Compte-rendu : « Zoocities. Des animaux dans la ville », Joëlle Zask

« Que se passerait-il si les animaux s’installaient massivement dans les villes » ? Voilà l’ « expérience de pensée » (p. 12) que propose la philosophe Joëlle Zask dans son ouvrage Zoocities. Des animaux sauvages dans la ville, paru en juin 2020. Sa réflexion part du constat d’un nombre croissant d’animaux sauvages dans les villes et de l’étonnement que suscite leur présence. Elle rappelle pour cela un certain nombre d’exemples connus, comme ceux des renards londoniens ou des faucons pèlerins new-yorkais, et revient également sur quelques cas médiatisés lors des épisodes de confinement liés à la crise sanitaire actuelle. Se pose alors pour l’auteure le problème suivant : ces animaux sauvages surprennent voire dérangent et ne seraient pas à leur place dans les espaces urbains. Pourtant, ils y sont de plus en plus présents, trouvant « refuge » (p. 23) dans des villes où se développent des actions de protection de l’environnement, face notamment au dérèglement climatique, et fuyant ainsi la dégradation voire la destruction de leur habitat. Il faut donc imaginer des moyens de coexistence avec ces animaux et, pour cela, réinventer la ville ainsi que notre rapport aux autres êtres vivants.

Pour amorcer sa réflexion, Joëlle Zask revient dans un premier temps sur la définition de la ville. Celle-ci est, dans le monde occidental, cet espace emmuré et distinct de la forêt, la silva, dont est dérivé le terme « sauvage ». La ville, minérale, géométrique, s’oppose alors à une « nature » végétale et non-contrôlée. Elle marque spatialement la frontière entre l’humanité, la civilisation d’une part, et le sauvage, l’animalité ou la bestialité d’autre part. De là l’idée que les animaux sauvages n’y ont pas leur place. Ils sont d’ailleurs et bien souvent des impensés de la réglementation des villes, contrairement aux animaux domestiques dont les déplacements sont par exemple contrôlés. Tout au plus existe-t-il certains dispositifs d’urbanisme visant à lutter contre des animaux jugés nuisibles ou dangereux. Enfin, lorsqu’ils sont présents, ces animaux sauvages subissent une « dégradation ontologique » : « les qualités d’indépendance, de liberté, de puissance, d’exotisme qui forçaient notre considération s’évanouissent » (p. 50).

L’enjeu ici est donc également de « repenser les catégories » (p. 92), nous dit Joëlle Zask, notamment la dichotomie entre « sauvage » et « domestique ». Il faudrait plutôt « identifier ce qui, dans la vie animale, rejoint la nôtre sans nous sentir rabaissés, et ce qui dans la nôtre rejoint celle des animaux sans leur dénier toute initiative. Bref, il faudrait qu’émerge une culture du sauvage s’affranchissant de l’idée d’une authenticité sans âge, de la férocité et du danger sanitaire. Réciproquement, il faudrait que la culture du domestique soit libérée des connotations négatives liées à la dépendance et à l’asservissement » (p. 92-93). L’auteure revient également sur d’autres concepts, comme ceux d’espèces « opportunistes », « liminaires » ou encore « férales », qui cherchent à dépasser cette dichotomie, tout en rappelant qu’elles ne sont pas parfaites, notamment parce qu’elles restent teintées d’anthropocentrisme, avant de proposer sa propre définition du sauvage, comme « ce qui n’était pas prévu » (p. 102). Le sauvage se trouve alors partout et n’est pas l’apanage des animaux sauvages. Il suppose simplement une curiosité, une disposition à être surpris. Le sauvage est « partout, dans tout ce qui est susceptible d’avoir été rencontré » (p. 104).

