Les géographies animales françaises, anglo-saxonnes et brésiliennes dans la revue Confins

Les sciences humaines et les humanités brésiliennes ont amorcé dans les années 2010 leur « tournant animal ». Il y eut certes des précédents notables dans l’anthropologie indigéniste nationale qui abordait déjà de façon détaillée les relations complexes des amérindiens aux animaux sauvages, les écrits d’E. Viveiros de Castro constituent dans ce domaine une référence, toutefois, les années 2010 se caractérisent par un double mouvement de diversification, d’une part, une diversification des disciplines tentant d’intégrer l’animal dans leur champ d’analyse et, d’autre part, une diversification des contextes et situations étudiés. Au sein de ce « tournant animal », la géographie brésilienne est encore en retrait, ce qui a stimulé l’écriture du texte qui vient de paraître dans la revue franco-brésilienne Confins afin de mieux faire connaître au public brésilien les géographies animales pratiquées en France, dans le monde anglo-saxon et au Brésil. Pour parvenir à cet objectif, il était indispensable d’écrire le texte en portugais, les ressources sur la géographie animale dans cette langue ou celle des pays voisins étant rares. Le fait d’écarter le français ou l’anglais est ici volontaire et fait partie de cette stratégie de « décolonisation » de la géographie animale que nous abordons brièvement dans le texte. Le choix des auteurs et des exemples donnés concourt également à cette stratégie, l’idée étant de montrer qu’il est possible d’aborder conjointement des problématiques sociales (inégalités, discriminations) et animales (conservation, utilisation économique, éthique et justice animale), les étudiants en géographie des universités brésiliennes et leurs professeurs étant très portés sur les premières et voyant dans les secondes qu’une « lubie » des pays développés et industrialisés. Nous joignons ici le résumé en français du texte et le lien de la publication.

Le lien : https://journals.openedition.org/confins/16008

Le résumé :

Au cours des 25 dernières années, la géographie humaine est passée par un processus de diversification afin d’intégrer de nouveaux objets d’étude dans son champ de réflexion, parmi lesquels figurent les animaux. Le présent article vise à présenter les principes de la géographie animale à un public universitaire qui le méconnait. Dans cette optique, nous proposerons une rétrospective de l’évolution des géographies animales anglo-saxonnes et françaises, révélant leurs points de convergence et de divergence. Nous avons décidé de nous restreindre à ces deux pôles de production universitaire partant du principe qu’ils offrent généralement les principales sources de référence bibliographique aux géographes brésiliens pour les sujets de recherche émergents. Enfin, nous proposerons quelques éléments de réflexion sur les conditions de croissance de la géographie animale au Brésil et sa contribution potentielle à la décolonisation de la géographie animale.

Rendons à César… de la paternité des Human-Animal Studies

Mais qui a inventé les Études Humanimales (ou anthropozoologiques, si vous le souhaitez) ? Keneth Shapiro ? Margo DeMello ? Linda Kalof ? Que nenni… il faut chercher plus loin car dès 1896 Emile Zola avait en quelque sorte idéalisé ce champ d’analyse scientifique :

« Pourquoi la rencontre d’un chien perdu, dans une de nos rues tumultueuses, me donne-t-elle une secousse au coeur ?

Pourquoi la vue de cette bête, allant et venant, flairant le monde, effarée, visiblement désespérée de ne pas retrouver son maître, me cause-t-elle une pitié si pleine d’angoisse, qu’une telle rencontre me gâte absolument une promenade ?

Pourquoi, jusqu’au soir, jusqu’au lendemain, le souvenir de ce chien perdu me hante-t-il d’une sorte de désespérance, me revient-il sans cesse en un élancement de fraternelle compassion, dans le souci de savoir ce qu’il fait, où il est, si on l’a recueilli, s’il mange, s’il n’est pas à grelotter au coin de quelque borne ?

Pourquoi ai-je ainsi, au fond de ma mémoire, de grandes tristesses qui s’y réveillent parfois, des chiens sans maîtres, rencontrés il y a dix ans, il y a vingt ans, et qui sont restés en moi comme la souffrance même du pauvre être qui ne peut parler et que son travail, dans nos villes, ne peut nourrir?

Pourquoi la souffrance d’une bête me bouleverse-t-elle ainsi? Pourquoi ne puis-je supporter l’idée qu’une bête souffre, au point de me relever la nuit, l’hiver, pour m’assurer que mon chat a bien sa tasse d’eau ? Pourquoi toutes les bêtes de la création sont-elles mes petites parentes, pourquoi leur idée seule m’emplit-elle de miséricorde, de tolérance et de tendresse?

Pourquoi les bêtes sont-elles toutes de ma famille, comme les hommes, autant que les hommes ?

Souvent, je me suis posé la question, et je crois bien que ni la physiologie, ni la psychologie n’y ont encore répondu d’une façon satisfaisante.

D’abord, il faudrait classifier. Nous sommes légion, nous autres qui aimons les bêtes. Mais on doit compter aussi ceux qui les exècrent et ceux qui se désintéressent. De là, trois classes : les amis des bêtes, les ennemis, les indifférents. Une enquête serait nécessaire pour établir la proportion. Puis, il resterait à expliquer pourquoi on les aime, pourquoi on les hait, pourquoi on les néglige. Peut-être arriverait-on à trouver quelque loi générale. Je suis surpris que personne encore n’ait tenté ce travail, car je m’imagine que le problème est lié à toutes sortes de questions graves, remuant en nous le fond même de notre humanité ».

 Emile Zola, L’amour des Bêtes, Le Figaro 24 mars 1896

Note : ce texte et ceux produits par une grande variété d’intellectuels sur les animaux peuvent être lus dans l’Anthologie d’Ethique Animale de Jean-Baptiste Jangène Vilmer publiée aux PUF en 2011.

Chien robot contre chat organique : peut-être que finalement l’humanité n’est pas encore prête « à se leurrer elle-même »…

Dans une interview de 2012 donnée à Culture Mobile, Dominique Lestel faisait part de ses craintes sur la façon dont la multiplication des machines et robots en tout genre pourrait modifier le rapport des êtres humains aux animaux. Il y constatait un double phénomène d’évolution sociétale: d’un côté, notre rapport aux animaux « organiques » s’est considérablement appauvri, se réduisant à celui entretenu avec les animaux domestiques et quelques espèces commensales tolérées dans nos cités, et, de l’autre, une tendance à créer de nouveaux liens avec nos machines, liens qui se substituent progressivement à ceux que nous avions avec d’autres être vivants. Dans ce domaine, nous pouvons citer le cas des poupées connectées qui peuvent acquérir chez certains êtres humains le statut de compagnon/compagne au détriment de personnes en chair et en os. Selon lui, il existe un risque non négligeable de voir les animaux robotiques être un jour préférés aux animaux organiques, les premiers étant d’une certaine manière façonnés par l’humain et pour l’humain, alors que notre emprise sur les seconds n’est somme toute que partielle. Elle est, en effet, limitée aux espèces domestiques et encore… qui peut se targuer de contrôler totalement un chat ? Pour appuyer sa démonstration, il utilisait l’exemple de la fille de la sociologue Sherry Turkle qui trouvait que les animaux en chair et en os qu’elle observait au zoo d’Orlando sonnaient « moins vrai » que les automates animalisés qu’elle avait vus auparavant à Disney World. Il y voyait l’émergence d’une nouvelle génération pour qui la différence entre animaux robots et animaux organiques n’était que ténue, une génération qui pourrait totalement se satisfaire de la seule compagnie des premiers au détriment des seconds. Partant de ce constat, Dominique Lestel ne manquait pas alors de souligner l’énorme problème que cela posait pour la protection de la biodiversité : pourquoi donc s’évertuer à dépenser un « pognon fou », pour reprendre la triste formule présidentielle, ou essayer de changer de mode de vie afin de protéger des espèces animales en danger et leur habitat, autant remplacer les spécimens menacés par des robots ou des images virtuelles visibles via n’importe quelle interface de réalité augmentée ? Au final, cela marcherait peut-être, les humains ayant selon lui une forte capacité à se leurrer eux-mêmes. Sommes-nous vraiment destinés à vivre dans un monde à la Philip K. Dick où les humains se damnent pour posséder des chats, des chouettes ou des moutons électriques ? Nos rapports complexes et protéiformes aux animaux organiques seront-ils vraiment anéantis par l’avènement d’ « animoïdes » ?

