Appels à contributions de l’été

Voici deux appels à contribution pouvant intéresser les géographes travaillant sur les animaux.

40e Colloque francophone de Mammalogie à Caen les 20 et 21 octobre 2018

Organisé par le Groupe Mammalogique Normand (GMN) au nom de la Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères (SFEPM), la 40ème édition du Colloque francophone de Mammalogie se tiendra à Caen (Normandie) durant le week-end des 20 et 21 octobre 2018. A noter qu’il coïncide avec les 40 ans d’existence de chacune des deux associations, toutes deux officiellement créées en 1978. Le colloque se déroulera à l’Ecole Supérieure d’Arts & Médias (ESAM-C2), située quasi au bord de l’Orne, dans laquelle évolue discrètement la Loutre, et à distance pédestre modérée du Centre Ville de Caen où se trouvent, comme partout ailleurs, des hôtels, des bars et des restaurants.

Outre l’amphithéâtre de 250 places, l’espace disponible est assez vaste pour accueillir les communications affichées et des stands d’associations. Les artistes animaliers seront également bienvenus.

Le thème retenu pour ce colloque, « Mammifères – Territoires et Paysages », peut se décliner à différents niveaux d’échelle et devrait permettre une large gamme d’illustrations sous forme de communications orales et de posters. Comme pour les versions antérieures du colloque, l’ultime session du dimanche en début d’après-midi sera ouverte à quatre interventions hors thème.

Un comité scientifique est en cours de constitution, qui aura en charge la lourde tâche de sélectionner les communications retenues pour faire l’objet d’une présentation orale. Celles-ci auront une durée de 15 min, suivie de 5 min de discussion. Au regard du programme, il y aura place pour 26 communications orales.

Lancé dès mars dernier, l’appel à communications est réitéré. Les résumés doivent s’inscrire dans un cadre présentant les caractéristiques suivantes : marges supérieures, droite et gauche de 2 cm, interligne simple de valeur 1, police Arial 11 ou Times New Roman 11, longueur de 26 lignes maximum.

Les résumés seront à envoyer par courriel à : gmn@gmn.asso.fr

La date limite d’envoi des résumés est fixée (pour l’instant) au 15 juillet 2018.

Comparer et confronter les morts animales : approches interdisciplinaires

Revue « Géographie et cultures »

https://calenda.org/446381

Résumé

La thématique de la mort des animaux investit aujourd’hui le débat public de différentes manières : remise en cause de l’abattage industriel et de l’alimentation carnée, dénonciation ou défense de pratiques culturelles (corrida, abattage rituel), justifications éthico-techniques multiples de la mort animale pour raisons sanitaires, scientifiques, alimentaires, etc. Elle engage par ailleurs de nombreux débats philosophiques, historiques, géographiques et anthropologiques concernant le statut des animaux (et du vivant en général), entre hypothèse d’un « tournant animaliste »  réaffirmation d’une spécificité humaine ou recherche d’une théorie renouvelée du don-contre don étendue aux relations trans-spéciques.

Annonce

Argumentaire

La thématique de la mort des animaux investit aujourd’hui le débat public de différentes manières : remise en cause de l’abattage industriel et de l’alimentation carnée, dénonciation ou défense de pratiques culturelles (corrida, abattage rituel), justifications éthico-techniques multiples de la mort animale pour raisons sanitaires, scientifiques, alimentaires, etc. Elle engage par ailleurs de nombreux débats philosophiques (de Fontenay, 1998 ; Wolff, 2017 ; Donaldson & Kymlicka, 2016), historiques (Ritvo, 2008 ; Baratay, 2011), géographiques (Estebanez et al., 2013 ; Blanc, 2000) et anthropologiques (Brisebarre, 1998 ; Descola, 2010 ; Vialles, 1987) concernant le statut des animaux (et du vivant en général), entre hypothèse d’un « tournant animaliste » (Andersson, 2014) réaffirmation d’une spécificité humaine (Digard, 2012) ou recherche d’une théorie renouvelée du don-contre don étendue aux relations trans-spéciques (Porcher, 2011).

