Nouvel article de F. Benhammou dans mediapart

Notre collègue F. Benhammou vient de publier un texte revenant sur deux questions fondamentales concernant la coexistence avec le loup et l’ours en France: 1. le traitement médiatique parfois partial et erroné des attaques sur les animaux d’élevage; 2. la complaisance des pouvoirs publics face à certaines formes de violence envers ceux qui sont impliqués à divers degrés dans la gestion ou la protection de ces espèces. L’article peut être lu à cette adresse:

https://blogs.mediapart.fr/farid-benhammou/blog/270820/loup-et-ours-en-france-detresse-ou-decredibilisation-des-eleveurs

Mise à jour de la page relative à la bibliographie de la géographie animale

Au cours du mois de juin 2020, nous avons lancé un recensement des productions de géographes français autour des questions animales. Nous avons aussi intégré des travaux provenant d’autres disciplines mais adoptant de façon variable une dimension spatiale. Nous remercions nos collègues du réseau IPRAZ (Imaginaires et Pratiques Anthropozoologiques) pour avoir pris le temps de nous envoyer les références de leurs travaux ainsi que d’autres publications dont nous n’avions pas connaissance. La bibliographie, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, peut encore comporter quelques manques, vous pouvez, si vous le souhaitez, nous contacter pour nous faire part de travaux et publications qui devraient y figurer. Cette page bibliographique a pour but de permettre aux étudiants et chercheurs souhaitant travailler sur les animaux d’avoir une idée des personnes investies sur le sujet et de prendre connaissance de leurs axes de recherche. Elle sera maintenant complétée de façon plus fréquente.

La bibliographie peut être trouvée sur ce même site: https://gato.hypotheses.org/pistes-bibliographiques-sur-la-geographie-animale-en-construction

Grosse arnaque de la pêche durable

Nous reproduisons ici le texte publié par un membre du collectif Gato sur la pêche, cela vient combler un manque au sein de nos réflexions qui ne laissent pas beaucoup de place aux poissons, en dehors des requins.

Voici le lien original du texte: https://apresdemainensemble.wixsite.com/accueil/post/la-grosse-arnaque-de-la-p%C3%AAche-durable

Le poisson constitue la ressource la plus anciennement exploitée (depuis 42 000 ans). Il était d’abord pêché d’abord près des côtes, puis au large, à mesure que sa raréfaction posait problème aux pêcheurs. Aujourd’hui, les chiffres montrent que l’ensemble des activités halieutiques correspond à 167 millions de tonnes par an. Dans le monde, le poisson est la principale source de protéines et de revenu pour plus de 800 millions de personnes. Cependant, l’augmentation de la pression de pêche au cours des 50 dernières années, associée à des pratiques non durables, a abouti à l’effondrement de plusieurs stocks de poissons. Mais près de 90 % des stocks de poissons dans le monde sont pêchés à pleine capacité ou surexploités, malgré tous les appels et engagements pour une pêche plus responsable et soutenable.

Les océans sont loin d’être homogènes, avec des secteurs d’abondance et des déserts biologiques. D’où l’intérêt de l’étude « Tracking the Global Footprint in Fisheries », menée à l’université de Santa Barbara, qui a mis au point la carte des zones de pêche la plus précise du monde en 2016, grâce aux satellites. De 2012 à 2016, les activités de plus de 70 000 navires (les trois quarts des navires de pêche industrielle d’une longueur supérieure à 36 mètres) ont été enregistrées. C’est l’océan Pacifique qui connaît le plus d’activité de pêche et ce sont les littoraux et les plateaux continentaux qui subissent la pression la plus forte par rapport aux plaines abyssales. Cette étude montre que les pêcheries ne tiennent pas compte des cycles naturels tels que les variations climatiques comme El Niño ou la migration des poissons : la pêche est un processus industriel où les navires opèrent davantage comme des usines flottantes qui doivent tourner 24 heures sur 24 pour être lucratives. En Chine, on peut observer une baisse importante de la pêche pendant le moratoire annuel sur la pêche et le Nouvel An chinois. Dans les pays occidentaux, l’activité de pêche diminue au cours du week-end et des pauses pour Noël, ce qui signifie que les captures de poissons et autres organismes marins sont davantage liées au marché qu’à une gestion durable de la ressource. Autre point noir : l’étude a clairement révélé le caractère invasif de la pêche humaine en haute mer, où les thons, les requins (voir https://apresdemainensemble.wixsite.com/accueil/post/les-dents-de-l-amer) et les marlins sont exposés à une exploitation intensive.

On observe toutefois aussi des points positifs : ces données délimitent clairement les zones à l’intérieur desquelles la pêche est gérée et montrent où les mesures de gestion contribuent à limiter l’effort de pêche. Certaines zones océaniques sont épargnées par la pêche et pourraient servir de « réservoirs tampons » le temps que les mers qui connaissent le plus de pression puissent se régénérer.

La plupart des pays pêchent dans leurs propres Zones Economiques Exclusives (ZEE), mais 85 % de la pêche mondiale en haute mer est monopolisée par seulement 5 pays : la Chine, qui surpasse largement tout le reste du monde (jusqu’à 10 000 navires de pêche chinois peuvent être présents sur une seule journée en mer, là où la France en mobilise maximum 500) ; l’Espagne ; Taiwan ; le Japon ; la Corée du Sud.

Il y a donc accaparement des ressources en poisson. En particulier au large de l’Afrique, ou encore, en Arctique.

A la pêche s’est ajoutée le poids d’une aquaculture aux formes diverses, allant du poisson aux coquillages et aux algues. Signe que la demande est forte, les parcs à poissons et bassins à crevettes creusés dans les marais ou les mangroves, avec un coût environnemental très élevé (vous ne regarderez plus jamais vos crevettes de la même façon !). Près de la moitié des produits de la mer que nous consommons est issue de l’aquaculture. Le secteur aquacole s’est très vite développé et la production continue de croître. Cependant, les impacts de l’aquaculture sur l’environnement sont loin d’être négligeables. L’intensification de l’aquaculture a eu des effets négatifs sur l’environnement. Elle participe à la pollution des eaux avec les rejets de déchets, de produits chimiques et de médicaments dans le milieu naturel. De plus, des maladies se propagent hors des bassins de culture et peuvent affecter les espèces sauvages. Par exemple, en salmoniculture, les poux peuvent contaminer les saumons sauvages. Ce parasite affaiblit le poisson, conduisant à long terme à une diminution des individus sauvages. Par ailleurs, les fermes aquacoles peuvent modifier le paysage et contribuer à la destruction des écosystèmes. Une partie de la mangrove, principalement en Asie du Sud-Est, a disparu pour la construction de fermes de crevettes. Les mangroves sont des écosystèmes riches qui fournissent des services écologiques aux communautés locales.

La plupart des poissons d’élevage sont carnivores et leur alimentation est devenue industrielle, à base de farines animales d’origine terrestre et de poisson. L’aquaculture ajoute donc une pression de pêche pour l’exploitation de ces poissons et ces crustacés de bas niveau trophique (comme la sardine et le sprat ou le krill), dit de fourrage qui ne sont destinés qu’à l’alimentation d’autres animaux. Lorsque les poissons sont “végétariens” les problèmes s’en trouvent déplacés sur terre, comme la déforestation en Amérique du Sud par les cultures de soja destinées à l’alimentation des animaux.

Tout cela pose la question des limites biologiques de l’exploitation.

L’empreinte écologique absolue de la pêche est la plus importante de toutes les formes de production alimentaire, alors que les captures d’animaux marins ne fournissent que 1,2 % de la production calorique mondiale pour la consommation alimentaire humaine. Autrement dit, la pêche est la production alimentaire la plus inefficace et non soutenable qui existepour subvenir aux besoins alimentaires des sociétés. La population des principales espèces halieutiques a diminué de 75 à 95 %, voire plus. La raréfaction de la ressource est liée à l’augmentation de la consommation et aux progrès techniques : les engins de pêche sont de plus en plus sophistiqués, les instruments de repérage des bancs de poissons sont d’une telle précision que le pêcheur peut estimer le volume des prises et planifier le lieu du débarquement au prix le plus intéressant. La question des techniques de pêche est centrale et très conflictuelle : bon nombre d’espèces sont pêchées et meurent alors qu’elles ne seront pas mangées (tortues, dauphins, requins – en théorie car bon nombre de poissonniers en proposent). Ces pratiques de pêche, de même que la pêche électrique, le ratissage des fonds marins, le finning etc. sont dénoncées par des ONG comme Greenpeace et Sea Shepherd.

