou d’étendard.

La géopolitique appliquée à un prédateur… pas comme les autres

En quoi la géopolitique peut-elle être pertinente pour étudier une espèce emblématique ?

Les grands animaux, notamment les grands prédateurs, drainent une charge symbolique, culturelle et politique, d’où une cristallisation particulière de l’attention des sociétés et des dirigeants au plus haut niveau. Quiconque s’intéresse aux grands prédateurs ressent intuitivement qu’on ne peut les réduire à leur simple dimension écologique, même si celle-ci est fondamentale.

Les grands prédateurs interpellent les sociétés humaines de longue date. Pourchassés, voire éliminés par l’homme, ils peuvent être un frein à la maîtrise totale d’un territoire et une entrave à son statut de « prédateur suprême à la surface de la planète », comme dirait Xavier de Planhol, un géographe de la vieille école3. Les tensions humains-animaux, en particulier celles relatives à l’ours au loup ou au requin, peuvent s’inscrire dans une approche géopolitique. Elles renouvellent l’étude des questions environnementales conflictuelles. L’éléphant, bien que grand herbivore, destructeur de plantations, peut s’inscrire dans la même logique.

L’étude de l’ours polaire a des points communs avec les « stars » de la prédation, mais possède des spécificités. L’une d’elle est qu’il ne suscite pas d’opposition directe et orientée contre lui.

Comme les autres espèces mentionnées ci-dessus, l’ours polaire peut être perçu comme un analyseur. Les animaux ne sont pas des prétextes à une étude qui serait déconnectée de leur biologie, de leur écologie et de leur conservation. Le problème d’environnement que cela représente est ce point de départ. Ils sont néanmoins des médiateurs intéressants car ils permettent d’analyser les relations des sociétés – à différentes échelles de territoires – avec une nature qui a évolué par elle-même et par ce que les hommes y ont fait ou n’y font plus4. Les prédateurs sont donc des prismes pertinents pour l’étude des évolutions écologiques et socio-économiques des territoires où ils sont présents. Ces « animaux géopolitiques » incarnent ainsi une modification du paysage dans divers registres : le paysage biophysique, le paysage socioculturel et le paysage politique. L’idée de paysage implique aussi un point de vue et une subjectivité dont il est difficile de se défaire. Des animaux qui sont des quintessences du sauvage nous renseignent sur le fonctionnement de nos sociétés au niveau tant local que global. C’est le cas pour l’ours polaire où la dimension internationale est au premier plan.

L’ours polaire interpelle. Comme tous les grands prédateurs, sa charge culturelle et symbolique est forte. Les contes, légendes, mythes et histoires locales de tout type sont des évidences pour le loup, un peu moins pour l’ours brun qui en a généré néanmoins tout autant à qui sait les chercher. Dans la culture inuit, l’ours polaire occupe une place comparable à celle de l’ours brun dans les cultures européennes préchrétiennes ou amérindiennes. Pour les Inuit, animistes avant l’arrivée des Occidentaux, l’ours polaire est l’incarnation d’un esprit important loué pour sa force et son rôle majeur, non seulement dans la mythologie, mais aussi dans leur perception du monde.

Des enjeux qui dépassent l’animal en lui-même

De nos jours, le grand prédateur personnifie des enjeux de conservation de biodiversité, même si ceux-ci peuvent le dépasser. Sa situation en haut de la chaîne alimentaire incite à considérer l’ours polaire comme un « seigneur de la nature », au même titre que le loup. Ses qualités de chasseur puissant et endurant, dans un univers des plus hostiles, renforcent l’admiration que cet animal peut susciter. Il s’agit aussi d’une espèce dite parapluie : elle est un indicateur majeur de la qualité du milieu, et sa protection entraîne celle de formes de vie moins mobilisatrices. Par exemple, dans les Pyrénées, la protection des milieux de l’ours brun profitera au grand tétras, au desman des Pyrénées et à plusieurs espèces végétales, parfois endémiques, peu connues du grand public.

Dans l’Arctique, la protection de l’ours polaire entraîne celle d’espèces qui lui sont liées, comme le renard polaire ou les oiseaux charognant ses restes. Mais elle implique des espaces où se trouvent une flore arctique, exceptionnelle sur terre, et des organismes aussi essentiels aux écosystèmes marins que le krill, petit crustacé base de l’alimentation de plusieurs espèces de poissons, phoques et baleines. Cet écosystème est aussi marqué par un phytoplancton dont on a longtemps sous-estimé la productivité et le rôle de capteur de CO².

Pour l’ours polaire, les enjeux sont bien supérieurs en raison de la spécificité du milieu arctique et des espaces immenses concernés, autant maritimes que terrestres. Par ailleurs, l’animal en vient à personnaliser des enjeux globaux par des instrumentalisations environnementalistes mais aussi gouvernementales, donc géopolitiques. Par la disparition progressive de son espace de vie, la banquise, il est associé au réchauffement climatique ; par les polluants que ses tissus concentrent, son corps de grand prédateur matérialise la pollution globale qui l’atteint par la chaîne alimentaire dans une nature qui semble pourtant si éloignée des activités industrielles ; par sa relative rareté et son adaptation au milieu polaire matérialisée par sa blanche fourrure, il est enfin le symbole d’une biodiversité remarquable en danger. C’est la seule espèce à incarner autant d’enjeux et de questions sur le plan écologique.

Les autres grands prédateurs suscitent des conflits car ils causent un préjudice, exagéré ou non, à des activités humaines. Ils s’inscrivent aussi dans une haine et/ou une peur pluriséculaire. Ils génèrent une opposition d’autant plus forte que d’autres sont motivés pour les protéger. Enfin, les grands prédateurs sont souvent les révélateurs, voire les boucs émissaires, d’une situation socio-économique de territoires qui connaissent des crises-mutations douloureuses. Les loups et les ours s’en prennent au bétail domestique. Les rancœurs profondes, qui cherchent des relais jusqu’aux plus hauts niveaux politiques, ne se retrouvent pas simplement en France. En Suède, en Norvège, en Slovénie, aux États-Unis, les dégâts de prédateurs – notamment du loup – font régulièrement l’objet de débats houleux dans les arènes parlementaires. Même en Suisse, berceau de la Convention de Berne qui protège les grands prédateurs en Europe, des acteurs politiques œuvrent à la remise en cause du statut protégé du loup à tous les échelons politiques, du canton au Parlement fédéral. Au tournant des années 2000, les opposants à l’ours dans les Pyrénées qui ont réussi à se regrouper à l’échelle du massif, rejoignent les organisations agricoles alpines et jurassiennes pour faire efficacement pression sur les élus et le gouvernement français. Dans la foulée, ils lancent une fédération européenne regroupant des acteurs agricoles et cynégétiques de différents pays ; leur but est de revenir sur la directive habitats qui protège ours, loup, lynx, glouton. Pour l’ours polaire, il n’existe pas de groupe constitué qui chercherait à éradiquer l’espèce pour ses prédations, ou même le danger qu’elle peut représenter pour les humains. Contrairement aux chasseurs d’Europe et d’Amérique du Nord qui crient souvent au loup qui « leur mangerait tout leur gibier », aucune voix – encore moins les autochtones – ne s’élève parce que l’ours polaire mangerait trop de phoques. En revanche, pour les populations autochtones du moins, l’ours polaire est aussi considéré comme un moyen de subsistance.

La haine est particulièrement tenace contre le loup en raison de son passé. Sa réputation de mangeur d’homme semble marquer la mémoire et les mobilisations collectives, bien plus que d’autres espèces dont la dangerosité est davantage avérée. Chaque année, sangliers, ours bruns et chiens domestiques causent des accidents mortels en Europe et en Amérique du Nord, ce qui n’est pas le cas du loup. Seul le requin, autre prédateur des mers, arrive à son degré de mauvaise réputation quasi universelle. Pour l’ours polaire, très dangereux potentiellement, ce comportement ne risque pas de dégrader sa protection. Si, par exemple, une attaque de loup avait lieu aujourd’hui sur l’homme en France, il est certain que les préfets s’empresseraient d’assouplir encore davantage les droits d’élimination. Le zèle du représentant de l’État à la Réunion concernant les attaques de requin semble montrer la voie. De plus en plus, le préfet de l’île autorise des massacres aveugles de requin, alors que l’usager victime s’est mis lui-même en danger dans tous les cas recensés. L’administration française, appliquant tant bien que mal les textes de protection, ne sait y déroger que par une basique logique de vengeance !

