La vie secrète des animaux : un bon exemple des apports de l’empirisme et des savoirs populaires à l’étude du comportement animal

En éthologie, il existe un adage maintes fois répété : « l’accumulation d’anecdotes ne constitue pas des données (scientifiquement exploitables) » (the plural of anecdote is not data), or, si l’on en croit Dalila Bovet cet adage résulterait, en fait, de la déformation d’une phrase prononcée par un certain Raymond Wolfinger: l’accumulation d’anecdotes constitue des données (the plural of anecdote is data)! Tout cela pour dire que l’éthologie n’accorde pas beaucoup de crédit aux observations non contrôlées par des protocoles méthodologiques rigoureux menés par des scientifiques et encore moins à des témoignages et des observations de « simples mortels ». En faisant le pari inverse, le nouveau livre de Peter Wohllben risque d’en crisper plus d’un. En effet, le désormais fameux forestier Allemand, reprend la formule qui l’a rendu célèbre en s’attaquant cette fois-ci à  La vie secrète des animaux. Le livre s’appuie essentiellement sur les observations et l’expérience de l’auteur depuis sa plus tendre enfance, avec une bonne dose d’anthropomorphisme et d’intuition. Attention toutefois, il ne s’agit pas d’un anthropomorphisme grossier visant simplement à projeter systématiquement et n’importe comment les traits humains sur les animaux, celui utilisé par l’auteur est justifié par l’idée que l’évolution s’est faite de manière plus ou  moins linéaire et que, par conséquent, il doit exister une certaine continuité psychique et émotionnelle entre nous et les animaux. P. Wohllben ne mobilise les découvertes récentes de l’éthologie moderne qu’avec parcimonie, souvent pour venir confirmer ce que ses observations et ses intuitions l’avaient amené à conclure sur le comportement animal. Il suit en cela la voie explorée par certains auteurs des animal studies, comme F. Kohler en anthropologie, M. Vicart en sociologie ou encore M. Campbell en géographie. Cette approche qui cherche à mettre en parallèle les expériences humaines et animales considérant qu’elles peuvent être dans certains cas partagées possède le mérite d’appréhender certains comportements peu ou pas étudiés par l’éthologie moderne mais aussi de proposer des explications alternatives aux conclusions proposées par celle-ci. Il est vrai que certains éthologues ont vite fait d’agir en « rabat-joie » et de proposer des explications mécanistes ou sociobiologiques à certains comportements animaux, érigeant celles-ci en vérité absolue car prouvées par des protocoles d’expérimentation prétendument rigoureux, alors que certaines personnes, dont je fais partie, considèrent que ces dernières peuvent constituer parfois seulement une explication parmi d’autres, le comportement animal recelant encore de nombreux mystères. Ce livre constitue donc à mon sens un bon exemple de ce que les praticiens de la nature, la naturalistes amateurs ou encore les populations traditionnelles peuvent apporter à la connaissance des mondes animaux. Les thématiques abordées y sont très riches (l’altruisme, les rêves, la conscience de soi et de la fin de son existence, la méchanceté…) et les observations proposées concernent autant les espèces sauvages (notamment les ongulés) que les domestiques (chèvres, cochons et chiens). Les géographes y trouveront des informations intéressantes sur les stratégies spatiales des animaux (cas des sangliers transfrontaliers genevois qui vont se réfugier en Suisse lorsque la saison de la chasse s’ouvre en France) ou sur l’impact à la fois positif et négatif de l’urbanisation sur ces derniers. Le seul bémol, à mon sens, à cet ouvrage est le vocabulaire utilisé parfois (les petits sangliers sont des « bouts de chou », les faux-bourdons « glandouillent » et tout un tas d’animaux sont « trop mignons »), ce qui vient desservir le propos et décrédibilise la démarche de l’auteur : valoriser les observations et savoirs populaires sur les animaux ainsi que populariser les dernières découvertes de l’éthologie scientifique. En raison du vocabulaire utilisé, l’auteur « bêtifie » d’une certaine manière un sujet noble ainsi que son lectorat, ce qui risque d’alimenter l’idée que l’animal est, au final, l’affaire de neuneus, de naïfs ou encore d’amis des bébêtes…

Source : http://www.arenes.fr/livre/vie-secrete-animaux/

Référence :

Peter Wohlleben, La vie secrète des animaux, Paris, Les Arènes, 2018, 271p.

Dalila Bovet, « Peut-on étudier la morale chez les animaux ? », Études rurales, 189 | 2012, pp. 57-73.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.