Dans cet ouvrage, Joëlle Zask livre donc une critique des théories et des pratiques qui empêchent la bonne coexistence entre humains et non-humains en ville. Dépassant le simple constat, elle livre de nombreux exemples, pris dans le monde entier, pour appuyer son propos et ses suggestions. Elle insiste, par exemple, sur l’importance des assemblages de niches et de corridors, à différentes échelles. Elle invite surtout à repenser l’aménagement des villes en privilégiant « l’observation et l’enquête » (p. 121), pour être à l’écoute des éléments de réponse que proposent les animaux eux-mêmes. Il s’agit par exemple de privilégier des aménagements qui succèdent à l’installation des animaux, plutôt que de vouloir d’emblée assigner une place à ces derniers. Elle rappelle que les animaux « réinventent la ville » (p. 124) : ils détournent certains objets de l’utilisation pour laquelle nous les avions conçus, tandis que certaines contraintes que nous éprouvons n’en sont pas pour eux. Il est donc primordial de leur reconnaître une agentivité, des « capabilités » pour reprendre la terminologie d’Amartya Sen. Et l’auteure de rappeler à juste titre que « nous avons une fâcheuse tendance à prêter aux animaux des besoins que nous dictent une empathie trop souvent erronée […] en vertu d’un mélange de paternalisme et d’expertise » (p. 114). Revenant sur la crise sanitaire actuelle, elle insiste sur l’importance de maintenir une « bonne distance » (p. 136) avec les animaux sauvages. Au cœur de son modèle de ville multispéciste, elle met donc la notion de « voisinage » : « il semble que le voisinage soit la notion qui convient le mieux pour imaginer une ville inclusive qui rende possible et même souhaitable la surprise de croiser des animaux sur notre route sans risquer de leur nuire et sans danger, de les observer de loin, de repérer les traces de leur présence » (p. 160).

C’est cette notion qui permet à l’auteure de penser le passage de la ville à la cité. Elle rappelle que, dans l’Antiquité, la cité se distingue de la ville et désigne une communauté de vie indépendante, auto-gouvernée. Il s’agit donc, dans l’expérience de pensée qui l’occupe toujours, d’envisager une « cité multispéciste », adaptée à une pluralité d’espèces y ayant chacune leur place, dans le respect de leur autonomie.

L’ouvrage de Joëlle Zask est très bien écrit et pensé, de telle sorte que l’on suit aisément les propos de l’auteure. Ceux-ci sont clairs, enrichis par des lectures référencées dans de nombreuses disciplines, dont le champ émergent des urban wildlife studies. Elle revient comme on peut s’y attendre sur des catégories de plus en plus remises en question, alors qu’elle semblait y adhérer tout à fait dans les premières pages, et propose également une (re)lecture de l’histoire de l’urbanisme et de la pensée environnementale. Certaines notions ou distinctions mériteraient d’être davantage explicitées, comme celle entre cité « multi-spéciste » et « trans-spéciste » (p.188). D’autres auraient pu être tout simplement évitées : on ne voit pas bien, par exemple, l’intérêt de reprendre la notion de « grand remplacement » (p. 22), habituellement mobilisée dans les discours d’extrême-droite, pour qualifier ici la présence de plus en plus importante d’animaux sauvages en ville. Dans l’ensemble cependant, ce texte reste une lecture très riche et stimulante, qui enrichit les réflexions autour des relations entre humains et non-humains.

Zask, J. (2020). Zoocities. Des animaux dans la ville. Premier Parallèle. 249 p.

Compte-rendu : « L’Europe réensauvagée. Vers un nouveau monde », G. Cochet et B. Kremer-Cochet

Après avoir co-écrit avec Stéphane Durand en 2018 Ré-ensauvageons la France, également publié dans la collection « Mondes sauvages » chez Actes Sud, Gilbert Cochet, cette fois accompagné de Béatrice Kremer-Cochet, nous offre un panorama à plus petite échelle du réensauvagement. Leur ouvrage L’Europe réensauvagée. Vers un nouveau monde est à la fois un état des lieux et un plaidoyer pour cette approche de plus en plus présente dans les projets et les débats touchant à la protection de la faune et de l’environnement.

Après un premier chapitre consacré aux caractéristiques géologiques et paysagères du continent européen, les auteurs s’attardent au fil des pages sur différents milieux qui le composent et les espèces faunistiques qui les peuplent. Le tableau est riche, qui couvre tout le continent européen, depuis la façade océanique, jusqu’à la steppe d’Europe de l’est (steppe pontique), en passant par les montagnes, fleuves, rivières ou encore zones humides de ce vaste espace. Chaque page est l’occasion de mentionner une espèce et son retour acté ou attendu sur le territoire européen. Les deux auteurs mentionnent bien sûr les plus connues et les plus médiatiques – loups, ours, gypaètes barbus, castors d’Europe, pour n’en citer que quelques-unes – mais nous donnent aussi l’occasion de faire connaissance avec des espèces parfois moins connues et pourtant tout aussi fascinantes – phoques à capuchon, lamproies, gloutons. La liste est longue.