Ces enjeux impliquent une réflexion renouvelée sur la pluralité des statuts sociaux des animaux selon leur mode de mise à mort et sur les transformations du rapport aux animaux autour des notions de sensibilité, de douleur (Le Neindre et al., 2009), de souffrance et de conscience. Ils interrogent aussi la pluralité des systèmes culturels en matière de rapports entre humains et animaux, et notamment les enjeux symboliques et moraux des pratiques de mise à mort selon les cadres culturels mais aussi économiques et politiques. En quoi par exemple des pratiques telles que la chasse ou l’abattage rituel d’un côté, l’élimination sanitaire ou l’abattage industriel de l’autre (Franck, Gardin & Givre, 2015, 2016), renverraient-elles à des histoires, des systèmes sociaux mais aussi des justifications morales distinctes voire opposées ? Dans un autre registre, que signifie l’injonction fréquente à « tuer humainement » (Givre, 2015) dans les normes du bien-être animal qui tendent à s’imposer comme un cadre global en matière de mort animale ?

Mettre l’accent sur les dimensions comparées et les approches interdisciplinaires

Pour aborder ce sujet particulièrement débattu, nous souhaitons regrouper des contributions de différentes disciplines (géographie, sociologie, anthropologie, droit, etc.), animées par la même volonté de distanciation scientifique, et également ouvertes à la nécessité de mener un travail réflexif autour de la question des affects que soulèvent aujourd’hui les mises à mort des animaux. À ces fins, ce numéro se veut fondamentalement comparatiste dans ses méthodes et interdisciplinaire dans son contenu. Les contributions viseront à appréhender différentes modalités pratiques de la mort des animaux que sont l’abattage industriel, le sacrifice, l’extermination des  nuisibles, la chasse, ou l’euthanasie au zoo, en refuge ou en clinique, etc. Elles prendront également soin d’analyser ces modalités en tant que dispositifs tout à la fois spatiaux (abattoirs, refuges, zoos…), techniques (industriels, rituels, sanitaires…) et discursifs (professionnels ou non, vétérinaires, juridiques, religieux, médiatiques…). Elles pourront également concerner les politiques sanitaires ou de contrôle des populations animales (élevages contaminés, loup, ours etc.) dans leurs dimensions territoriales.

Le présent numéro thématique propose notamment d’aborder la question des enjeux locaux et globaux des pratiques contemporaines de mort animale, selon une approche comparative qui nous semble généralement manquer aux travaux sur ce thème. En particulier, le lien entre mort des animaux et construction de normes globales en matière de bien-être animal n’a jusque-là pas été systématiquement analysé, dans une approche interdisciplinaire, comparative et multisituée, à la fois attentive aux situations concrètes et à la circulation des pratiques, normes et valeurs. Il s’agira ainsi d’interroger la place, dans ces différentes pratiques de mort animale, de notions aussi globales que le « bien-être animal » (Animal Welfare), aujourd’hui présente tant dans l’économie productive que dans les « économies morales » du rapport aux animaux (Griffin, 2011), dans les modes de gouvernance du vivant et dans les mobilisations animalistes. Quels sont les effets de la globalisation de certaines règles normatives en matière de vie et de mort animales sur des « morales situées » et des pratiques culturellement localisées ?