Jujuba vs Stella, GM 2018

Je partage l’inquiétude de Dominique Lestel concernant l’appauvrissement du rapport à l’animal vu que je l’ai observé moi-même à plusieurs reprises lorsque je développais des actions d’éducation environnementale avec les écoles publiques de Manaus. Les écoliers étaient incapables de pouvoir citer ou identifier correctement les espèces amazoniennes emblématiques : par exemple, les jaguars étaient appelés « panthères » et même les noms communs des caïmans qui pullulent dans les cours d’eau de la ville n’étaient pas connus. En revanche, tous connaissaient par cœur les principales caractéristiques des Pokémons à la sortie de Pokemon go et son système de chasse à la bestiole virtuelle en réalité augmentée… Si cela laisse planer quelques doutes sur son éventuelle mobilisation pour la protection de la biodiversité, je ne suis pas certain, toutefois, que cette génération soit encore prête à remplacer les animaux organiques par des animaux robotiques et je m’appuie sur un exemple concret : ma fille ! Contrairement à ce que l’on dit souvent dans le monde scientifique, l’accumulation d’anecdotes constitue des données, alors voici des éléments qui viennent apporter de l’eau à mon moulin. Ma fille de 6 ans, donc, a voulu un chien robot avec lequel elle pouvait interagir. Je n’y voyais pas d’inconvénient car nous possédions déjà une chatte « organique », enfin un félidé qui s’anime de temps en temps, en dehors de ces nombreuses heures de sieste, mais aussi parce qu’elle possède une certaine curiosité pour le monde animal. Après quelques jours avec ce fameux chien robot, baptisé Stella par ses soins, je lui ai demandé ce qu’elle préférait, son chat ou le robot et la réponse a été sans appel : le chat. Pourquoi ? Et bien en résumant car elle trouve que les interactions avec le robot sont décevantes (ce qui m’étonne car il obéit sensiblement plus que la chatte), le contact avec lui n’est pas agréable (le plastique « c’est froid ») et ses réactions sont parfois bizarres ou effrayantes (ses yeux s’éclairent en fonction de l’humeur présumée et cela est assez flippant pour une petite fille de voir une fausse bestiole lui foncer dessus avec des yeux jaunes ou verts fluo!). Bref, dans l’esprit de cette fille de 6 ans rien ne vaut donc un animal en chair et en os, peut-être que cela peut s’expliquer par le soin que j’apporte à lui faire découvrir le monde animal, soin largement relayé par l’école, ou encore par le caractère « archaïque » du comportement du robot et son apparence « froide ». Si le chien robot avait été en tout point semblable à un vrai chien peut-être que la réaction de ma fille aurait été différente, d’ailleurs dans l’œuvre de Philip K. Dick, c’est cette ressemblance avec l’espèce originale qui motive le choix d’avoir un animal électrique, seuls les plus riches pouvant s’offrir les derniers spécimens vivants. Cependant, les robots animaux dont nous disposons pour l’instant en sont encore loin et c’est sans doute mieux ainsi. Tout ne semble donc pas encore totalement perdu pour que la nouvelle génération s’intéresse aux vrais animaux, toutefois, il semble nécessaire de devoir renforcer davantage leur sensibilisation aux questions environnementales et animales…

Pdf de l’interview de Dominique Lestel à l’adresse: http://www.culturemobile.net/system/files/pdf/culturemobile_visions_dominique_lestel.pdf


Appel à articles pour le colloque living forests

Nous mettons en lien la page contenant l’appel à communication pour le colloque international « Habitats forestiers et forêts habitées » où les interactions entre populations humaines et faune sauvage seront à l’honneur. La date de soumission des propositions a été étendue.

https://living-forests.sciencesconf.org/resource/page/id/6

Numéro spécial ours pour le Courrier de la Nature

Farid Benhammou a coordonné un numéro spécial du Courrier de la Nature sur les ours où la réflexion géographique est prégnante.

http://www.snpn.com/produit/le-courrier-de-la-nature-special-ours/

Voici le lien annonçant la publication du numéro et donnant un aperçu du sommaire:


Quelques remarques préliminaires sur la biche tétanisée, la justice spatiale et les animaux….

Jean   GARDIN,  Jean   ESTEBANEZ   et  SOPHIE   MOREAU, «Comme la biche tétanisée dans les phares de la bagnole», Justice Spatiale, n° 12,octobre 2018, www.jssj.org

Préambule : afin que les choses soient bien claires et pour éviter toute attaque sur le mélange des genres, je ne suis pas militant abolitionniste, ni végane et je n’ai aucun intérêt particulier à défendre ces postures !

À l’annonce de la parution du texte de Jean Gardin, Jean Estebanez et Sophie Moreau, je me suis empressé d’envoyer un message à Jean Estebanez dont j’apprécie le travail pour le féliciter d’avoir initié avec ses collègues une réflexion sur l’inclusion des animaux dans les travaux de géographie portant sur la justice spatiale mais aussi environnementale. En effet, la géographie de la justice spatiale et environnementale telle qu’elle est pratiquée en France, mais cela vaut aussi dans le monde anglo-saxon, ne se préoccupe que d’humains et d’eux seuls. Elle est d’ailleurs chez certains auteurs (Xavier Amelot ou Veronique André Lamat) très critique vis-à-vis des politiques de protection de la nature vu que certaines d’entre elles conduisent au déplacement de populations, à la perturbation de leurs modes d’existence, à la violation de certains de leurs droits ou encore à des formes de racisme et de néocolonialisme, etc.  Il est vrai qu’à l’origine les réflexions sur la justice sociale et environnementale ont été portées par des mouvements sociaux s’estimant victimes de politiques d’aménagement ou environnementales abusives et les sciences sociales se sont fait rapidement l’écho de ces abus en leur donnant une base théorique, notamment pour définir les critères pertinents afin de parler d’injustice. Ce qui explique donc cette tendance à l’anthropocentrisme et à une critique récurrente de l’écologie ou de diverses dynamiques s’en réclamant (le développement durable ou l’écotourisme, par exemple). Pour autant, l’articulation entre justice spatiale ou environnementale et les réflexions sur l’éthique animale est-elle incompatible ? Est-il possible de développer une réflexion sur la justice spatiale ou environnementale qui soit plus-qu’humaine ?

Le texte de J. Gardin, J. Estebanez et S. Moreau apporte au final peu d’éléments de réponse sur ces points, si ce n’est le rappel de la nécessité de développer une éthique animale ou des théories de la justice animale prenant mieux en compte le rapport des humains aux animaux pour une meilleur appréhension des injustices dont ils sont ensemble victimes. Au contraire, ils se livrent davantage à une analyse critique des différentes théories d’éthique animale et de justice animale et de leurs façons de considérer l’humain et l’environnement. Ce faisant, ils tirent à boulet rouge sur l’abolitionnisme, une posture en éthique animale qui consiste à exclure toute utilisation ou possession d’animaux, voire tout contact direct avec eux. Les auteurs partent du principe que l’abolitionnisme, fondé sur une certaine continuité entre l’humain et l’animal et un certain égalitarisme, vise paradoxalement à recréer de nouvelles frontières entre humains et animaux, autrement dit la négation d’une frontière ontologique entre les deux justifie la mise en œuvre d’une nouvelle frontière physique. Ils considèrent également que l’abolitionnisme nie certaines réalités spatiales et ne prend pas assez encompte la diversité des rapports entre humains et animaux à la surface du globe, pouvant être créateur à son tour d’injustice sociale (mise au ban des éleveurs, des travailleurs dans les abattoirs, négation des rapports entre populations traditionnelles et animaux) mais aussi spatiales (interdiction de pénétrer dans certains espaces protégés, d’accéder à certaines ressources animales, etc.). Sur ces deux points, ils ont raison, l’abolitionnisme est assez symptomatique d’une façonde pensée occidentale et trop marqué par la problématique de l’élevage industriel; forcer, par exemple, les populations traditionnelles amazoniennes à adopter un régime végétarien serait probablement catastrophique sur le plan alimentaire (les protéines végétales sont rares ou sous-exploitées) mais aussi socioculturel (risque de voir un rapport complexe aux proies, aux esprits, aux lieux se dégrader). Toutefois, on ne peut taxer pour autant la posture abolitionniste d’illogique car en soi elle l’est : c’est justement parce qu’elle reconnaît aux animaux le statut d’êtres sentients, de sujet-d’une-vie ou de personne qu’elle prône en quelque sorte « un droit des animaux à disposer d’eux-mêmes », avec la nécessité parfois de les aider dans cette démarche. Après, on peut ne pas être d’accord avec cet axiome, ce dont nos trois auteurs ne se cachent pas, mais la logique y est. Je rejoins toutefois mes trois collègues sur le caractère inepte des théories interventionnistes extrêmes sur la nature sauvage que l’on peut voir fleurir ça et là (voir par exemple les  Cahiers Antispécistes n°19 ou n°40), celles-ci visent par exemple à préférer systématiquement les herbivores (plus faibles) aux carnivores ou encore à vouloir transformer ceux-ci en végétariens notamment par le recours au génie génétique… Bref, du pur délire mêlant projections sociales, anthropomorphiques et anthropocentrsime, qui à mon sens, porte préjudice à l’animalisme dans son ensemble.