Pour l’ours polaire, dans un pareil cas, qui se produit à peu près chaque année, des autorisations bien circonscrites sont accordées. Cela expliquerait-il, en partie, l’absence d’opposition réelle à l’ours polaire ? Il faut y ajouter un ensemble de facteurs comme une histoire et une gestion politique de la nature différente dans les pays concernés.Dans son aire de répartition, même là où il est protégé, il y a toujours des aménagements pour des raisons de sécurité ou de subsistance qui autorisent des prélèvements limités. Mais les humains y font preuve de plus de modestie face aux éléments naturels.

Le passé du loup et l’absence actuelle de toute valorisation traditionnelle pour l’ours brun suscitent d’autant plus de hargne aux États-Unis, par exemple, qu’ils sont passés d’espèces chassables à espèces protégées.

En Europe, les grands prédateurs réapparaissent souvent après avoir été éradiqués. Ils sont synonymes de la disparition d’un monde dont les changements traumatisants – exodes ruraux, remplacement sociologique des populations, déprises agricoles, espaces forestiers conquérants – ne leur doivent rien. Quand on les accuse d’être responsables de la fin du pastoralisme, on confond ici les conséquences avec les causes, qui sont ailleurs. L’ours polaire, lui, n’est pas un bouc émissaire. Au contraire, il est non pas synonyme d’une nature recolonisatrice mais au contraire d’un monde jugé en voie de disparition. Si l’analyse est un peu rapide, les liens entre la survie de l’ours polaire et celle des populations autochtones sont étroits. Dans les deux cas, s’il y a des raisons objectives d’inquiétude, il y a aussi des éléments montrant que le tableau n’est pas toujours si sombre, et que des dynamiques moins pessimistes sont potentiellement à l’œuvre.

Si la géopolitique de l’ours polaire a des points communs avec celle des autres grands prédateurs, elle a des spécificités majeures. Les tensions et les conflits se situent à plusieurs niveaux et jamais directement contre l’espèce. Les oppositions les plus fortes sont entre les partisans d’une protection intégrale stricte (Annexe I de la CITES5) et ceux qui souhaitent le maintien de son statut actuel protégé permettant une chasse et un commerce contrôlés (Annexe II). Si la plupart des groupes écologistes acceptent en théorie la chasse traditionnelle, ils ne supportent pas celle de riches Européens ou Américains. Mais, oubli majeur, cette « chasse sportive » est intimement liée à la chasse des autochtones, puisque c’est eux qui permettent et guident ces pratiques dans des régions où c’est un des rares moyens de subsistance autonome. Les oppositions se retrouvent également au sein des environnementalistes, entre ceux qui ont conscience de ces enjeux et les autres. Ces tensions se retrouvent aussi à l’échelle des gouvernements : des groupes de pays se rangent derrière le maintien dans l’Annexe II (Canada, Danemark) d’autres aimeraient mettre l’ours polaire en Annexe I (Russie, États-Unis).

Derrière ces considérations, apparemment écologiques, se cachent en fait des enjeux géopolitiques qui dépassent les associations environnementalistes. L’ours polaire est ainsi au cœur de la géopolitique de l’Arctique, et cela ne date pas d’hier. L’animal est instrumentalisé dans le cadre de rivalités de pays qui l’utilisent soit pour se renforcer, soit pour affaiblir le concurrent dans le contrôle du territoire. Mais l’ours polaire est aussi source de coopération : les premières négociations internationales sur son statut dans les années 1970 ont été l’amorce d’une collaboration entre pays connaissant de sérieuses tensions, en raison de litiges frontaliers (États-Unis, Canada, Danemark) ou de la Guerre froide (URSS et pays membres du bloc occidental). Des acteurs économiques, privés ou publics, plus ou moins liés, sont aussi parties prenantes de cette géopolitique. Plusieurs entreprises, intéressées par l’exploitation de l’Arctique, prennent en compte l’ours polaire, soit pour utiliser son image, soit pour minorer les menaces qui pèsent sur lui, soit encore pour identifier les risques précis que toute exploitation pourrait faire peser sur l’espèce et son milieu.

Pour se procurer l’ouvrage écrire à fbenhammou2002@yahoo.fr ou polesdimages@gmail.com

1 Lacoste, Y., La Géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, Maspero, 1976 (réédition, La Découverte, 2014).

2 Pour l’orthographe des mots relatifs à la population inuit, nous adoptons la position des chercheurs arctiques. Pour le nom propre, au singulier, on écrit : un Inuk ; au pluriel : des Inuit. L’adjectif est invariable.

3 Planhol X. de, Le Paysage animal. L’homme et la grande faune : une zoographie historique, Fayard, 2004.

4 Par exemple modifier l’usage du milieu en cessant d’entretenir des prairies de fauche, arrêter la coupe locale du bois ou bien l’exploiter de manière plus intensive, arrêter de chasser telles ou telles espèces animales, ou en renforcer certaines.

5 Voir annexes page

Tribune de Farid Benhammou sur la gestion d’espèces problématiques dans Reporterre

Nous reprenons ici l’en-tête de la tribune de Farid Benhammou pour le site Reporterre, texte publié en septembre 2017 en marge de la 28ème édition du Festival International de Géographie.

Loups, requins, ibis sacré, bouquetins… ces animaux sauvages subissent des phases d’abattage massif de la part des autorités. Le plus souvent sans discernement sinon pour complaire à des intérêts particuliers, explique l’auteur de cette tribune, selon lequel « réflexion et matière grise pourraient permettre d’éviter une violence inutile“.

Lien pour le texte: https://reporterre.net/Loups-requins-ibis-blaireaux-un-massacre-sans-base-scientifique

 

Financer la conservation par le paiement de droits à l’image des animaux?

Une étude publiée par Franck Courchamp et ses collègues dans la prestigieuse revue Plos biology et reprise dans Le Journal du CNRS arrive à la conclusion suivante : le fait d’utiliser à outrance des espèces emblématiques dans les films d’animations, les publicités ou les logos nuit d’une certaine manière à leur conservation car cette abondance dans les médias fausse les représentations. En effet, le public en les voyant tous les jours en vient à croire qu’elles se portent bien alors que leurs populations sont en déclin et que l’horizon de leur extinction se rapproche dangereusement, deux ou trois décennies pour certaines.  Ces chercheurs proposent alors un mécanisme original pour essayer d’endiguer cette tendance, faire en sorte que les entreprises utilisant les traits de ces espèces paient un droit à l’image, les fonds ainsi récoltés pourront servir à développer des études à leur sujet et financer leur conservation. L’idée est loin d’être saugrenue, des droits à l’image sont déjà reversés pour l’utilisation de monuments ou de paysages spécifiques, pourquoi ne pas mettre en place un mécanisme semblable pour les animaux ? Les auteurs de l’étude ne détaillent pas les modalités de mise en œuvre de ce processus de droits à l’image, ils soulèvent toutefois quelques problèmes potentiels de réalisation, notamment dans le choix de l’administrateur de ces fonds. Qui préférer ? Une instance internationale comme la CDB ou l’IUCN ou des ONGs ?  Un autre problème à mon avis, non posé dans l’étude, est de savoir comment ce mécanisme bénéficiera à l’ensemble de la biodiversité, les compagnies ainsi taxées accepteront-elles que les fonds versés pour l’utilisation de l’image de certaines espèces emblématiques soient mobilisés pour celles qui le sont moins ? Après tout, quand on paye pour le droit à l’image d’une personne, l’argent est supposé être versé à cette dernière et seulement celle-ci (n’étant pas spécialiste en droit, du moins, je le présume).  Les théoriciens de l’économie environnementale accepteront-ils un versement de ces droits à l’image à d’autres bénéficiaires car au delà de ces espèces emblématiques, surreprésentées dans les médias, bon nombre d’autres animaux moins connus ou moins attractifs sur le plan esthétique sont  éminemment menacés, il serait donc juste qu’ils puissent aussi bénéficier de ce nouveau mécanisme. L’idée est en tout cas intéressante dans un contexte global de réduction des fonds étatiques alloués à la conservation des espèces.