Ces ONG sont connues pour leurs actions souvent très médiatisées sur des points précis de la protection des océans (le plus souvent la faune, mais aussi le plastique, le pétrole et la pêche) et par leur participation aux grandes conférences internationales. Elles constituent des groupes de pression structurés, et anciens. Greenpeace par exemple est né après la guerre du Vietnam (utilisation du napalm considérée comme un écocide). L’ONG possède des navires et les utilise pour des actions coup-de-poing, comme contre les baleiniers japonais ou en 2011 pour traquer les chalutiers de fond accusés de capturer les espèces de grand fond (campagne de l’Artic Sunrise). Greenpeace lutte aussi contre la pêche illégale. C’est l’action de cette ONG qui a permis d’encadrer la pêche du thon rouge, une espèce menacée. Son action est très importante aujourd’hui pour la protection de la haute mer et la mise en place de zones protégées, en particulier en Arctique.

D’autres ONG ont une forte influence : WWF (World Wildlife Fondation), Pew Environment Group (très actif dans le Pacifique pour la mise en place de vastes zones fortement protégées), Oceana, ou encore Ethic Ocean. Cette dernière est en étroite relation avec Bruxelles et les acteurs de la filière pêche, mais aussi les restaurateurs (le chef Olivier Roellinger par exemple, qui prône une démarche responsable face à la cuisine des produits de la mer – mais pas seulement : cf. sa prise de parole quand E. Macron visite une serre en Bretagne lors de la crise du Covid 19 en avril 2020 : à quel type d’agriculture le gouvernement montre-t-il alors son soutien ?), les lycées hôteliers. Le but affiché est celui d’une pêche durable, avec des distinctions par espèces en fonction des stocks.

Grosse différence avec Sea Shepherd, fondée en 1977 par le capitaine Paul Watson. Sea Shepherd est une ONG de défense des océans, où le travail suit trois axes majeurs :

– dépasser la seule protestation et intervenir de manière active et non violente dans les cas d’atteintes illégales à la vie marine et aux écosystèmes marins,

– exposer les abus et les pratiques non durables ou non éthiques d’atteinte à la vie marine et à l’intégrité des écosystèmes marins en alertant les médias et l’opinion publique,

– sensibiliser l’opinion publique au lien essentiel qui nous relie à l’océan à travers diverses interventions en festivals, écoles, organisation de conférences, expositions, publications, films, etc…

Il arrive que les Etats collaborent avec l’ONG, comme au Libéria, ou pendant un an, des patrouilles de Sea Shepherd ont permis, en 2017 – 2018, 12 arrestations. Il s’agissait la deuxième opération conjointe de l’association et du Libéria, campagne grâce à laquelle les incidents de pêche illégale ont connu une baisse spectaculaire dans des eaux côtières auparavant surexploitées par les navires étrangers. Le 11 février 2019, Sea Shepherd a reçu l’Ordre du service distingué (Distinguished Service Order) des mains du président libérien George Manneh Weah, lors de la célébration du 62ème anniversaire de la Journée des forces armées qui a eu lieu à Monrovia. Le DSO est la plus haute distinction militaire décernée par le ministère de la Défense nationale et les Forces armées du Libéria, en reconnaissance de services exceptionnels rendus à la République. Un article du Monde, daté du 31 mai 2020, montre que la Gambie protège aussi ses ressources halieutiques grâce à Sea Shepherd (https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/05/31/comment-l-ong-sea-shepherd-aide-la-gambie-a-lutter-contre-la-peche-illegale_6041328_3212.html) : c’est le 7e pays d’Afrique dans ce cas.

En août 2019, l’ONG a assisté impuissante au rabattage puis à la mise à mort de 98 dauphins globicéphales aux îles Féroé (le Grind). 641 dauphins ont été tués entre janvier et août. Les dauphins sont strictement protégés dans les eaux de l’Union Européenne et le Danemark est signataire des conventions de Bern et de Bonn qui protègent les mammifères marins. Pourtant, il autorise le Grind aux îles Féoré, placées sous son protectorat. Les habitants refusent d’abandonner une pratique qui a permis à leurs ancêtres de survivre mais qui n’est plus nécessaire à cette population qui jouit aujourd’hui d’un des niveaux de vie les plus élevés en Europe (la pratique du Grind a d’ailleurs repris de la vigueur dès qu’elle a été dénoncée, en particulier par Sea Shepherd, seule association à être intervenue activement sur place a régulièrement mobilisé ses navires au cours des trente dernières années). Le Danemark a décidé de mobiliser ses frégates militaires contre les navires de l’ONG et a commencé dès 2014 à procéder à l’arrestation des activistes, allant jusqu’à confisquer des bateaux d’intervention pour les offrir aux féringiens.

En France, les navires de l’ONG en mission dans le Golfe de Gascogne pour, dénoncer, chiffrer et filmer les captures de dauphins par les pêcheurs (2020) ont eux-mêmes été surveillés par la marine nationale, et les militants de l’association qui ont déplacé des dauphins morts sur les marchés (La Rochelle) ou jusqu’au Trocadéro … ont été placés en garde à vue pour transport d’espèces protégées. Les équipes de Sea Shepherd ont été caillassées et menacées en mer. Un magasin de La Rochelle qui récoltait de la nourriture pour le Sam Simon (l’un des bateaux de l’ONG) a dû stopper son opération du fait de la violence des opposants. Des milliers de dauphins meurent chaque année dans le golfe de Gascogne du fait des pratiques de pêche françaises.

La surpêche met donc en péril les moyens de subsistance des communautés qui en dépendent, comme au large du Sénégal et de la Mauritanie, avec l’effondrement des stocks de sardines. Le phénomène de surpêche inclut les techniques de pêche qui impactent considérablement la plupart des écosystèmes marins en détruisant les coraux et en capturant accidentellement des espèces vulnérables (requins ou tortues par exemple). La pêche illicite non-déclarée et non-réglementée (INN), ou pêche illégale, participe à la surpêche et rentre en concurrence déloyale avec les pêcheurs qui respectent les réglementations. Des problèmes sociaux sont associés à cette pratique telle que les cas d’esclavage sur certains navires.

D’où l’importance de la mise en place d’une pêche durable, défendue par de nombreuses ONG et l’ONU.

Qu’est-ce que la pêche durable ? Selon Greenpeace, Il faut laisser aux poissons le temps de se reproduire et aux écosystèmes marins celui de se régénérer. La pêche est une activité de cueillette incompatible avec une activité industrielle. La pêche durable permet de répondre à nos besoins du moment tout en préservant les océans pour les générations futures.

Pour cela, elle doit répondre aux critères suivants : ne pas cibler les espèces les plus menacées, ne pas se dérouler dans des zones fragiles, pouvoir être pratiquée sans limite dans le temps, prendre en compte tout l’environnement, respecter les avis scientifiques, utiliser des méthodes de pêche sélectives pour ne prendre que le poisson nécessaire, ne pas utiliser de méthodes destructrices comme le chalutage de fond, assurer une traçabilité complète depuis la zone de capture jusqu’au point de vente. Il faut également protéger les habitats et les espèces sensibles, notamment en créant des réserves marines, responsabiliser les supermarchés et les consommateurs, comprendre que l’aquaculture n’est pour l’instant pas durable.

WWF encourage les Etats pour une bonne gouvernance des océans et une gestion responsable des pêches. Un approvisionnement responsable est proposé aux entreprises avec les Fisheries Improvement project (projet d’amélioration des pêcheries) et les “Aquaculture Improvement project » (projet d’amélioration en aquaculture) ou encore le projet Medfish, qui vise à la promotion de la certification MSC (Marine Stewardship Council) au sein des pêcheries de Méditerranée. En 2017, la première semaine de la pêche durable a été lancée en France : WWF a publié son consoguide poisson. Les produits certifiés MSC et ASC (Aquaculture Stewardship Council) ont été mis en avant (mais un article dans le Monde en mars 2020 a montré que ce label n’était … pas durable du tout ! : https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/05/06/derriere-le-label-msc-qui-garantit-des-pratiques-durables-peu-de-peche-artisanale_6038893_3244.html).

