Les géographies animales françaises, anglo-saxonnes et brésiliennes dans la revue Confins

Les sciences humaines et les humanités brésiliennes ont amorcé dans les années 2010 leur « tournant animal ». Il y eut certes des précédents notables dans l’anthropologie indigéniste nationale qui abordait déjà de façon détaillée les relations complexes des amérindiens aux animaux sauvages, les écrits d’E. Viveiros de Castro constituent dans ce domaine une référence, toutefois, les années 2010 se caractérisent par un double mouvement de diversification, d’une part, une diversification des disciplines tentant d’intégrer l’animal dans leur champ d’analyse et, d’autre part, une diversification des contextes et situations étudiés. Au sein de ce « tournant animal », la géographie brésilienne est encore en retrait, ce qui a stimulé l’écriture du texte qui vient de paraître dans la revue franco-brésilienne Confins afin de mieux faire connaître au public brésilien les géographies animales pratiquées en France, dans le monde anglo-saxon et au Brésil. Pour parvenir à cet objectif, il était indispensable d’écrire le texte en portugais, les ressources sur la géographie animale dans cette langue ou celle des pays voisins étant rares. Le fait d’écarter le français ou l’anglais est ici volontaire et fait partie de cette stratégie de « décolonisation » de la géographie animale que nous abordons brièvement dans le texte. Le choix des auteurs et des exemples donnés concourt également à cette stratégie, l’idée étant de montrer qu’il est possible d’aborder conjointement des problématiques sociales (inégalités, discriminations) et animales (conservation, utilisation économique, éthique et justice animale), les étudiants en géographie des universités brésiliennes et leurs professeurs étant très portés sur les premières et voyant dans les secondes qu’une « lubie » des pays développés et industrialisés. Nous joignons ici le résumé en français du texte et le lien de la publication.

Le lien : https://journals.openedition.org/confins/16008

Le résumé :

Au cours des 25 dernières années, la géographie humaine est passée par un processus de diversification afin d’intégrer de nouveaux objets d’étude dans son champ de réflexion, parmi lesquels figurent les animaux. Le présent article vise à présenter les principes de la géographie animale à un public universitaire qui le méconnait. Dans cette optique, nous proposerons une rétrospective de l’évolution des géographies animales anglo-saxonnes et françaises, révélant leurs points de convergence et de divergence. Nous avons décidé de nous restreindre à ces deux pôles de production universitaire partant du principe qu’ils offrent généralement les principales sources de référence bibliographique aux géographes brésiliens pour les sujets de recherche émergents. Enfin, nous proposerons quelques éléments de réflexion sur les conditions de croissance de la géographie animale au Brésil et sa contribution potentielle à la décolonisation de la géographie animale.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.