Références:

Courchamp et al., “The paradoxical extinction of the most charismatic animals, PLOS Biology, publié en ligne le 12 avril 2018. https://doi.org/10.1371/journal.pbio.2003997 (link is external)

Interview de F. Courchamps dans Le Journal du CNRS : https://lejournal.cnrs.fr/articles/ces-animaux-stars-menaces-dextinction

Séminaire « Services écosystémiques culturels des animaux sauvages » à Tours le 25 mai 2018

Nous reproduisons ici l’annonce pour un séminaire abordant les relations aux animaux sauvages. Deux membres du collectif GATO y interviendront: Farid Benhammou parlera des grands carnivores en France et Guillaume Marchand proposera une réflexion sur la façon dont les populations riveraines de l’Amazone définissent la juste place des animaux sauvages.

“Ce séminaire est fait dans le cadre d’un projet de recherche porté par Irstea et financé par la région Centre Val de Loire. COSTAUD (Contribution des OnguléS au foncTionnement de l’écosystème et AUx services rendus à ChamborD), puisqu’il s’agit de lui, ambitionne d’améliorer la compréhension des paysages du Domaine National de Chambord par une approche pluridisciplinaire et intégrée du rôle des ongulés sauvages, cerf et sanglier, comme acteurs dynamiques des socio-écosystèmes contemporains. Il propose trois angles d’attaque complémentaires. Le premier vise à définir comment la diversité des usages, dont la chasse, et la place dédiée au cerf et au sanglier ont façonné les paysages et les habitats actuels du DNC. Le second se focalise sur des composantes de la biodiversité et plus spécifiquement sur l’implication du cerf et du sanglier dans les processus de transport des graines et dans les processus physiques et chimiques qui affectent les propriétés du sol, la germination des graines, la répartition spatiale des plantes, la composition des communautés végétales et en cascade d’autres groupes taxonomiques comme l’avifaune forestière. Le troisième aborde la dimension socio-économique et propose d’évaluer en quoi la présence du cerf influe sur la fréquentation touristique et les services culturels rendus par le DNC.

C’est dans ce troisième axe que se positionne notre séminaire. Son objectif est simple : questionner, discuter, faire un état des lieux des liens entre les animaux sauvages et les sociétés humaines ; identifier les enjeux liés à la présence de ces animaux sur les territoires ruraux. Si le rôle de ces animaux est important pour le fonctionnement des écosystèmes (et donc utile aux hommes), ce séminaire mettra plutôt l’emphase sur les retombées non matérielles, aussi bien positives que négatives (aménités, loisirs, conflits, organisation des territoires, jeu d’acteurs, etc.).”

Le programme est téléchargeable à cette adresse: http://citeres.univ-tours.fr/IMG/pdf/-95.pdf

Dossier spécial “espèces mal aimées” dans la revue Espaces Naturels

Décidément, les espèces indésirables ont le vent en poupe ! Après le numéro spécial du Courrier de la Nature, c’est au tour de la revue Espaces naturels d’en proposer un. On y retrouve notamment un texte écrit par mes soins sur les représentations du dauphin rose (Inia geoffrensis) au sein des populations riveraines d’Amazonie brésilienne. Plutôt destinés à des professionnels, ce dossier fait la part belle à des exemples concrets d’actions de médiation et de sensibilisation ayant pour but la réhabilitation des anciens nuisibles et autres animaux mal aimés, domaine dans lequel la recherche fondamentale possède parfois des lacunes. Il est en cela très instructif. Les textes composant le dossier seront en accès libre dans 6 mois, en attendant, il est possible de le commander sur le site de la revue.

 

 

 

 

 

 

 

Le lien vers l’annonce du dossier : http://www.espaces-naturels.info/espaces-naturels-61

 

Le Japon, futur hotspot des conflits humains-faune sauvage ?

En 2016, le fameux journal Nature publiait un article évoquant les risques d’augmentation à l’échelle globale des conflits humains-faune sauvage en pointant notamment l’Afrique subsaharienne, l’Inde et l’Amérique Latine comme des futurs hotspots, ceci en raison de l’avancée des activités humaines (fronts agricoles, extractivistes, périurbains) sur les derniers milieux que l’on pourrait qualifier, faute de mieux, de « naturels ». Ce modèle prédictif ne donnait pas grande importance au Japon, classé parmi les pays où le risque de croissance des conflits était faible. Or, à en croire un article récent de la revue Courrier International, ce pays semble connaître actuellement une recrudescence d’attaques d’ours sur les personnes, ainsi que celles de cerfs et de singes sur les cultures. La raison ? Une déprise démographique qui s’amorce sur une grande partie du territoire japonais et qui profite à la grande faune, celle-ci tirant également partie des équipements humains (routes, barrages en béton), notamment pour s’approvisionner en sels minéraux, ce qui dope sa santé et sa vigueur sexuelle ! Avec une perte annoncée de 30% de sa population d’ici 2065 et une forte tendance à la concentration territoriale, la situation risque fort de s’envenimer dans les prochaines années, ce qui pourra peut-être faire figurer le Japon dans la liste des hotspots des conflits mentionnée précédemment.

Références :

Courrier International, dossier spécial Japon: https://www.courrierinternational.com/article/societe-dans-les-campagnes-japonaises-la-nature-reprend-ses-droits

Di Minin, E., Slotow, R., Hunter, L. T., Pouzols, F. M., Toivonen, T., Verburg, P. H., … & Moilanen, A. (2016). Global priorities for national carnivore conservation under land use change. Nature Scientific Reports, 6, https://www.nature.com/articles/srep23814

Les conflits humains-faune sauvage à l’honneur sur le site especes-menacees.fr

Le site espèces-menacées.fr propose ce mois-ci un dossier spécial sur les conflits humains-faune sauvage dans le monde. Son auteure a choisi une approche régionale (Afrique, Amérique du Sud, Asie, Europe) en évoquant leurs causes et d’éventuelles solutions à mettre en œuvre. Un dossier largement bienvenu pour faire comprendre à un large public les enjeux sociaux et environnementaux liés aux conflits humains-faune sauvage et la difficulté à trouver des modes de cohabitation plus pacifiques.

Lien pour le dossier : http://www.especes-menacees.fr/dossiers/conflits-homme-faune-dans-le-monde/

L’éthique est dans le steak (ou pas…)

La géographie de la mort animale et celle du végétarisme sont encore balbutiantes en France, même si on aurait pu croire le contraire lors de la sortie du Libération des géographes autour du 28ème FIG, où la question de la consommation ou non de viande occupait le devant de la scène. Ce choix éditorial fut à mon sens bien malheureux car il donnait trop d’importance à une question relativement marginale au sein de ladite édition du FIG et passait sous silence la diversité des travaux menés en géographie animale dans l’Hexagone. Le sous-titre du dossier « végans contre viandards » était également trop racoleur à mon goût mais passons… surtout que Libération s’est un peu rattrapé ensuite en invitant un certain nombre de géographes à son numéro spécial sur les animaux.  Bref, ceux qui s’intéressent aux questions éthiques et à la consommation de viande seront certainement comblés par le numéro 117 (mars 2018) de la revue Philosophie Magazine. Ce numéro revient sur la diversité des positionnements éthiques entre ceux qui ne mangent pas de viande (abolitionnistes ou welfaristes, autrement dit s’intéressant davantage au bien-être) et ceux qui en mangent, car  le point de vue défendu par ce magazine est qu’il peut y avoir une réflexion morale dans la consommation de viande. Entre témoignages d’éleveurs, d’employés d’abattoirs, de consommateurs d’insectes s’esquisse une grande diversité de rapports à l’animal et à sa mort, rarement considérée comme anodine, ceci semble, selon les interviewés, plutôt le fait du consommateur de produits carnés et des agro-industriels, dommage que les concepteurs de ce dossier ne leur aient pas donné la parole. Ce dossier spécial réalise aussi le tour de force de mettre à une même table une figure de proue de la philosophie végane française (Florence Burgat), un chimiste adepte de la cuisine « note à note » (Hervé This) et une ardente défenseuse du monde paysan français (Jocelyne Porcher) et la discussion ne manque pas de saveur.