Le lecteur aura rapidement compris que l’analyse des principales théories de l’animalisme faite par les auteurs est loin d’être impartiale, leur posture sur le statut et le traitement des animaux puisant davantage dans l’humanisme étendu, « l’entraide » de Kropotkine et Reclus ou encore les écrits de Jocelyne Porcher (la mort animale est justifiée par le don-contre don, une vie digne contre une mort digne pour l’utilisation du lait, de la viande ou du cuir). Encore une fois, c’est leur droit, cependant leur critique contient un certain nombre d’erreurs, quelques raccourcis et, aussi, parfois, un peu de mauvaise foi. À titre personnel, j’ai trouvé l’accroche autour de la phrase de Laurent Joffrin au sujet de l’inclusion de la question animale dans les programmes politiques dela campagne de 2017 vraiment grossière. On se demande comment trois chercheurs ayant bac+8, par ailleurs brillants dans leurs domaines respectifs, n’arrivent pas à comprendre que lorsque Monsieur Joffrin parle de « progrès de la civilisation » il n’est nullement question de traiter tous ceux qui vivent avec, mangent ou utilisent des animaux comme des vulgaires « sauvages »mais bien de constater que l’extension des préoccupations morales et politiques aux animaux est bien l’un des derniers chantiers de nos civilisations, du moins occidentales, s’atteler à cette tâche est donc synonyme de progrès. Rien de choquant là-dedans, pas de quoi être « tétanisée comme une biche… » pour filer la métaphore de nos trois collègues, sauf si l’on veut faire semblant de s’offusquer à des fins incantatoires.

En ce qui concerne les erreurs sur les théories animalistes, une lecture plus attentive de l’ouvrage de Jean-Baptiste Jangène Vilmer cité dans la propre bibliographie du texte aurait pu en dissiper quelques-unes. Après avoir présenté les approches de Singer, Regan, Francione, Nussbaum et Donaldson et Kymlicka, pages 5 et 6 les auteurs les placent tous dans la tendance abolitionnistes : « les auteurs que nous avons cités s’inscrivent dans le courant abolitionniste, même si ce qualificatif est simplificateur p.6 », c’est plus que simplificateur, en l’occurrence, c’est faux. Singer est Nussbaum sont des réformistes (welfaristes) ce qui leur vaut notamment des remontrances de la part des vrais abolitionnistes comme Regan ou Francione ! Singer est souvent associé dans le texte à l’abolitionnisme (« celui qui a marqué la rupture entre l’abolitionnisme des mouvements de libération animale et les mouvements plus anciens de protection des animaux » p.7), alors que sa posture est beaucoup plus modérée : il n’est pas strictement végane (enfin du moins aux dernières nouvelles) et n’est pas opposé complètement à l’expérimentation animale mais plutôt à ses dérives ; de mémoire, le seul point sur lequel il se prononce pour une abolition totale concerne la maltraitance animale pour la diversion (corrida, combats d’animaux). Les auteurs associent également les antispécistes aux abolitionnistes, c’est également partiellement erroné; s’il est vrai qu’une grande majorité d’abolitionnistes s’autoproclament antispécistes, on trouve aussi des antispécistes chez les réformistes, Singer en est le plus pur exemple. Les auteurs associent également les mouvements de libération animale, et par extension les animalistes, à une volonté d’établir une égalité parfaite entre espèces, encore une fois, si on lit bien le livre éponyme de Singer ou le résumé qu’en fait Jangène Vilmer (p.73 de son manuel), on voit bien que ce n’est pas si simple. Ce qui est en jeu ici c’est l’égalité de considération des intérêts (comme celui de ne pas souffrir inutilement) et non pas l’égalité de traitement, les animaux et les humains ayant des intérêts différents, il ne sert à rien de vouloir les traiter de la même manière, autrement dit, comme le rappelle Singer lui-même rien ne sert de militer pour l’entrer des cochons à l’université, ils n’en auraient cure ! L’égalité des considérations ne signifie pas non plus que toutes les vies se valent, le fait d’avoir une conscience de soi ou la possibilité de pouvoir établir des projets confère aux animaux qui possèdent ces caractéristiques plus de valeur qu’à ceux qui ne les ont pas : en d’autres termes, la vie des grands singes, des cétacés et de certains corvidés, qui semblent avoir ces capacités, vaut plus que celle des crustacés qui semblent en être dépourvus. Autre point qui me semble critiquable est la volonté de faire de tous les abolitionnistes des chantres de l’utilitarisme, sous prétexte que tous se réfèrent à Jeremy Bentham et sa volonté d’utiliser la souffrance comme seul critère valable pour faire des animaux des patients moraux. Encore une fois c’est faux, les principaux théoriciens de l’abolitionnisme, Regan ou Francione, méprisent au plus haut point l’utilitarisme et ses petits calculs pour déterminer le ratio acceptable entre souffrance des victimes et bien-être des bénéficiaires d’une action. Enfin, je terminerai cette critique de la critique des théories animalistes par deux arguments qui me semblent abusifs : le premier qui consiste à faire des animalistes des personnes ne se préoccupant pas d’environnement et l’autre qui consiste à en faire des soutiens de l’agro-industrie. Ces arguments ne sont pas nouveaux, on les retrouve fréquemment sous la plume de Jocelyne Porcher, grande pourfendeuse de l’éthique animale anglo-saxonne et figure de proue du végano-scepticisme. En ce qui concerne le premier point, il est vrai que l’éthique animale et l’éthique environnementale ont de nombreux points de divergence, notamment parce que la première est souvent centrée sur les individus et souhaite pour ces derniers une vie pleine, entière et débarrassée de souffrance, alors que la seconde ne se préoccupe que du maintien des écosystèmes et des espèces, les individus ne comptent pas ou peu et leur sacrifice n’est pas proscrit du moment que cela ne met pas en péril la survie des écosystèmes ou de la lignée. Toutefois, tous les théoriciens contribuant au domaine de l’éthique animale abordent les problématiques environnementales dans leur réflexion, Singer le premier en évoquant à de nombreuses reprises et de manière détaillée les coûts environnementaux de l’élevage industriel. Si l’on reprend la théorie des capabilités de Nussbaum ou la zoopolitique de Donaldson et Kymlicka au sujet des animaux sauvages, l’un des objectifs premiers est bien la préservation de leurs habitats ! Quant à l’idée que l’agriculture végane prône le recours aux intrants synthétiques et autres produits fournis par les industries pétro-chimiques, c’est également aller un peu vite en besogne. A titre d’exemple, les Cahiers Antispécistes (n°36) ont publié des éléments à ce sujet, leur agriculture se veut 100% naturelle et respectueuse des écosystèmes. Est-ce que cela marcherait à grande échelle et est-ce que cela serait suffisant pour nourrir la planète ? N’étant pas agronome, je n’en sais rien et je ne suis pas sûr que l’on puisse réellement savoir dans l’état actuel des choses, la question n’ayant pas encore été totalement tranchée pour l’agriculture biologique, thème à la mode depuis vingt ans, alors quid d’une agriculture végane encore plus récente ? Ce qui m’intéresse ici est de démontrer que l’argument visant à faire des abolitionnistes ou des véganes des personnes jouant systématiquement le jeu des agro-industriels et partageant avec eux une vision commune de l’agriculture est fallacieux.