En France, le label « Pêche durable » est un premier écolabel public français qui doit garantit au consommateur toutes les exigences de la pêche durable. Porté par FranceAgriMer (établissement national des produits de l’agriculture et de la mer, établissement public du ministère de l’Environnement qui favorise la concertation entre l’Etat et les filières de l’agriculture, de la forêt et de la mer, assure la connaissance et l’organisation des marchés et gère les aides publiques nationales et communautaires), le référentiel du label « Pêche durable » a été élaboré par une commission composée d’acteurs représentatifs de l’ensemble de la filière pêche, de l’amont à l’aval ainsi que de représentants de l’administration, des ONG, des consommateurs et des scientifiques.

Le référentiel porte sur 36 critères réunis en 4 grandes catégories :

– Ecosystème : les pêcheries labellisées minimisent leur impact sur le stock de poissons ;

– Environnement : les pêcheries labellisées limitent leur usage d’énergies fossiles, trient leurs déchets et polluent peu ;

– Social : les pêcheries labellisées assurent à l’équipage de bonnes conditions de vie à bord, d’emploi, de formation et de sécurité ;

– Qualité : les produits sont frais et leur traçabilité est assurée.

Le label représente certes une avancée, mais il ne faut pas oublier que les mauvaises pratiques demeurent : en 2019, l’UFC Que Choisir dénonce, enquête de terrain à l’appui (https://www.quechoisir.org/decryptage-peche-durable-manger-des-poissons-en-bonne-conscience-n62050/), les mauvaises pratiques de la grande distribution en matière de pêche durable. En effet, 86 % des poissons présents dans les étals de 1 134 grandes surfaces enquêtées sont pêchés selon des méthodes non durables ou dans des stocks surexploités.Le résultat est sans appel : la grande distribution n’a aucune politique d’approvisionnement durable pour les trois espèces étudiées (le cabillaud, la sole et le bar).Dans deux tiers des cas, les mentions obligatoires sont absentes, fantaisistes ou trop vagues. Avec plus de trois poissons sur quatre mal étiquetés, Intermarché, Système U et Leclerc sont les plus mal classés. S’agissant des zones de capture, on relève des mentions vagues du type « Atlantique » ou « Méditerranée ». Or, en l’absence de zone maritime précise, on ne peut pas identifier les poissons provenant de stocks surexploités. Quant à l’information sur les méthodes de pêches, elle est absente pour un poisson sur quatre. Aucun distributeur ne propose en fait de poisson durable, alors que la pêche durable est l’un des moteurs de leur publicité (Intermarché est un excellent exemple). On est clairement dans le marketing et le greenwashing.

En juillet 2019, du requin-renard, espèce menacée et protégée, est proposée en promotion à l’Intermarché d’Argelès-sur-Mer, dans les Pyrénées Orientales. Cette vente a suscité beaucoup d’indignation. En effet, la pêche volontaire d’espèces menacées et protégées est interdite, la vente est autorisée en cas de pêche accidentelle, ce qui arrive bien entendu quand la pêche n’est pas sélective. Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France explique que c’est le côté pervers de la loi de protection : les espèces menacées n’ont pas de protection réelle. Il est en fait très commun de trouver des espèces protégées dans les poissonneries. Intermarché a depuis (théoriquement) cessé la vente de l’espèce menacée, le groupe évoquant de « regrettables initiatives isolées. » La promotion sur le requin renard a été remplacée par des prix cassés sur le thon rouge et l’espadon, deux espèces aussi menacées par la pêche intensive. Intermarché a de nouveau commercialisé du requin en mai 2020.

Vous vous demandez peut-être si les pêcheurs responsables ou les gérants des magasins mettant en vente des espèces menacées ou protégées sont mis en garde à vue, comme les militants de Sea Sherpherd ces derniers mois : la réponse est non, bien évidemment.

Le combat est donc loin d’être fini pour les ONG, comme Greenpeace et Sea Shepherd avec Intermarché, mais aussi avec la marque Petit Navire.

Concrètement, au-delà des engagements des pêcheries, des pêcheurs, etc., il s’agit d’un choix de consommateur : manger du poisson pêché avec des méthodes protectrices de la ressource (lignes, hameçons, filets), diversifier les achats en privilégiant les espèces aux stocks les plus fournis (lieu noir, merlan, hareng, maquereau), proscrire l’achat de poissons des grands fonds, manger moins de poisson.

Il importe, pour terminer, de se souvenir de cette phrase de Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd : « il ne peut y avoir de pêche durable pour 7 milliards d’hommes ».

Sachant que les océans compteront plus de plastique que de poissons en 2050, et que selon Sea Sherpherd (reprenant un titre de Ouest France : https://www.ouest-france.fr/mer/la-vie-marine-sauvage-pourrait-avoir-totalement-disparu-d-ici-50-ans-5899027?fbclid=IwAR2v_TLKUMA8RReCLBPjEtNhx-OOwRMlg_8iO65YmAAoJ3d4o20XJRHvYZc) c’est toute la vie océanique qui aura disparu à cette date, il devient urgent de changer nos habitudes et d’exiger un encadrement beaucoup plus strict des pratiques de pêche.

Les dents de l’Amer

Nous reproduisons ici le texte d’un des membres du collectif GATO, avec son accord, il complète celui sur l’ours et le loup déjà présentés sur notre blog. Merci à elle pour cette palpitante trilogie!

Le texte original peut être lu ici: https://apresdemainensemble.wixsite.com/accueil/post/les-dents-de-l-amer

Le requin ou le délit de sale gueule.

Il est rapide, puissant, doté de dents nombreuses et acérées, il est donc, pour beaucoup, dangereux, à craindre, voire à éliminer. Une quarantaine d’espèces de requins, sur environ 400, sont connues pour s’être déjà attaquées aux humains et une douzaine seulement en ont tué. Les trois principales espèces responsables d’attaques mortelles sont les grands requins blancs (condamnés depuis Les dents de la mer de Steven Spielberg (1975) à être considérés comme des tueurs), les requins tigre et les requins bouledogue. Il faut savoir que dans la grande majorité des cas, le requin ne mord pas pour dévorer l’homme, qui ne figure pas parmi ses proies ordinaires, et dont il n’aime pas la chair. Les requins attaquent principalement pour défendre leur territoire. Toutefois, avant de mordre, ils avertissent l’intrus, en formant des cercles qui se resserrent. Enervés, ils finissent par attaquer. En France (à La Réunion plus précisément), ce sont les requins tigre et bouledogue qui sont en cause.

Les attaques de requins à la Réunion font, quand elles arrivent, les gros titres des médias. Elles suscitent, et c’est complètement logique, énormément d’émotions, de réactions violentes et contradictoires. Par exemple : en février 2014, une jeune fille de 20 ans est morte après avoir été gravement mordue à la jambe. Quelques mois plus tard, c’est un jeune surfeur de 13 ans qui décède suite à une attaque. Ces attaques ont eu lieu malgré l’arrêté préfectoral interdisant la baignade et toutes les activités nautiques en dehors du lagon et des zones surveillées. Cette décision « d’interdire la mer », selon une expression souvent utilisée par les Réunionnais, avait été prise par la préfecture en juillet 2013 après la mort d’une jeune fille à Saint-Paul, dans l’ouest de l’île. En 2013 toujours, suite à une attaque, le préfet avait décidé de la capture et de la mise à mort de 90 requins (45 requins bouledogue et 45 requins tigre) sous un prétexte scientifique. L’État envisageait alors aussi la mise en place de mesures de « régulation raisonnée » des populations de requins aux abords de l’île. Cette décision a provoqué un tollé. À chaque attaque, des captures sont réalisées aux abords des lieux du drame, toujours dénoncées par les associations de défense des requins.

Contrairement au loup, à l’ours ou au lynx, qui sont en France des espèces strictement protégées (j’espère que vous appréciez l’ironie du « strictement » si vous avez lu mes textes sur l’ours et le loup), les requins bouledogue et les requins tigres ne sont pas des espèces protégées. Ils bénéficient d’une protection indirecte :

– suite aux dangers liés à la présence potentielle de ciguatera (forme d’intoxication alimentaire par les chairs de poissons contaminées par une microalgue des récifs coralliens, pouvant entraîner de nombreuses perturbations sur les systèmes digestif, cardiovasculaires et nerveux, pouvant aller jusqu’à la mort), la commercialisation de requins tels que le requin bouledogue et le requin tigre a été interdite. Ceci n’empêche pas leur capture.

