Le collectif GATO présent au colloque “Les études animales sont-elles bonnes à penser?”

 

Trois membres du collectif GATO (Guillaume Marchand, Philippe Sierra et Farid Benhammou) présenteront une communication au colloque international intitulé “Les études animales sont-elles bonnes à penser?” organisé par l’Université de Strasbourg (8-10 novembre), dont voici le résumé:

La géographie animale française et sa trajectoire dans l’appréhension des territoires plus-qu’humains

En 2004, dans Le Paysage animal, Xavier de Planhol proposait une zoogéographie du rapport à la grande faune qui rappelait cette évidence : des territoires, au sens d’espaces appropriés, autres qu’humains préexistaient aux sociétés actuelles qui ont imposé leurs territorialités. Ce faisant, cette publication mettait au jour un double oubli d’une géographie alors très divisée entre, d’une part, une géographie sociale qui avait exclu les dynamiques naturelles de son propos et, d’autre part, une géographie physique qui s’était depuis longtemps intéressée aux transformations phytogéographiques, hydrologiques et géomorphologiques des milieux, mais avait à peine considéré les animaux. Depuis une quinzaine d’années, les études de géographes français sur les animaux se sont multipliées, permettant de dépasser ce double déni et de repenser le territoire, notamment en s’intéressant aux interrelations entre les dynamiques sociales, politiques, animales et parfois végétales dans la construction des territoires, leur requalification ou leur insertion dans différents réseaux. Le présent texte se proposera de dresser un bilan de ces productions, en faisant état des avancées obtenues sur les plans épistémologiques, conceptuels et méthodologiques mais aussi des lacunes qui restent à combler. Nous profiterons de cette rétrospective pour évoquer les difficultés que rencontrent certains géographes animaliers français pour faire reconnaître leurs travaux, mais aussi leurs idées sur les relations hommes/animaux et le statut de ces derniers, face à une tradition disciplinaire fortement marquée par l’anthropocentrisme et relativement critique vis-à-vis de ce qui pourrait le menacer (théories environnementalistes ou animalistes dites « radicales »). Situation qui est en passe d’évoluer, comme en témoigne le choix thématique du nouveau Festival International de Géographie, où les questions éthiques et l’animalisme seront discutés.

Le programme complet du collooque est disponible à l’adresse: https://sites.google.com/site/droitetethiquedelanimal/ue-debats-ethique-animale/colloque-interdisciplinaire-et-international-les-etudes-animales-sont-elles-bonnes-a-penser


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.