Parution autour des géographes et la nature

Le numéro spécial du Bulletin de l’association des géographes français intitulé “Les géographes et la Nature: regards nouveaux” est désormais disponible en version papier mais aussi en ligne. Philippe Sierra, Farid Benhammou et moi-même y signons un article abordant la géographie animale française et sa façon de traiter l’objet “Nature”. Je reproduis ici le résumé de l’article:

“Au cours des vingt dernières années, on a assisté dans la géographie anglo-saxonne et secondairement chez les géographes français à l’essor d’une géographie animale, ou, plus justement, d’une géographie des animaux non humains. Se saisir pleinement de l’étude géographique des animaux, délaissée tant par les tenants de la géographie physique, souvent désarmés intellectuellement pour les étudier, que par ceux de la géographie humaine, souvent nombreux à rejeter les considérations environnementales pour des raisons épistémologiques (ce serait déterministe) ou idéologiques (écolo-scepticisme, « humanisme »), a ouvert la voie en fait à de nouvelles approches d’une géographie réconciliée. Ce faisant, l’approche des animaux permet de revisiter les notions de territoire, d’Habiter, de repenser les méthodes de la cartographie animale utilisées par les biologistes/éthologues et aussi de poser des questions éthiques et politiques sur notre rapport à l’environnement mais surtout aux autres. En décentrant le regard des finalités strictement humaines vers les relations humains-non humains, voire en permettant d’appréhender le point de vue animal, cette branche en constitution permet aussi de repenser l’objet « nature », à la fois en dépassant la dichotomie nature/culture déjà dénoncée mais aussi en posant de manière explicite la question de nos définitions de ces termes, et en particulier de la notion de « nature sauvage », que l’on entendra ici comme celle qui n’est pas domestiquée.
Dans un premier temps, il s’agira donc de faire le point sur les apports épistémologiques de la géographie animale à l’approche des environnements « naturels » (quels auteurs ? quel environnement considéré ? quelle « nature » déduite ?). Nous montrerons comment ces nouvelles approches doivent conduire à réviser notre regard de géographe sur la « nature ». Pour cela nous nous appuierons sur la question de la gestion d’espèces sauvages en nous appuyant sur le cas de l’Ibis sacré dans l’Ouest français”.

Lien vers le texte: https://journals.openedition.org/bagf/4886


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.