Les nuisibles à l’honneur !

Luglia, R. (dir), Sales bêtes ! Mauvaises herbes ! « Nuisible » une notion en débat, Rennes, PUR, 2018,359 p.

Source: http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4704

Viennent d’être publiés aux Presses Universitaires de Rennes les actes du colloque éponyme tenu à la fin janvier 2017 sous le patronage de l’Association pour l’Histoire de la Protection de la Nature et de l’Environnement et le Comité d’Histoire du Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer. Cet ouvrage riche d’une vingtaine de contributions peut intéresser le géographe pour diverses raisons.

Premièrement, car il démontre clairement que l’idée de nuisibilité varie fortement en fonction du contexte, des espèces rencontrées et des époques. Le géographe pourra apprécier la diversité des situations rencontrées et l’importance des représentations sur le territoire, l’espace ou le milieu environnant dans le traitement des espèces animales voisines.

Deuxièmement, car bon nombre d’auteurs cherchent à montrer que la construction sociale de la nuisibilité (celle-ci étant, rappelons-le, sans fondement biologique) et sa persistance dans les mentalités est profondément liée à l’anthropocentrisme, par conséquent, réhabiliter les espèces classées comme telles passe par un abandon de ce référentiel et quelques pistes sont présentées dans l’ouvrage (reconnaissance d’une communauté de destin entre les humains, les animaux et les autres éléments composant les écosystèmes, recours à la « diplomatie animale » etc.). Le géographe convaincu de la nécessité de dépasser l’anthropocentrisme naturaliste y puisera de l’eau à apporter à son moulin

Troisièmement, car il questionne la pertinence d’une nouvelle catégorie de nuisibles, les espèces allochtones invasives. Si la classification des espèces autochtones en nuisibles est largement condamnée aujourd’hui par les écologues, les écologistes et une partie de l’opinion publique, la nuisibilité des espèces allochtones invasives est, elle, au contraire, souvent admise. Toutefois à partir de quand considérer qu’une espèce est ou n’est pas à sa place dans un milieu donné ? Certains auteurs voient dans le combat mené contre les « envahisseurs » une sorte de bioxénophobie, une peur de l’étranger, néanmoins, comme le rappelle R. Luglia en introduction, doit-on pour autant proscrire la notion d’espèces invasives et les tentatives de contrôle ? L’ouvrage n’apporte pas de réponses définitives à ces questions mais a le mérite de les poser ouvertement et d’y réfléchir, ces réflexions entrant en résonance avec celles des géographes qui se sont intéressés au couple allochtonie/autochtonie comme L. Simon (2006) ou, plus récemment, F. Benhammou et Ph. Sierra (2017).

Pour ces raisons, mais aussi parce que ce recueil offre un croisement inédit de regards disciplinaires sur la notion d’espèces nuisibles et sur la manière de vivre avec elles, sa lecture nous semble indispensable.

NB : L’ouvrage contient un texte produit par un membre du collectif GATO: Marchand, G., Kohler, F. Thierry, Ch., Léna, Ph., « Les ruraux français et leurs nuisibles. Une biodiversité ordinaire peinant à trouver sa place dans un référentiel anthropocentrique », pp 311-326

Bibliographie citée:

  • Simon L., « De la biodiversité à la diversité : les biodiversités au regard des territoires », Annales de Géographie, n° 651, 2006, p. 3-19.
  • Benhammou F., Sierra P., « Un Africain indésirable, l’Ibis sacré. Analyse géopolitique d’un massacre ». In : Historiens et Géographes numéro spécial FIG : Territoires humains, mondes animaux (coordonné par F. Benhammou et P. Sierra), n°439, 2017, pp. 96-99.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.