Chiffres détaillés à l’appui, les auteurs insistent sur la diminution des effectifs et des habitats pour de nombreuses espèces au cours des dernières décennies ou derniers siècles, à l’instar du Glouton (Gulo gulo), qui n’occuperait plus qu’un tiers de son territoire d’origine en Europe.

Pour autant, leur optimisme n’est pas atteint, grâce à plusieurs exemples de projets réussis. Les auteurs mentionnent notamment des créations d’aires protégées, des mesures de protection de certaines espèces cibles, ou encore des retours spontanés. Ils font aussi l’éloge des réintroductions, qui permettent de renforcer des populations existantes ou de faire revenir sur un territoire où elle a autrefois été présente une espèce désormais disparue. Enfin, quelques cas d’introductions de nouvelles espèces sur un territoire sont également mentionnés, comme celle du Buffle d’eau (Bubalus arnae) dans le delta du Danube.

Ce plaidoyer du réensauvagement (ou rewilding) s’inscrit donc dans la droite ligne de Michael Soulé et Reed Noss qui, en 1998, théorisent  cette notion[1]. Ces derniers insistent en particulier sur l’importance des espaces protégés, de la connectivité entre les habitats et des espèces dites clé de voûte, pour restaurer la fonctionnalité des écosystèmes. Parmi les exemples choisis ici par les deux auteurs pour illustrer l’importance de ces dernières, on peut relever celui du Pic noir (Dryocopus martius). Celui-ci, grâce aux cavités qu’il creuse dans les arbres, joue ainsi le rôle de « grand hébergeur » (p. 140) pour de nombreuses espèces (52 au minimum) d’oiseaux mais aussi de mammifères.

On regrette cependant que certains détails ou éléments de contextualisation attendus soient peu présents dans l’ouvrage. Les auteurs prennent bien le temps de dresser le portrait des espèces mentionnées – avec, parfois, de beaux dessins de Béatrice Kremer-Cochet à l’appui – de revenir sur les effectifs des populations et leurs aires de répartition passés. Mais quels éléments ont présidé au choix de tel espace-temps de référence plutôt que tel autre ? Il est par ailleurs rarement question du contexte dans lequel se font les réintroductions, des acteurs qui en sont à l’origine ou qui, au contraire, contestent ces projets. Seuls quelques noms d’associations (Rewilding Europe, ou encore Forêts sauvages[2]) et de quelques personnalités sont égrenés au fil des pages. Or, par définition, et même si certains projets visent, à terme, une forme de laisser-faire et de non-intervention, les réintroductions sont portées et entreprises dans un premier temps par des individus ou des groupes humains. Par ailleurs, elles se font rarement dans un territoire vide de toute présence ou de toute activité humaine, et les contestations ne sont dont pas rares, aussi bien au sein de la société locale que parmi la communauté scientifique.

Cet ouvrage accessible constitue donc une bonne entrée en matière sur la question du réensauvagement et peut donner à penser, mais il doit être complété par d’autres lectures pour qui s’intéresse à ces questions et souhaite en comprendre les différents enjeux.

On recommande en revanche sans réserve la préface de Baptiste Morizot, très limpide et riche d’enseignements, en quelques pages seulement, notamment pour sa promotion d’un  « rewilding humaniste » (p. 15) dépassant les dualismes qui caractérisent si souvent nos relations aux non-humains.


[1]Soulé, M., & Noss, R. (1998). Rewilding and Biodiversity : Complementary Goals for Continental Conservation. Wild Earth, 8, 19–28.

[2]L’association Forêts sauvages a été fondée par Gilbert Cochet et Béatrice Kremer-Cochet dont ils sont respectivement président et vice-présidente.