Ces différents problèmes dans l’argumentaire ayant été soulevés, revenons-en à nos moutons : comment intégrer les animaux aux réflexions sur la justice spatiale et environnementale ? Comme je l’ai dit précédemment nos trois auteurs se limitent, mais c’est déjà un premier pas, à évoquer l’impact éventuel de certaines théories animalistes sur les sociétés humaines (stigmatisation des éleveurs, des travailleurs de la filière bouchère) et sur l’espace (séparation des territoires humains et animaux avec risques de délocalisation des premiers au profit des seconds). Ils évoquent la nécessité de développer d’autres théories que celles auxquelles les animalistes se réfèrent, en faisant la part belle aux réflexions récentes de Jocelyne Porcher. Pourtant d’autres auteurs ont choisi une approche exactement inverse, c’est notamment le cas de David Schlosberg qui utilise la théorie des capabilités de Martha Nussbaum pour intégrer les animaux et la nature dans une justice environnementale que l’on pourrait qualifier de globale car incluant humains et non-humains. La théorie des capabilités est fondée sur l’idée qu’une société doit offrir une vie digne et épanouissante aux humains et aux animaux, elle vise à préserver certains fonctionnements ou capacités qui permettent à un individu de vivre pleinement son existence. La théorie des capabilités s’intéresse donc aux conditions offertes par une société pour l’exercice de cette vie épanouie. Elle liste dix conditions fondamentales parmi lesquelles le fait d’être en vie, en bonne santé, de ne pas voir son corps mutilé, de pouvoir jouir de ses émotions, de la compagnie d’autres être vivants (congénères ou individus appartenant à d’autres espèces, ce qui inclut les humains) et de pouvoir exercer un certain contrôle sur son existence et son environnement (pris dans un sens large). Schlosberg part du principe que moyennant quelques aménagements cette approche permet de définir les bases d’une justice environnementale globale. Parmi les aménagements à prévoir, il évoque la nécessité de changer de focale en s’intéressant non plus aux seuls individus mais aux groupes humains et non-humains (le groupe étant l’échelle à laquelle les mouvements et théoriciens de justice environnementale ont l’habitude d’agir ou de réfléchir), ainsi que la nécessité de pouvoir adapter la liste des capabilités en fonction du contexte, des groupes humains et non-humains concernés en promouvant une large participation des acteurs impliqués de près ou de loin dans les processus environnementaux. Cette possibilité me semble viable, toutefois, cette tentative de prise en compte commune des intérêts humains et non-humains pose la question délicate des arbitrages, dans le cas où une vie digne pour un groupe viendrait à porter atteinte à la dignité d’un autre comment faire pour les départager ? Comment compenser les préjudices subis par le deuxième groupe ? Les réponses restent encore à trouver, espérons que les réflexions initiées par ces auteurs fassent des émules parmi les géographes français !

Bibliographie :

Jangène Vilmer, J-B, L’éthique animale, Paris, PUF, 2008, 304 p.

Schlosberg, D, Defining Environmental Justice. Theories, Movements, and Nature, Oxford University Press,2007, 238p (Les réflexions sur les animaux et la nature sont égalementbdéveloppées dans un texte draft de 2008 non publié)

Lien vers les Cahiers antispécistes cités :

http://www.cahiers-antispecistes.org/numero/19/
http://www.cahiers-antispecistes.org/numero/36/
http://www.cahiers-antispecistes.org/numero/40/

Les nuisibles à l’honneur !

Luglia, R. (dir), Sales bêtes ! Mauvaises herbes ! « Nuisible » une notion en débat, Rennes, PUR, 2018,359 p.

Source: http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4704

Viennent d’être publiés aux Presses Universitaires de Rennes les actes du colloque éponyme tenu à la fin janvier 2017 sous le patronage de l’Association pour l’Histoire de la Protection de la Nature et de l’Environnement et le Comité d’Histoire du Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer. Cet ouvrage riche d’une vingtaine de contributions peut intéresser le géographe pour diverses raisons.

Premièrement, car il démontre clairement que l’idée de nuisibilité varie fortement en fonction du contexte, des espèces rencontrées et des époques. Le géographe pourra apprécier la diversité des situations rencontrées et l’importance des représentations sur le territoire, l’espace ou le milieu environnant dans le traitement des espèces animales voisines.

Deuxièmement, car bon nombre d’auteurs cherchent à montrer que la construction sociale de la nuisibilité (celle-ci étant, rappelons-le, sans fondement biologique) et sa persistance dans les mentalités est profondément liée à l’anthropocentrisme, par conséquent, réhabiliter les espèces classées comme telles passe par un abandon de ce référentiel et quelques pistes sont présentées dans l’ouvrage (reconnaissance d’une communauté de destin entre les humains, les animaux et les autres éléments composant les écosystèmes, recours à la « diplomatie animale » etc.). Le géographe convaincu de la nécessité de dépasser l’anthropocentrisme naturaliste y puisera de l’eau à apporter à son moulin

Troisièmement, car il questionne la pertinence d’une nouvelle catégorie de nuisibles, les espèces allochtones invasives. Si la classification des espèces autochtones en nuisibles est largement condamnée aujourd’hui par les écologues, les écologistes et une partie de l’opinion publique, la nuisibilité des espèces allochtones invasives est, elle, au contraire, souvent admise. Toutefois à partir de quand considérer qu’une espèce est ou n’est pas à sa place dans un milieu donné ? Certains auteurs voient dans le combat mené contre les « envahisseurs » une sorte de bioxénophobie, une peur de l’étranger, néanmoins, comme le rappelle R. Luglia en introduction, doit-on pour autant proscrire la notion d’espèces invasives et les tentatives de contrôle ? L’ouvrage n’apporte pas de réponses définitives à ces questions mais a le mérite de les poser ouvertement et d’y réfléchir, ces réflexions entrant en résonance avec celles des géographes qui se sont intéressés au couple allochtonie/autochtonie comme L. Simon (2006) ou, plus récemment, F. Benhammou et Ph. Sierra (2017).

Pour ces raisons, mais aussi parce que ce recueil offre un croisement inédit de regards disciplinaires sur la notion d’espèces nuisibles et sur la manière de vivre avec elles, sa lecture nous semble indispensable.

NB : L’ouvrage contient un texte produit par un membre du collectif GATO: Marchand, G., Kohler, F. Thierry, Ch., Léna, Ph., « Les ruraux français et leurs nuisibles. Une biodiversité ordinaire peinant à trouver sa place dans un référentiel anthropocentrique », pp 311-326

Bibliographie citée:

  • Simon L., « De la biodiversité à la diversité : les biodiversités au regard des territoires », Annales de Géographie, n° 651, 2006, p. 3-19.
  • Benhammou F., Sierra P., « Un Africain indésirable, l’Ibis sacré. Analyse géopolitique d’un massacre ». In : Historiens et Géographes numéro spécial FIG : Territoires humains, mondes animaux (coordonné par F. Benhammou et P. Sierra), n°439, 2017, pp. 96-99.


Présence d’un membre de GATO au colloque « Tant que le loup n’y est pas! »

Farid Benhammou parlera de géopolitique autour du retour du loup au colloque « Tant que le loup n’y est pas » programmé pour les 9 et 10 octobre 2018 à l’université de Liège.

Le programme du colloque est consultable ici: http://www.seed.ulg.ac.be/wp-content/uploads/2018/09/Loup2018.pdf

Présence des membres de GATO à la journée AGF 2018 sur la nature

Philippe Sierra présentera à la journée de l’Association des Géographes Français intitulée « Les géographes et la nature. Nouveaux regards » une communication ayant pour titre: « Repenser la nature sauvage avec la géographie animale« . Communication préparée collectivement avec Farid Benhammou et moi-même.

Le programme complet peut être téléchargé à cette adresse: https://geotamtam-forum.net/index.php?t=tree&goto=803&

Compte-rendu de l’ouvrage « Atlas de la vie sauvage »

Cheshire, J. Uberti, O., 2017. Atlas de la vie sauvage. Paris, Les Arènes, 176 p.

http://www.arenes.fr/livre/atlas-de-vie-sauvage/

Lors de la préparation du numéro spécial « animaux » pour Historiens et Géographes, mon collègue Farid Benhammou m’avait parlé de cet ouvrage avec enthousiasme, par manque de temps, je n’avais pu m’y plonger, erreur que j’ai corrigée lors de cette période estivale.

À mon sens, tout géographe qui se respecte devrait avoir lu cet Atlas, d’une part pour sa qualité graphique exceptionnelle (bien que certaines traces animales soient un peu difficiles à suivre parfois) mais aussi parce qu’il nous fait plonger dans l’existence des animaux cartographiés. Farid Benhammou a eu raison d’insister sur cet aspect dans ses différentes présentations de l’ouvrage car celui-ci nous permet de pénétrer dans l’intimité des protagonistes en replaçant les déplacements observés dans leur contexte biographique, en livrant un certain nombre d’anecdotes sur ces derniers mais aussi en essayant de restituer certaines de leurs stratégies ou de leurs émotions. Tous ces éléments permettent d’adopter le fameux « point de vue de l’animal » tant recherché par les spécialistes de la question issus des humanités et des sciences humaines. En ce sens, ce livre s’éloigne des descriptions volontairement distanciées des écologues ou des biologistes et fait écho aux vœux de Sarah Whatmore dans son fameux traité de « géographie hybride », celle-ci souhaitait notamment « réanimer » cette discipline en s’intéressant à la dimension sensible et à la vie des êtres qui avaient été mis en carte. La partie sur les animaux aquatiques m’a particulièrement intéressée car elle est venue m’apporter une réponse à un problème que j’avais rencontré lorsque je donnais mon séminaire sur les Human-Animal Studies à l’Université Fédérale de l’Amazonas. Lorsque nous avions abordé les questions d’agentivité, certains d’entre eux ayant lu  What is it like to be a bat?  de Thomas Nagel, ou du moins ses commentateurs, soulignaient l’impossibilité d’accéder à l’expérience de certains animaux vus que certains de leurs sens nous étaient inconnus. L’exemple utilisé était souvent l’écholocalisation. En effet, comment la représenter ? Comment la vivre à la première personne ? Pour leur répondre, je m’étais inspiré d’un film de série Z (l’infâme Dardevil incarné par Ben Affleck pour ne pas le nommer), afin de leur expliquer que parfois l’imagination humaine permettait de s’en approcher, dommage qu’à cette époque, je n’avais pas connaissance des fameux échogrammes (p.84), j’aurais eu une démonstration plus parlante et moins entachée de pop-culture.

