Pourquoi une géopolitique de l’ours polaire et de la grande faune? Par Farid Benhammou et Rémy Marion

D’après l’introduction de Géopolitique de l’ours polaire, Rémy Marion et Farid Benhammou, Editions Hesse, 2015.

Source: https://editionshesse.com/?p=1039

« La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre » selon Yves Lacoste1, le père du renouveau de la géopolitique en France. La géopolitique est l’étude des rivalités de pouvoirs sur et à propos des territoires entre des groupes, acteurs et/ou des individus. Les questions d’environnement, par essence conflictuelles et territoriales, se prêtant bien à ce type d’analyse, une géopolitique a pu être développée autour de cet aspect.

L’ours polaire implique des enjeux pour sa survie, sa protection et sa gestion à différentes échelles. Il relève d’une géopolitique locale (ou interne) et d’une géopolitique internationale (externe).

Une géopolitique locale : le point de départ écologique fait que l’ours polaire partage des territoires avec des sociétés humaines autochtones et non autochtones ; avec les populations locales non autochtones, comme à Churchill au Canada, se posent des questions de cohabitation et de sécurité publique. Avec les Inuit2, qui connaissent une autonomie politique croissante par endroits, la relation, plus ancienne et complexe, s’inscrit dans un cadre identitaire et de subsistance.

Le statut de protection de l’espèce émane des échelles nationales puis internationales, niveau d’analyse classique de la géopolitique. Des tensions fortes voient alors le jour, opposant partisans de l’exploitation de l’Arctique et de l’ours polaire, et les protecteurs du plantigrade. Il en est de même des grands enjeux internationaux de l’Arctique dans lequel l’ours polaire se trouve impliqué : contrôle territorial, ressources pétrolières et minières, passages stratégiques et commerciales, changements climatiques. Cet animal « géopolitique » se retrouve alors ballotté entre les rôles de victime, de façade ou d’étendard.

La géopolitique appliquée à un prédateur… pas comme les autres

En quoi la géopolitique peut-elle être pertinente pour étudier une espèce emblématique ?

Les grands animaux, notamment les grands prédateurs, drainent une charge symbolique, culturelle et politique, d’où une cristallisation particulière de l’attention des sociétés et des dirigeants au plus haut niveau. Quiconque s’intéresse aux grands prédateurs ressent intuitivement qu’on ne peut les réduire à leur simple dimension écologique, même si celle-ci est fondamentale.

Les grands prédateurs interpellent les sociétés humaines de longue date. Pourchassés, voire éliminés par l’homme, ils peuvent être un frein à la maîtrise totale d’un territoire et une entrave à son statut de « prédateur suprême à la surface de la planète », comme dirait Xavier de Planhol, un géographe de la vieille école3. Les tensions humains-animaux, en particulier celles relatives à l’ours au loup ou au requin, peuvent s’inscrire dans une approche géopolitique. Elles renouvellent l’étude des questions environnementales conflictuelles. L’éléphant, bien que grand herbivore, destructeur de plantations, peut s’inscrire dans la même logique.

L’étude de l’ours polaire a des points communs avec les « stars » de la prédation, mais possède des spécificités. L’une d’elle est qu’il ne suscite pas d’opposition directe et orientée contre lui.

Comme les autres espèces mentionnées ci-dessus, l’ours polaire peut être perçu comme un analyseur. Les animaux ne sont pas des prétextes à une étude qui serait déconnectée de leur biologie, de leur écologie et de leur conservation. Le problème d’environnement que cela représente est ce point de départ. Ils sont néanmoins des médiateurs intéressants car ils permettent d’analyser les relations des sociétés – à différentes échelles de territoires – avec une nature qui a évolué par elle-même et par ce que les hommes y ont fait ou n’y font plus4. Les prédateurs sont donc des prismes pertinents pour l’étude des évolutions écologiques et socio-économiques des territoires où ils sont présents. Ces « animaux géopolitiques » incarnent ainsi une modification du paysage dans divers registres : le paysage biophysique, le paysage socioculturel et le paysage politique. L’idée de paysage implique aussi un point de vue et une subjectivité dont il est difficile de se défaire. Des animaux qui sont des quintessences du sauvage nous renseignent sur le fonctionnement de nos sociétés au niveau tant local que global. C’est le cas pour l’ours polaire où la dimension internationale est au premier plan.

L’ours polaire interpelle. Comme tous les grands prédateurs, sa charge culturelle et symbolique est forte. Les contes, légendes, mythes et histoires locales de tout type sont des évidences pour le loup, un peu moins pour l’ours brun qui en a généré néanmoins tout autant à qui sait les chercher. Dans la culture inuit, l’ours polaire occupe une place comparable à celle de l’ours brun dans les cultures européennes préchrétiennes ou amérindiennes. Pour les Inuit, animistes avant l’arrivée des Occidentaux, l’ours polaire est l’incarnation d’un esprit important loué pour sa force et son rôle majeur, non seulement dans la mythologie, mais aussi dans leur perception du monde.