 

 

 

 

 

 

http://www.philomag.com/archives/117-mars-2018

Références :

LE LIBÉ DES GEOGRAPHES / Catalogne : la déchirure. 28 septembre 2017

LE LIBÉ DES ANIMAUX Numéro spécial. / 13 novembre 2015 Aide aux victimes.

Moralité, les grands carnivores sont des gros pervers…

The cougar’s tale texte écrit par Andrea Gullo, Unna Lassiter et Jennifer Wolch est un texte presque canonique en géographie animale notamment car ses auteures s’essayent à opérer un décentrement afin d’adopter le point de vue du puma et chercher à comprendre comment celui-ci peut nous percevoir. Presqu’une vingtaine d’année avant Baptiste Morizot, ces auteures réfléchissaient aux conditions d’une « négociation diplomatique » avec les pumas via cette opération de décentrement. Ce texte que j’avais un peu oublié m’est revenu en mémoire en parcourant les interminables couloirs  du métro parisien et en découvrant avec stupeur la campagne d’affiches contre le harcèlement sexuel. Afin de représenter le risque pour les femmes d’être victimes dans la rue de paroles et actes déplacés, des « créa » visiblement en manque d’inspiration ont choisi de représenter les goujats et harceleurs en puissance sous la forme d’animaux et pas n’importe lesquels, des ours, des requins et des loups aux postures agressives et prêts à ne faire qu’une bouchée de leurs victimes humaines. Dans le texte mentionné auparavant, les auteures abordaient également cette question, les pumas étant assimilés dans certains journaux à des prédateurs sexuels rôdant près des écoles et menaçant les enfants californiens, l’objectif étant de souligner le caractère contre-nature de ces animaux, leur comportement déviant et justifier leur régulation. Cette malheureuse campagne illustre ô combien l’image des prédateurs est encore associée à la déviance, à la perversité et à l’injustice, celle-ci étant largement partagée des éleveurs anti-prédateurs à certaines mouvances animalistes. Le dégoût de la prédation pourrait surprendre pour le deuxième groupe, portant il est très présent chez certains théoriciens et militants anti-spécistes qui souhaiteraient intervenir en faveur des pauvres et innocents herbivores afin de les soustraire des crocs des carnivores, la nature étant vue comme profondément inégalitaire. En bref, la réhabilitation des prédateurs dans nos sociétés  et la reconnaissance de leur utilité écosystémique ne sont pas pour tout de suite… Pour conclure rapidement sur les affiches de la RATP et de la SNCF, elles auraient pu s’inspirer de ce qui se fait ailleurs, je pense notamment au Brésil, où les pervers, frotteurs et autres harceleurs sont représentés fidèlement sous leurs traits humains !

 

 

 

 

 

http://www.europe1.fr/societe/ile-de-france-une-campagne-pour-lutter-contre-le-harcelement-dans-les-transports-3590591

Références :

Gullo, A. , Lassiter, U. and Wolch, J. 1998: The cougar’s tale. In Wolch, J. and Emel, J.  (ed.), Animal geographies: place, politics and identity in the nature-culture borderlands, London: Verso , 139-141.

Morizot, B. 2014 « Les diplomates. Cohabiter avec un prédateur sauvage à l’anthropocène ». Revue Semestrielle du Droit Animalier, 2014-1, p. 295-333.

Pour un exemple des débats animalistes sur la prédation :  http://www.cahiers-antispecistes.org/sur-la-predation-reponse-a-philippe-laporte/

Géographes, apprenons à réaliser des cartographies hybrides à l’aide des “blobs”

Dans le monde des (human-)animal studies, s’il est un concept particulièrement utilisé, c’est bien celui d’hybridité, mobilisé à pratiquement toutes les sauces à partir de références plus ou moins solides (et plus ou moins  justifiées) à B. Latour, D. Harraway, D. Lestel et consorts. Or, le blob étudié par A.  Dussotour dans son livre de 2017 (Physarum polycephalum pour son petit nom scientifique) semble plus hybride et post-moderne que n’importe quel autre être sur terre. Premièrement, il a longtemps mis à mal nos taxinomies occidentales, n’étant ni végétal, ni animal, ni champignon, il a longtemps été rangé parmi les protistes, une catégorie un peu fourre-tout destinée à recevoir les êtres vivants inclassables, avant d’être finalement catégorisé comme myxomycète, un être unicellulaire à noyau. Son génome est également resté un mystère pendant longtemps notamment car il présentait des variations importantes quant aux nombres de chromosomes pour des « individus » appartenant à la même espèce. Jugé « brouillon » par certains spécialistes en génétique, il n’a été déchiffré totalement qu’en 2015. Il malmène aussi le concept d’individualité : un blob peut être divisé en une multitude de petits blobs aux caractéristiques identiques et il est capable de fusionner avec plusieurs de ses congénères (même ceux provenant d’une espèce différente) et absorber leurs caractéristiques. Enfin, bien que dépourvu de cerveau, il sait résoudre des problèmes complexes (se déplacer dans un labyrinthe) en adoptant des stratégies différentes selon les spécimens étudiés, A. Dussotour leur attribue d’ailleurs, avec toute les précautions d’usage, une certaine « personnalité », et il semble enclin à « apprendre » et à transmettre cet apprentissage à ses congénères par simple contact. En résumé, il bouscule toutes nos certitudes de bons modernes !

Source: http://editionsdesequateurs.fr/web/bundles/equateurs/images/livres/moyen/Couve%20Dussutour.jpg

Une partie du livre peut intéresser particulièrement les géographes. On y apprend que le blob, pour se déplacer et se nourrir, est capable de reconfigurer son corps et, notamment, les vaisseaux par lesquels circulent les sucs nécessaires à son existence mais aussi des informations. En fonction de la ressource alimentaire disponible et de l’énergie à dépenser pour l’atteindre, il optimise la distribution de ces vaisseaux.  En raison de ces caractéristiques, T. Nagaki, spécialiste japonais des blobs eut ainsi l’idée de le placer sur une carte de la région de Tokyo avec de la nourriture posée sur les principales villes. Afin de pouvoir accéder à celle-ci, le blob devait étendre son corps et créer des « veines » pour la faire circuler dans son organisme. À l’issue de l’expérience, T Nagaki constata que le réseau des « veines » formés par le blob s’avérait plus efficace et que le réseau ferroviaire en place dans la région de Tokyo.  Certains auteurs se sont inspirés de cette expérience pour développer des « algorithmes blob » d’optimisation des réseaux. Les géographes ont depuis longtemps investi dans la cartographie réalisée selon le point de vue des populations locales (cartes mentales, cartes participatives) afin de mieux comprendre les usages et représentations de l’espace pourquoi ne pas aller plus loin et demander à d’autres êtres de nous assister dans la compréhension et l’optimisation de l’organisation des territoires? Réaliser une cartographie hybride en somme en se fondant sur les mouvements et stratégies spatiales des animaux, des plantes et autres êtres unicellulaires … De plus, un blob, coûtant quelques dizaines d’euros et adorant se délecter de flocons d’avoine, revient bien moins cher qu’un ordinateur et un logiciel SIG payant, par contre, il a une fâcheuse tendance à être vite envahissant…

 

Dussautour, A, 2017. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le blob sans avoir jamais oser le demander. Éditions des Équateurs, 179 p.

Nuisibles et mauvaises herbes, le collectif GATO contribue au débat!

Faisant suite au colloque ayant eu lieu en 2017 à La Défense, ce numéro spécial du Courrier de la Nature, orchestré par notre collègue historien Rémi Luglia, reprend quelques-unes des interventions dans un format adapté au plus grand public. Des membres du collectif GATO comptent parmi les contributeurs: E. Surmont et F. Benhammou pour aborder le cas des requins à la Réunion puis G. Marchand sur le rapport des ruraux français à la biodiversité ordinaire, souvent qualifiée de nuisible car incompatible avec les représentations individuelles et collectives quant à une belle nature, autrement dit propre, ordonnée et entièrement contrôlée par les humains! Ce numéro a le mérite de poser la question de la coexistence avec cette biodiversité sauvage problématique et de fournir quelques éléments de réponse.