En dehors de cette manière particulière et très enrichissante de s’approcher au plus près de l’existence animale, ce livre est, à mes yeux, également indispensable pour ces quatre principaux enseignements. Le premier, et non des moindres, est que nous en savons encore très peu sur le comportement spatial des animaux. Les différents chapitres démontrent qu’ils s’évertuent encore à faire des choses que l’on n’attend pas d’eux et à faire mentir les principaux spécialistes de la question. Parmi les exemples les plus cocasses, citons celui des éléphants africains qui s’amusent à traverser des routes quelques jours après la parution d’un superbe article scientifique prouvant qu’ils ne le font jamais ! Le livre montre que la cartographie animale est également un bon outil afin d’illustrer l’impact des activités anthropiques sur le comportement spatial des autres espèces. Deux chapitres abordent notamment les migrations d’oiseaux en Europe (goélands et cigognes), pointant le fait qu’elles sont plus rares et moins longues qu’avant car ces volatiles trouvent dans les décharges des réserves inépuisables de nourriture. Le deuxième est relatif à la conservation, l’un des deux auteurs (James Cheshire) insiste en conclusion sur la complémentarité entre conservation, d’un côté, et avancée scientifique et technologique, de l’autre. Le développement de la cartographie animale est, en effet, indispensable à l’élaboration de stratégies de conservation efficaces, les méthodes de suivis couplées à des modélisations plus ou moins sophistiquées permettent aujourd’hui de délimiter de façon optimale les tracés des réserves ou des corridors écologiques. Elles permettent également de tordre le cou à certaines fausses bonnes idées comme la translocation des prédateurs plus ou moins problématiques car les individus appartenant à des espèces éminemment territoriales reviennent pratiquement toujours dans leur territoire d’origine, le livre le démontre bien avec le cas des crocodiles australiens. En retour, sans conservation, des informations importantes sur le comportement des espèces ou sur le fonctionnement des écosystèmes risquent de se perdre à jamais. Le troisième, a trait à l’ingéniosité humaine pour suivre les animaux. On découvre en effet dans ce livre que ceux qui entreprennent un jour de suivre les animaux sont d’inépuisables « géo trouvetout » qui savent faire feu de tout bois en adaptant des technologies existantes à leurs besoin (utilisation des drones pour le suivi des nids d’orang-outan, de mini code-barres pour celle d’une fourmilière) ou en développant de nouvelles (logiciels, capteurs divers, algorithmes de modélisations…). En plus de l’ingéniosité pour le développement des protocoles de recherche et la technologie à utiliser, la cartographie animale demande aussi une bonne dose d’activité physique, bon nombre de chercheurs n’hésitant pas à pister « à l’ancienne » leurs sujets d’étude afin de peaufiner leurs données. Enfin, le quatrième point soulevé par le livre est l’importance du suivi animal pour les sociétés humaines. L’étude du comportement spatial des autres espèces vivantes permet de résoudre certains problèmes humains, j’ai déjà évoqué sur ce même blog les « algorithmes blob » qui permettent d’optimiser les réseaux de transport ou de circulation des données, le livre offre d’autres exemples dans son épilogue mettant en parallèle les méthodes de suivi animal et le « géoprofilage » des humains. Pour illustrer leur propos les auteurs publient une carte visant à restituer le « domaine vital » des londoniens ayant pour épicentre les principales galeries commerciales… Pour ma part, j’y ai vu une certaine ironie du sort, alors que les cartes pour les autres espèces illustrent leurs difficultés à survivre, celle-ci renforce notre principal travers (et l’une des causes du désastre environnemental en marche) : le fait que notre existence soit principalement tournée vers la consommation !

Espérons que cet Atlas de la vie sauvage puisse créer des vocations en France où la zoogéographie est quasi-inexistante en dehors des travaux de Xavier de Planhol compilés dans son Paysage animal… (2004) ou ceux de Sarah Bortolamiol développés autour de sa thèse (2014).

N.B: Il est possible de trouver une autre recension de cet ouvrage rédigée par Farid Benhammou dans le Libé des géographes du 28 septembre 2017 à l’adresse: https://next.liberation.fr/livres/2017/09/27/des-gps-pour-suivre-les-animaux-a-l-atlas_1599342

Références citées :

Bortolamiol, S, 2014. Interactions hommes-chimpanzés-forêt. Approche spatiale et territoriale de la répartition des chimpanzés, des perceptions locales et de la gestion de la biodiversité (Sebitoli, parc national de Kibale, Ouganda). Paris, Thèse de doctorat de Géographie, Université Paris Diderot, 353p.
Planhol X., 2004. Le Paysage animal. L’homme et la grande faune : une zoogéographie historique, Paris, Fayard, 1127 p., 2004.
Thomas, N., 1974 « What is it like to be a bat?. » The philosophical review 83.4 (1974): 435-450
Whatmore S., 2002. Hybrid geographies: Natures cultures spaces. Sage, 225 p.


L’animal s’invite dans les pages du Monde diplomatique…

Un mini-dossier de 4 pages aborde la question de l’animal dans l’édition de juillet 2018 du Monde diplomatique (n°772). Les thématiques explorées ne sont guère novatrices puisqu’on y parle de végétarisme, de droit animalier, de procès d’animaux, de frontière entre eux et nous mais aussi de chats, autrement dit beaucoup de choses qui ont déjà fait l’objet d’articles, de brèves ou de tribunes dans la presse écrite et en ligne. Les habitués des études animales ou ceux qui ont déjà parcouru les dossiers « spécial animaux » publiés auparavant par d’autres revues ou sites internet n’y trouveront rien de neuf, les autres pourront se familiariser avec quelques-uns des différents courants de pensée composant le champ de l’éthique animale. L’ensemble est de très bonne facture, bien que l’on n’échappe pas à quelques raccourcis ou sous entendus classiques quand il est question de cause animale. Non, L214 et ceux qui occupent leur temps-libre à diffuser des images « volées » d’abattoirs ne cherchent pas à stigmatiser les travailleurs de tels établissements en en faisant des monstres dépourvus d’empathie, au contraire, ils attribuent volontiers les violences qu’ils peuvent exercer à des mauvaises conditions de travail et au rythme effréné de production qu’on leur demande de respecter. Non, l’animalisme ne vise pas nécessairement à l’égalité parfaite entre humains et animaux car, comme le rappelle Peter Singer, rien ne sert de militer pour l’entrée des porcs à l’université, ceux-ci n’ayant aucun intérêt pour l’éducation supérieure. Ce qui est en jeu, ici, c’est plutôt l’égalité de considération de quelques intérêts fondamentaux, dont celui de ne pas souffrir inutilement. Non, l’animalisme ne cherche pas non plus à nier les capacités cognitives supérieures de l’humain, surtout qu’un changement dans la manière de traiter les animaux dépend intimement de ces dernières. L’idée serait plutôt à la manière de Dominique Lestel d’admettre que celles-ci en font un être particulier mais en rien spécial, comprenez au-dessus (ou au centre, c’est au choix) de tout. Enfin, non, les chantres de l’animalisme et de l’écologisme ne sont pas des antihumanistes en puissance, rappelons qu’A. Naess cité dans le dossier a résisté à la barbarie nazie et a contribué à sauver des milliers d’étudiants d’une rafle organisée à l’université d’Oslo en 1943. Si son quatrième principe d’écologie profonde évoque effectivement « une décroissance substantielle » de la population humaine, celle-ci est d’abord avancée pour le propre bien-être des humains (« The flourishing of human life and cultures is compatible with a substantial decrease of the human population. The flourishing of nonhuman life requires such a decrease ») !