Des enjeux qui dépassent l’animal en lui-même

De nos jours, le grand prédateur personnifie des enjeux de conservation de biodiversité, même si ceux-ci peuvent le dépasser. Sa situation en haut de la chaîne alimentaire incite à considérer l’ours polaire comme un « seigneur de la nature », au même titre que le loup. Ses qualités de chasseur puissant et endurant, dans un univers des plus hostiles, renforcent l’admiration que cet animal peut susciter. Il s’agit aussi d’une espèce dite parapluie : elle est un indicateur majeur de la qualité du milieu, et sa protection entraîne celle de formes de vie moins mobilisatrices. Par exemple, dans les Pyrénées, la protection des milieux de l’ours brun profitera au grand tétras, au desman des Pyrénées et à plusieurs espèces végétales, parfois endémiques, peu connues du grand public.

Dans l’Arctique, la protection de l’ours polaire entraîne celle d’espèces qui lui sont liées, comme le renard polaire ou les oiseaux charognant ses restes. Mais elle implique des espaces où se trouvent une flore arctique, exceptionnelle sur terre, et des organismes aussi essentiels aux écosystèmes marins que le krill, petit crustacé base de l’alimentation de plusieurs espèces de poissons, phoques et baleines. Cet écosystème est aussi marqué par un phytoplancton dont on a longtemps sous-estimé la productivité et le rôle de capteur de CO².

Pour l’ours polaire, les enjeux sont bien supérieurs en raison de la spécificité du milieu arctique et des espaces immenses concernés, autant maritimes que terrestres. Par ailleurs, l’animal en vient à personnaliser des enjeux globaux par des instrumentalisations environnementalistes mais aussi gouvernementales, donc géopolitiques. Par la disparition progressive de son espace de vie, la banquise, il est associé au réchauffement climatique ; par les polluants que ses tissus concentrent, son corps de grand prédateur matérialise la pollution globale qui l’atteint par la chaîne alimentaire dans une nature qui semble pourtant si éloignée des activités industrielles ; par sa relative rareté et son adaptation au milieu polaire matérialisée par sa blanche fourrure, il est enfin le symbole d’une biodiversité remarquable en danger. C’est la seule espèce à incarner autant d’enjeux et de questions sur le plan écologique.

Les autres grands prédateurs suscitent des conflits car ils causent un préjudice, exagéré ou non, à des activités humaines. Ils s’inscrivent aussi dans une haine et/ou une peur pluriséculaire. Ils génèrent une opposition d’autant plus forte que d’autres sont motivés pour les protéger. Enfin, les grands prédateurs sont souvent les révélateurs, voire les boucs émissaires, d’une situation socio-économique de territoires qui connaissent des crises-mutations douloureuses. Les loups et les ours s’en prennent au bétail domestique. Les rancœurs profondes, qui cherchent des relais jusqu’aux plus hauts niveaux politiques, ne se retrouvent pas simplement en France. En Suède, en Norvège, en Slovénie, aux États-Unis, les dégâts de prédateurs – notamment du loup – font régulièrement l’objet de débats houleux dans les arènes parlementaires. Même en Suisse, berceau de la Convention de Berne qui protège les grands prédateurs en Europe, des acteurs politiques œuvrent à la remise en cause du statut protégé du loup à tous les échelons politiques, du canton au Parlement fédéral. Au tournant des années 2000, les opposants à l’ours dans les Pyrénées qui ont réussi à se regrouper à l’échelle du massif, rejoignent les organisations agricoles alpines et jurassiennes pour faire efficacement pression sur les élus et le gouvernement français. Dans la foulée, ils lancent une fédération européenne regroupant des acteurs agricoles et cynégétiques de différents pays ; leur but est de revenir sur la directive habitats qui protège ours, loup, lynx, glouton. Pour l’ours polaire, il n’existe pas de groupe constitué qui chercherait à éradiquer l’espèce pour ses prédations, ou même le danger qu’elle peut représenter pour les humains. Contrairement aux chasseurs d’Europe et d’Amérique du Nord qui crient souvent au loup qui « leur mangerait tout leur gibier », aucune voix – encore moins les autochtones – ne s’élève parce que l’ours polaire mangerait trop de phoques. En revanche, pour les populations autochtones du moins, l’ours polaire est aussi considéré comme un moyen de subsistance.

La haine est particulièrement tenace contre le loup en raison de son passé. Sa réputation de mangeur d’homme semble marquer la mémoire et les mobilisations collectives, bien plus que d’autres espèces dont la dangerosité est davantage avérée. Chaque année, sangliers, ours bruns et chiens domestiques causent des accidents mortels en Europe et en Amérique du Nord, ce qui n’est pas le cas du loup. Seul le requin, autre prédateur des mers, arrive à son degré de mauvaise réputation quasi universelle. Pour l’ours polaire, très dangereux potentiellement, ce comportement ne risque pas de dégrader sa protection. Si, par exemple, une attaque de loup avait lieu aujourd’hui sur l’homme en France, il est certain que les préfets s’empresseraient d’assouplir encore davantage les droits d’élimination. Le zèle du représentant de l’État à la Réunion concernant les attaques de requin semble montrer la voie. De plus en plus, le préfet de l’île autorise des massacres aveugles de requin, alors que l’usager victime s’est mis lui-même en danger dans tous les cas recensés. L’administration française, appliquant tant bien que mal les textes de protection, ne sait y déroger que par une basique logique de vengeance !