Compte-rendu : « Le Parrain au cœur d’un clan d’éléphants », C. O’Connell

Caitlin O’Connell (2019), Le Parrain au cœur d’un clan d’éléphants, Actes Sud, 320 p.

La collection « Mondes sauvages » chez Actes Sud vaut la peine que l’on s’y attarde pour suivre régulièrement ses parutions. J’ai donc été intriguée par l’une de ses nouveaux titres, « Le parrain », annonciateur d’une lecture aussi haletante que le visionnage du film de Coppola. Il n’est point question de mafia ici cependant, mais d’éléphants. Aucun doute cependant : le titre a tenu ses promesses.

Caitlin O’Connell

Tout au long de ces pages, Caitlin O’Connell, spécialiste mondialement reconnue des éléphants, nous invite à la suivre au cours de quelques missions qu’elle effectue chaque année à Mushara, dans le parc national d’Etosha, en Namibie, pour y étudier un clan d’éléphants, et en particulier l’ascension et les revers de fortune de Greg, le « parrain » du clan. Au fil des vingt-cinq dernières années, la chercheuse s’est en effet attachée à étudier le fonctionnement de ces sociétés de « fissions/fusions », dans lesquelles des relations se font et se défont, pour mieux comprendre en particulier comment se structurent les relations entre mâles après qu’ils ont quitté le clan maternel.

Elle montre d’abord l’importance des conditions environnementales. En 2008 par exemple, après une période de fortes pluies et d’inondations, au cours de laquelle se sont donc multipliés les points d’eau, la hiérarchie établie jusque-là au sein du clan s’est effondrée. Au contraire, après une importante sécheresse en 2005, les conflits liés à un accès restreint à l’eau avaient été tempérés par une hiérarchie clairement établie.

Cependant, ce sur quoi insiste en particulier l’auteure, et ce qui la fascine plus que tout, c’est bien la « société des éléphants mâles » (p. 43), et la façon dont les relations entre les individus sont influencées par les dynamiques du groupe, mais aussi les personnalités des individus. Pour la chercheuse, le comportement des éléphants et les relations au sein du clan s’expliquent essentiellement par le musth et la compétition pour accéder aux femelles. Mais elle insiste également sur l’importance des amitiés ou inimitiés entre éléphants. Elle nous rappelle également le rôle majeur que jouent les personnalités des différents individus. On ne s’étonnera donc pas de lire des descriptions très détaillées et attachantes de Greg, Mike, Trompe déchirée, ou encore de Jack Nicholson, « le beau parleur », ou ou de Luke Skywalker, « le roi de la dispute » (p. 83). Si une forme d’anthropomorphisme ponctue régulièrement les observations de la chercheuse, et pose parfois question, il sert ici avant tout la clarté du propos et participe de la proximité qui s’installe entre le lecteur et ces éléphants que l’auteure nous fait connaître.

C’est donc par le biais d’un récit dynamique, sachant allier une bonne dose d’humour à la clarté et la précision d’un propos scientifique de qualité, que Caitlin O’Connell nous fait partager son enthousiasme et son admiration pour les éléphants, et plus largement pour cette « Mecque de la vie sauvage » (p. 27) qu’elle fait naître sous nos yeux.

Elle n’en gomme pas pour autant les aspects plus difficiles de son travail, contant quelques surprises inattendues, comme l’intrusion d’un mamba noir dans le camp, ou la destruction de la tour d’observation par des éléphants curieux, ou rappelant le problème récurrent du manque de financement ou de l’épuisement sur le terrain.

On l’aura donc compris, il ne s’agit pas ici d’un ouvrage de géographie, mais sa lecture en est si instructive et passionnante, qu’on ne peut que la recommander à tous les passionnés des animaux.

Compte-rendu de l’ouvrage : « The Lynx and Us »

HETHERINGTON D. and GESLIN L. (2018), The Lynx and Us, Scotland : The Big Picture, 170p.

   Le Lynx boréal (Lynx lynx) fait partie des grands carnivores d’Europe. Pourtant, il reste méconnu, ce qui peut nuire aux projets de renforcement ou de réintroduction de l’espèce. David Hetherington, écologiste écossais travaillant au parc national des Cairngorms, et auteur d’une thèse en 2005 sur la faisabilité de la réintroduction du Lynx en Écosse, souhaite y remédier dans son ouvrage The Lynx and Us, dans lequel il dresse à grands traits un portrait du félin. Son texte est accompagné des photographies de Laurent Geslin, prises dans l’ensemble de l’Europe – et principalemnt dans le Jura suisse – au cours d’affûts ou au moyen de pièges photographiques.