Lien vers le dossier en ligne:https://www.monde-diplomatique.fr/2018/07/A/58814

 

Références citées :

Lestel, D. 2010. L’animal est l’avenir de l’homme. Paris, Fayard,188p.

Naess, A. ; Rothenberg, D. 2009. Vers l’écologie profonde. Marseille, Wild Project, 321p.

Appels à contributions de l’été

Voici deux appels à contribution pouvant intéresser les géographes travaillant sur les animaux.

40e Colloque francophone de Mammalogie à Caen les 20 et 21 octobre 2018

Organisé par le Groupe Mammalogique Normand (GMN) au nom de la Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères (SFEPM), la 40ème édition du Colloque francophone de Mammalogie se tiendra à Caen (Normandie) durant le week-end des 20 et 21 octobre 2018. A noter qu’il coïncide avec les 40 ans d’existence de chacune des deux associations, toutes deux officiellement créées en 1978. Le colloque se déroulera à l’Ecole Supérieure d’Arts & Médias (ESAM-C2), située quasi au bord de l’Orne, dans laquelle évolue discrètement la Loutre, et à distance pédestre modérée du Centre Ville de Caen où se trouvent, comme partout ailleurs, des hôtels, des bars et des restaurants.

Outre l’amphithéâtre de 250 places, l’espace disponible est assez vaste pour accueillir les communications affichées et des stands d’associations. Les artistes animaliers seront également bienvenus.

Le thème retenu pour ce colloque, « Mammifères – Territoires et Paysages », peut se décliner à différents niveaux d’échelle et devrait permettre une large gamme d’illustrations sous forme de communications orales et de posters. Comme pour les versions antérieures du colloque, l’ultime session du dimanche en début d’après-midi sera ouverte à quatre interventions hors thème.

Un comité scientifique est en cours de constitution, qui aura en charge la lourde tâche de sélectionner les communications retenues pour faire l’objet d’une présentation orale. Celles-ci auront une durée de 15 min, suivie de 5 min de discussion. Au regard du programme, il y aura place pour 26 communications orales.

Lancé dès mars dernier, l’appel à communications est réitéré. Les résumés doivent s’inscrire dans un cadre présentant les caractéristiques suivantes : marges supérieures, droite et gauche de 2 cm, interligne simple de valeur 1, police Arial 11 ou Times New Roman 11, longueur de 26 lignes maximum.

Les résumés seront à envoyer par courriel à : gmn@gmn.asso.fr

La date limite d’envoi des résumés est fixée (pour l’instant) au 15 juillet 2018.

Comparer et confronter les morts animales : approches interdisciplinaires

Revue « Géographie et cultures »

https://calenda.org/446381

Résumé

La thématique de la mort des animaux investit aujourd’hui le débat public de différentes manières : remise en cause de l’abattage industriel et de l’alimentation carnée, dénonciation ou défense de pratiques culturelles (corrida, abattage rituel), justifications éthico-techniques multiples de la mort animale pour raisons sanitaires, scientifiques, alimentaires, etc. Elle engage par ailleurs de nombreux débats philosophiques, historiques, géographiques et anthropologiques concernant le statut des animaux (et du vivant en général), entre hypothèse d’un « tournant animaliste »  réaffirmation d’une spécificité humaine ou recherche d’une théorie renouvelée du don-contre don étendue aux relations trans-spéciques.

Annonce

Argumentaire

La thématique de la mort des animaux investit aujourd’hui le débat public de différentes manières : remise en cause de l’abattage industriel et de l’alimentation carnée, dénonciation ou défense de pratiques culturelles (corrida, abattage rituel), justifications éthico-techniques multiples de la mort animale pour raisons sanitaires, scientifiques, alimentaires, etc. Elle engage par ailleurs de nombreux débats philosophiques (de Fontenay, 1998 ; Wolff, 2017 ; Donaldson & Kymlicka, 2016), historiques (Ritvo, 2008 ; Baratay, 2011), géographiques (Estebanez et al., 2013 ; Blanc, 2000) et anthropologiques (Brisebarre, 1998 ; Descola, 2010 ; Vialles, 1987) concernant le statut des animaux (et du vivant en général), entre hypothèse d’un « tournant animaliste » (Andersson, 2014) réaffirmation d’une spécificité humaine (Digard, 2012) ou recherche d’une théorie renouvelée du don-contre don étendue aux relations trans-spéciques (Porcher, 2011).

Ces enjeux impliquent une réflexion renouvelée sur la pluralité des statuts sociaux des animaux selon leur mode de mise à mort et sur les transformations du rapport aux animaux autour des notions de sensibilité, de douleur (Le Neindre et al., 2009), de souffrance et de conscience. Ils interrogent aussi la pluralité des systèmes culturels en matière de rapports entre humains et animaux, et notamment les enjeux symboliques et moraux des pratiques de mise à mort selon les cadres culturels mais aussi économiques et politiques. En quoi par exemple des pratiques telles que la chasse ou l’abattage rituel d’un côté, l’élimination sanitaire ou l’abattage industriel de l’autre (Franck, Gardin & Givre, 2015, 2016), renverraient-elles à des histoires, des systèmes sociaux mais aussi des justifications morales distinctes voire opposées ? Dans un autre registre, que signifie l’injonction fréquente à « tuer humainement » (Givre, 2015) dans les normes du bien-être animal qui tendent à s’imposer comme un cadre global en matière de mort animale ?

Mettre l’accent sur les dimensions comparées et les approches interdisciplinaires

Pour aborder ce sujet particulièrement débattu, nous souhaitons regrouper des contributions de différentes disciplines (géographie, sociologie, anthropologie, droit, etc.), animées par la même volonté de distanciation scientifique, et également ouvertes à la nécessité de mener un travail réflexif autour de la question des affects que soulèvent aujourd’hui les mises à mort des animaux. À ces fins, ce numéro se veut fondamentalement comparatiste dans ses méthodes et interdisciplinaire dans son contenu. Les contributions viseront à appréhender différentes modalités pratiques de la mort des animaux que sont l’abattage industriel, le sacrifice, l’extermination des  nuisibles, la chasse, ou l’euthanasie au zoo, en refuge ou en clinique, etc. Elles prendront également soin d’analyser ces modalités en tant que dispositifs tout à la fois spatiaux (abattoirs, refuges, zoos…), techniques (industriels, rituels, sanitaires…) et discursifs (professionnels ou non, vétérinaires, juridiques, religieux, médiatiques…). Elles pourront également concerner les politiques sanitaires ou de contrôle des populations animales (élevages contaminés, loup, ours etc.) dans leurs dimensions territoriales.

Le présent numéro thématique propose notamment d’aborder la question des enjeux locaux et globaux des pratiques contemporaines de mort animale, selon une approche comparative qui nous semble généralement manquer aux travaux sur ce thème. En particulier, le lien entre mort des animaux et construction de normes globales en matière de bien-être animal n’a jusque-là pas été systématiquement analysé, dans une approche interdisciplinaire, comparative et multisituée, à la fois attentive aux situations concrètes et à la circulation des pratiques, normes et valeurs. Il s’agira ainsi d’interroger la place, dans ces différentes pratiques de mort animale, de notions aussi globales que le « bien-être animal » (Animal Welfare), aujourd’hui présente tant dans l’économie productive que dans les « économies morales » du rapport aux animaux (Griffin, 2011), dans les modes de gouvernance du vivant et dans les mobilisations animalistes. Quels sont les effets de la globalisation de certaines règles normatives en matière de vie et de mort animales sur des « morales situées » et des pratiques culturellement localisées ?

Il s’agira ainsi d’analyser et d’interroger la production et les effets d’éthiques à prétention universalisante en matière de rapports aux animaux, qui peuvent relever aussi bien de discours écologiques , économiques (optimiser la « production » animale, Porcher, 2011), moraux ou juridiques (Donaldson & Kymlicka, 2016). Assiste-t-on à l’émergence d’une norme unifiée, hégémonique et globale en termes de mise à mort des animaux, qui s’imposerait à des situations locales hétérogènes ? L’abattage industriel des animaux de rente servirait-il alors de référent ultime des normes et des critiques liées à la mort animale, à partir duquel seraient évaluées des pratiques aussi variées que l’expérimentation animale, la chasse, l’élimination des nuisibles ? Dans quelle mesure les systèmes normatifs globalisés participeraient-il alors à la modification des dispositifs (lieux, pratiques, techniques, textes, discours et images) des mises à mort animales ? La diffusion de représentations unifiées de l’animal comme être sensible conduit-elle à une nouvelle pluralisation des modes de mise à mort selon de nouvelles hiérarchies animales basées sur la « sentience » ?