Il s’agira ainsi d’analyser et d’interroger la production et les effets d’éthiques à prétention universalisante en matière de rapports aux animaux, qui peuvent relever aussi bien de discours écologiques , économiques (optimiser la « production » animale, Porcher, 2011), moraux ou juridiques (Donaldson & Kymlicka, 2016). Assiste-t-on à l’émergence d’une norme unifiée, hégémonique et globale en termes de mise à mort des animaux, qui s’imposerait à des situations locales hétérogènes ? L’abattage industriel des animaux de rente servirait-il alors de référent ultime des normes et des critiques liées à la mort animale, à partir duquel seraient évaluées des pratiques aussi variées que l’expérimentation animale, la chasse, l’élimination des nuisibles ? Dans quelle mesure les systèmes normatifs globalisés participeraient-il alors à la modification des dispositifs (lieux, pratiques, techniques, textes, discours et images) des mises à mort animales ? La diffusion de représentations unifiées de l’animal comme être sensible conduit-elle à une nouvelle pluralisation des modes de mise à mort selon de nouvelles hiérarchies animales basées sur la « sentience » ?

Quatre axes complémentaires : espaces, pratiques, discours, images

L’un des enjeux principaux sera ainsi de réunir et articuler des contributions prenant appui sur des terrains suffisamment variés et contrastés pour mettre en perspective des pratiques et des normes qui, loin d’être homogènes, nécessitent un examen contextualisé. Nous proposons en particulier d’explorer quatre axes thématiques complémentaires, ouvrant sur des terrains pluriels et des situations variées de mort animale, permettant de dresser autant de configurations du rapport aux animaux et à leurs morts.

  • Espaces

Gouverner les animaux, entre pratiques sociales et spatiales : la gestion sociale et spatiale de la mort animale relève d’une dialectique complexe entre ordre et désordre, cacher et montrer (le sang, la souffrance, la violence), prescrire et proscrire (la bonne ou mauvaise mort animale). Il s’agira d’examiner les dispositifs concrets de la gouvernance animale, les usages du bien-être animal qui s’y déploient, avec un accent spécifique sur la place de la mort animale dans la fabrique contemporaine du rural et de l’urbain.

  • Pratiques.

Les médiations symboliques, techniques et matérielles : la mort animale engage des médiations techniques et symboliques qui peuvent relever de traditions diverses autant que de registres de justification économiques, sanitaires ou zootechniques (Porcher, 2011). Il s’agira d’interroger l’impact de la notion de bien-être animal sur ces médiations, la transformation des manières de faire et des registres de légitimation, l’écart entre le prescrit et le réel, les petits arrangements avec les normes.

  • Discours

Les  économies morales et politiques de la mort animale : le  bien-être animal fait l’objet de discours institutionnels, juridiques, philosophiques, éthiques, sanitaires, techniques, religieux, au sein desquels s’articulent différentes représentations du rapport aux animaux (souffrance, conscience, respect, etc.). Il s’agira d’analyser la négociation et la confrontation entre ces différents discours sur les mises à mort dans l’espace public et au regard de leurs enjeux sociétaux et politiques.

  • Images

Voir et montrer la mort animale : notre problématique implique une réflexion sur les régimes de visibilisation et d’invisibilisation, qu’il s’agisse de donner à voir ou de cacher la mort, de ses représentations par exemple médiatiques, de l’impact émotionnel de la mort animale mais aussi de son investissement croissant par divers champs artistiques, littéraires, critiques, etc. Il s’agira ainsi d’accorder une place aux enjeux sensibles et affectifs de la mort animale, partie intégrante de ses dimensions sociétales et morales actuelles.

Modalités de soumission et d’évaluation

Les articles (entre 35 000 et 50 000 signes maximum, résumés et bibliographie inclus) sont à soumettre à la rédaction de la revue Géographie et cultures (gc@openedition) au plus tard le 3 décembre 2018.

Les instructions aux auteur.e.s sont disponibles en ligne : http://gc.revues.org/605

Les articles seront évalués en double aveugle.

Coordinateurs

  • Alice Franck, Université Paris1 / UMR PRODIG CNRS 8586
  • Jean Gardin, Université Paris1 / UMR LADYSS CNRS 7533
  • Olivier Givre, Université Lumière Lyon2 / UMR EVS CNRS 5600

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.