David Hetherington

Laurent Geslin

   

 

 



      Au fil des quatre premiers chapitres, l’ouvrage puise dans des exemples de toute l’Europe pour revenir sur les difficultés, voire les conflits, que peut susciter la présence du Lynx, mais aussi sur les potentialités que celle-ci représente et les motifs pouvant présider à la conservation ou à la réintroduction de l’espèce. Dans le cinquième et dernier chapitre, le cas du Royaume-Uni est abordé en vue de promouvoir la réintroduction de l’espèce sur l’île.

      Le premier chapitre, intitulé The Enigmatic Lynx, se concentre sur la biologie et l’écologie communes aux quatre espèces de lynx : Lynx roux (Lynx rufus) et Lynx du Canada (Lynx canadensis) que l’on trouve en Amérique du nord, puis Lynx pardelle (Lynx pardinus) et Lynx boréal, présents sur le vieux continent. Cependant, seule la dernière espèce est abordée dans le reste de l’ouvrage. David Hetherington rappelle que ce mammifère est un chasseur solitaire, dont la proie favorite est le chevreuil (Capreolus capreolus). Son territoire, plus ou moins boisé, est d’une taille variable selon la localisation en Europe, le sexe de l’animal et bien sûr selon la disponibilité en proies : de 600 à 1400 km² pour les mâles et de 300 à 800 km² pour les femelles en Scandinavie, contre 100 km² en moyenne pour une femelle et 160 en moyenne pour un mâle plus au sud de l’Europe. Son espérance de vie dépasse rarement quatre ou cinq ans selon l’auteur, du fait de causes naturelles mais aussi anthropiques, telles que la chasse ou les collisions avec les véhicules.

         Après ces quelques éléments de contexte, l’auteur retrace brièvement l’histoire du Lynx boréal en Europe, dans une seconde partie (The Fall and Rise). Il y mobilise diverses sources : sources archéologiques d’abord, sources manuscrites ensuite. Dans une grande partie de l’Europe, la présence du Lynx remonterait au Néolithique et à l’Age de bronze. Le mammifère est alors chassé pour sa viande ainsi que pour sa fourrure. On recherche ensuite à bénéficier des vertus thérapeutiques et protectrices qui lui sont attribuées (griffes suspendues aux berceaux des nouveaux-nés par exemple, chez les Nanaï d’Extrême-Orient). Dans le même temps, les élites le considèrent toujours comme un concurrent dans leurs activités cynégétiques. Ainsi est-il chassé à travers les siècles. Parallèlement, l’exploitation croissante du milieu par les humains conduit à une diminution et une fragmentation des milieux boisés, donc de son habitat, et une diminution de la disponibilité en proies. Par conséquent, le Lynx boréal disparaît progressivement à partir du XVIIe puis du XVIIIe siècles, pour ne compter plus que quelques individus au XXe siècle.  Son retour progressif sur le territoire européen se fait désormais sous l’influence de divers facteurs : exode rural ; événements politiques et militaire majeurs (la seconde guerre mondiale ou la chute de l’URSS, à l’occasion desquelles la chasse diminuent, des relations commerciales, notamment autour du commerce de la fourrure, sont rompues). Cependant, dans l’Europe centrale et de l’ouest, où l’occupation humaine est particulièrement importante et fragmente considérablement les habitats du mammifère, son retour naturel est très difficile. Par conséquent, des réintroductions ont été entreprises dès le début des années 1970. Si le premier projet bavarois échoue, les expériences suisses qui lui font suite dans les Alpes et le Jura sont un succès. Les réintroductions se succèdent ensuite régulièrement – deux sont en cours en Autriche et en Allemagne – mais cinq seulement auraient réussi selon l’auteur.