COUV_cln_306

Source: http://www.snpn.com/produit/le-courrier-de-la-nature-n306-special-nuisibles/

Communication de Guillaume Marchand au 28ème FIG (Texte intégral)

De la cohabitation entre les pêcheurs artisanaux et les prédateurs fluviaux dans une aire protégée d’Amazonie brésilienne occidentale

Je travaille sur les relations entre êtres humains et animaux non humains depuis environ 5 ans et je me suis spécialisé dans l’analyse des problèmes de cohabitation avec différentes espèces animales sauvages, ce que la biologie de la conservation nomme les conflits humains-faune sauvage (Human wildlife conflicts). Cette expression possède différentes acceptions dans la littérature scientifique mais elle fait référence globalement à deux choses. Premièrement,  à ce que je nomme personnellement les interactions négatives entre êtres humains et animaux sauvages, ce qui regroupe par exemple les destructions de cultures par des herbivores ou d’animaux d’élevage par des prédateurs mais aussi des formes de compétition pour l’accès à certaines ressources. Deuxièmement, cela fait référence à un climat d’hostilité plus ou moins violent à l’égard des animaux jugés problématiques, ce qui peut conduire à leur abattage plus ou moins sommaire ou encore à la contestation de mesures de conservation prises à leur égard (cf. affiche contre la présence du loup en Haute-Loire).

Dans plusieurs publications récentes, j’ai cherché à démontrer que les conflits humains-faune sauvage pouvaient intéresser la géographie, et à mes yeux cet intérêt est triple. Premièrement, car les conflits renvoient à une question de partage de l’espace, et plus spécifiquement à la question : quelle portion d’espace laisser aux espèces sauvages  dans un monde largement anthropisé et humanisé? Deuxièmement, car certaines de leurs causes sont spatiales, par exemple, d’importantes modifications paysagères ou la réduction de leurs habitats naturels peuvent pousser certaines espèces animales à s’aventurer dans des espaces anthropisés et, ce faisant, provoquer différents problèmes. Enfin, troisièmement, car les conflits naissent d’une « transgression spatiale » selon l’expression de T. Johanson, autrement dit, lorsque les animaux sauvages sortent de la place symbolique ou concrète qu’un groupe humain leur a assigné. Dans biens des cas, la définition de cette juste place des animaux sauvages est avant tout une construction sociale et ne tient pas compte de leurs nécessités biologiques ou écologiques, comme l’ont d’ailleurs très bien démontré les anthropologues I. Mauz ou N. Lescureux. Cette juste place dépend d’une trajectoire socio-historique spécifique et d’un certain nombre d’idées sur les espaces occupés ou mis en valeur par les humains mais aussi un certain nombre d’idées sur  les espèces animales. Si l’on s’intéresse aux espèces sauvages dont il sera question ici, elles se doivent de maintenir leurs distances avec les établissements humains ou ne peuvent pénétrer dans les espaces soumis à leur contrôle, dans le cas contraire, cela peut-être ressenti comme une perte de souveraineté sur un espace donné ou un recul de la civilisation face à la « sauvagerie » et au « chaos ».

Aujourd’hui, je vais vous parler de conflits que j’ai pu observer dans diverses aires protégées d’Amazonie brésilienne entre des pêcheurs de subsistance et différents prédateurs fluviaux, notamment des dauphins roses, des loutres géantes et des caïmans. Je m’appuierais plus spécifiquement sur le cas de la réserve de développement durable de la Rivière Uatumã, où j’ai mené des recherches plus détaillées sur cette question entre 2012 et 2013. Cette réserve est somme toute  assez représentative de ce qui se passe en d’autres lieux et peut servir en quelque sorte de cas d’école pour comprendre les difficultés à mener des politiques de conservation efficaces. Il faut savoir que depuis le début des années 1990, notamment après la tenue du premier Sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992, les créations d’aires protégées se sont multipliées en Amazonie Brésilienne et aujourd’hui ce sont environ 44 % du territoire qui sont protégés si l’on additionne les unités de conservation, dénomination locale pour les aires protégées à vocation environnementale, et les territoires indigènes. Si l’on se restreint aux unités de conservation, ce qui représente environ 23% de l’Amazonie légale, plus de la moitié ont la double mission de protéger la biodiversité mais aussi des populations aux modes de vies dits traditionnels, c’est à dire des groupes humains dont la survie est tributaire des ressources naturelles sans pour autant avoir un fort impact sur ces dernières. Parmi ces populations, figurent les ribeirinhos (riverains en portugais), peuples qui occupent les bords de rivière, les plaines et les forêts inondées et dont la subsistance dépend majoritairement des nombreuses espèces de poissons amazoniennes. Alors qu’une partie majoritaire des pouvoirs politiques, de l’opinion publique et des ONG attribuent aux ribeirinhos une relation harmonieuse et pacifique avec la nature, en réalité, on observe au cours des dernières années, dans les réserves qui les accueillent, une croissance des formes de conflits avec certains représentants du règne animal. Ce qui laisse planer un certain nombre de doutes sur le bien-fondé d’une telle stratégie de conservation puisque cette cohabitation problématique fait peser d’un côté des contraintes sur la vie quotidienne des populations humaines et d’un autre côté peut nuire à la protection d’espèces menacées à divers degrés d’extinction. Dans le cadre de cette communication, je décrirai dans un premier temps les conflits entre pêcheurs et prédateurs fluviaux ayant cours dans la RDS Uatumã, puis dans un deuxième temps, je reviendrai sur leurs différentes causes. À la lumière de cette analyse je livrerai, en conclusion, quelques réflexions sur la façon dont pourrait être mise en œuvre une cohabitation plus pacifique.

  1. Description des conflits humains-prédateurs fluviaux dans la RDS Uatumã

1.1 Le théâtre des conflits et ses protagonistes

La RDS Uatumã est une Unité de Conservation d’Usage Durable qui fut créée entre 1997 et 2004 par le gouvernement de l’État fédéré de l’Amazonas. Elle couvre actuellement une surface de 424 430 ha. Son but principal était d’endiguer les dégradations environnementales liées au barrage hydroélectrique de Balbina, situé en amont et dont la construction entre 1981 et 1989 avait eu de sérieuses conséquences sur la faune et la flore aquatique du bas Uatumã. La démarcation poursuivait aussi un objectif social puisqu’elle devait assurer une certaine sécurité foncière aux populations ribeirinhas qui vivaient sur place et devait faciliter l’accès à certains programmes gouvernementaux, notamment les crédits ruraux de la réforme agraire, des aides à l’installation d’écoles et l’octroi d’allocations familiales. Elles furent, à ce titre, consultées à plusieurs reprises pendant le processus de démarcation qui a nécessité leur accord préalable. La RDS est soumise à différentes règles d’usage de la faune et de la flore qui ont été consignées dans un plan de gestion dont le respect est soumis au contrôle des deux gestionnaires de la réserve : le Centre des unités de conservation de l’État de l’Amazonas (CEUC), organe gouvernemental, et l’Institut de conservation et de développement durable de l’Amazonas (IDESAM), une ONG à vocation socio-environnementale. Toutefois, concernant l’usage de la faune, les règles sont peu ou prou les mêmes que dans n’importe quel espace appartenant au territoire brésilien : la chasse d’animaux est globalement interdite mais est tolérée si elle est pratiquée à des fins de subsistance et en cas de problème provoqué par un animal, celui-ci ne peut être abattu théoriquement qu’avec l’accord préalable d’un agent assermenté, sinon cela constitue un crime aux yeux de la loi Brésilienne.

 

La RDS abrite environ 1300 habitants répartis sur une vingtaine de communautés. Les ribeirinhos de la RDS Uatumã vivent essentiellement de l’agriculture (presque exclusivement la culture du manioc) et de la pêche artisanale. La pêche est essentiellement tournée vers la subsistance, les excédents pouvant être vendus localement ou dans les centres urbains proches, mais cette pratique est seulement tolérée en l’absence d’un réel plan de gestion des ressources ichtyologiques. Des campagnes de pêche commerciales sont autorisées entre mars et juin de chaque année, toutefois, les embarcations et le matériel de pêche appartiennent souvent à des personnes externes à la RDS et ses habitants sont le plus souvent employés comme simples auxiliaires, les relations avec les « patrons de pêche » travaillant dans la RDS ou dans les alentours sont assez tendues. Les foyers situés dans la RDS sont relativement pauvres, le revenu mensuel per capita moyen se situe autour de 150 R$ (environ 59 € au moment de l’enquête) alors que le seuil d’extrême pauvreté est fixé par le gouvernement brésilien à 70 R$ per capita, soit environ 27 €.

