Compte-rendu : “L’Europe réensauvagée. Vers un nouveau monde”, G. Cochet et B. Kremer-Cochet

Après avoir co-écrit avec Stéphane Durand en 2018 Ré-ensauvageons la France, également publié dans la collection « Mondes sauvages » chez Actes Sud, Gilbert Cochet, cette fois accompagné de Béatrice Kremer-Cochet, nous offre un panorama à plus petite échelle du réensauvagement. Leur ouvrage L’Europe réensauvagée. Vers un nouveau monde est à la fois un état des lieux et un plaidoyer pour cette approche de plus en plus présente dans les projets et les débats touchant à la protection de la faune et de l’environnement.

Après un premier chapitre consacré aux caractéristiques géologiques et paysagères du continent européen, les auteurs s’attardent au fil des pages sur différents milieux qui le composent et les espèces faunistiques qui les peuplent. Le tableau est riche, qui couvre tout le continent européen, depuis la façade océanique, jusqu’à la steppe d’Europe de l’est (steppe pontique), en passant par les montagnes, fleuves, rivières ou encore zones humides de ce vaste espace. Chaque page est l’occasion de mentionner une espèce et son retour acté ou attendu sur le territoire européen. Les deux auteurs mentionnent bien sûr les plus connues et les plus médiatiques – loups, ours, gypaètes barbus, castors d’Europe, pour n’en citer que quelques-unes – mais nous donnent aussi l’occasion de faire connaissance avec des espèces parfois moins connues et pourtant tout aussi fascinantes – phoques à capuchon, lamproies, gloutons. La liste est longue.

Chiffres détaillés à l’appui, les auteurs insistent sur la diminution des effectifs et des habitats pour de nombreuses espèces au cours des dernières décennies ou derniers siècles, à l’instar du Glouton (Gulo gulo), qui n’occuperait plus qu’un tiers de son territoire d’origine en Europe.

Pour autant, leur optimisme n’est pas atteint, grâce à plusieurs exemples de projets réussis. Les auteurs mentionnent notamment des créations d’aires protégées, des mesures de protection de certaines espèces cibles, ou encore des retours spontanés. Ils font aussi l’éloge des réintroductions, qui permettent de renforcer des populations existantes ou de faire revenir sur un territoire où elle a autrefois été présente une espèce désormais disparue. Enfin, quelques cas d’introductions de nouvelles espèces sur un territoire sont également mentionnés, comme celle du Buffle d’eau (Bubalus arnae) dans le delta du Danube.

Ce plaidoyer du réensauvagement (ou rewilding) s’inscrit donc dans la droite ligne de Michael Soulé et Reed Noss qui, en 1998, théorisent  cette notion[1]. Ces derniers insistent en particulier sur l’importance des espaces protégés, de la connectivité entre les habitats et des espèces dites clé de voûte, pour restaurer la fonctionnalité des écosystèmes. Parmi les exemples choisis ici par les deux auteurs pour illustrer l’importance de ces dernières, on peut relever celui du Pic noir (Dryocopus martius). Celui-ci, grâce aux cavités qu’il creuse dans les arbres, joue ainsi le rôle de « grand hébergeur » (p. 140) pour de nombreuses espèces (52 au minimum) d’oiseaux mais aussi de mammifères.

On regrette cependant que certains détails ou éléments de contextualisation attendus soient peu présents dans l’ouvrage. Les auteurs prennent bien le temps de dresser le portrait des espèces mentionnées – avec, parfois, de beaux dessins de Béatrice Kremer-Cochet à l’appui – de revenir sur les effectifs des populations et leurs aires de répartition passés. Mais quels éléments ont présidé au choix de tel espace-temps de référence plutôt que tel autre ? Il est par ailleurs rarement question du contexte dans lequel se font les réintroductions, des acteurs qui en sont à l’origine ou qui, au contraire, contestent ces projets. Seuls quelques noms d’associations (Rewilding Europe, ou encore Forêts sauvages[2]) et de quelques personnalités sont égrenés au fil des pages. Or, par définition, et même si certains projets visent, à terme, une forme de laisser-faire et de non-intervention, les réintroductions sont portées et entreprises dans un premier temps par des individus ou des groupes humains. Par ailleurs, elles se font rarement dans un territoire vide de toute présence ou de toute activité humaine, et les contestations ne sont dont pas rares, aussi bien au sein de la société locale que parmi la communauté scientifique.

Cet ouvrage accessible constitue donc une bonne entrée en matière sur la question du réensauvagement et peut donner à penser, mais il doit être complété par d’autres lectures pour qui s’intéresse à ces questions et souhaite en comprendre les différents enjeux.

On recommande en revanche sans réserve la préface de Baptiste Morizot, très limpide et riche d’enseignements, en quelques pages seulement, notamment pour sa promotion d’un  « rewilding humaniste » (p. 15) dépassant les dualismes qui caractérisent si souvent nos relations aux non-humains.


[1]Soulé, M., & Noss, R. (1998). Rewilding and Biodiversity : Complementary Goals for Continental Conservation. Wild Earth, 8, 19–28.

[2]L’association Forêts sauvages a été fondée par Gilbert Cochet et Béatrice Kremer-Cochet dont ils sont respectivement président et vice-présidente.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.