              Ce retour du félin donne lieu à des situations diverses, développées dans le troisième chapitre (Conflict and coexistence). Dans une majeure partie de l’Europe de l’est par exemple, le travail des bergers et les dispositifs mis en place pour limiter la prédation par les ours et les loups permettent dans le même temps d’éloigner les lynx. A l’inverse, la Norvège est le lieu d’un conflit important : entre 7 000 et 10 000 pertes de moutons sont  attribuées au Lynx chaque année. Cependant, ces chiffres sont controversés, puisque les dégâts avancés sont rarement vérifiés, ce qui remet en cause la véritable responsabilité du Lynx dans ces pertes. Les conflits, lorsqu’ils existent, varient à travers l’Europe. Le cas suisse est intéressant, puisqu’il met en jeu différents acteurs. Bergers, fermiers mais aussi chasseurs sont hostiles à la présence du Lynx, qui menacerait le bétail ou le gibier. La situation est d’autant plus problématique que ces acteurs n’ont pas été consultés lors de la réintroduction du félin, entreprise par des écologistes et des environnementalistes dans les années 1970. Cependant, la Suisse procède également à des expérimentations originales qui laisse entrevoir la possibilité d’une cohabitation. Pour remédier aux attaques sur les troupeaux, les chiens de bergers sont par exemple épaulés par des ânes et des lamas !

            Le chapitre suivant (Icon of the Wild) insiste donc au contraire sur les opportunités que représente le Lynx pour l’environnement – place élevée dans les chaînes trophiques ; carcasses laissées par le lynx utiles à d’autres animaux – et l’économie locale, grâce au potentialités touristiques notamment.

          Le cas britannique, abordé dans le cinquième et dernier chapitre (The UK – A Case Study), vient à la fois illustrer et prolonger ce qui a été dit précédemment. Une réintroduction serait le seul moyen pour le « petit lion de la Grande-Bretagne » (p.122) de recoloniser l’île, alors qu’il en a disparu au plus tard au début de la période moderne. Son retour représente donc aussi un défi, puisque son absence de plusieurs siècles est allée de pair avec une évolution des paysages et la quasi disparition du mammifère de la mémoire collective. Son retour n’en demeure pas moins possible. D’une part, l’Ecosse est très riche en cervidés (entre 200 000 et 350 000 chevreuils, et entre 360 000 et 400 000 cerfs, soit la population la plus importante d’Europe), autant de proies potentielles pour le prédateur. D’autre part, ce pays a connu un reboisement important depuis le XXe siècle, ce qui devrait lui permettre de soutenir une population de lynx viable (estimée à 200 individus). Deux espaces de réintroduction potentiels sont ainsi identifiés : le plus petit serait au sud de l’Écosse, à la frontière avec l’Angleterre, autour de la forêt de Kielder ; le plus important couvrirait quant à lui 15 000 km² dans les Highlands écossais, au nord du pays, d’est en ouest. De manière générale, l’Écosse semble donc pour l’auteur un territoire privilégié au sein du Royaume-Uni pour réintroduire le félin. Le risque de conflits y est faible selon David Hetherington. A titre d’exemple, il rappelle que le prédateur se tournerait plutôt vers les populations de cervidés des espaces boisés, tandis que la chasse, pratiquée par une petite élite seulement, s’intéresse davantage aux populations de plaines découvertes. Parallèlement, la présence du Lynx pourrait renforcer l’attractivité touristique du pays qui mise aujourd’hui sur le tourisme de nature.

               C’est donc sur une touche optimiste que conclut David Hetherington. S’il n’omet pas de souligner les difficultés que peut représenter la présence du mammifère pour les humains et leurs activités, il insiste également tout au long de l’ouvrage sur les opportunités écologiques, économiques et l’obligation morale qui doivent encourager la cohabitation avec le Lynx,. L’ouvrage, synthétique, met encore l’accent sur les aspects écologiques. Les aspects socio-culturels restent donc encore à être approfondis. Les photos qui accompagnent le texte sont quant à elles un réel appui pour ce dernier. Les premières, presque surréalistes, sont captivantes et ne peuvent que susciter l’intérêt du lecteur pour l’espèce dont il est question. Beaucoup parlent aussi d’elles-mêmes et attire l’attention sur un certain nombre de points abordés par ailleurs : la fragmentation des habitats par les activités et infrastructures humaines ; les risques ainsi encourus, notamment les collisions avec les véhicules. The Lynx and Us constitue ainsi une riche introduction aux enjeux posés par la présence et l’éventuelle réintroduction du Lynx boréal en Europe.