Comme cela a été mentionné en introduction les conflits avec les pêcheurs concernent essentiellement quatre espèces de prédateurs fluviaux : le dauphin rose d’Amazonie appelé aussi boto ou Inie de Geoffroy, le caïman à lunettes,  la loutre géante et dans une moindre mesure le caïman noir.

Le dauphin rose est le plus grand des dauphins d’eau douce du monde, certains mâles peuvent atteindre les 2,5m. La teinte rosée qui a donné son nom à l’espèce est caractéristique de la phase adulte, les mâles étant généralement plus clairs que les femelles qui peuvent garder la teinte  grisée des juvéniles. Le corps profilé et flexible du boto s’adapte parfaitement à différents types d’environnement aquatique, il peut aussi bien fréquenter les cours d’eau principaux que les forêts inondées où l’eau est beaucoup plus rase (ce que l’on nomme localement les igapós). Les botos sont des animaux très curieux qui peuvent facilement chercher le contact avec des humains ou leurs embarcations. De nombreuses légendes courent à leur sujet, celles-ci ayant la plupart du temps une connotation sexuelle. Certains individus seraient ainsi enchantés (encantados), c’est à dire des êtres surnaturels capables de se transformer en un homme vêtu de blanc afin de coucher avec les jeunes ribeirinhas, voire de les séquestrer dans le monde subaquatique. Même sans être enchantés, les botos sont supposés être attirés par les femmes et les jeunes filles en période de menstruation, si celles-ci naviguent dans cet état le boto il est dit que le boto peut les harceler et provoquer leur chavirement. Pour ces raisons, ils sont perçus assez négativement par les ribeirinhos, voyant en eux des animaux malfaisants ou « pervers » (boto perverso).

Bien que les données de population dans les différents pays amazoniens soient éparses, l’espèce est considérée comme menacée d’extinction par l’Institut Brésilien de l’Environnement et certains spécialistes pensent qu’elle est entrée dans une phase de déclin rapide en raison de la dégradation et de la fragmentation des cours d’eau ainsi que l’utilisation de sa chair dans le processus de capture de la piracatinga, un poisson nécrophage apprécié dans les pays andins. Selon les chiffres de l’AMPA, qui compte d’éminents spécialistes de l’espèce, le taux d’extinction des populations brésiliennes de boto serait de l’ordre de 7% par an.

Sur les quatre espèces amazoniennes de caïman, les caïmans noirs et à lunettes sont les plus corpulents, les premiers peuvent atteindre entre 3 et 6 mètres, les seconds peuvent mesurer jusqu’à 2,5m. Ces deux caïmans se nourrissent principalement de poissons durant leur phase adulte, mais en tant que prédateurs opportunistes ils peuvent s’attaquer aussi à des oiseaux et des mammifères, y compris les animaux domestiques qui s’aventurent près des berges. Le caïman noir a longtemps été pourchassé pour l’exploitation de sa peau, mais depuis la loi brésilienne de la faune de 1967 et son inscription à l’annexe 1 de la CITES, où il y figurait jusqu’en 2007, il est actuellement en reprise démographique. Il peut être aujourd’hui rencontré en grande densité. Des études menées dans 5 états amazoniens au début des années 2000 ont révélé ainsi des densités de caïmans noirs pouvant atteindre les 400 individus par km. Les  caïmans à lunettes, dont la peau est moins aisée à travailler, ont moins été pourchassés pour la maroquinerie que leurs cousins. Toutefois, ils ont tout de même été victimes d’une chasse intensives pour leur chair vendue illégalement sur les marchés populaires amazoniens, parfois sous l’appellation frauduleuse de chair de pirarucu/arapaima (Arapaima gigans), un poisson particulièrement apprécié au Brésil et qui victime de son succès a frôlé l’extinction. Les densités des caïmans à lunettes ont elles aussi augmenté dans les années 1990 et 2000. Les deux espèces de caïmans ne sont pas classées comme menacées d’extinction par l’UICN et l’Institut Brésilien de l’Environnement mais l’avenir des populations situées en dehors des aires protégées est jugé incertain par les spécialistes. Ces deux espèces sont extrêmement craintes et détestées par les ribeirinhos en raison des menaces qu’elles font peser sur la vie humaine, la plupart des communautés amazoniennes ayant des histoires d’attaques de caïmans à raconter, même si les cas reconnus officiellement ou traités dans la littérature scientifique sont rares.

Les loutres géantes, comme leur nom l’indique, sont les plus grandes représentantes de la sous- famille lutrinae, elles peuvent atteindre jusqu’à 180 cm et peser dans les 30 Kg. Elles vivent en groupe familiaux composés de jeunes de différentes générations et sont extrêmement territoriales. Ainsi, l’approche d’un intrus provoquera une mobilisation du groupe avec des charges dissuasives accompagnées de nombreuses vocalisations stridentes et expositions de leurs canines saillantes. Elles sont perçues également par les ribeirinhos comme des animaux agressifs et sont de ce fait globalement peu appréciées. Ce ressentiment à leur encontre s’explique aussi par une réputation de voracité et leur présumée préférence pour des espèces de poisson consommées par les humains ou ayant une haute valeur commerciale. S’il est vrai qu’un individu adulte peut consommer quotidiennement jusqu’à 10% de son poids en poisson, en réalité, seulement 1/3 des espèces de poisson consommées par les loutres géantes sont pêchées et consommées par les ribeirinhos. Jusqu’à leur inscription à l’annexe 1 de la CITES, les loutres géantes ont été intensément chassées, elles aussi pour leurs peaux, conduisant à une importante réduction de leur aire de distribution sur le continent sud-américain. Les quelques populations rémanentes d’Amazonie et du Pantanal sont en train de décroître selon les dernières estimations, l’espèce est classée comme vulnérable par l’UICN et l’IBAMA.

Les données de population pour ces quatre espèces ne sont pas disponibles à l’échelle de la RDS. Toutefois, ses habitants pensent qu’elles sont en train de croître. Des études scientifiques récentes menées en divers endroits de la rivière Uatumã montrent qu’il s’agit en fait d’une phase de recolonisation, la faune aquatique a fortement décliné lors de la construction du barrage et sa mise en service mais est aujourd’hui en reprise démographique.

1.2 Les conflits humains/prédateurs fluviaux en quelques chiffres

Entre 2012 et 2013, j’ai mené une enquête sur les problèmes provoqués par la faune sauvage terrestre et aquatique dans la partie sud de la réserve, interrogeant 58 foyers, soit 80% du total, dans les 5 principaux villages communautaires. Parmi les problèmes provoqués par la faune, la destruction partielle ou totale des filets par les prédateurs fluviaux lors des sorties de pêche demeure le plus évoqué avec 32,90% des citations sur la période couverte par l’enquête. Elles sont principalement le fait de dauphins roses (59,9%) puis des caïmans à lunettes (22,8%) et des loutres géantes (15,1%). Les prédateurs fluviaux sont également cités dans des proportions bien moindres pour d’autres problèmes : les captures accidentelles dans les filets (7,4% des citations) en raison des dégradations qu’elles peuvent engendrer sur leur matériel de pêche, les attaques sur les animaux de basse-cour (4,01% des problèmes cités), œuvre des deux espèces de caïman, mais aussi des formes d’agression sur les humains ou les chiens domestique (1,55% des citations), œuvre des loutres cette fois-ci. Les habitants de la RDS font davantage de reproches aux prédateurs fluviaux pour les dégradations des filets que pour les autres problèmes provoqués en raison de leur fréquence (parfois plusieurs fois par mois en saison des pluies lorsque l’utilisation des filets est plus intensive) mais aussi en raison du coût que cela représente : la réparation d’un filet oscille, en moyenne, entre 50 et 150 R$, ce qui peut nuire fortement au budget des foyers.

