Financer la conservation par le paiement de droits à l’image des animaux?

Une étude publiée par Franck Courchamp et ses collègues dans la prestigieuse revue Plos biology et reprise dans Le Journal du CNRS arrive à la conclusion suivante : le fait d’utiliser à outrance des espèces emblématiques dans les films d’animations, les publicités ou les logos nuit d’une certaine manière à leur conservation car cette abondance dans les médias fausse les représentations. En effet, le public en les voyant tous les jours en vient à croire qu’elles se portent bien alors que leurs populations sont en déclin et que l’horizon de leur extinction se rapproche dangereusement, deux ou trois décennies pour certaines.  Ces chercheurs proposent alors un mécanisme original pour essayer d’endiguer cette tendance, faire en sorte que les entreprises utilisant les traits de ces espèces paient un droit à l’image, les fonds ainsi récoltés pourront servir à développer des études à leur sujet et financer leur conservation. L’idée est loin d’être saugrenue, des droits à l’image sont déjà reversés pour l’utilisation de monuments ou de paysages spécifiques, pourquoi ne pas mettre en place un mécanisme semblable pour les animaux ? Les auteurs de l’étude ne détaillent pas les modalités de mise en œuvre de ce processus de droits à l’image, ils soulèvent toutefois quelques problèmes potentiels de réalisation, notamment dans le choix de l’administrateur de ces fonds. Qui préférer ? Une instance internationale comme la CDB ou l’IUCN ou des ONGs ?  Un autre problème à mon avis, non posé dans l’étude, est de savoir comment ce mécanisme bénéficiera à l’ensemble de la biodiversité, les compagnies ainsi taxées accepteront-elles que les fonds versés pour l’utilisation de l’image de certaines espèces emblématiques soient mobilisés pour celles qui le sont moins ? Après tout, quand on paye pour le droit à l’image d’une personne, l’argent est supposé être versé à cette dernière et seulement celle-ci (n’étant pas spécialiste en droit, du moins, je le présume).  Les théoriciens de l’économie environnementale accepteront-ils un versement de ces droits à l’image à d’autres bénéficiaires car au delà de ces espèces emblématiques, surreprésentées dans les médias, bon nombre d’autres animaux moins connus ou moins attractifs sur le plan esthétique sont  éminemment menacés, il serait donc juste qu’ils puissent aussi bénéficier de ce nouveau mécanisme. L’idée est en tout cas intéressante dans un contexte global de réduction des fonds étatiques alloués à la conservation des espèces.

Références:

Courchamp et al., « The paradoxical extinction of the most charismatic animals, PLOS Biology, publié en ligne le 12 avril 2018. https://doi.org/10.1371/journal.pbio.2003997 (link is external)

Interview de F. Courchamps dans Le Journal du CNRS : https://lejournal.cnrs.fr/articles/ces-animaux-stars-menaces-dextinction


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.