 

Compte-rendu de l’ouvrage « Rewilding the World : Dispatches from the Conservation Revolution de Caroline Fraser »

FRASER C. (2009) Rewilding the World : Dispatches from the Conservation Revolution, New York, Metropolitan Books, 373 p.


     Auteur, professeur de littérature anglaise et américaine à l’université de Harvard et critique littéraire, Caroline Fraser se consacre en 2009 à un tour du monde des projets de rewilding – terme souvent traduit par réensauvagement en français – dans son ouvrage Rewilding the World :  Dispatches from the Conservation Revolution.

 

     L’introduction de l’ouvrage est consacrée au cadrage historique et épistémologique du rewilding, qui prend forme dans un contexte de crise. Plusieurs biologistes sonnent en effet l’alerte sur les menaces qui pèsent sur la biodiversité, qui connaîtrait sa sixième extinction, et sur les processus d’évolution eux-mêmes. Michael Soulé en fait partie. Se plaçant directement dans le sillage du biologiste américain, Caroline Fraser revient donc sur les concepts et méthodes proposés par ce dernier et par Red Noss (1998) pour réensauvager le monde, en rétablissant des zones cœurs de biodiversité, des corridors écologiques et des carnivores (« cores, corridors and carnivores », les 3 « C » du rewilding). Ces préconisations découlent directement des théories de la biologie de la conservation et de l’écologie du paysage, comme le rappelle Fraser : les grands carnivores doivent être présents pour assurer le bon fonctionnement des chaînes trophiques ; le renouvellement des espèces et la diversité génétique, quant à eux, dépendent beaucoup des connexions entre les espaces de conservation, qui doivent donc être assurées, comme le rappelle entre autres la théorie biogéographique des îles (MacArthur et Wilson, 1967).  Plus largement, cette volonté de protéger la biodiversité et de favoriser le retour de grands carnivores est portée par une conscience de l’interdépendance des êtres vivants. La nature est désormais conçue comme une « chaîne de dominos » (p. 12) dont l’homme fait partie et dépend. C’est dans cette perspective biocentrique et dans le souhait de réparer les torts dont les sociétés seraient à l’origine que sont lancés des projets de réensauvagement.

     Caroline Fraser propose alors dans la suite de son ouvrage des exemples d’une grande diversité spatiale et méthodologique pour donner à voir en quoi peut consister le rewilding.

     La première partie (Cores, Corridors and Carnivores) est ainsi consacrée aux projets qui visent à connecter davantage les espaces déjà existants de conservation, et prend essentiellement appui sur des exemples américains (en premier lieu Yellowstone to Yukon, Paseo Panthera) et européens (comme la ceinture verte qui reprend le tracé de l’ancien rideau de fer). Ces projets tentent, à l’aune d’une meilleure compréhension des écosystèmes et de la biodiversité, de réparer des erreurs de conception et de gestion du passé, mais ils sont aussi l’occasion d’une forme de revanche sur l’histoire. Caroline Fraser rappelle ainsi, non sans ironie, que de nombreux espaces anciennement militarisés sont devenus des havres de paix pour la faune et la flore sauvages (la zone démilitarisée coréenne par exemple).

     La seconde partie (An Africa without Fences) est, quant à elle, consacrée aux parcs africains et donne lieu à une longue énumération des problèmes que peuvent rencontrer les peace parks (parcs de la paix) notamment, transfrontaliers, souvent mis à mal par les tensions politiques et sociales, et dont l’objectif est d’ailleurs moins la conservation que le rétablissement d’une paix sociale. Surtout, cette partie revient abondamment sur les écueils de projets mal menés et/ou instrumentalisés (expropriations et déplacements de population, conflits d’usage, absence de retombées économiques locales et appauvrissement des populations) dont le parc Kruger en Afrique du Sud est un triste exemple, conduisant l’auteur à parler de « Krugerisation » (p. 130) des parcs africains.