– la réserve marine de la Réunion, a pu de façon indirecte protéger les populations de requins (réserves de nourriture, interdiction de la pêche).

– enfin, la Réunion est soumise aux lois européennes. En 2013, la pratique du finning a été interdite à bord des bateaux européens et dans les eaux de l’Union Européenne. Le finning est consiste à capturer des requins pour leur couper les ailerons et la nageoire caudale puis à les rejeter à la mer. Mais cette pratique reste répandue (il suffit de décharger les ailerons dans un port non européen par exemple) et l’UE reste importatrice d’ailerons de requins.

Les requins tigres sont en outre inscrits sur la Liste Rouge de l’Union Internationale Pour la Conservation de la Nature (UICN), liste qui répertorie l’état de conservation à l’échelle mondiale des espèces végétales et animales. Ce système de classification, créé en 1963, est conçu afin mettre en lumière les espèces menacées d’extinction à l’échelle planétaire.

Les attaques de requin ont lourdement pénalisé le secteur touristique de la Réunion, déjà mis à mal par le chikungunya (maladie virale transmise par les moustiques ayant touché 40 % de la population de l’île entre 2005 et 2006) et la concurrence de l’île Maurice. Le tourisme est le principal moteur de l’économie de l’île. Pour certains, comme l’association OPR (Océan Prévention Réunion : association anti-requins), il est temps de remettre du requin dans les assiettes, malgré le risque de ciguatera. Pêcher les requins pour les manger permettrait de relancer le secteur de la pêche. Une opération menée par OPR, récompensant financièrement les pêcheurs de requins à La Réunion a d’ailleurs été dénoncée récemment par l’ONG Sea Shepherd (17 mai 2020).

La question du requin divise profondément l’opinion publique et la population réunionnaise. Pour faire simple, le requin est vu comme un coupable qu’il faut condamner pour certains, comme une arme anticolonialiste pour d’autres, il est également considéré comme une victime de nos sociétés pratiquant la surpêche. Au-delà des tragédies humaines et des conséquences financières provoquées par ces attaques, celles-ci ont contribué à créer un climat de tension sociale et raciale de par les points de vue divergents des acteurs concernés : surfeurs (en majorité métropolitains), écologistes, autorités et l’opinion publique réunionnaise. Chaque attaque renforce le débat – et l’incompréhension – entre la communauté de la mer, qui se sent privée d’un espace qu’elle partageait jusqu’à lors avec la faune marine, les scientifiques et écologistes, qui mènent des études longues pour comprendre le problème, et les politiques, qui par sécurité, préfèrent interdire toute activité nautique.

Suite aux attaques à répétition (une carte des attaques peut être consultée dans le très bel article d’Emmanuelle Surmont : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/risques-et-societes/corpus-documentaire/peur-sur-les-plages-requins-reunion), un conflit a ainsi éclaté entre les « zoreys » (les Français venus de métropole, soit des Blancs, souvent surfeurs) et les créoles (les « locaux »).

– Les premiers considèrent les requins comme triplement « coupables » – coupables de la mort de leurs proches, coupables de les empêcher de surfer et coupables de la crise économique qui affecte la Réunion avec la baisse du tourisme.

– Les seconds ne se sentent que peu concernés par cette affaire qui fait de l’ombre à leurs propres problèmes, et notamment les problèmes que rencontrent les agriculteurs réunionnais.

L’attaque (non mortelle) d’un surfeur en juillet 2014 a exacerbé les tensions. Sur les réseaux sociaux, les insultes ont été virulentes contre les surfeurs qui bravent les interdictions de baignade. Un exemple : « ce surfeur a commis le crime d’entrer dans l’océan. Et qui dit crime dit condamnation… Vous ne verrez jamais un Créole se faire attaquer par un requin parce que la mer passe au second plan pour nous, surtout après les interdictions de baignade »).

Le rapport des créoles à la mer est en effet très particulier, et lié à leur histoire. Au XVIIe, sur la route maritime de l’Inde, la Réunion n’est qu’un point de ravitaillement. Pendant l’esclavage, la mer est synonyme d’évasion et interdite du regard par les maîtres. C’est avec l’installation progressive de métropolitains sur les côtes que s’est réellement développée l’activité nautique à la Réunion. Résultat, aujourd’hui, quand on regarde la démographie de l’île, les villes balnéaires regroupent principalement des métropolitains, alors que les régions des Hauts et de l’Est sont souvent habitées par des créoles.

Les surfeurs sont des victimes directes et indirectes des attaques. Directes car ce sont eux qui se font attaquer, indirectes car à cause des attaques, la pratique des sports aquatiques est interdite ou très réglementée. Après les premières attaques, la communauté des surfeurs s’est rassemblée pour se faire entendre. Les ligues de surf locales et françaises sont entrées dans la partie. L’un des premiers rassemblements de surfeurs date de 2011, après le décès du surfeur professionnel Mathieu Schiller. Ce rassemblement tourne vite à l’affrontement entre les surfeurs et la députée maire Huguette Bello, qui rappelle que ses ancêtres lui interdisaient de se baigner dans les zones connues comme dangereuses et proclame « c’est mon pays, je connais mon pays ». Suite à cet évènement, OPR écrit que « la frange dure indépendantiste locale nous demande depuis de laisser tranquille les requins réunionnais, devenus un instrument inespéré pour châtier la communauté blanche balnéaire accusée de néocolonialisme ».

Cette incompréhension se voit aussi quand l’État débloque des fonds pour sécuriser les spots de surf et de baignade, alors que les créoles auraient préféré que cet argent soit dépensé en réponse aux problèmes économiques structurels de l’île. Le conflit réactive en fait des traumatismes hérités de la colonisation et met en lumière le décalage qui existe entre les conditions de vie des métropolitains et des créoles.

En 2015, au plus fort de la crise du requin, un très bon article est publié dans Libération à l’occasion de la venue sur l’île de Manuel Valls. L’article revient sur les causes de la crise : la Réunion est une île dont le littoral est très peuplé et très urbanisé. Les pluies charrient les déchets organiques vers l’océan, qui s’ajoutent aux déchets de poissons dans les ports. Rien d’étonnant à ce que les requins soient attirés par la possibilité d’une nourriture facile.La littoralisation et le souhait – légitime – de pratiquer des activités nautiques ont conduit à ces accidents. La réserve marine est accusée d’être le « garde-manger » des requins. Pourtant, si les récifs de La Réunion sont protégés, c’est parce qu’ils sont en mauvaise santé. Les petits poissons herbivores ne font plus leur travail de nettoyeurs de récifs, les poissons carnivores sont peu nombreux et minuscules et ne peuvent servir de proies aux requins de la taille des bouledogues et des tigres. La ferme aquacole du Nord Ouest de l’île est également accusée de les attirer (or, des vidéos montrent que les requins sont calmes sous les bassins d’élevage). Les bouées pour la pêche installées tout autour de l’île favorisent aussi la venue des requins (les bouées se végétalisent progressivement et attirent les poissons). Autre cause : la surpêche mondiale : moins de poissons au large, donc un rapprochement des requins vers les côtes.

L’article montre aussi, et c’est assez rare dans la presse, la réponse inadaptée de l’État : les expéditions punitives après les attaques ; et surtout, les drumlines … De nombreux scientifiques, usagers de la mer, associations ont attiré l’attention des autorités locales sur la dangerosité des drumlines. Ils ont indiqué dans un communiqué commun : « le plus scandaleux et grotesque de ces programmes est Cap Requin, avec l’invention par le comité régional des pêches des “drumlines effaroucheurs de requins”. Il s’agit de gros hameçons avec des appâts supposés faire peur aux requins, mais qui ont en fait renforcé le risque en attirant les requins du large vers les zones balnéaires ». Soixante années de campagnes océanographiques et de films d’envergure internationale ont prouvé une chose : pour faire venir des requins face à une caméra, il faut les appâter avec du sang, avec des poissons morts, avec de l’huile de thon, avec une mixture que les Australiens appellent « burley ». Sans cela, ils ne s’approchent pas. Comment, dans ces conditions, les drumlines pourraient-elles « effaroucher » les requins ? L’accident du 12 avril 2015 a eu lieu alors que des drumlines avaient été posées pendant dix jours. L’accident du 14 février 2015 à Etang-Salé s’est produit à côté d’un endroit où des drumlines avaient été installées pendant des mois et où deux tonnes de poissons auraient été péchées. La nourriture est pour les requins un facteur d’attrait, pas un repoussoir. Or, la dernière idée de la lutte anti-requins est de poser sur le fond de mer une vingtaine de palangres avec 50 hameçons, soit 50 appâts. Il faut en outre savoir que les requins ne sont pas les seuls à se prendre dans les drumlines … d’autres espèces (comme les baleines par exemple) sont affectées.