Quatre axes complémentaires : espaces, pratiques, discours, images

L’un des enjeux principaux sera ainsi de réunir et articuler des contributions prenant appui sur des terrains suffisamment variés et contrastés pour mettre en perspective des pratiques et des normes qui, loin d’être homogènes, nécessitent un examen contextualisé. Nous proposons en particulier d’explorer quatre axes thématiques complémentaires, ouvrant sur des terrains pluriels et des situations variées de mort animale, permettant de dresser autant de configurations du rapport aux animaux et à leurs morts.

  • Espaces

Gouverner les animaux, entre pratiques sociales et spatiales : la gestion sociale et spatiale de la mort animale relève d’une dialectique complexe entre ordre et désordre, cacher et montrer (le sang, la souffrance, la violence), prescrire et proscrire (la bonne ou mauvaise mort animale). Il s’agira d’examiner les dispositifs concrets de la gouvernance animale, les usages du bien-être animal qui s’y déploient, avec un accent spécifique sur la place de la mort animale dans la fabrique contemporaine du rural et de l’urbain.

  • Pratiques.

Les médiations symboliques, techniques et matérielles : la mort animale engage des médiations techniques et symboliques qui peuvent relever de traditions diverses autant que de registres de justification économiques, sanitaires ou zootechniques (Porcher, 2011). Il s’agira d’interroger l’impact de la notion de bien-être animal sur ces médiations, la transformation des manières de faire et des registres de légitimation, l’écart entre le prescrit et le réel, les petits arrangements avec les normes.

  • Discours

Les  économies morales et politiques de la mort animale : le  bien-être animal fait l’objet de discours institutionnels, juridiques, philosophiques, éthiques, sanitaires, techniques, religieux, au sein desquels s’articulent différentes représentations du rapport aux animaux (souffrance, conscience, respect, etc.). Il s’agira d’analyser la négociation et la confrontation entre ces différents discours sur les mises à mort dans l’espace public et au regard de leurs enjeux sociétaux et politiques.

  • Images

Voir et montrer la mort animale : notre problématique implique une réflexion sur les régimes de visibilisation et d’invisibilisation, qu’il s’agisse de donner à voir ou de cacher la mort, de ses représentations par exemple médiatiques, de l’impact émotionnel de la mort animale mais aussi de son investissement croissant par divers champs artistiques, littéraires, critiques, etc. Il s’agira ainsi d’accorder une place aux enjeux sensibles et affectifs de la mort animale, partie intégrante de ses dimensions sociétales et morales actuelles.

Modalités de soumission et d’évaluation

Les articles (entre 35 000 et 50 000 signes maximum, résumés et bibliographie inclus) sont à soumettre à la rédaction de la revue Géographie et cultures (gc@openedition) au plus tard le 3 décembre 2018.

Les instructions aux auteur.e.s sont disponibles en ligne : http://gc.revues.org/605

Les articles seront évalués en double aveugle.

Coordinateurs

  • Alice Franck, Université Paris1 / UMR PRODIG CNRS 8586
  • Jean Gardin, Université Paris1 / UMR LADYSS CNRS 7533
  • Olivier Givre, Université Lumière Lyon2 / UMR EVS CNRS 5600

Une protection de l’ours encore sous tension (France Info)

Une parfaite illustration des enjeux géopolitiques autour de la protection des ours pyrénéens: https://www.francetvinfo.fr/decouverte/ours/recit-on-n-a-pas-tue-d-homme-juste-un-ours-quatorze-ans-apres-la-mort-de-cannelle-hante-toujours-la-vallee-daspe_2715232.html

Tribune de Farid Benhammou sur le nouveau Plan Loup (Libération)

Voici une sérieuse critique formulée par Farid Benhammou à la gestion zootechnique des populations lupines. Alors que le ministre Hulot annonce en grande pompe un plan de sauvetage de la biodiversité, les autorisations de tir sur les loups sont toujours vues comme le meilleur moyen de résoudre les conflits avec les éleveurs, cherchez l’erreur!

Le lien vers la tribune: http://www.liberation.fr/debats/2018/06/28/nouveau-plan-loup-deception-et-inefficacite_1662652

Tribune de Rémy Marion sur les ours polaires (Huffington Post)

Pour que l’ours polaire ne soit plus la vache à lait des zoos

Note de la rédaction de GATO: À la demande de son auteur principal, Rémy Marion, nous reproduisons ce texte initialement publié sur un blog du site Huffington Post: https://www.huffingtonpost.fr/mika-mered/ours-polaire-en-captivite_b_7510292.html

L’Ours polaire est une espèce emblématique. Les Inuit le considéraient comme un parent, les explorateurs voyaient en lui le reflet de leurs souffrances et de leur ténacité à vaincre l’Arctique, les médias et les associations de protection de l’environnement en ont fait le symbole du dérèglement climatique. Personne ne souhaite nuire à l’Ours polaire et ne veut éradiquer l’espèce dans aucune des régions de son domaine, l’Arctique.

Depuis une dizaine d’années, son image, souvent dramatisée, a envahi les supports de communication au point d’exagérer la situation dans un processus autoalimenté qui s’éloigne toujours un peu plus de la réalité. Pourtant, les informations existent et sont accessibles à tous. Les zoos se sont emparés de ce concept d’animal menacé, voire en voie de disparition, pour drainer vers leurs parcs le maximum de public, profitant de l’effet d’aubaine pour « reverdir » leur image. Le réchauffement climatique est une opportunité qu’il faut saisir.

En 2012, 330 Ours polaires étaient recensés dans 120 zoos du monde, cette population était en déclin. Des Ours polaires énormes, vieux et névrotiques, baignant dans une eau verdâtre, ne faisaient plus recette, mais il n’est plus possible de prélever des ours « frais » dans la nature. Un évènement est venu ouvrir la boîte de Pandore.

L’exemple de Knut au zoo de Berlin a jeté les bases de l’exploitation de ce phénomène populaire qu’est la naissance d’un ourson polaire en captivité. Depuis 30 ans, aucune naissance n’avait encore eu lieu dans ce zoo quand Knut a vu le jour le 5 décembre 2006. Il n’a survécu que grâce aux soins de son soigneur qui le retira à sa mère pour le nourrir au biberon.

Le jour de la présentation de Knut, 400 journalistes sont présents. Un déferlement médiatique s’en suit. Les visiteurs de l’Europe entière se précipitent vers Berlin. L’action du zoo de Berlin double sa valeur en une semaine. Très vite les produits dérivés se déversent dans les bacs. Le zoo de Berlin dépose la marque Knut. Knut en couverture de Vanity Fair avec Leonardo Di Caprio… Knut sujet d’une chanson… d’une marque de bonbons… Son soigneur, Thomas Dörflein, meurt le 22 septembre 2008 dans l’indifférence générale.

Atteint d’une maladie neurologique, Knut mourut dans des spasmes le 19 mars 2011, devant des centaines de personnes. Son agonie fut filmée et une collecte permit de construire un mausolée à sa mémoire. Suite à cette réussite financière et médiatique, d’autres zoos se jettent dans l’aventure avec gourmandise.

L’heure est venue de surfer sur la vague du réchauffement climatique

En octobre 2009, la WAZA (World Association of Zoos and Aquariums) définit les bases d’actions à mener dans la prise en compte du changement global du climat.

Le plus surprenant dans cette histoire est que les zoos sont encouragés à développer leur population par l’un des plus grands experts de l’Ours polaire, Steven Amstrup, ancien responsable à US Geological Survey, actuellement directeur scientifique de la plus importante association dédiée à la protection des Ours polaire, Polar Bear International. Sur le site de la World Association of Zoos and Aquariums, il tente de démontrer que les Ours polaires captifs peuvent êtres des ambassadeurs pour la prise de conscience par le public des problèmes liés à l’évolution du climat, ce qui peut effectivement être le cas. Mais il justifie le bienêtre des Ours polaires en captivité par une longévité supérieure à celle observée dans la nature, expliquant qu’ils bénéficient d’une alimentation régulière et de soins vétérinaires.

Il explique également que les zoos pourront accueillir les animaux malades ou faméliques suite aux conséquences du réchauffement climatique et qu’il vaut mieux qu’ils soient captifs qu’abattus à proximité des villes lorsqu’ils fouillent dans les poubelles. Pour information, dans la petite ville de Churchill au Canada, deux individus sont abattus par an en moyenne et aucun ne l’a été en 2014… Le brassage génétique, la validation en captivité de traitements pour soigner des Ours polaires en milieu naturel sont également invoqués, tous les prétextes sont bons pour justifier l’injustifiable. Il est intéressant de constater que l’auteur d’un grand nombre de publications issues de quarante années de recherches de terrain puisse affirmer qu’il faut renforcer la population captive pour servir d’ambassadeur, voire de réservoir génétique, pour une population dont aucun chiffre fiable n’annonce la disparition à court ou moyen terme.