Durant ces interactions négatives avec les habitants de la RDS Uatumã, 51 caïmans à lunettes ont été abattus, au moins 2 caïmans noirs, 2 loutres et 1 dauphin rose. À ces abattages il faut ajouter la mort accidentelle d’une loutre retrouvée noyée dans les filets et celle de 4 dauphins roses victimes eux aussi de captures accidentelles ou retrouvés échoués avec des blessures suspectes (coup de machettes ou de harpons). Le fait de tuer ces espèces étant illégal, il se peut que le nombre d’abattage déclaré par mes interlocuteurs soit sous-évalué. Le nombre plus réduit d’abattage de dauphins et de loutres en comparaison aux caïmans à lunettes s’explique par une différence de traitement de ces espèces. Pour les dauphins et les loutres, les habitants de la RDS privilégient la plupart du temps des solutions non létales pour prévenir ou éviter les conflits avec eux. Par exemple, les pêcheurs cherchent d’abord à augmenter la surveillance des filets de pêche ou mettent en place une stratégie d’évitement en observant le comportement des animaux et de leurs mouvements pour déterminer ou poser les filets.  En revanche,  ils sont impitoyables avec le caïman à lunettes en raison du danger qu’il peut représenter mais aussi parce que sa chair est appréciée localement. Toutefois, j’ai pu déceler des signes de mécontentement à l’encontre des dauphins et des loutres. Un premier signe de mécontentement réside dans le vocabulaire utilisé pour décrire ces espèces, les qualificatifs de malvado (malfaisant), maú carater (de mauvaise disposition) ou desgraçado (salaud) étant souvent utilisés. Un second signe réside dans le fait de vouloir les réguler: 20% des personnes en conflit avec des loutres ou des dauphins considèrent que la solution idéale pour faciliter la coexistence serait de les réguler par l’abattage. Il n’est pas donc exclu que dans un avenir plus ou moins proche les solutions violentes à l’égard des deux mammifères puissent gagner de l’ampleur.

2. À l’origine des conflits : un partage de l’espace de plus en plus problématique

2.1 De la variabilité de la juste place accordée aux prédateurs fluviaux

Dans leurs discours, les populations ribeirinhas ont plutôt tendance à déclarer que les corps d’eau « appartiennent » aux espèces fluviales (« a água  é a área deles »). Ainsi, les prédateurs mentionnés auparavant devraient être à leur « juste place » (concept proposé par I. Mauz), ce qui devrait normalement se traduire par une forte tolérance à leur égard. Or dans la pratique, les enclaves humaines sont nombreuses au sein de ce territoire animal. Les berges près des habitations, là où les ribeirinhos viennent laver le linge, leur vaisselle ou se baigner sont du domaine exclusif des humains, l’approche de quelconque prédateur aquatique est vécue comme un affront ! Le fait de faire mouiller un filet dans un endroit donné délimite également une zone où les prédateurs n’ont pas le droit de circuler. Surtout que dans la vision du monde ribeirinha, les loutres géantes et les dauphins sont mieux équipés que les humains pour capturer des poissons et sont vus comme des animaux aux capacités cognitives supérieures, en attaquant les filets ils se comportent juste comme des concurrents déloyaux, un peu paresseux et qui n’ont pas le sens du partage ! L’un de mes interlocuteurs déclaraient à ce sujet : « le boto est un animal irresponsable car il y a beaucoup de poissons dans la rivière, il peut nous faire crever de faim ! Il est l’IBAMA de la rivière, il empêche les caboclos de pêcher ». L’IBAMA étant, je le rappelle, l’organe fédéral chargé de la surveillance environnementale. Si en dehors de ces enclaves plus ou moins permanentes, les botos et les loutres géantes sont à leur place, le cas des caïmans est un peu plus délicat. Largement craints et souvent détestés, la tolérance à leur égard est très faible dans les zones fréquemment parcourues par les habitants de la RDS. D’ailleurs les individus pris accidentellement dans les filets ont rarement la vie sauve. Les individus de plus de deux mètres sont souvent abattus de manière préventive pour éviter quelconque accident, des expéditions de chasse collective impliquant plusieurs communautés peuvent même être menées contre des spécimens particulièrement corpulents.

2.2 Des changements de comportement venus envenimer la coexistence

Selon les populations interrogées, ce partage de l’espace et les enclaves humaines étaient autrefois respectés par les prédateurs fluviaux mais les choses ont évolué. Bon nombre de mes interlocuteurs ont blâmé les animaux car ils auraient changé de comportement au fil du temps. Ils ont notamment déclaré que les loutres et les dauphins maintenaient autrefois leur distance car ils « craignaient » les filets, toutefois, grâce à leur intelligence, ils auraient progressivement appris à en tirer profit. Certains pêcheurs considèrent même que les botos n’ont pas perdu seuls leur peur des filets, ils auraient été habitués à s’en approcher par les pêcheurs commerciaux qui fréquentaient autrefois les alentours de la RDS. Ici, le conflit avec les dauphins renvoie à un autre conflit socio-environnemental avec d’autres concurrents « déloyaux », les pêcheurs commerciaux contre lesquels les ribeirinhos ont lutté, et continuent encore de le faire, pour l’exploration des ressources ichtyologiques le long de la rivière Uatumã. Les animaux ne semblent pas être les seuls à avoir changé de comportement et à moins respecter ce partage de l’espace. L’évolution récente des techniques de pêche est un facteur important dans la montée en puissance des conflits. Autrefois, les filets étaient assez rares et chers, or, avec l’arrivée du nylon à la fin des années 1990, les coûts ont commencé à baisser et les filets se sont multipliés dans la RDS. Par commodité et pour réduire l’effort de pêche, les habitants ont peu à peu privilégié leur pose longue, s’appropriant des portions toujours plus grandes et nombreuses de l’espace parcouru par les prédateurs fluviaux. Au début de cette démocratisation des filets, cela ne posait pas trop de problème car les dauphins, les loutres et les caïmans étaient peu nombreux dans la région, leurs populations ayant été réduites par la chasse et ensuite par les dégradations environnementales liées au barrage de Balbina, toutefois, avec leur retour progressif, le nombre d’attaques a sensiblement augmenté. La tolérance envers ces animaux semble aussi avoir baissé au cours du temps. À la lecture des travaux de F. Benhammou et J. Galhano Alves au sujet du loup en Europe, on peut émettre l’hypothèse que la raréfaction des prédateurs dans les années 1980-1990 ait en quelque sorte rompu une « tradition de coexistence » avec eux. Les prédateurs fluviaux n’étant plus ou peu là, les pêcheurs auraient en quelque sorte perdu l’habitude de composer au quotidien avec eux. Certains de mes collègues brésiliens comme V. da Silva, spécialiste du dauphin d’eau douce, avancent eux l’hypothèse d’un « désenchantement » de la culture ribeirinha pour expliquer cette réduction de la tolérance. Autrefois, les ribeirinhos croyaient fortement à l’existence d’être surnaturels protecteurs de la faune terrestre et aquatique tels que le Curupira ou la pseudo sirène Iara qui pouvaient sanctionner lourdement les pêcheurs ou les chasseurs trop gourmands. Ils croyaient aussi au fait que blesser ou tuer un boto était risqué car il pouvait éventuellement être encantado et pourrait chercher à se venger de différentes manières, soit en faisant en sorte que le pêcheur l’ayant molesté ne puisse plus attraper de poisson (être panema en langage local), soit en s’en prenant aux jeunes filles de sa famille. Or, avec l’adoption généralisée du mode de vie urbain et l’avancée de l’évangélisme, ces croyances sont fortement tombées en désuétude.