On semble loin d’une sortie de crise. Pour la période 2011 – 2015, 4,5 millions d’euros ont été dépensés. 20 millions d’euros ont été alloués pour la période 2015-2020 (État, collectivités locales, fonds européens), dont 20 % pour la pêche. De quoi attirer encore un peu plus les convoitises. Patrice Bureau, président de l’association Longitude 181, avoue : « Un petit noyau de personnes a intérêt à dire que les requins pullulent et à partir les chasser. C’est plus facile que d’essayer de régler les vraies causes de l’attractivité des squales pour la zone côtière : urbanisation, gestion des déchets, saletés des ravines… ».

Sans reconnaissance des causes des accidents, il est évident que d’autres accidents vont avoir lieu.

Ce qui peut être effectué, c’est une réduction du risque, notamment par la construction d’espaces protégés, la mise en place de filets, l’éducation des jeunes. Les surfeurs ont par exemple sécurisé certains spots et leurs habitudes : surfer avec des lunettes permettant de vérifier si un requin est présent sous l’eau, deux personnes en apnée pour vérifier également (sachant que la phase d’attaque d’un requin est estimée à 30 minutes). Pour information : le requin n’attaque pas le surfeur en lui-même : il perçoit des vibrations qu’il associe à une proie. Certains scientifiques pensent aussi que le surfeur quand, il est allongé sur sa planche pour retourner vers la vague ressemble, vu d’en dessous à une tortue. Différents modes de protection des baigneurs sont utilisés ou à l’étude, tels que des filets protecteurs, des barrières électriques, des répulsifs naturels (par exemple des toxines fabriquées par les holothuries, des concombres de mer), ou des cottes de mailles ou gilets de Kevlar, inspirés de leurs homonymes pare-balles. Quand les populations savent se comporter en présence des prédateurs, sont éduquées, il n’y a pas de problème. C’est le cas par exemple en Polynésie, où les enfants grandissent au contact de nombreuses espèces de requins présentes dans les lagons.

Si les associations de défense de l’environnement s’associent aux deuils des familles dans chaque communiqué publié, elles pointent du doigt le fait qu’il faut réfléchir au lieu de réagir en punition au drame.

La mère de Talon Bishop, jeune fille décédée en 2015, a signé une lettre ouverte pour dénoncer la récupération qui était faite de la mort de sa fille. Elle explique dans cette lettre bouleversante ne pas en vouloir aux requins, victimes de ce que les hommes ont fait aux océans. Long extrait : « Il faut d’abord s’interroger sur les pratiques de pêche. La pêche intensive effectuée au large par de nombreuses entreprises, françaises et autres, hors de notre vue pour que l’on ne se pose pas de questions, déséquilibre la chaîne alimentaire. Donc la nourriture des requins, baleines, dauphins, qui deviennent à leur tour des victimes collatérales de cette pêche dévastatrice pour l’écosystème océanique. Les pêcheurs locaux qui posent des drumlines près des zones de baignade, augmentent la possibilité que les requins se rapprochent de ces sources de nourriture devenues régulières. Par ailleurs de nombreuses personnes, organisations et entreprises déversent leurs ordures quotidiennement dans la nature, les eaux usées rejetées dans la mer, notamment en période de cyclone, et plus globalement tous ceux qui considèrent l’océan comme un garde-manger et une poubelle. De manière générale, les politiques et pratiques mises en place avec la récurrence des attaques de requins le sont sans concertation avec des experts rompus à ces problématiques dans d’autres endroits du globe. Je suis favorable à la préservation de la Réserve marine. Mais le manque de capacité à proposer des solutions concrètes, depuis la sensibilisation au risque dès l’école (on le fait bien pour la route) jusqu’à la mise en place de vrais moyens humains, est révélatrice d’un échec à protéger durablement nos plages. Il faut protéger la population et les touristes, les protéger parfois d’eux-mêmes. La banalisation du problème fait croire aux gens, surtout aux jeunes, que rien ne peut leur arriver. J’aurais préféré que ma fille prenne une amende de 500 euros car elle est allée dans l’eau dans une zone de baignade interdite. Il est vrai que nous ne pouvons pas protéger toutes les côtes de La Réunion, mais on peut créer des zones sécurisées pour les baigneurs et mettre en place une vraie surveillance des plages, ce qui pourrait en outre créer de l’emploi. Quant au surf à La Réunion, il semblerait que l’activité soit devenue trop dangereuse pour être pratiquée en ce moment. On ne dompte pas un océan entier comme ça ! Après réflexion, je suis contre la pêche intensive de toutes les espèces, requins inclus. Je suis contre le fait que ce problème devienne politique et racial, que les organisations se battent entre elles plutôt que de trouver des solutions ensemble. Je suis opposée à ce que des dizaines de millions d’euros soient consacrés inefficacement à cette crise, alors que La Réunion a d’autres problèmes aussi importants à gérer : violences intra-familiales, drogue, chômage, alcoolisme, suicide ou désespoir, fléaux auxquels beaucoup de Réunionnais doivent faire face quotidiennement. Les jeunes en détresse, sans avenir ni perspectives, me touchent beaucoup plus que le fait que l’on ne puisse plus surfer à La Réunion ».

Cette lettre, extrêmement émouvante et d’une intelligence fulgurante de la situation, ayant été très mal reçue, en particulier par les anti-requins, la mère de Talon Bishop a pensé quitter la Réunion. Elle a également porté plainte contre l’Etat, estimant que les interdictions de baignade ne se voyaient pas assez, mais sa plainte a été classée sans suite en 2016.

En France, le « problème » du requin va cependant plus loin que la seule île de La Réunion. La capture accidentelle de requin permet de mettre en vente la chair, même si l’espèce est protégée (requin renard par exemple) : Intermarché est souvent montré du doigt par Sea Shepherd (mais ce n’est pas la seule chaîne ou poissonnerie à le faire). Or, avec les bateaux de pêche actuels, la sélection des espèces pêchées est impossible, et la capture d’espèces protégées, inévitable.

Une pêche durable est-elle possible ? Vous aurez des éléments de réponse dans un autre texte … en attendant j’espère que vous aurez une meilleure image de ce magnifique animal qu’est le requin, que nous sommes en train d’exterminer, avec des conséquences dramatiques sur tout l’écosystème marin. Les requins tuent chaque année une dizaine de personnes dans le monde, mais nous tuons 3 requins chaque seconde en moyenne, soit selon les estimations, de 38 à 100 millions de requins chaque année.

Deux nouvelles parutions sur les études animales

Viennent d’être publiés aux éditions de l’Harmattan deux livres portant sur les relations entre animaux humains et animaux non-humains. Dans celui abordant plus spécifiquement l’épistémologie des études animales se trouve un texte faisant état des réflexions des géographes français autour des animaux non-humains coécrit par G. Marchand, Ph. Sierra et F. Benhammou. Après un premier rappel sur la chronologie de cette branche émergente de la géographie, ce texte revient sur la façon dont les animaux poussent les géographes à repenser certains de leurs concepts (territoire, nature, culture), à renouer avec certains savoir-faire oubliés (cartographie du vivant) et à participer aux débats autour de l’éthique animale.

Ces deux ouvrages peuvent être commandés sur le site des éditions de l’Harmattan:

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=65425&razSqlClone=1

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=65424&razSqlClone=1

Rappel sur l’épistémologie de la géographie animale sur Géoconfluences

Farid Benhammou a publié il y a quelques temps déjà un petit texte sur l’épistémologie de la géographie animale sur le site Géoconfluences. Outre sa présentation des différents auteurs français travaillant sur cette question, ce texte a notamment le mérite de replacer la géographie dans le champ plus large des études animales avec, en prime, des indications bibliographiques indispensables pour qui souhaiterait se lancer dans une recherche sur les relations anthropozoologiques.

Voici le lien menant à son texte: http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/changement-global/geographie-des-animaux/la-geographie-et-les-animaux

Ce texte ouvre un dossier où l’on retrouve d’autres contributions abordant les animaux (ours kermode et cétacés): http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/changement-global

Nouveau texte de Maie Gérardot sur la géographie équine

Maie Gérardot vient de mettre en ligne un texte intitulé « Les chevaux et la Normandie, géographie d’une filière d’élevage »dans le dossier « Les espaces ruraux et périurbains en France : populations, activités, mobilités » sur le site Géoconfluences.