Steven Amstrup est aussi membre du groupe des spécialistes de l’Ours polaire (PBSG) auprès de l’IUCN (International Union for Conservation Nature), organisme qui valide notamment les effectifs des populations de cette espèce. Ce qui signifie qu’il participe à la validation des valeurs qui seront utilisées pour définir le statut de l’Ours polaire. Mais il est aussi celui qui donne les orientations d’une association qui récolte des fonds en annonçant la fin prochaine de cette même espèce, ce qui, en France, serait aux limites du conflit d’intérêts.

Les zoos peuvent se lancer dans le business « polaire »

En 2010, aux États-Unis, le zoo Colombus ouvre un espace polaire après avoir fermé ses enclos à Ours polaires en 1994 où avaient pourtant eu lieu des naissances à deux reprises, ce qui à l’époque était moins médiatique.

Le petit Siku du zoo de Kolind au Danemark est aussi une réussite médiatique: né le 22 novembre 2011, retiré à sa mère à l’âge de deux jours car, d’après le communiqué de presse, « il était en danger de mort ». Signe des temps, Siku a sa page Facebook depuis sa naissance pour suivre sa croissance, il est référencé comme personnage public avec 57.000 likes. Il sera suivi de Nanu et Nuno dans le même établissement.

Le compteur du nombre de naissances en captivité s’affole: 9 en 2011, 11 en 2012, 11 en 2013, sans prendre en compte les naissances en Chine. Il existe même un calendrier des dates de naissances des oursons.

Aux États-Unis, le zoo de Saint-Louis a investi 20 millions de dollars, en France le Marineland d’Antibes 3,5 millions d’euros pour une chambre froide. Les investissements explosent, et il est difficile de croire que ces structures privées investissent sans planifier la rentabilité potentielle. Les installations sont tellement valorisées dans les communiqués de presse que l’on pourrait presque imaginer que les Ours polaires, s’ils en prenaient connaissance, quitteraient la banquise pour venir dans ces édens réfrigérés…

Ces projets s’intègrent dans une stratégie internationale, comme le souligne Marineland d’Antibes sur son site: « Afin de préserver cette espèce, Marineland souhaite lancer un programme de reproduction des ours polaires et travaille en collaboration avec l’EEP (Programme Européen d’Élevage) ».

Autre dérive, autre mentalité. Vous voulez faire un film avec un jeune Ours polaire? Pas de problème, le centre Penglai Oceanic Polar World, en Chine, vous propose de le faire naître à la période voulue, par insémination artificielle. Au Dalian Laohutan Ocean Park, toujours en Chine, les oursons sont élevés comme des enfants, des fêtes sont organisées pour leur anniversaire. Ces parcs chinois, rompus à ces techniques grâce aux expérimentations réussies sur les Grands pandas, espèce dramatiquement en voie de disparition celle-là, risquent fort de vouloir commercialiser leur savoir-faire.

En ce début 2015, les annonces des naissances qui ont eu lieu en novembre ou décembre arrivent dans tous les médias, qui font de la promotion gratuite pour les zoos.

Rotterdam, Antibes (2), Moscou (2), Rostock Zoo (1, demi-frère de Knut), Ouwehand Zoo in Rhenen (3), Toronto (1). Au parc de Ranua (Laponie), 2 morts: la femelle, qui avait eu en 2012 un petit qui fut envoyé en Autriche, a mangé ses oursons. À Colombus, le 23 décembre 2014, les deux oursons sont morts à la naissance ou quelques heures après.

Le zoo de La Flèche en France, le parc Assiniboine à Winnipeg au Canada, se préparent à accueillir de nouvelles naissances en installant des maternités.

Des Ours malheureux, névrotiques

Très rapidement, les Ours polaires en captivité deviennent névrotiques, montrent des comportements stéréotypés que les zoos tentent de gommer en insérant dans les bassins et enclos des jeux, des exercices. Le symbole de la sauvagerie de l’Arctique devient une bête de cirque.

Deux oursons frère et sœur, baptisés Blizzard et Star, ont été installés au parc Assiniboine de Winnipeg, dénommé pompeusement Centre international des Ours polaires. Ce sont des orphelins recueillis sur la banquise dans la région de Churchill, 1000 kilomètres plus au nord. Kali, ourson découvert dans la tanière maternelle à l’âge d’un mois au nord de l’Alaska, a été récemment installé au zoo de Chicago. Ces orphelins sont des cadeaux inespérés pour les zoos, la capture d’Ours polaire en milieu naturel étant interdite, sauf en cas d’ourson en difficulté. Aucun de ces oursons ne pourra recouvrer la liberté.

Les Ours polaires sont des mines d’or pour les zoos. Les femelles ne retrouvent leurs jeunes qu’à l’âge de 3 mois, quand le risque qu’elles les tuent est limité. Lorsque les oursons sont exposés au grand jour, c’est un déferlement médiatique, au point que de grands médias nationaux se font l’écho d’un évènement purement commercial, comme pour l’arrivée d’un nouveau produit sur le marché. Quelques mois plus tard, l’ours a grandi et est échangé ou vendu à une autre structure qui cherche à développer son activité ou renforcer son attractivité.

En prenant comme référence les chiffres officiels publiés par les chercheurs de PBSG de l’IUCN, on constate qu’en 1993 l’effectif global de la population d’Ours polaires était de l’ordre de 21.470 à 28.370 individus, estimé en 1997 entre 22.000 et 27.000 soit un point médian à 24.500 individus. Suite à quelques informations complémentaires sur certaines populations, cette estimation a été ramenée en 2001 à 21.500 – 25.000, puis en 2005 à 20.000 – 25.000 soit une moyenne de 22.500 individus. Il ne s’agit-là que d’une estimation très partielle, certaines sous-populations n’étant pas documentées. Depuis, aucune nouvelle estimation globale n’a été publiée.

Les médias et les zoos se basent donc sur une diminution estimée à 9% en 20 ans en ce qui concerne l’Ours polaire, alors que les estimations de disparition des espèces sur la planète se rapprochent de 50% en 40 ans.

Si effectivement dans certains cas, les structures comme les zoos peuvent participer financièrement ou par l’élevage en captivité à la préservation d’espèces menacées comme le Cheval de Przewalski ou le Bison d’Amérique, il n’en est pas de même pour les grands carnivores qui ont besoin de plusieurs mois, voire plusieurs années, pour appréhender leur environnement, les techniques de chasse… Il faut noter quelques exemples très rares, comme le zoo d’Oregon qui étudie le sang de deux ours captifs pour suivre l’absorption de traceurs tels que des polluants pour déterminer une méthode à mettre en place dans la nature et étudier les changements alimentaires liés au réchauffement climatique.

Il est certain que le milieu de vie de l’Ours polaire subit une modification profonde et rapide. La banquise a perdu plus de 50% de son volume en 50 ans, et en mars 2015 sa superficie a été la plus faible jamais mesurée en hiver. L’Ours polaire, espèce particulièrement bien adaptée aux rigueurs du Grand Nord, est fragilisé par l’augmentation de température en Arctique, mais également par la pollution et les perturbations liées au développement des activités humaines.

Le seul moyen de protéger l’Ours polaire est de limiter les émissions de gaz à effet de serre et donc de ralentir le réchauffement climatique, de consommer moins et mieux de carburants fossiles.

Si la banquise disparait durant l’hiver, ce qui n’est pas près d’arriver, il n’y a aucun intérêt à conserver une espèce uniquement avec des individus nés en captivité qui ne pourraient en aucun cas renforcer une population en déclin. Il ne faut pas que l’avenir de l’Ours polaire masque d’autres problèmes plus importants, tels que l’acidification des océans, la déforestation… Rien ne peut arrêter ces dégradations majeures, sauf à changer de mode de consommation massivement et de manière pérenne.

La naissance d’un ourson polaire en captivité n’est pas une vision d’espoir mais le constat d’un échec, de l’impossibilité de cohabiter avec une nature libre et sauvage.

Ce billet est également signé par:

Farid Benhammou

Franck Dupraz, Docteur Vétérinaire,

François Moutou, Docteur Vétérinaire,

Françoise Passelaigue, Docteur ès Sciences, secrétaire de l’association Pôles Actions,

François Sarano, Biologiste marin