Chien robot contre chat organique : peut-être que finalement l’humanité n’est pas encore prête « à se leurrer elle-même »…

Dans une interview de 2012 donnée à Culture Mobile, Dominique Lestel faisait part de ses craintes sur la façon dont la multiplication des machines et robots en tout genre pourrait modifier le rapport des êtres humains aux animaux. Il y constatait un double phénomène d’évolution sociétale: d’un côté, notre rapport aux animaux « organiques » s’est considérablement appauvri, se réduisant à celui entretenu avec les animaux domestiques et quelques espèces commensales tolérées dans nos cités, et, de l’autre, une tendance à créer de nouveaux liens avec nos machines, liens qui se substituent progressivement à ceux que nous avions avec d’autres être vivants. Dans ce domaine, nous pouvons citer le cas des poupées connectées qui peuvent acquérir chez certains êtres humains le statut de compagnon/compagne au détriment de personnes en chair et en os. Selon lui, il existe un risque non négligeable de voir les animaux robotiques être un jour préférés aux animaux organiques, les premiers étant d’une certaine manière façonnés par l’humain et pour l’humain, alors que notre emprise sur les seconds n’est somme toute que partielle. Elle est, en effet, limitée aux espèces domestiques et encore… qui peut se targuer de contrôler totalement un chat ? Pour appuyer sa démonstration, il utilisait l’exemple de la fille de la sociologue Sherry Turkle qui trouvait que les animaux en chair et en os qu’elle observait au zoo d’Orlando sonnaient « moins vrai » que les automates animalisés qu’elle avait vus auparavant à Disney World. Il y voyait l’émergence d’une nouvelle génération pour qui la différence entre animaux robots et animaux organiques n’était que ténue, une génération qui pourrait totalement se satisfaire de la seule compagnie des premiers au détriment des seconds. Partant de ce constat, Dominique Lestel ne manquait pas alors de souligner l’énorme problème que cela posait pour la protection de la biodiversité : pourquoi donc s’évertuer à dépenser un “pognon fou”, pour reprendre la triste formule présidentielle, ou essayer de changer de mode de vie afin de protéger des espèces animales en danger et leur habitat, autant remplacer les spécimens menacés par des robots ou des images virtuelles visibles via n’importe quelle interface de réalité augmentée ? Au final, cela marcherait peut-être, les humains ayant selon lui une forte capacité à se leurrer eux-mêmes. Sommes-nous vraiment destinés à vivre dans un monde à la Philip K. Dick où les humains se damnent pour posséder des chats, des chouettes ou des moutons électriques ? Nos rapports complexes et protéiformes aux animaux organiques seront-ils vraiment anéantis par l’avènement d’ « animoïdes » ?

Jujuba vs Stella, GM 2018

Je partage l’inquiétude de Dominique Lestel concernant l’appauvrissement du rapport à l’animal vu que je l’ai observé moi-même à plusieurs reprises lorsque je développais des actions d’éducation environnementale avec les écoles publiques de Manaus. Les écoliers étaient incapables de pouvoir citer ou identifier correctement les espèces amazoniennes emblématiques : par exemple, les jaguars étaient appelés « panthères » et même les noms communs des caïmans qui pullulent dans les cours d’eau de la ville n’étaient pas connus. En revanche, tous connaissaient par cœur les principales caractéristiques des Pokémons à la sortie de Pokemon go et son système de chasse à la bestiole virtuelle en réalité augmentée… Si cela laisse planer quelques doutes sur son éventuelle mobilisation pour la protection de la biodiversité, je ne suis pas certain, toutefois, que cette génération soit encore prête à remplacer les animaux organiques par des animaux robotiques et je m’appuie sur un exemple concret : ma fille ! Contrairement à ce que l’on dit souvent dans le monde scientifique, l’accumulation d’anecdotes constitue des données, alors voici des éléments qui viennent apporter de l’eau à mon moulin. Ma fille de 6 ans, donc, a voulu un chien robot avec lequel elle pouvait interagir. Je n’y voyais pas d’inconvénient car nous possédions déjà une chatte « organique », enfin un félidé qui s’anime de temps en temps, en dehors de ces nombreuses heures de sieste, mais aussi parce qu’elle possède une certaine curiosité pour le monde animal. Après quelques jours avec ce fameux chien robot, baptisé Stella par ses soins, je lui ai demandé ce qu’elle préférait, son chat ou le robot et la réponse a été sans appel : le chat. Pourquoi ? Et bien en résumant car elle trouve que les interactions avec le robot sont décevantes (ce qui m’étonne car il obéit sensiblement plus que la chatte), le contact avec lui n’est pas agréable (le plastique « c’est froid ») et ses réactions sont parfois bizarres ou effrayantes (ses yeux s’éclairent en fonction de l’humeur présumée et cela est assez flippant pour une petite fille de voir une fausse bestiole lui foncer dessus avec des yeux jaunes ou verts fluo!). Bref, dans l’esprit de cette fille de 6 ans rien ne vaut donc un animal en chair et en os, peut-être que cela peut s’expliquer par le soin que j’apporte à lui faire découvrir le monde animal, soin largement relayé par l’école, ou encore par le caractère « archaïque » du comportement du robot et son apparence « froide ». Si le chien robot avait été en tout point semblable à un vrai chien peut-être que la réaction de ma fille aurait été différente, d’ailleurs dans l’œuvre de Philip K. Dick, c’est cette ressemblance avec l’espèce originale qui motive le choix d’avoir un animal électrique, seuls les plus riches pouvant s’offrir les derniers spécimens vivants. Cependant, les robots animaux dont nous disposons pour l’instant en sont encore loin et c’est sans doute mieux ainsi. Tout ne semble donc pas encore totalement perdu pour que la nouvelle génération s’intéresse aux vrais animaux, toutefois, il semble nécessaire de devoir renforcer davantage leur sensibilisation aux questions environnementales et animales…

Pdf de l’interview de Dominique Lestel à l’adresse: http://www.culturemobile.net/system/files/pdf/culturemobile_visions_dominique_lestel.pdf



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.