Nous reproduisons ici le lien vers son texte très riche et particulièrement bien illustré: http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/france-espaces-ruraux-periurbains/elevage-cheval-normandie

Nouvelle tribune de Farid Benhammou sur la complaisance des pouvoirs publics vis-à-vis des opposants les plus radicaux à Ysengrin

Nous relayons la nouvelle tribune de Farid Benhammou autour des conflits humains-loups, celle-ci mettant au jour les violences contre ceux qui étudient, observent ou défendent les loups:

https://www.liberation.fr/debats/2020/01/13/le-loup-la-culture-et-les-menaces-de-mort_1772746Le loup, la culture et les menaces de mort

Parution autour des géographes et la nature

Le numéro spécial du Bulletin de l’association des géographes français intitulé « Les géographes et la Nature: regards nouveaux » est désormais disponible en version papier mais aussi en ligne. Philippe Sierra, Farid Benhammou et moi-même y signons un article abordant la géographie animale française et sa façon de traiter l’objet « Nature ». Je reproduis ici le résumé de l’article:

« Au cours des vingt dernières années, on a assisté dans la géographie anglo-saxonne et secondairement chez les géographes français à l’essor d’une géographie animale, ou, plus justement, d’une géographie des animaux non humains. Se saisir pleinement de l’étude géographique des animaux, délaissée tant par les tenants de la géographie physique, souvent désarmés intellectuellement pour les étudier, que par ceux de la géographie humaine, souvent nombreux à rejeter les considérations environnementales pour des raisons épistémologiques (ce serait déterministe) ou idéologiques (écolo-scepticisme, « humanisme »), a ouvert la voie en fait à de nouvelles approches d’une géographie réconciliée. Ce faisant, l’approche des animaux permet de revisiter les notions de territoire, d’Habiter, de repenser les méthodes de la cartographie animale utilisées par les biologistes/éthologues et aussi de poser des questions éthiques et politiques sur notre rapport à l’environnement mais surtout aux autres. En décentrant le regard des finalités strictement humaines vers les relations humains-non humains, voire en permettant d’appréhender le point de vue animal, cette branche en constitution permet aussi de repenser l’objet « nature », à la fois en dépassant la dichotomie nature/culture déjà dénoncée mais aussi en posant de manière explicite la question de nos définitions de ces termes, et en particulier de la notion de « nature sauvage », que l’on entendra ici comme celle qui n’est pas domestiquée.
Dans un premier temps, il s’agira donc de faire le point sur les apports épistémologiques de la géographie animale à l’approche des environnements « naturels » (quels auteurs ? quel environnement considéré ? quelle « nature » déduite ?). Nous montrerons comment ces nouvelles approches doivent conduire à réviser notre regard de géographe sur la « nature ». Pour cela nous nous appuierons sur la question de la gestion d’espèces sauvages en nous appuyant sur le cas de l’Ibis sacré dans l’Ouest français ».

Lien vers le texte: https://journals.openedition.org/bagf/4886

Annonce de parution: L’Apartheid et l’animal d’Estienne Rodary

Nous relayons ici l’annonce de la publication de l’ouvrage L’Apartheid et l’animal de notre estimé collègue Estienne Rodary aux éditions Wildproject, en espérant vous proposer bientôt un compte-rendu détaillé de celui-ci.

http://www.wildproject.org/apartheid-animal.php

Nouvelle tribune de Farid Benhammou sur les problèmes de coexistence faune sauvage-monde agricole (Libération)

Nous proposons ici un lien vers cette tribune ô combien instructive sur la gestion des conflits humains-faune sauvage par l’État Français.

https://www.liberation.fr/debats/2019/09/11/loup-entre-mensonges-violences-agricoles-et-bienveillance-de-l-etat_1750230

Annonce pour le colloque sur la nature changeante en Arctique (avril 2019)

Notre collègue Rémy Marion organise un colloque sur la nature changeante en Arctique à la Cité des Sciences et de l’industrie de Paris, le descriptif des conférences est disponible via le lien ci-dessous:

http://www.cite-sciences.fr/fr/au-programme/animations-spectacles/conferences/thema-suivez-le-mouvement/la-nature-arctique-dans-un-climat-durgence/?fbclid=IwAR1YqzETYhKwqgd94TmfcWGl7hIMZJdbcLu7PnCMbwtnz3xVL6GMP4PM86Y

 

Annonce de séminaire autour de la géographie animale (avril 2019)

Le jeudi 11 avril 2019 sur le campus de l’université de Poitiers se tiendra le séminaire « ANIMAUX : objets géographiques pour l’étude des espaces ruraux » organisé par le laboratoire RURALITÉS en association avec le collectif de recherche GATO.

Trois interventions sont prévues:

Géopolitique de la faune sauvage en France : une gestion publique par la violence ?

Farid Benhammou, Chercheur associé au Laboratoire Ruralités, professeur de géographie en CPGE, lycée C. Guérin (Poitiers)

La figure de l’animal invasif-exotique et nature sauvage : l’apport de la géographie

Philippe Sierra, Agrégé et Docteur en géographie, professeur de de géographie en CPGE à Toulouse

Coexister avec un indésirable : le cas du dauphin rose amazonien

Guillaume Marchand , Docteur en géographie, chercheur associé au Centre des Sciences de l’Environnement, Université Fédérale de l’Amazonas (Manaus, Brésil)

Pour les inscriptions, contacter Farid Benhammou fbenhammou2002@yahoo.fr

 

Communication de Guillaume Marchand à la journée d’étude JUSTANIMA

Le 12 mars 2019, s’est tenue à l’université de Paris-Est Créteil la première journée d’étude sur la justice animale dont le programme est disponible via le lien ci-dessous. Je tiens à remercier les organisateurs pour l’invitation à participer aux débats. Voici une retranscription de mon intervention, certains passages n’ont pas été évoqués à l’oral, faute de temps, mais j’ai décidé de maintenir la version originale du texte.

 

 

 

 

 

http://lettres-sh.u-pec.fr/recherche/actualites/journee-d-etude-justanima-des-justices-animales-en-gesine–888749.kjsp

                                                                      ***

Au cours de leur revue des différentes théories pouvant permettre un rapprochement entre justice sociale et justice animale, nos trois collègues ont évoqué celle des capabilités de Martha Nussbaum mais celle-ci a rapidement été écartée car assimilée aux approches abolitionnistes, égalitaristes et utilitaristes, postures qu’ils ont fortement critiquées. J’aimerais montrer ici que l’éviction de la théorie des capabilités a été, à mon sens, un peu trop rapide et qu’elle pourrait éventuellement servir de base au rapprochement souhaité entre questions sociétales et animales. Je tiens à préciser dores et déjà que je ne suis pas du tout spécialiste des questions de justice spatiale, j’ai brièvement travaillé sur la justice environnementale en marge de ma thèse de doctorat il y a de cela plus de 10 ans, et je ne suis pas non plus un spécialiste des différentes théories s’appuyant sur les capabilités, mon but est plutôt ici de lancer quelques pistes de réflexion.

  1. La théorie des capabilités : caractéristiques générales

La théorie des capabilités a été développée par Amartya Sen et Martha Nussbaum dans les années 1990 à propos des sociétés humaines. Son but est d’évaluer comment la production des biens ou de richesse assure l’épanouissement et la dignité des populations. Elle a notamment servi de référence à l’élaboration de l’Indice de Développement Humain de l’ONU. Pour faire simple, cette théorie repose sur l’articulation de deux concepts clés, les aptitudes (functions) et les capabilités, que l’on traduit aussi parfois par capacité (capabilities). Pour résumer, les capabilités font référence aux conditions nécessaires au développement des aptitudes individuelles et à l’offre de certaines opportunités. Par exemple, l’éducation est une capabilité qui permet de développer certaines aptitudes (la lecture, l’écriture, l’exercice de la raison) et offre certaines opportunités (choisir un métier).  