Pour l’ours polaire, dans un pareil cas, qui se produit à peu près chaque année, des autorisations bien circonscrites sont accordées. Cela expliquerait-il, en partie, l’absence d’opposition réelle à l’ours polaire ? Il faut y ajouter un ensemble de facteurs comme une histoire et une gestion politique de la nature différente dans les pays concernés.Dans son aire de répartition, même là où il est protégé, il y a toujours des aménagements pour des raisons de sécurité ou de subsistance qui autorisent des prélèvements limités. Mais les humains y font preuve de plus de modestie face aux éléments naturels.

Le passé du loup et l’absence actuelle de toute valorisation traditionnelle pour l’ours brun suscitent d’autant plus de hargne aux États-Unis, par exemple, qu’ils sont passés d’espèces chassables à espèces protégées.

En Europe, les grands prédateurs réapparaissent souvent après avoir été éradiqués. Ils sont synonymes de la disparition d’un monde dont les changements traumatisants – exodes ruraux, remplacement sociologique des populations, déprises agricoles, espaces forestiers conquérants – ne leur doivent rien. Quand on les accuse d’être responsables de la fin du pastoralisme, on confond ici les conséquences avec les causes, qui sont ailleurs. L’ours polaire, lui, n’est pas un bouc émissaire. Au contraire, il est non pas synonyme d’une nature recolonisatrice mais au contraire d’un monde jugé en voie de disparition. Si l’analyse est un peu rapide, les liens entre la survie de l’ours polaire et celle des populations autochtones sont étroits. Dans les deux cas, s’il y a des raisons objectives d’inquiétude, il y a aussi des éléments montrant que le tableau n’est pas toujours si sombre, et que des dynamiques moins pessimistes sont potentiellement à l’œuvre.

Si la géopolitique de l’ours polaire a des points communs avec celle des autres grands prédateurs, elle a des spécificités majeures. Les tensions et les conflits se situent à plusieurs niveaux et jamais directement contre l’espèce. Les oppositions les plus fortes sont entre les partisans d’une protection intégrale stricte (Annexe I de la CITES5) et ceux qui souhaitent le maintien de son statut actuel protégé permettant une chasse et un commerce contrôlés (Annexe II). Si la plupart des groupes écologistes acceptent en théorie la chasse traditionnelle, ils ne supportent pas celle de riches Européens ou Américains. Mais, oubli majeur, cette « chasse sportive » est intimement liée à la chasse des autochtones, puisque c’est eux qui permettent et guident ces pratiques dans des régions où c’est un des rares moyens de subsistance autonome. Les oppositions se retrouvent également au sein des environnementalistes, entre ceux qui ont conscience de ces enjeux et les autres. Ces tensions se retrouvent aussi à l’échelle des gouvernements : des groupes de pays se rangent derrière le maintien dans l’Annexe II (Canada, Danemark) d’autres aimeraient mettre l’ours polaire en Annexe I (Russie, États-Unis).

Derrière ces considérations, apparemment écologiques, se cachent en fait des enjeux géopolitiques qui dépassent les associations environnementalistes. L’ours polaire est ainsi au cœur de la géopolitique de l’Arctique, et cela ne date pas d’hier. L’animal est instrumentalisé dans le cadre de rivalités de pays qui l’utilisent soit pour se renforcer, soit pour affaiblir le concurrent dans le contrôle du territoire. Mais l’ours polaire est aussi source de coopération : les premières négociations internationales sur son statut dans les années 1970 ont été l’amorce d’une collaboration entre pays connaissant de sérieuses tensions, en raison de litiges frontaliers (États-Unis, Canada, Danemark) ou de la Guerre froide (URSS et pays membres du bloc occidental). Des acteurs économiques, privés ou publics, plus ou moins liés, sont aussi parties prenantes de cette géopolitique. Plusieurs entreprises, intéressées par l’exploitation de l’Arctique, prennent en compte l’ours polaire, soit pour utiliser son image, soit pour minorer les menaces qui pèsent sur lui, soit encore pour identifier les risques précis que toute exploitation pourrait faire peser sur l’espèce et son milieu.

Pour se procurer l’ouvrage écrire à fbenhammou2002@yahoo.fr ou polesdimages@gmail.com

1 Lacoste, Y., La Géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, Maspero, 1976 (réédition, La Découverte, 2014).

2 Pour l’orthographe des mots relatifs à la population inuit, nous adoptons la position des chercheurs arctiques. Pour le nom propre, au singulier, on écrit : un Inuk ; au pluriel : des Inuit. L’adjectif est invariable.

3 Planhol X. de, Le Paysage animal. L’homme et la grande faune : une zoographie historique, Fayard, 2004.

4 Par exemple modifier l’usage du milieu en cessant d’entretenir des prairies de fauche, arrêter la coupe locale du bois ou bien l’exploiter de manière plus intensive, arrêter de chasser telles ou telles espèces animales, ou en renforcer certaines.

5 Voir annexes page


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.