Compte-rendu de lecture: “Pourquoi la réintroduction de l’ours est-elle si difficile ? Réalités et contre-vérités sur l’ours brun”

Gérard Caussimont. Pourquoi la réintroduction de l’ours est-elle si difficile ? Réalités et contre-vérités sur l’ours brun, Mont Helios, 2019

Compte-rendu écrit par Farid Benhammou

Gérard Caussimont, un nom historique de la protection de l’ours brun en France, livre ici un ouvrage pédagogique et documenté. Il n’est pas à son premier ouvrage sur la question, mais celui-ci est peut-être le plus synthétique et le plus au prise avec une actualité mise en perspectives. On sent la volonté de la petite maison d’édition de Pau de porter ce propos d’une personne qui est une référence de la protection de l’ours brun, même si ce dernier a longtemps eu un tropisme pour la question de l’ours exclusivement en Béarn, dernier bastion de l’ours autochtone que l’on a laissé disparaître alors que la présence ursine était plus tôt sauvée en Pyrénées centrales dès 1996. Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas Gérard Caussimont, il est président du Fonds d’intervention éco-pastorale qui milite depuis 1975 pour une cohabitation la plus sereine et constructive possible entre l’ours pyrénéen et les bergers. Gérard Caussimont préside cette association depuis les années 1980 quand il a pris la suite du naturaliste et universitaire palois Claude Dendaletche.

Le sous-titre du livre «  Réalités et contre-vérités sur l’ours brun » colle davantage au contenu de l’ouvrage que son titre « Pourquoi la réintroduction de l’ours est-elle si difficile ? » qui n’est qu’un aspect de l’ouvrage. Dans un premier temps, une synthèse historique permet de replacer l’ours dans ses interactions anciennes avec les sociétés pyrénéennes franco-espagnoles, passage fort intéressant où Gérard Caussimont va puiser dans la thèse peu connue qu’il a réalisée jadis sur la question. La présentation des mutations économiques et sociales micro-locales des sociétés ouest-pyrénéénnes sont particulièrement riches. Le reproche a longtemps été fait aux naturalistes béarnais, dont Gérard Caussimont de se focaliser exclusivement sur le théâtre béarnais où la dernière ours autochtones a été tuée par un chasseur en 2004 et de négliger les Pyrénées centrales où des opérations de réintroductions d’ours slovènes ont eu lieu en 1996, 1997 et 2006. Mais, on ne peut moins faire ce reproche à cet ouvrage et l’auteur prend bien en compte la problématique à l’échelle de toutes les Pyrénées. Ensuite, l’ouvrage s’organise en trois parties (« Connaître VRAIMENT(sic) l’Ours » ; « Conserver l’Ours, pourquoi ? » ; « L’Ours et l’Homme : pourquoi est-ce si difficile ? ») et se termine par une conclusion qui est un plaidoyer pour la cohabitation et pour la vie. Le texte est facile à lire, soit d’une traite, soit en le compulsant car des assertions ou idées-reçues, vraies, fausses ou les deux, sont traitées en une à trois pages comme par exemple « Les ours « slovènes » sont plus prédateurs car ils sont nourris avec de la viande ! » (faux évidemment!) ou encore « Les Pyrénéens sont majoritairement favorables à la conservation de l’ours » (vrai). Gérard Caussimont fait non seulement appel à son savoir, pédagogique pour le novice mais classique pour les habitués des ours, mais surtout à des données chiffrées et actualisées, doublées d’une excellente connaissance de terrain. Les passages sur la cohabitation avec l’élevage sont particulièrement précieux, solides et bien argumentés. Dans l’idée-reçue «  L’ours commet parfois des dégâts sur les troupeaux domestiques » (vrai), il démontre rigoureusement les chiffres relativement bas de la prédation des ours sur le cheptel domestique jusqu’en 2016 tant en Béarn que dans les Pyrénées centrales. Il pointe la forte hausse des dégâts à partir de 2017 liés à des dérochements de troupeaux et surtout au fait que les pouvoirs publics indemnisent dès lors au bénéfice du doute faisant de fait exploser les chiffres de la prédation. Notons que cette pratique des autorités pour obtenir la paix sociale est totalement contre-productive car cela conforte les discours les plus alarmistes des opposants à l’ours et partisan d’une gestion plus violente des plantigrades par de l’effarouchement. Avec une grande rigueur et chiffres à l’appui, il démontre aussi que les dégâts sont particulièrement bien indemnisés dans le contexte d’un élevage de montagne qui est déjà bien aidé par les dispositifs de compensation des handicaps naturels. Il ne s’agit pas pour lui de nier la difficulté de l’élevage de montagne et de la cohabitation, mais plutôt de mettre les idées au clair dans une période où les médias sont friands de raccourcis.