Au cours de ses travaux, Nussbaum a établi une liste de dix capabilités générales qui constituent autant de prérogatives (entitlements) fondamentales. Pour elle, chaque être humain à le droit : à la vie, à la santé, à l’intégrité physique, à l’exercice de ses sens et de son imagination, à l’expérience d’une grande variété d’émotions, à la possibilité d’élaborer des projets, à l’établissement de liens avec ses semblables et d’autres espèces, au divertissement et au contrôle sur son propre environnement (ce qui fait référence à la participation politique mais aussi l’environnement matériel).  

En 2004, dans le chapitre intitulé Beyond compassion and humanity : justice for non-human animals, M. Nussbaum propose d’étendre la théorie des capabilités aux animaux. Elle voit dans le fait de les priver d’une existence digne un acte d’injustice et la nécessité de leur garantir mêmes droits fondamentaux que ceux proposés pour les êtres humains.  Sa définition de la dignité animale est assez simple : l’animal doit être préservé de la faim, de la souffrance, avoir la possibilité de vivre conformément aux caractéristiques de son espèce et de connaître l’épanouissement.  Dans sa conception, la liste des dix capabilités générales offre simplement un cadre de réflexion et n’a pas prétention à être universelle, la définition des aptitudes à préserver ou les opportunités à offrir aux animaux pour chacun des thèmes abordés doit dépendre de trois choses : (i) des caractéristiques biologiques et éthologiques de leurs espèces respectives, (ii) des caractéristiques des individus concernés mais aussi (iii) du contexte local. Les listes de capabilités doivent faire l’objet d’un débat démocratique et participatif, les animaux y prenant part indirectement via des représentants parlant en leur nom.

La théorie des capabilités cherche à se distinguer des autres théories utilisées en éthique animale de différentes manières. Elle s’oppose aux approches contractualistes rawlsiennes ou kantiennes en récusant le principe d’égalité et de rationalité pour être traité comme un sujet de justice. Au contraire, elle cherche à se rapprocher des théories sur la coopération sociale qui confèrent ce statut aux individus appartenant aux groupes dits marginaux, ceux qui ne peuvent pas participer directement au débat sur les conditions de justice. Elle s’oppose également à l’utilitarisme et ses calculs fastidieux afin de juger de la moralité d’un acte en fonction du ratio entre souffrance et plaisir générés. Elle ne considère pas non plus la sentience comme un critère suffisant de préoccupation morale même si elle établit souvent des distinctions entre espèces sentientes et non sentientes. En effet, les premières sont souvent privilégiées car supposées avoir une vie plus complexe que les secondes et des besoins différents en matière d’épanouissement. Elle s’oppose aussi aux approches guidées par la compassion, au motif qu’elle est inégalement distribuée entre les humains mais aussi parce que celle-ci focalise son attention sur l’être qui souffre sans condamner nécessairement les actes qui le font souffrir, l’idée ici est de considérer ces actes comme une injustice faite aux animaux.  Enfin, contrairement aux partisans des droits indirects envers les animaux, Nussbaum postule que chaque animal est une fin en soi et pour cette raison doit être traité comme un sujet de justice.

Je viens d’évoquer ici le fait que la théorie des capabilités cherche à se distinguer des approches utilitaristes, que dit-elle sur l’égalitarisme et l’abolitionnisme ? Pour l’égalitarisme, Nussbaum considère que les sociétés humaines ne sont pas prêtes à admettre une égalité parfaite de dignité entre les humains et les animaux non-humains. Un peu à la manière de Singer et son égalité de considération des intérêts, elle  postule qu’il vaut mieux considérer que toutes les espèces ont le droit à une dignité qui leur est propre.  Elle n’exclut pas d’ailleurs une certaine hiérarchisation entre les espèces : comme la vie humaine offre des possibilités plus nombreuses d’épanouissement, elle l’emporte très souvent sur le reste ! De la même manière, elle considère que l’abattage d’une vache ou d’un chien domestique est plus problématique que celui d’une crevette ou d’un rat, les premiers ayant une vie plus complexe et plus riche que les seconds. Ce qui m’amène à la dernière question, celle de l’abolitionnisme, et la réponse est claire, non Martha Nussbaum n’appartient pas à cette catégorie mais à celle du réformisme. Elle n’est pas opposé aux expérimentations sur les animaux, à la consommation de leur chair, au contrôle des populations, ni au dressage, du moment que la souffrance est bannie et un certain niveau de dignité est maintenu.  

Comme toute théorie, celle de Martha Nussbaum n’est pas exempte de défauts. Les hiérarchisations qu’elle opère concernant le droit à la vie des espèces animales semblent parfois reposer sur des préjugés voire une certaine forme d’anthropomorphisme. Par exemple, je ne suis pas convaincu, contrairement à ce qu’elle avance, que la vie sociale des rats d’égouts soit moins épanouie que celles des chiens domestiques. Elle a aussi une fâcheuse tendance à sombrer dans l’anti-naturalisme concernant la vie sauvage et prône un certain interventionnisme pour l’aseptiser. Elle a notamment une dent visible contre la prédation et s’émerveille des méthodes d’enrichissement offertes dans certains zoos afin de stimuler sans douleur ce comportement par le biais de ballons, de jouets et de cordes, en omettant au passage que les prédateurs captifs sont bien nourris chaque jour avec de grandes quantité de viande issue de l’élevage, et que l’enfermement a des conséquences négatives sur leur santé et leur comportement!

Vers une justice plus qu’humaine ?

Malgré ses quelques défauts, je partage l’idée de David Schlosberg, un spécialiste de la justice environnementale, en considérant que la théorie des capabilités pourrait moyennant quelques aménagements servir de fondement à la définition d’une théorie de la justice plus qu’humaine car rendant possible la synthèse des questions sociales, animales et écosystèmiques.  Pour l’instant, limitons nous aux problématiques humanimales, le principal avantage de la théorie des capabilités est qu’elle offre un canevas d’évaluation commun aux humains et aux animaux pour définir si une situation à laquelle ils sont confrontés est juste ou injuste. Elle facilite donc les rapprochements entre injustices commises contre les deux groupes mais facilite aussi les arbitrages lorsqu’il y a conflit entre leurs intérêts. D’ailleurs Martha Nussbaum le fait à plusieurs reprises, notamment dans le domaine de l’alimentation humaine à partir de chair animale. Si elle considère qu’il serait idéal de préférer le végétarisme, elle part du principe que la chair animale peut être nécessaire à la santé de certaines catégories de population, l’idée serait alors d’utiliser les espèces moins sentientes ou ayant une existence moins complexe, leur offrir de bonnes conditions d’existence et une mort indolore. Je ne dis pas le cas échéant que la solution proposée par Nussbaum soit la meilleure, elle risque d’ailleurs de ne pas satisfaire les abolitionnistes ni les anthropocentristes, elle a toutefois le mérite d’être médiane. Outre cette possibilité de comparer aisément les situations des humains et des animaux non-humains, je vois également deux autres avantages à ce genre de théorie. Premièrement, elle fonctionne de manière très pragmatique et ne nécessite pas un apparat théorique très complexe, ce qui en facilite l’assimilation par le plus grand nombre. Et deuxièmement, elle prône une large participation démocratique pour la définition des capabilités et des aptitudes à défendre, ce qui ne peut être que salutaire, d’une part cela fait sortir l’animalisme des sphères scientifiques et militantes auxquelles il est pour l’instant largement cantonné, et d’autre part, car cela peut favoriser l’émergence d’un consensus autour du traitement des animaux. La question qui reste en suspens est celle de son applicabilité, je vois difficilement comment faire pour définir la liste des capabilités pour des millions d’espèces différentes, surtout que la biologie et comportement de certaines nous sont largement méconnus. Toutefois, on peut considérer que la liste des dix droits fondamentaux proposée par l’auteur peut constituer un bon point de départ.