     C’est pourquoi la troisième partie (Community Conservation : « Very Tricky »), illustrée par des exemples africains et asiatiques, revient sur la community conservation et rappelle l’importance de l’implication, parfois difficile mais indispensable, des populations locales.

     Enfin, la quatrième partie de l’ouvrage (« Sustainable Conservation ») revient sur le réensauvagement compris comme moyen au service de la restauration écologique. C’est sans doute cette dernière partie qui aborde les projets les plus innovants mais aussi les plus débattus (le Pleistocene rewilding, les notions d’espèces invasives et autochtones, la conception démiurgique de la conservation), sans toutefois trop s’y attarder.

 

     Caroline Fraser propose ici un panorama très vivant et divers des projets de réensauvagement. La parole est donnée à de nombreux acteurs, qui rappellent l’existence de projets locaux et participatifs souvent plus réussis que les entreprises très top-down mais mettent aussi l’accent sur les difficultés qu’ils rencontrent. Certains témoignages sont particulièrement éloquents et donnent à réfléchir. Ainsi, un membre du projet de conservation de la rivière Tana, au Kenya, rappelle que la conservation à plus à voir avec la gestion des hommes qu’avec celle de la faune sauvage (« Conservation is about managing people, […] it’s not about managing wildlife », p. 213). C’est aussi l’occasion de récits émouvants de réconciliation avec la faune sauvage, comme l’exemple de ce Népalais de 43 ans, qui, malgré la rencontre douloureuse avec un tigre qui lui a fait perdre un œil et a couvert son visage de cicatrices, témoigne aujourd’hui en faveur de la coexistence avec ces fauves. L’attention portée à des animaux singuliers est aussi importante et invite à se pencher davantage sur leur agentivité, leur acceptation ou, au contraire, leur contournement des frontières imposées par les hommes. L’étonnement de cette non-spécialiste rappelle enfin au lecteur l’existence de liens moins attendus entre la faune sauvage et l’environnement (entre l’absence des chiens de prairie et la sécheresse dans l’Arizona par exemple) et l’importance de prêter attention à chaque espèce.

     Mais cet étonnement invite aussi à une prise de distance critique lorsqu’il se transforme par moment en fascination. Ainsi l’auteur semble-t-elle parfois accorder à la science, et à la biologie en particulier, une autorité excessive (p. 45 ; p. 125), au mépris des savoirs locaux et du reste de la société, qui seraient décidément bien en retard sur leur temps. Enfin, bien qu’elle rappelle en introduction que les arguments mobilisés pour entreprendre le réensauvegement de certains espaces ne sont plus seulement d’ordre utilitaire, elle ne semble cependant pas pouvoir se détacher d’une perspective anthropocentrée. L’introduction, au contraire, est une longue accumulation d’arguments économiques, insistant sur les biens et les services produits pour la faune et la flore : « the tremendous variety of species held in wilderness areas […] is our bank and lifeline, our agricultural and medical insurance policy », p. 13 ; ou encore « the environment is the economy », p. 15).  Dans cette perspective, elle envisage le rewilding comme une nécessité économique et va jusqu’à le comparer à un plan Marshall pour la planète (p. 21). Si les exemples développés dans la suite de l’ouvrage n’étaient pas si variés, on serait tenté d’y voir un long éloge des projets états-uniens.

     Pour finir, on peut s’interroger sur ce que dit véritablement cet ouvrage du rewilding. Les exemples sont trop nombreux et variés pour véritablement saisir la nouveauté et la spécificité du réensauvagement. Soulé et Noss n’auraient-ils rien inventé et tout projet de conservation de la faune sauvage relèverait-il finalement du rewilding ? Faut-il au contraire considérer que ce terme un temps novateur est désormais trop utilisé et trop souvent redéfini pour conserver sa valeur et son efficacité ? Sans trop les approfondir, cet ouvrage donne un bon aperçu des enjeux actuels du réensauvagement et invite à la réflexion.

Références

MACARTHUR R.H. et WILSON E.O. (1967) The Theory of Island Biogeography, Princeton, Princeton University Press, 203 p.

SOULÉ M. et NOSS R. (1998) Rewilding and Biodiversity : Complementary Goals for Continental Conservation, Wild Earth, 8, 19‑28.