2.3 La requalification du territoire: un autre facteur d’intolérance

La récente requalification du territoire des ribeirinhos de la rivière Uatumã en aire protégée est également un facteur qui est venu perturber le partage de l’espace avec les prédateurs fluviaux. Bien que la délimitation de la RDS se soit faite avec leur accord, ses habitants estiment avoir été trompés sur sa finalité. Alors qu’eux espéraient de la RDS qu’elle contribue au développement local, ils pensent qu’elle privilégie, au contraire, la protection environnementale. Les conditions d’existence y sont particulièrement difficiles et les services publics fondamentaux, tels que l’accès à l’éducation, aux soins et à l’électricité sont difficilement assurés, ce qui accentue le sentiment de Télistokome décrit par L. Laslaz, autrement dit, le sentiment de vivre dans un bout du monde et d’être oublié des pouvoirs publics. Les règles de la RDS et la sensation d’un contrôle permanent sur les activités des habitants poussent certains d’entre eux à considérer que le gouvernement préfère sauver les dauphins ou les caïmans  au lieu de se préoccuper du sort des « bons chrétiens » selon les termes utilisés par mes interlocuteurs. En réalité, comme dit antérieurement, les règles concernant la faune dans la RDS ne sont pas très différentes de celles du reste du territoire brésilien et les gestionnaires ainsi que la police environnementale sont en général assez conciliants vis-à-vis des infractions commises par les communautaires. À ma connaissance, aucun habitant de la RDS n’a été sanctionné pour avoir abattu un animal qui lui posait problème sans avoir demandé une autorisation préalable. Ce qui est en jeu ici est la sensation de « dépossession territoriale ». D’un côté, la RDS est accusée de faire proliférer les prédateurs fluviaux mais, d’un autre, elle est aussi accusée d’empêcher ses habitants de pouvoir les réguler comme cela se faisait avant sa création. Le droit d’abattage est particulièrement important pour faciliter la cohabitation avec les prédateurs comme cela a été démontré par N. Lescureux car cela instaure un principe de réciprocité : si tu m’enlèves quelque chose je peux t’ôter la vie et obtiendrai une certaine forme de réparation pour le préjudice subi. Avec la création de l’aire protégée, les ribeirinhos ont l’impression que ce droit d’abattage n’est plus entièrement entre leurs mains mais entre celles des gestionnaires de la réserve et de la police environnementale.

Conclusion

Comme dit en introduction, la situation de la RDS Uatumã est loin d’être exceptionnelle. J’ai travaillé dans cinq autres aires protégées habitées de l’Amazonas et du Pará et chaque fois j’y ai retrouvé peu ou prou les mêmes conditions socio-économiques, les mêmes tensions avec les acteurs impliquées dans la protection environnementale et souvent les mêmes problèmes de cohabitation avec la faune sauvage. Ainsi le modèle actuel des réserves dites d’usage durable doit être revu pour faciliter la cohabitation avec certaines espèces animales. Comment mettre en place une cohabitation plus pacifique ?  Avant toute chose, et cela est tant évident que cela peut sembler un truisme, il est nécessaire d’améliorer les conditions d’existence des populations. Faire en sorte que les aires protégées habitées assurent réellement leur fonction de développement durable. Certains chercheurs brésiliens comme V. da Silva ou E. Ramalho postulent que le développement d’activités économiques autour d’espèces problématiques peut faciliter le changement d’opinion à leur sujet. Or cela dépend des activités. Par exemple, le tourisme d’interaction avec les dauphins roses dans la région métropolitaine de Manaus, développé avec l’appui de l’Association des Amis du Lamantin et de l’Institut National de Recherche de l’Amazonie (INPA), semble plutôt envenimer la situation qu’autre chose : les pêcheurs se plaignent de ne pas assez bénéficier des retombées touristiques et de faire face à des animaux encore plus téméraires car davantage habitués au contact humain !

Un autre point crucial à mon avis est de travailler sur l’éducation environnementale des populations habitant dans ces réserves car bien souvent les enjeux de leur création leur échappent totalement. Les habitants de la RDS Uatumã ne comprennent pas pourquoi eux devraient continuer à faire l’effort de protéger des dauphins et des loutres car ils ont la sensation d’en voir de plus en plus. Ils ont du mal à concevoir que la situation puisse être différente en d’autres lieux d’Amazonie. Dans le même domaine, les habitants de la RDS ont une opinion assez négative des prédateurs fluviaux et connaissent assez mal leur fonction écosystémique. Moins de 15% des personnes interrogées sont capables de trouver une fonction environnementale à nos quatre prédateurs, pire 44% d’entre elles considèrent que les loutres n’ont aucune utilité ! Pourquoi protéger donc ce qui n’est en rien utile ? L’Association des Amis du Lamantin a entrepris un travail dans la RDS Uatumã et d’autres aires protégées de l’Amazonas pour essayer de combler cette lacune en distribuant des bandes-dessinées ou des prospectus afin d’expliquer les bénéfices directs et indirects qu’apportent les mammifères fluviaux aux pêcheurs, j’ai mis ici en exemple une affiche expliquant comment les déjections des lamantins nourrissent les poissons. Mais les informations divulguées semblent peu assimilées ou sont parfois contestées, les pêcheurs estimant en savoir plus sur ces animaux que les scientifiques.

Enfin, il semble primordial d’investir dans des formes de prévention des conflits. Pour l’instant, les techniques utilisées par les populations locales visent la simplicité (telles que l’évitement, les tentatives d’effarouchement par le jet d’objet ou de harpons) et ne sont pas toujours efficaces. De nouvelles formes de prévention restent à trouver et une coopération entre les ribeirinhos et les acteurs de la conservation et les scientifiques serait largement profitable pour plusieurs raisons. Premièrement, car cela permettrait d’inclure les populations locales dans le processus et faciliterait le dialogue avec les différents acteurs impliqués dans la protection de ces espèces, ce qui pourrait en retour augmenter le climat de confiance et faciliterait éventuellement le passage d’informations au sujet des espèces problématiques afin de redorer leur blason. Deuxièmement, car les populations locales sont souvent de fines observatrices du comportement des espèces et peuvent aider à développer des solutions efficaces, comme cela a pu être observé avec l’éléphant d’Afrique. L’idée de protéger les cultures par des ruches, des plants ou des bombes de piment vient des savoirs locaux et ces techniques se sont montrées pour l’instant beaucoup plus efficaces et moins coûteuses que les clôtures et autres barbelés proposés par les chercheurs occidentaux!

 

Le collectif GATO présent au colloque “Les études animales sont-elles bonnes à penser?”

 

Trois membres du collectif GATO (Guillaume Marchand, Philippe Sierra et Farid Benhammou) présenteront une communication au colloque international intitulé “Les études animales sont-elles bonnes à penser?” organisé par l’Université de Strasbourg (8-10 novembre), dont voici le résumé:

La géographie animale française et sa trajectoire dans l’appréhension des territoires plus-qu’humains

En 2004, dans Le Paysage animal, Xavier de Planhol proposait une zoogéographie du rapport à la grande faune qui rappelait cette évidence : des territoires, au sens d’espaces appropriés, autres qu’humains préexistaient aux sociétés actuelles qui ont imposé leurs territorialités. Ce faisant, cette publication mettait au jour un double oubli d’une géographie alors très divisée entre, d’une part, une géographie sociale qui avait exclu les dynamiques naturelles de son propos et, d’autre part, une géographie physique qui s’était depuis longtemps intéressée aux transformations phytogéographiques, hydrologiques et géomorphologiques des milieux, mais avait à peine considéré les animaux. Depuis une quinzaine d’années, les études de géographes français sur les animaux se sont multipliées, permettant de dépasser ce double déni et de repenser le territoire, notamment en s’intéressant aux interrelations entre les dynamiques sociales, politiques, animales et parfois végétales dans la construction des territoires, leur requalification ou leur insertion dans différents réseaux. Le présent texte se proposera de dresser un bilan de ces productions, en faisant état des avancées obtenues sur les plans épistémologiques, conceptuels et méthodologiques mais aussi des lacunes qui restent à combler. Nous profiterons de cette rétrospective pour évoquer les difficultés que rencontrent certains géographes animaliers français pour faire reconnaître leurs travaux, mais aussi leurs idées sur les relations hommes/animaux et le statut de ces derniers, face à une tradition disciplinaire fortement marquée par l’anthropocentrisme et relativement critique vis-à-vis de ce qui pourrait le menacer (théories environnementalistes ou animalistes dites « radicales »). Situation qui est en passe d’évoluer, comme en témoigne le choix thématique du nouveau Festival International de Géographie, où les questions éthiques et l’animalisme seront discutés.

Le programme complet du collooque est disponible à l’adresse: https://sites.google.com/site/droitetethiquedelanimal/ue-debats-ethique-animale/colloque-interdisciplinaire-et-international-les-etudes-animales-sont-elles-bonnes-a-penser