                                                                        ***

Ma communication était prévue dans le cadre d’une table ronde visant à questionner la mobilisation de l’espace dans les théories animalistes et les agencements spatiaux qu’elles peuvent générer. Les modérateurs ont rappelé que la théorie zoopolis de Donaldson et Kymlicka, pourtant très flexible sur la question du statut à accorder aux animaux en fonction du type de relation qu’ils avaient avec les humains (pour rappel la citoyenneté pour les animaux domestiques, la résidentialité pour les commensaux et la souveraineté pour les sauvages), était assez rigide sur la question de l’espace : la ville était essentiellement occupée par des animaux domestiques ou commensaux, de même pour les campagnes et la vie sauvage était reléguée à un ailleurs non anthropisé ou mis sous cloche (réserves et aires protégées). L’idée défendue par nos collègues et que la théorie zoopolis peut conduire à des zonages peu perméables et dont l’efficacité a été souvent remise en cause dans le domaine de la gestion du sauvage. En réalité, en ce qui concerne le domaine de la vie sauvage, il me semble que la théorie zoopolis est plus subtile que ça puisqu’elle autorise la superposition de territoires humains et animaux, ce qui est en jeu, à mon sens est l’idée qu’en cas de superposition, il faille prendre en compte les besoins et les intérêts des animaux dans les mesures humaines d’aménagement du territoire. La question de la place de l’espace dans la théorie de Nussbaum m’a été posée, mais, sur le coup, il m’était difficile de répondre car la dimension spatiale n’est pas vraiment évoquée par l’auteure. Toutefois, il est clair que la théorie de la justice de Nussbaum est une théorie située dans le sens où la liste des capabilités à établir pour un animal donné dépend du contexte où il évolue mais résulte aussi d’un débat local impliquant les acteurs du territoire.  Les opportunités à offrir où les aptitudes à préserver pour un lion dans un zoo ou dans son habitat naturel ne sont pas les mêmes, les aménagements spatiaux à prévoir pour leur épanouissement ne seront pas non plus identiques (enrichissement de son enclos dans le premier cas et protection de l’habitat naturel dans le second). Actuellement, n’ayant pas réellement réfléchi à la question, il m’est impossible de dire si la théorie de Nussbaum est plus ou moins simplificatrice sur le plan spatial que celle de zoopolis, la question reste à creuser.

Petite promenade (horrifique) chez les réducteurs de la souffrance dans la nature

À quoi ressemblerait le monde si le véganisme était devenu un mode de vie hégémonique ? Voilà une question qui fait l’objet de nombreux fantasmes. Lors de la publication du numéro spécial FIG de Libération en 2017, Brice Gruet, géographe, s’était ainsi lancé dans un exercice de futurologie aux accents apocalyptiques. Pour lui, la libération animale donnerait lieu à des hangars de ferme rouillés peuplés d’oiseaux criards, à des bordures d’autoroute sans âme qui vive et à des centres-villes peuplés d’animaux sauvages où il ne ferait pas bon de sortir le soir de peur d’être attaqué par des bêtes féroces… On se croirait dans la mauvaise série télévisée ZOO. D’autres, comme Paul Ariès, Frédéric Denhez ou Jocelyne Porcher ont, en 2018, repris ces éléments apocalyptiques mais en allant encore plus loin dans la caricature, un monde végan serait non seulement aux mains des grandes multinationales agro-industrielles pour les besoins en intrants, plastiques et protéines animales synthétiques mais les animaux « en chair et en os » serait définitivement remplacés par des animaux robotisés (leurs fameux « robots brouteurs » travaillant en complément des clochards, des prisonniers et des chômeurs nouveaux forçats de l’agriculture végane!) ou virtuels (notamment pour leur exposition dans des parcs zoologiques version 2.0). Paul Ariès, en solo cette fois, en a remis une couche en ce début d’année 2019 pour annoncer la sortie de son nouvel ouvrage. Le problème est que ces exercices de futurologie et les critiques au véganisme qui les accompagnent sont remplis d’approximation et de raccourcis, visant à utiliser certaines théories extrêmes dans le monde de l’animalisme et faire croire qu’elles constituent une norme. En effet, ce que décrivent ces auteurs ne sort pas de leurs chapeaux, il existe bel et bien des théories dites « anti-naturalistes » au sein des penseurs animalistes qui cherchent à remodeler la vie animale sauvage, voire à la supprimer ! Toutefois, restreindre les mouvements véganes ou de libération animale à l’anti-naturalisme ou à la pensée RWAS (Reducing Wild-Animal Suffering) est quelque peu hasardeux, les logiques défendues étant parfois contradictoires.

Source : http://www.cahiers-antispecistes.org

Pour ceux qui veulent comprendre un peu mieux ce mouvement RWAS, je recommande la lecture du numéro 41 des Cahiers Antispécistes coordonné par Estiva Reus. Cette dernière, bien que sympathisante aux théories anti-naturalistes, essaye de présenter de façon objective quelques éléments de la pensée RWAS afin que le lecteur puisse se faire une opinion par lui-même (elle donne toutefois son opinion à plusieurs reprises, notamment en introduction, et avoue que cette mouvance lui file « les chocottes »). Si l’on doit résumer la pensée RWAS en quelques lignes, elle part d’une insatisfaction face aux théories antispécistes classiques qui ne se préoccupent que de la souffrance infligée par les humains aux animaux et ne se préoccupent pas de celle que s’inflige les animaux entre eux ou celle résultant d’évènements naturels (sécheresse, inondations, maladies, cyclones). Partant du principe que la vie animale sauvage est la plupart du temps misérable et emplie de dangers, les théoriciens du RWAS considèrent qu’il est de notre devoir de « porter assistance » aux animaux. Les solutions prônées varient d’un auteur à un autre, elles oscillent toutefois autour de trois axes principaux : l’assistance « simple » au quotidien (porter secours à un animal en danger, nourrir des oiseaux affamés, adopter un chien abandonné…),l’intervention afin de modifier l’ « ordre naturel des choses » (développer des techniques génétiques afin de rendre les carnivores végétariens ou décupler l’intelligence des herbivores pour qu’ils améliorent leurs stratégies de défense) et, enfin, l’éradication pure et simple de certaines formes de vie sauvage (les prédateurs devant être éliminés en priorité en raison des nombreuses souffrances dont ils sont responsables). Dans les deux derniers domaines, il faut reconnaître aux auteurs du mouvement RWAS une certaine imagination mais la palme revient aux « solutions finales » (j’emploie cette expression à dessein tant ces théories me rappelle le nazisme) envisagées pour réduire le nombre d’animaux sauvages sur terre : certains prônent la destruction des milieux naturels ou leur artificialisation, d’autres évoquent la nécessité d’augmenter la consommation de viande (celle-ci étant vecteur de déforestation) ou encore accélérer le réchauffement climatique ! À La lecture de ce numéro spécial, je me suis demandé s’il ne s’agissait pas d’un canular, je me suis dit que ces théories plus que fumeuses, et on ne peut plus funestes, étaient peut-être le fait d’anti-animalistes cherchant à décrédibiliser le mouvement, mais il semblerait que non, il existe bien des théoriciens du RWAS qui les défendent avec sérieux ! Cela laisse toutefois planer quelques doutes sur leur santé mentale, si j’étais un de leurs proches, l’idée qu’il me propose un jour leur « aide » me glacerait les sangs… Comme dit précédemment, la conclusion de ce dossier spécial, laisse le soin au lecteur de trouver lui-même sa position vis-à-vis du mouvement RWAS, pour ma part, je n’y vois pour les théoriciens des deux derniers axes qu’une bouffée délirante anthropocentrique et techniciste au possible mais aussi extrêmement pauvre sur le plan théorique car tout y est traité sans nuances : les animaux sauvages sont tous malheureux, les prédateurs des monstres assoiffés de sang, les herbivores des victimes (quid de la compétition pour les ressources entre mangeurs d’herbes ?) et, les hommes (probablement des occidentaux, urbains et ayant un certain niveau d’étude supérieure), les seuls aptes à prendre les bonnes décisions pour le bonheur de tous les êtres sentients. Heureusement que ces théories demeurent encore anecdotique au sein de la sphère animaliste, et à titre personnel, j’espère qu’elles le resteront encore très longtemps…  Même si le mouvement RWAS partage avec les théories animalistes « classiques » un certain nombre de bases (lutte contre le spécisme, la souffrance comme principal critère de valeur morale, les calculs de ratio souffrance/bonheur à la manière des utilitaristes), certaines de ses théories extrémistes versent largement dans l’eugénisme et l’écocide, choses que la plupart des autres courants rejettent en bloc !

Articles de presse et sites internet cités (dans l’ordre de citation):

https://www.liberation.fr/france/2017/09/27/les-animaux-liberes-les-paysages-bouleverses_1599379

https://www.liberation.fr/debats/2018/03/18/pourquoi-les-vegans-ont-tout-faux_1637109

https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/01/07/paul-aries-j-accuse-les-vegans-de-mentir-sciemment_5405784_3232.html

http://www.cahiers-antispecistes.org/numero/cahiers-antispecistes-n41-eliminer-les-animaux-pour-leur-bien/