L’animal s’invite dans les pages du Monde diplomatique…

Un mini-dossier de 4 pages aborde la question de l’animal dans l’édition de juillet 2018 du Monde diplomatique (n°772). Les thématiques explorées ne sont guère novatrices puisqu’on y parle de végétarisme, de droit animalier, de procès d’animaux, de frontière entre eux et nous mais aussi de chats, autrement dit beaucoup de choses qui ont déjà fait l’objet d’articles, de brèves ou de tribunes dans la presse écrite et en ligne. Les habitués des études animales ou ceux qui ont déjà parcouru les dossiers « spécial animaux » publiés auparavant par d’autres revues ou sites internet n’y trouveront rien de neuf, les autres pourront se familiariser avec quelques-uns des différents courants de pensée composant le champ de l’éthique animale. L’ensemble est de très bonne facture, bien que l’on n’échappe pas à quelques raccourcis ou sous entendus classiques quand il est question de cause animale. Non, L214 et ceux qui occupent leur temps-libre à diffuser des images « volées » d’abattoirs ne cherchent pas à stigmatiser les travailleurs de tels établissements en en faisant des monstres dépourvus d’empathie, au contraire, ils attribuent volontiers les violences qu’ils peuvent exercer à des mauvaises conditions de travail et au rythme effréné de production qu’on leur demande de respecter. Non, l’animalisme ne vise pas nécessairement à l’égalité parfaite entre humains et animaux car, comme le rappelle Peter Singer, rien ne sert de militer pour l’entrée des porcs à l’université, ceux-ci n’ayant aucun intérêt pour l’éducation supérieure. Ce qui est en jeu, ici, c’est plutôt l’égalité de considération de quelques intérêts fondamentaux, dont celui de ne pas souffrir inutilement. Non, l’animalisme ne cherche pas non plus à nier les capacités cognitives supérieures de l’humain, surtout qu’un changement dans la manière de traiter les animaux dépend intimement de ces dernières. L’idée serait plutôt à la manière de Dominique Lestel d’admettre que celles-ci en font un être particulier mais en rien spécial, comprenez au-dessus (ou au centre, c’est au choix) de tout. Enfin, non, les chantres de l’animalisme et de l’écologisme ne sont pas des antihumanistes en puissance, rappelons qu’A. Naess cité dans le dossier a résisté à la barbarie nazie et a contribué à sauver des milliers d’étudiants d’une rafle organisée à l’université d’Oslo en 1943. Si son quatrième principe d’écologie profonde évoque effectivement « une décroissance substantielle » de la population humaine, celle-ci est d’abord avancée pour le propre bien-être des humains (« The flourishing of human life and cultures is compatible with a substantial decrease of the human population. The flourishing of nonhuman life requires such a decrease ») !

Lien vers le dossier en ligne:https://www.monde-diplomatique.fr/2018/07/A/58814

 

Références citées :

Lestel, D. 2010. L’animal est l’avenir de l’homme. Paris, Fayard,188p.

Naess, A. ; Rothenberg, D. 2009. Vers l’écologie profonde. Marseille, Wild Project, 321p.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.