Quelques points peuvent surprendre le lecteur averti. Lors de l’historique de la réintroduction des ours dans les Pyrénées, il omet le lâcher du mâle Goïat en 2016 dans les Pyrénées catalanes par les autorités locales et n’évoque cet ours, qui pourtant vit maintenant plus côté français, que bien au-delà de la moitié de l’ouvrage. La mise en perspective européenne et notamment espagnole avec la situation encourageante des ours dans les Monts Cantabriques est globalement intéressante. Lorsqu’il aborde les raisons pour lesquelles les Espagnoles ont refusé de fournir des ours bruns pour les programmes de lâchers français, il évoque une raison contestable par deux fois. Selon lui, les autorités espagnoles auraient refusé de livrer des ours pour se garder une forme de monopole touristique, notamment dans les Monts cantabriques où en effet, l’image de l’ours entre dans le cadre d’une valorisation économique et une filière de tourisme naturaliste en plein essor. Selon nous, la véritable explication du refus espagnole est plus terre à terre. Au tournant des années 2000, avec moins d’une centaine de spécimens, la situation des ours espagnoles des Monts Cantabriques est encore très critique avec une scission en deux noyaux, dont un a failli disparaître. Les autorités ont donc jugé que l’état de conservation de l’espèce ne permettait pas de participer à des programmes de réintroduction dans un contexte ou plusieurs femelles s’étaient faites tuer par des chasseurs dans les montagnes françaises (Mellba, 1996 et Cannelle, 2004). Autre point qui peut étonner : à l’assertion « Il faudra d’autres lâchers d’ours dans les Pyrénées, si nécessaire ! » l’auteur répond vrai et faux. Le Plan Ours 2018-2028 avait enfin débouché sur les lâchers de deux ours en Béarn après que les blocages historiques ont toujours amené à des lâchers en Pyrénées centrales. Gérard Caussimont semblent s’en contenter, y compris à l’échelle des Pyrénées, ce qui ne correspond ni aux conclusions du rapport du Museum de 2013 (qui recommande le lâcher de 6 ours), ni aux demandes des autres associations de protection de la nature pyrénéennes. Le rapport du MNHN de 2013 évoque le lâcher nécessaire de 13 ours en Pyrénées occidentales (10 femelles + 3 mâles), dont 4 femelles urgentes pour commencer à y relancer une dynamique, même la préconisation minimale du rapport (6 ours) est supérieure à ce qu’évoque Gérard Caussimont. Il conseille un temps d’observation puis de faire un bilan. On reconnaît ici le côté très « raisonnable » du FIEP qui veut ménager des partenaires de terrain du milieu pastoral dont les positions ne sont pas toujours stables en matière d’ours. Mais c’est aussi à cause de cette manière de penser que le FIEP, rempli de bonne volonté, à crédibiliser l’Institution Patrimoniale du Haut Béarn en acceptant d’y siéger et en lui donnant une caution environnementale1. Gérard Caussimont reconnaît que la présence du FIEP a pu amoindrir les effets de certains aménagements de montagne portés par l’IPHB préjudiciables aux milieux montagnards mais aux prix d’un temps incommensurable au profit d’une usine à gaz qui servait surtout les intérêts politiques de Jean Lassalle et de ses affidés. Une fois la duplicité de Jean Lassalle au grand jour, le FIEP et Gérard Caussimont ont fini par claquer la porte de l’institution. Quand après avoir réclamé le lâcher d’une ourse en Béarn, le minimum du minimum nécessaire pour y sauver l’ours après la mort de Cannelle en 2004, l’homme politique s’est érigé en farouche opposant à toute réintroduction en Béarn quand le ministre de l’Ecologie Serge Lepeltier initie un plan concret de lâcher en 2005. Le blocage politique en Béarn à tout lâcher s’est alors renforcé. Il serait d’ailleurs intéressant que Gérard Caussimont développe plus (dans un autre ouvrage?) cette expérience de pseudo-concertation qui a contribué à lui ouvrir les yeux sur les aspects très géopolitiques de la conservation de l’ours2.

Cet ouvrage est donc un livre usuel, très pratique qui pourra plaire à un large public et qui montre une pensée construite et argumentée au service de la protection de l’ours dans les Pyrénées, et à l’échelle de tout le massif.

1Pour des précisions sur cette institution censée mettre les conditions d’une cohabitation durable avec l’ours et qui a fait le contraire, se reporter à L. Mermet, 2001. « L’institution patrimoniale du haut Béarn : Gestion intégrée de l’environnement, ou réaction anti-environnementale ? », in Responsabilités et Environnement, Annales des Mines, 21, janvier 2001 : 9-21.

2Lire F. Benhammou, 2005. « Vendre la peau de l’ours avant de l’avoir sauvé, « Vendre la peau de l’ours avant de l’avoir sauvé ? Une géopolitique locale de la conservation d’une espèce animale emblématique », in L’ours des Pyrénées, les 4 vérités, Editions Privat, Toulouse : 77-120.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.